Élections municipales françaises de 1945

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les élections municipales se déroulent les et . Ce sont les premières élections depuis la libération de la France et les premières où les femmes peuvent voter. Ces élections n'ont toutefois pas eu lieu dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et du Territoire de Belfort, des combats trop récents ayant empêché la constitution des listes électorales. Elles y ont lieu au mois d'août.

Contexte[modifier | modifier le code]

Alors que la guerre n'est pas encore officiellement terminée (la capitulation allemande du 8 mai 1945 sera signée entre les deux tours), les élections se déroulent dans une situation politico-sociale difficile : la situation économique reste très précaire, les prisonniers de guerre ne sont pas tous revenus et de nombreux règlements de compte émaillent la vie politique locale.

Ces élections constituent le premier test pour la validité des institutions provisoires issues de la Résistance.

Le système électoral en vigueur est le système majoritaire à deux tours, sauf à Paris où les élections ont lieu au système proportionnel. Ce scrutin est marqué également par la participation des femmes, pour la première fois en France. Le , le droit de vote avait été accordé aux femmes en France par le Comité français de la Libération nationale, et confirmé par l’ordonnance du 5 octobre sous le Gouvernement provisoire de la République française. Étant donné l'absence de 2,5 millions de prisonniers de guerre, des déportés, des travailleurs du STO et de l'interdiction aux militaires de carrière de voter, le corps électoral est lors de ce scrutin composé d'un pourcentage de femmes allant de 62 % (même si le chiffre de 53 % est aussi cité). Malgré le côté inédit de cette participation des Françaises à un scrutin, il n'y a pas d'émotion médiatique particulière sur ce sujet, en partie en raison des difficultés liées à l'immédiat après-guerre qui préoccupe davantage (retour des camps de déportés et prisonniers, rationnement alimentaire, etc.)[1].

Résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour, les Comités de Libération enregistrent un échec cuisant. Le Parti communiste français est bien placé, tandis que les modérés et les radicaux s'effondrent. Enfin, le nouveau Mouvement républicain populaire fait une percée inattendue.

Au second tour, le MRP - attaqué de toutes parts et rejeté à droite - s'écroule par rapport au premier tour. Il n'obtient que 477 communes, revirement qui permet aux modérés de gagner finalement 15 600 communes et aux radicaux 6 400. À gauche, la SFIO atteint les 4 100 communes et le PCF 1 400.

À Paris, où les élections ont eu lieu au système proportionnel, le Parti communiste devient le premier parti de la ville avec 27 sièges sur 90, mais reste loin d'obtenir une majorité.

Liste des maires des grandes villes
Ville Appartenance politique
Paris Droite
Lyon Radical
Marseille SFIO
Lille SFIO
Nantes PCF
Bordeaux SFIO
Toulouse SFIO
Montpellier JC
Nice SFIO
Strasbourg Droite/RPF
Nancy Droite
Le Havre PCF
Toulon PCF
Grenoble SFIO
Saint-Étienne Radical
Dijon CNIP
Metz Droite
Rouen CNIP
Aix-en-Provence SFIO
Nîmes PCF
Perpignan SFIO
Pau Radical
La Rochelle SFIO
Limoges PCF
Clermont-Ferrand SFIO
Villeurbanne PCF
Besançon SFIO
Orléans Radical
Tours SFIO
Angers SFIO
Le Mans SFIO
Rennes Gaulliste/RPF
Brest PCF

L'élection dans les grandes villes[modifier | modifier le code]

Argenteuil[modifier | modifier le code]

Résultats 
  • Premier tour
Liste Résultats
' “Union Républicaine et Antifasciste” (PCF-SFIO-MRP) 90 %
10 %

Arras[modifier | modifier le code]

Résultats
  • Premier tour
Liste Résultats
PCF 18,5 % Fusion
Guy Mollet SFIO 32,4 % Ballotage
Radicaux % Fusion
MRP % Ballotage
Modérés/CNIP % Retiré
  • Second tour
Liste Résultats Sièges
Guy Mollet Union des Gauches (SFIO-PCF-Radicaux) 55,4 % 25 (SFIO 12, PCF 7, Radical 6)
MRP 44,5 % 2

Aubervilliers[modifier | modifier le code]

Résultats 
  • Premier tour
Liste Nombre de voix Résultats Sièges
Charles Tillon Union républicaine et antifasciste (PCF-SFIO) 15 274 71,98 %
Armand Lavie Liste d'action démocratique et sociale MRP 5 945 28,01 %
  • Premier tour: Inscrits: 28812. Votants: 23171. Exprimés: 21981

Évreux[modifier | modifier le code]

Résultats 
  • Premier tour
Liste Résultats
Georges Chauvin Union de la Résistance (Parti Radical-PCF) 44,7 % Ballotage
SFIO 22,2 % Fusion
Modérés 29,7 % Ballotage
  • Second tour
Liste Résultats
Georges Chauvin Union de la Résistance (Parti Radical-PCF-SFIO)  %
Modérés %

Le Creusot[modifier | modifier le code]

Résultats 
Liste Résultats Sièges
Marcel Jacquemin (SFIO) DVG-PCF-SFIO 100 % 27 (17 DVG et Ind, 5 PCF, 5 SFIO)

Nice[modifier | modifier le code]

Résultats 
Liste Résultats
Virgile Barel PCF % Ballotage
Jacques Cotta Liste républicaine et socialiste (SFIO-PRRS) % Ballotage
MRP % Fusion
Jean Médecin Radical Indépendant-Modérés/CNIP 18 % Retiré
  • Second tour
Liste Résultats
Virgile Barel PCF 42 %
Jacques Cotta Liste républicaine et socialiste de centre-gauche (SFIO-MRP-PRRS) 57 %

Paris[modifier | modifier le code]

Résultats 
Liste Résultats Sièges
PCF 32 % 27
SFIO 11,5 % 12
UDSR 10,59 % 8
Radicaux 4,96 % 6
MRP 15,83 % 14
Modérés/CNIP 23,61 % 23

Saint-Brieuc[modifier | modifier le code]

Résultats
  • Premier tour
Liste Résultats
Charles Royer Union de la Résistance (SFIO-PCF-MRP-DVG) 73,5 %
Modérés/CNIP 26,4 %

Tourcoing[modifier | modifier le code]

Résultats 
  • Premier tour
Liste Nombre de voix Résultats Sièges
Fernand Lamblin Parti radical-PCF 15 262 37,78 % Ballotage
SFIO 6 265 15,51 % Retiré
Divers 456 1,12 %
MRP 12 459 30,84 % Ballotage
“Entente républicaine et démocratique” (Modérés/CNIP) 5 945 14,72 % Retiré
  • Second tour
Liste Nombre de voix Résultats Sièges
Fernand Lamblin Parti radical- PCF 21 751 55,90 % 37
MRP 17 153 44,09 %
  • Premier tour: Exprimés : 40301
  • Second tour: Exprimés : 39896

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, 1945-1970, Fayard, 2000, pages 11-16.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, tome 1, Seuil, Paris, 1980, p.90

Article connexe[modifier | modifier le code]