Michel Fanget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fanget.
Michel Fanget
Image illustrative de l'article Michel Fanget
Fonctions
Député du Puy-de-Dôme
En fonction depuis le
(3 mois et 1 jour)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 4e circonscription
Législature XVe
Prédécesseur Jean-Paul Bacquet

(4 ans, 2 mois et 10 jours)
Élection 28 mars 1993
Circonscription 1re circonscription
Législature Xe
Prédécesseur Maurice Pourchon
Successeur Odile Saugues
Conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 21 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Laurent Wauquiez
Conseiller général du Puy-de-Dôme
élu dans le canton de Clermont-Ferrand-Centre

(6 ans, 11 mois et 19 jours)
Prédécesseur Jacques Mary
Successeur Patricia Guilhot
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme
Nationalité Français
Parti politique UDF (1989-2007)
MoDem (Depuis 2007)
Diplômé de université Claude Bernard Lyon 1

Michel Fanget est un homme politique français, né le à Clermont-Ferrand.

Il est membre du MoDem, dont il préside la fédération du Puy-de-Dôme. Il a été député UDF de la première circonscription du Puy-de-Dôme de 1993 à 1997. Il est député de la quatrième circonscription du Puy-de-Dôme depuis juin 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Médecin cardiologue de profession, Michel Fanget a fait ses études de médecine à l'université de Clermont-Ferrand où il a obtenu son diplôme d'État de docteur en médecine et un certificat d’études spéciales de biologie et médecine du sport. Il a ensuite obtenu son certificat d’études spéciales de cardiologie à l'université Claude Bernard Lyon 1. Il est actuellement praticien attaché au CHU de Clermont-Ferrand et au Centre Jean Perrin.

Michel Fanget est également connu à Clermont-Ferrand pour son action associative et plus particulièrement pour sa présidence de l’AEP Clermont la Plaine (structure socio-éducative et humanitaire de portage de repas à domicile).

Il fait son entrée en politique lors des élections municipales de 1989 en figurant sur la liste d'opposition à Roger Quilliot. Ce dernier est réélu maire, mais Michel Fanget fait son entrée au conseil municipal sous l'étiquette de l'UDF. Il continue à y siéger après les élections municipales de 1995 et de 2001. Il est actuellement président du groupe d'opposition à Serge Godard, devenu maire en 1997.

Lors des élections législatives de 1993, il profite de la « vague bleue » pour devancer le candidat RPR Brice Hortefeux et battre au second tour le député socialiste sortant de la première circonscription du Puy-de-Dôme, Maurice Pourchon[1]. Il siège alors au sein du groupe Union pour la démocratie française et du centre. Il est battu lors des scrutins suivants (1997, 2002, 2007 et 2012) par la socialiste Odile Saugues[2].

En 1994, il conquiert le siège de conseiller général du canton de Clermont-Ferrand-Centre en battant le socialiste Jacques Mary mais il est battu en 2001 par la socialiste Patricia Guilhot.

Le , il annonce sa candidature à l'élection municipale de 2008 sous l'étiquette du MoDem [3]

En 2009, il est troisième sur la liste MoDem pour les élections européennes.

En 2012, il se représente aux élections législatives dans la première circonscription du Puy-de-Dôme. Il est battu dès le premier tour, avec 4,84 % des voix.

Il mène la liste du MoDem lors de l'élection municipale de mars 2014 à Clermont-Ferrand et obtient 8 % des voix lors du premier tour. Entre les deux tours, il négocie une fusion avec la liste UMP de Jean-Pierre Brenas (25 %) mais les négociations échouent[4].

En 2017, dans le sillage de l'élection présidentielle remportée par Emmanuel Macron, Michel Fanget est investi par La République en marche ! aux élections législatives. Initialement candidat à l'investiture dans la première circonscription du Puy-de-Dôme (dont il était le député de 1993 à 1997), celle-ci échoit à Valérie Thomas, co-fondatrice du mouvement En Marche ! dans le département[5]. Quelques jours plus tard, il est finalement investi dans la quatrième circonscription[6]. Il remporte l'élection au deuxième tour face à Bertrand Barraud, maire d'Issoire et candidat Les Républicains.

Mandats électoraux[modifier | modifier le code]

Député
Conseiller général
Conseiller municipal

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]