Éric Alauzet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éric Alauzet
Illustration.
Éric Alauzet le 21 juin 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(5 ans, 11 mois et 5 jours)
Élection 17 juin 2012
Réélection 18 juin 2017
Circonscription 2e circonscription du Doubs
Législature XIVe et XVe
Groupe politique Écologiste (2012-2016)
SER (2016-2017)
LREM (depuis 2017)
Prédécesseur Jacques Grosperrin
Conseiller municipal de Besançon
En fonction depuis
(23 ans)
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Nationalité française
Parti politique LV (1988-2010)
EÉLV (2010-2017)
SE (depuis 2017)
Diplômé de Université Nancy-I
Université Paris-XIII
Profession médecin

Éric Alauzet, né le à Nancy, est un médecin acuponcteur et homme politique français.

Il est, depuis le 20 juin 2012, député de la deuxième circonscription du Doubs. Après avoir été membre du groupe écologiste, il siège depuis 2017 au sein du groupe parlementaire La République en marche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il a été élu conseiller municipal de Besançon en mars 2014 sur la liste d’union de la gauche.

Il a été successivement conseiller municipal, conseiller régional de Franche-Comté, adjoint au maire de Besançon chargé de l’énergie, des espaces verts, président du syndicat de traitement des déchets, vice-président du conseil général du Doubs chargé du logement. De 2008 à 2014, il a été conseiller général EÉLV du canton de Besançon-Est.

Député du Doubs[modifier | modifier le code]

Il est élu député aux élections législatives de 2012 pour la deuxième circonscription du Doubs avec 50,12 % des voix, face au sortant UMP Jacques Grosperrin, qui perd à 89 voix près à la suite d'un recours avec 49,88 %[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En août 2015, Laurent de Boissieu le situe à la « droite pro-gouvernementale » du groupe écologiste[2]. Le 19 mai 2016, avec cinq autres députés, il quitte le groupe écologiste, provoquant sa dissolution, et rejoint le groupe socialiste[3].

Bien que toujours membre d'EÉLV, il choisit dans le cadre de la primaire citoyenne de 2017 de soutenir François de Rugy[4], alors que son parti a déjà désigné Yannick Jadot comme candidat officiel. Une fois Benoît Hamon élu, il mène de son propre aveu une « campagne minimaliste » ; il soutient Emmanuel Macron au second tour[5].

Il est réélu député de la 2e circonscription du Doubs aux élections législatives françaises de 2017[6], sous l'étiquette « majorité présidentielle », dans une circonscription où La République en marche (LREM) a choisi de ne présenter aucun candidat face à lui, alors que EÉLV lui retire son investiture[5]. Il est le seul député EÉLV de la XVe législature[7] et siège comme membre du groupe parlementaire LREM. Il est membre de la commission des Finances, de l'Économie générale et du Contrôle budgétaire.

En octobre 2017, il s'associe à Blandine Brocard pour réclamer un moratoire avant d'étendre les obligations vaccinales pour les jeunes enfants, comme prévu par le gouvernement[8].

Après six mois de législature, il est le 11e député le plus actif selon le classement établi par Capital[9], dont la méthodologie est néanmoins contestée par le groupe LREM.[réf. nécessaire]

Défendant les réformes fiscales du gouvernement sur les retraites, il déclare : « Les retraités d’aujourd’hui font partie d’une génération dorée. Et s'ils ont travaillé toute leur vie, ça ne suffit pas comme argument au moment où il faut trouver de l'argent pour renflouer les caisses de l'État »[10].

Mandats[modifier | modifier le code]

  • Conseiller municipal de Besançon, délégué aux relations avec les institutions.
  • Conseiller communautaire de la communauté d'agglomération du Grand Besançon, commission économie, emploi-insertion, enseignement supérieur et recherche.
  • Membre de la Commission des finances.
  • Président Amitiés France - Singapour.
  • Rapporteur du budget sur la Sécurité alimentaire.
  • Vice-président du Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques.
  • Membre et secrétaire de la Commission d'enquête visant à évaluer les conséquences sur l'investissement public et les services publics de proximité de la baisse des dotations de l'État aux communes et aux EPCI.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Doubs-2: Eric Alauzet prend le siège de Jacques Grosperrin (50,12 %) sur MaCommune.info (consulté le 17 juin 2012).
  2. Laurent de Boissieu, « Les députés Écologistes: combien de divisions internes? », sur ipolitique.fr, (consulté le 5 juillet 2017).
  3. Louis Hausalter, « Les députés écolos se font hara-kiri à l'Assemblée », marianne.net, 19 mai 2016.
  4. « Qui soutient François de Rugy à la primaire PS ? », sur la-croix.com, (consulté le 24 janvier 2016).
  5. a et b Lucas Chedeville, « Éric Alauzet, un dernier Vert pour la route », sur StreetPress.com, (consulté le 19 juillet 2017).
  6. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  7. « Résultats législatives 2017 : qui est le dernier élu écologiste à l'Assemblée ? », RTL, 19 juin 2017.
  8. « Vaccins obligatoires : des députés de la majorité demandent un "moratoire" », sur europe1.fr, (consulté le 4 octobre 2017).
  9. « Les députés d'En marche, cancres de l'Assemblée... Notre classement », sur Capital.fr, (consulté le 22 décembre 2017).
  10. « Les retraités d’aujourd’hui font partie d’une génération dorée », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]