Jean-Yves Le Déaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Yves Le Déaut
Jean-Yves Le Déaut, en 2015.
Jean-Yves Le Déaut, en 2015.
Fonctions
Député de la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle

(28 ans, 11 mois et 28 jours)
Élection 12 juin 1988
Réélection 28 mars 1993
1er juin 1997
16 juin 2002
17 juin 2007
17 juin 2012
Législature IXe, Xe, XIe, XIIe, XIIIe et XIVe
Groupe politique SOC (1988-2007)
SRC (2007-2016)
SER (2016-2017)
Prédécesseur Colette Goeuriot (indirectement)
Successeur Caroline Fiat
Président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
En fonction depuis le
(3 ans et 17 jours)
Prédécesseur Bruno Sido (UMP)
Député de Meurthe-et-Moselle
(scrutin proportionnel à un tour)

(2 ans, 1 mois et 12 jours)
Élection 16 mars 1986
Législature VIIIe
Groupe politique SOC
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Guémené-sur-Scorff (Morbihan)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de Université Strasbourg-I
Profession Professeur d'université

Jean-Yves Le Déaut, né le à Guémené-sur-Scorff (Morbihan), est un universitaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Docteur es Sciences, il est titulaire d'un doctorat obtenu à l'université Louis-Pasteur de Strasbourg (1976) où il a été assistant à la faculté de médecine (1969-1971 et 1973-1976). Il a effectué son service militaire comme volontaire du service national (1971-1973) à la Faculté des Sciences de Tunis. Il a été maître de conférences puis professeur à l'Université de Tananarive et chercheur à l'Institut Pasteur de Madagascar en tant que coopérant. Il rentre en France, à Nancy en 1983, et devient professeur de biochimie à l'université Henri-Poincaré (1983-1998). Il a donné des cours à Sciences-Po Paris sur le thèmes "Les grands enjeux du XXIe siècle" jusqu'en juillet 2013. Il est marié et père de deux enfants.

Politique[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Le Déaut a occupé plusieurs mandats locaux : premier adjoint au maire de Pont-à-Mousson (1989-1995), conseiller général de Nancy Nord (1998-2004). Cela l'a conduit à se présenter, sans succès, à la Mairie contre André Rossinot. Il démissionne du conseil municipal de Nancy en mars 2001. Élu conseiller régional depuis 2004, il a été le premier vice-président de Jean-Pierre Masseret à la Région Lorraine de mars 2004 jusqu’à sa démission en février 2013.

Jean-Yves Le Déaut est élu député le , à la proportionnelle. Il a ensuite toujours été réélu depuis dans la sixième circonscription de Meurthe-et-Moselle. Il est membre du groupe socialiste à l'Assemblée nationale et de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Il suit les questions relatives à l'enseignement supérieur, la recherche, aux sciences et aux technologies, à la bioéthique, à la santé, à l'énergie et à l'environnement. Il a été nommé trois fois successivement parlementaire en mission par les Premiers ministres Lionel Jospin et Jean-Marc Ayrault, et a rendu des rapports — qui ont trouvé des traductions législatives — sur l'organisation de la sûreté nucléaire et de la radioprotection[1]ou sur la réforme de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[2]. En 1992, il a été rapporteur de la commission d'enquête sur la sida, au moment où la question de la responsabilité des dirigeants politiques a été posée. Il a montré que la France avait été un des premiers pays à mettre en place des tests de dépistage[3]. Il a également présidé la commission d'enquête sur les risques industriels après l'accident de l'usine AZF de Toulouse en 2001[4]. Il a aussi présidé la mission d'information de l'Assemblée nationale sur les OGM qui a préparé la loi de 2008[5].

Pendant la campagne des primaires socialistes de 2011, Jean-Yves Le Déaut est chargé avec Geneviève Fioraso des sujets liés à l'innovation et à la recherche pour le candidat François Hollande[6]. En août 2012, il suit la réflexion des Assises de l'Enseignement supérieur et de la Recherche avec comme mission d'en faire une traduction législative. Avant de rendre ses conclusions, il a travaillé en étroite collaboration avec Françoise Barré-Sinoussi, présidente des Assises, et Vincent Berger, rapporteur général des Assises. Il a remis son rapport contenant les propositions issues des Assises, en compagnie de Geneviève Fioraso, le 14 janvier 2013 au Premier ministre Jean-Marc Ayrault[7]. La loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche de juillet 2013 a très largement repris ces propositions sur la reconnaissance du doctorat et sur la création de communautés d'universités et d'établissements, l'amélioration de la réussite des étudiants, les visas des étudiants étrangers, la généralisation de la co-tutelle de l'enseignement supérieur, la définition d'un agenda stratégique de la recherche.

