Jacques Colombier (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacques Colombier
Illustration.
Fonctions
Conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine
En fonction depuis le
(4 ans, 2 mois et 22 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Alain Rousset
Groupe politique FN puis RN
Député européen

(1 an, 4 mois et 29 jours)
Circonscription Sud-Ouest
Législature 8e
Groupe politique ENL
Prédécesseur Édouard Ferrand
Conseiller municipal de Bordeaux

(3 ans, 10 mois et 5 jours)
Élection 23 mars 2014
Maire Alain Juppé
Successeur François Jay

(18 ans, 10 mois et 28 jours)
Élection 12 mars 1989
Réélection 11 juin 1995
11 mars 2001
8 octobre 2006
Maire Jacques Chaban-Delmas
Alain Juppé
Hugues Martin
Alain Juppé
Conseiller régional d'Aquitaine

(29 ans, 8 mois et 27 jours)
Président Jacques Chaban-Delmas
Jean Tavernier
Jacques Valade
Alain Rousset
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Trèves
Nationalité Française
Parti politique FN (1975-2018)
RN (depuis 2018)
Profession Agent immobilier

Jacques Colombier, né le , est un homme politique français, membre du Front national puis du Rassemblement national. Il est député européen de 2018 à 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Colombier naît le [1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est agent immobilier de profession[1],[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Au sein du Front national[modifier | modifier le code]

Il adhère au Front national en [2].

En 2003, il est évincé de la commission d'investiture du FN, au profit de proches de Marine Le Pen[3]. En 2010, il dirige avec Bruno Subtil la campagne de Bruno Gollnisch pour le XIVe congrès du Front national[4].

Des dissensions apparaissent en 2014 au sein de la fédération FN de Gironde, mais les contestataires sont écartés[5],[6]. En 2016, il cède la présidence de la fédération de Gironde à Edwige Diaz[7].

En 2015, il se considère comme un « bébé Le Pen »[8]. Tenu pour un proche de Bruno Gollnisch, il « n'est pas en très bons termes » avec Marine Le Pen[9].

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de 1988, il se présente dans la 3e circonscription de la Gironde[10]. Il est éliminé au premier tour avec 8,52 % des suffrages[11].

Candidat dans la 1re circonscription de la Gironde aux élections législatives de 2002, il obtient 8,66 % des voix au premier tour[12]. Aux élections législatives de 2007, il se présente dans la 2e circonscription de la Gironde et recueille 2,86 % des suffrages exprimés[13]. Il est candidat dans la 5e circonscription de la Gironde lors des élections législatives de 2012 et réalise le score de 15,40 %[14].

Implantation locale[modifier | modifier le code]

Aux élections cantonales de 1988, il se présente dans le canton de Bordeaux-7[15], mais n'est pas élu.

Il est élu conseiller régional d'Aquitaine en 1986. Le , Jean Tavernier est élu à la présidence du conseil régional d'Aquitaine[16] en remplacement de Jacques Chaban-Delmas, démissionnaire. Jacques Colombier devient alors vice-président délégué à l'urbanisme, à la santé et aux sports[17]. Mais le Conseil d'État invalide l'élection de Jean Tavernier et de Jacques Colombier le , estimant que la règle du secret du vote a été enfreinte, et que, compte tenu de la courte majorité obtenue par les deux hommes, cette « absence de secret a pu avoir des conséquences sur le résultat du scrutin »[18]. Le , l'élection partielle voit la réélection des sortants[19],[20]. Le , les quatre élus FN se retirent de la majorité régionale et Jacques Colombier démissionne de son poste de vice-président[21],[22].

Jacques Colombier est conseiller municipal de Bordeaux de 1989 à 2008 et de 2014 à 2018. François Jay lui succède pour terminer le mandat municipal en cours (2014-2020)[23].

Lors des élections régionales de 2015, il est élu conseiller régional en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, qui devient l'année suivante la région Nouvelle-Aquitaine.

Député européen[modifier | modifier le code]

Le , à la suite de la mort d'Édouard Ferrand, Jacques Colombier devient député européen[24],[25]. Touché dès lors par le cumul des mandats, il quitte le conseil municipal de Bordeaux pour se mettre en conformité avec la loi. Il ne se présente pas aux élections européennes de 2019 et quitte le Parlement européen le .

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et a une fille[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Jacques Colombier - Front national », sur lepoint.fr (consulté le 1er mars 2018).
  2. a b et c Jacques Colombier, frontnational.com.
  3. Surenchères du FN sur l'immigration., Libération, 2 mai 2003.
  4. Bruno Gollnisch lance sa campagne sur le parvis de la Basilique Saint-Denis, Le Monde, 17 septembre 2010.
  5. Petite guerre entre amis au Front national de Gironde, Le Figaro, 20 juin 2014.
  6. Jacques Colombier : pur " bébé Le Pen ", La Nouvelle République du Centre-Ouest, 7 novembre 2015.
  7. « Décès de l’eurodéputé FN Edouard Ferrand : l’élu girondin Jacques Colombier le remplace », sur SudOuest.fr, (consulté le 5 janvier 2019)
  8. Jacques Colombier, un historique du FN tête de liste aux régionales, Le Populaire du Centre, 10 juillet 2015.
  9. Régionales : Jacques Colombier, chef de file du FN en Aquitaine, Sud Ouest, 1er juillet 2015.
  10. [1]
  11. GIRONDE (11), Le Monde, 14 juin 1988.
  12. « Résultats des élections législatives 2002 », sur interieur.gouv.fr/.
  13. « Résultats des élections législatives 2007 », sur interieur.gouv.fr/.
  14. « Résultats des élections législatives 2012 », sur interieur.gouv.fr/.
  15. GIRONDE (32), Le Monde, 27 septembre 1988.
  16. « Historique des mandatures », sur aquitaine.fr.
  17. La droite, les centristes et l'extrême-droite forment la majorité de M. Tavernier (RPR) en Aquitaine, Le Monde, 13 juillet 1988.
  18. Estimant que le secret du vote a été enfreint Le Conseil d'État annule l'élection du président du conseil régional d'Aquitaine, Le Monde, 14 mai 1989.
  19. En Aquitaine Le PS voudrait conserver le siège de Mme Lalumière et conquérir la présidence de région, Le Monde, 28 mai 1989.
  20. Au conseil régional d'Aquitaine Reconduction de l'alliance entre la droite et le Front national, Le Monde, 7 juin 1989.
  21. Le débat sur l'intégration des immigrés Le FN menace d'abandonner ses responsabilités au conseil régional d'Aquitaine, Le Monde, 23 mars 1990.
  22. Le Front national se retire de la majorité au conseil régional d'Aquitaine, Le Monde, 28 mars 1990.
  23. Simon Barthélémy, « François Jay, le nouvel élu bordelais qui Trump énormément », sur rue89bordeaux.com, (consulté le 7 mars 2019)
  24. Décès d’Édouard Ferrand, Jacques Colombier nouveau député européen, Infos Bordeaux, 2 février 2018.
  25. Décès de l'eurodéputé FN Édouard Ferrand à l'âge de 52 ans, Le Figaro, 2 février 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]