Élections législatives françaises de 1988

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1986 Drapeau de la France 1993 Suivant
Élections législatives françaises de 1988
et
Corps électoral et résultats
Votants au 1er tour 24 425 095
65,74 %  -12,8
Votants au 2d tour 20 303 575
69,89 %
Bundesarchiv B 145 Bild-F065127-0013, Köln, SPD Wahlveranstaltung, Jospin (recropped).jpg Majorité présidentielle – Lionel Jospin
Voix au 1er tour 9 167 708
37,53 %
 +6,5
Voix au 2e tour 9 880 469
48,67 %
Députés élus 275  +62
Jacques Chirac mid-eighties.jpg Droite parlementaire – Jacques Chirac
Voix au 1er tour 9 903 778
40,54 %
 -0,4
Voix au 2e tour 9 510 833
46,85 %
Députés élus 271  -19
Georges Marchais.JPG Parti communiste – Georges Marchais
Voix au 1er tour 2 765 761
11,32 %
 +1,5
Voix au 2e tour 1 434 854
3,43 %
Députés élus 27  -8
Le Pen Perso.JPG Front national – Jean-Marie Le Pen
Voix au 1er tour 2 359 528
9,66 %
 0
Voix au 2e tour 216 704
1,07 %
Députés élus 1  -34
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant Élu
Dernière séance de l'Assemblée
Chirac II
Après l'élection présidentielle :
Rocard I
Droite (RPR, UDF, DVD)
Rocard II
Majorité présidentielle (PS, MRG, UDC, DVG)
Législature élue
IXe de la Ve République

Les élections législatives de 1988 ont eu lieu les et , à la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République François Mitterrand, après sa réélection (IXe législature). Le PS et ses alliés n'ont pas réussi à avoir une majorité. Les communistes refusent une alliance gouvernementale. Les gouvernements socialistes sont contraints à un jeu de bascule entre le groupe communiste et les éléments modérés de l'opposition, surtout l'Union du centre (UDC, groupe parlementaire autonome issu de l'UDF).

Composition de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Groupe Membres Apparentés Total  %
Socialiste 258 17 275 47,82
RPR 127 3 130 22,60
UDF 81 9 90 15,65
UDC 34 7 41 7,13
Communiste 23 2 25 4,4
Non inscrits 14 - 14 2,4
Total 539 36 575 100,0

Deux sièges vacants à la suite de l'annulation des élections dans les première et deuxième circonscriptions de l'Oise[1],[2],[3].

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages d'intentions de vote pour le 1er tour[modifier | modifier le code]

Institut Date Extrême gauche PCF PS Écologistes RPR-UDF FN Autres
Ipsos 11 au 14 mai 1988 1 7 40 4 37 10 N.t

Triangulaires[modifier | modifier le code]

Certaines personnalités de l'UDF passent des accords de désistements locaux avec le FN, notamment Jean-Claude Gaudin à Marseille [4]. Charles Pasqua (RPR) évoque des « préoccupations » et des « valeurs » semblables entre la droite et l'extrême-droite, tandis que Simone Veil (UDF) déclare au contraire qu'« entre un Front national et un socialiste, [elle votera] pour un socialiste » [4]. L'ex-Premier ministre Jacques Chirac (RPR) reste silencieux sur ces alliances [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]