Il a également rendu deux rapports importants, préparatoires aux discussions de la loi sur la transition énergétique : le premier sur "La transition énergétique à l'aune de l'innovation et de la décentralisation"[8] avec le sénateur Bruno Sido ; et le second sur "Les freins réglementaires à l'innovation en matière d'économies d'énergie dans le bâtiment : le besoin d'une thérapie de choc"[9] avec le sénateur Marcel Deneux. Il est enfin partisan d'un principe d'innovation qui ne s'oppose pas au principe constitutionnel de précaution mais qui le complète. Un récent rapport de l'Office Parlementaire d'Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) précise les positions de l'Office où ce texte a été voté à la quasi-unanimité[10].

Jean-Yves Le Déaut a également été rapporteur pour avis (prospective et environnement de la Défense) pour les budgets 2013,2014 et 2015. Il a notamment déploré la prise en compte insuffisante, avant 2013, de la sécurité des systèmes informatiques ainsi que l'absence de politique européenne en matière de drônes de surveillance.

Il est membre du Conseil stratégique de la recherche depuis janvier 2014[11]. Il est président de l'OPECST depuis novembre 2014[12].

En outre, il continue de présider le Conseil d'Administration du Centre Culturel de l'Abbaye des Prémontrés, à Pont-à-Mousson, qui accueille chaque été un atelier d'écriture théâtrale contemporaine, La Mousson d'Été (dirigée par Michel Didym), et qui organise également chaque année un cycle de conférences, Les Conférences des Prémontrés, dans lequel sont déjà intervenus Jean Jouzel, président du GIEC ; Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de Médecine, ou encore Cédric Villani, médaille Fields en 2010.

Il parraine Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle 2017[13].

Fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le système français de radioprotection, de contrôle et de sécurité nucléaire : la longue marche vers l'indépendance et la transparence. La Documentation française. Janvier 1999.
  2. Priorité à la recherche : quelle recherche pour demain ?, en collaboration avec Pierre Cohen. www.educpros.fr (biographie de Jean-Yves Le Déaut, 2012), juillet 1999.
  3. Commission d'enquête sur l'état des connaissances scientifiques et les actions menées à l'égard de la transmission du sida au cours des dix dernières années en France et à l'étranger. wwww.memoireonline.com (liste des commissions d'enquête sous la Ve république) novembre 1992-février 1993.
  4. Commission d'enquête sur la sûreté des installations industrielles et des centres de recherche et sur la protection des personnes et de l'environnement en cas d'accident industriel majeur. wwww.memoireonline.com (liste des commissions d'enquête sous la Ve république) janvier 2002.
  5. Les OGM : une technologies à maîtriser, rapport no 2254 de l'Assemblée Nationale, avril 2005.
  6. Mathieu Deslandes, « Six équipes en campagne : le Who's Who de la primaire » Rue89, le 29 juillet 2011, consulté le 4 octobre 2012
  7. Jean-Yves Le Déaut, Refonder l'université, dynamiser la recherche, mieux coopérer pour réussir, La Documentation française, , 170 p. (lire en ligne)
  8. Jean-Yves Le Déaut et Bruno Sido, La transition énergétique à l'aune de l'innovation et de la décentralisation, La Documentation française, septembre 2013.
  9. Jean-Yves Le Déaut et Marcel Deneux, Les freins réglementaires à l'innovation en matière d'économies d'énergie dans le bâtiment : le besoin d'une thérapie de choc, La Documentation française, juillet 2014.
  10. Jean-Yves Le Déaut, rapport établi au nom de l'OPECST, sur Le principe d'innovation, La Documentation française, novembre 2014.
  11. Décret du 3 février 2014 portant nomination au Conseil stratégique de la recherche
  12. « Jean-Yves Le Déaut devient président de l'OPECST », sur www.actu-environnement.com,
  13. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]