Louis Ier de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis Ier.

Louis Ier de Bavière (en allemand: Ludwig Karl August von Wittelsbach; né le à Strasbourg - décédé le à Nice) fut de 1825 à 1848 le second roi de Bavière. Il est le fils ainé de Maximilien Ier de Bavière et de son épouse Wilhelmine de Hesse-Darmstadt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Maximilien Ier de Bavière, alors officier au service de la France, et de Wilhelmine de Hesse-Darmstadt, il a pour parrain le roi Louis XVI de France dont il porte le prénom. Il acquiert très jeune un goût pour les arts et effectue de nombreux voyages en Italie.

Il prend part aux guerres napoléoniennes, d'abord dans les troupes de Napoléon, avant de se ranger en 1813 du côté de la coalition anti-française, suite au changement de politique de son père.

Il épouse en 1810 Thérèse de Saxe-Hildburghausen, son père ne désirant pas le mésallier avec une « napoléonide ». Les festivités à l'occasion de ses noces sont à l'origine de la première Oktoberfest à Munich.

Neuf enfants sont issus de cette union :

Louis Ier accède au pouvoir à la mort de son père en 1825 et poursuit la politique de mécénat commencée alors qu'il n'était que prince héritier. Admirateur de Goethe, il acquiert les œuvres que celui-ci a particulièrement appréciées au palais Bevilacqua de Vérone, ainsi que la Tête de Méduse du marquis Rondanini, décrite avec enthousiasme par Goethe dans Voyage en Italie. Il achète aussi les sculptures du temple d'Aphaïa à Égine, découvertes peu de temps auparavant. Il réussit également à acheter le Faune Barberini lors de la dispersion des collections Barberini.

Pour abriter ses collections, il fait bâtir à Munich la Glyptothèque, le Staatliche Antikensammlungen ainsi que l'Alte et la Neue Pinakothek. Il transfère également à Munich l'université de Bavière, alors située à Landshut. Munich devient ainsi le plus brillant et le plus important centre artistique et universitaire allemand.

Au niveau politique, il soutient l'indépendance de la Grèce et son second fils, Othon, en devient roi en 1832. Suite à la Révolution de Juillet en France, il prend des mesures répressives. Son impopularité s'accroît avec sa liaison avec Lola Montez et il est contraint d'abdiquer le 20 mars 1848 en faveur de son fils aîné, Maximilien. Il a été un soutien enthousiaste du développement du chemin de fer[1].

Il mourut 20 ans plus tard dans une villa de Nice sur la côte d'Azur. Il fut inhumé dans l'abbaye Saint-Boniface à Munich. Son cœur est prélevé du corps pour être inhumé dans un monument situé dans la Chapelle de la Grâce à Altötting.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Politics and the Stages of Growth", par Walt Whitman Rostow, 1971 page 86 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Tombeau de Louis Ier de Bavière

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Précédé par Louis Ier de Bavière Suivi par
Maximilien Ier de Bavière
Armoiries du royaume de Bavière (1809).svg Roi de Bavière Armoiries du royaume de Bavière (1835).svg
1825 - 1848
Maximilien II de Bavière