André Daguin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daguin.
image illustrant la cuisine <adjF> image illustrant une personnalité image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la cuisine et une personnalité française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

André Daguin
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (80 ans)
AuchVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

André Daguin, né le 20 septembre 1935 à Auch (Gers)[1], est un ancien chef étoilé de l’Hôtel de France à Auch (deux étoiles Michelin), qu'il avait hérité de ses parents[2], et dont il assure la direction jusqu'en 1997 avant de le céder à Roland Garreau.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Daguin a connu le succès aux fourneaux, quarante ans durant. Héraut d’une cuisine régionale revisitée, il est l'« inventeur » et le promoteur du magret qu'il met à son menu dès 1959. Il conçoit également des plats audacieux comme un foie gras frais aux langoustines, ou une glace de haricots blancs.

Il est l'auteur ou le coauteur de plusieurs livres sur la cuisine, dont Le nouveau cuisiner gascon (Stock, 1981) et 1 canard 2 Daguin (Editions Sud Ouest, 2010) écrit avec son fils Arnaud. Ancien joueur de rugby, il eut moins de succès en politique : ses tentatives pour s’imposer à Auch sous les couleurs de l’UDF restèrent vaines. Il a trois enfants[2]. Sa fille Ariane est également restauratrice et commercialise, aux États-Unis, foie gras et produits comparables à travers son entreprise D'Artagnan. Son fils Arnaud a été également restaurateur étoilé à Biarritz avec Les Platanes et a maintenant une table d'hôte étoilée, la Ferme Hégia[3], à Hasparren, depuis 2005.

André Daguin a été président de la puissante Union des métiers de l'industrie hôtelière (UMIH), qui rassemble les professionnels de ce secteur, gérants de bar-PMU, de discothèque, ou restaurateurs. Parmi ses revendications figurait la baisse du taux de TVA dans la restauration. En 1998, il la veut au taux unique de 14 %, puis demande son alignement à 5,5 %. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, il s'est notamment illustré par un verbe franc et direct, voire brutal et controversé[4].

Il a siégé au Conseil économique et social[5] et a été candidat dans la circonscription du Gers en 1993 (16,98%).

Il fut chroniqueur dans les Grandes Gueules sur RMC.

Lobbying[modifier | modifier le code]

Il a déclaré le sur Europe 1 à propos du député Thomas Thévenoud, auteur d'un rapport critique à l'égard de la baisse de la TVA : "Ce député, c'est son premier mandat. Ça sera sans doute son dernier. On y veillera." [6]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Blog de André Daguin. Lien visité le 5 juillet 2008. L'accès à ce lien est contrôlé par la présentation d'un mot de passe.
  • Umih.fr Site officiel de l'UMIH.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Discussion libre entre André Daguin et l'abbé de la Morandais, 19 janvier 2005
  2. a et b André Daguin - Le cuisinier et la mangeuse d'hommes - Le Canard enchaîné N°4650 - 9 décembre 2009 - Jean-Michel Thénard
  3. Première table d'hôte étoilée - 3 mai 2007
  4. Il déclare ainsi à ses pairs lors de l'université du MEDEF le 30 août 2004 : « Vous devez être ceux qui menacent, pas ceux qui sont menacés. Vos dents doivent rayer le parquet. L'indulgence est comme la pitié, elle vous déshonore et elle déshonore aussi ceux qui en bénéficient. La société a besoin de durs, pas de mous. L'ennui, c'est qu'il y en a beaucoup, des mous, beaucoup trop. Il faut arrêter de reculer le moment de l'effort. Ne soyez pas indulgents avec vos salariés. Il y a tout plein de "bacs + 12" qui sont infoutus de travailler, ils ne sont même pas capables de trouver un balai pour faire le ménage. Quand on doit licencier quelqu'un, il ne faut pas cacher la vérité. Vous savez, c'est aussi difficile pour celui qui coupe que pour celui qui est coupé. Moi, je préfère les assassins aux escrocs : les escrocs, les gens les trouvent sympas. Les assassins, non, évidemment ; mais pourtant, ils ont un grand mérite, c'est de ne pas être hypocrites. » Voir À 15 ans, 333 euros par mois pour 169 heures, par Gérard Filoche, in Le Monde Diplomatique, Mars 2008.
  5. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000629202&dateTexte=
  6. [1]