Wiesbaden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wiesbaden
Image illustrative de l'article Wiesbaden
Blason de
Héraldique
Drapeau de
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau du Land de Hesse Hesse
District
(Regierungsbezirk)
District de Darmstadt
Arrondissement
(Landkreis)
Wiesbaden (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
26
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Sven Gerich
Partis au pouvoir CDU, SPD
Code postal 65001 - 65207
55240 - 55246
55247 - 55252
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
06 4 14 000
Indicatif téléphonique 0611, 06122, 06127, 06134
Immatriculation WI
Démographie
Population 272 636 hab. (31 décembre 2012)
Densité 1 337 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 55″ N 8° 14′ 29″ E / 50.082054, 8.241377 ()50° 04′ 55″ Nord 8° 14′ 29″ Est / 50.082054, 8.241377 ()  
Altitude 115 m
Superficie 20 390 ha = 203,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Wiesbaden

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Wiesbaden
Liens
Site web www.wiesbaden.de
Vue aérienne de la ville.

Wiesbaden est la capitale et la seconde plus grande ville de Hessen, après Francfort-sur-le-Main.

C’est une des plus anciennes villes thermales d’Europe. Elle possède 26 sources d’eau chaude (46 à 66 °C) et une source d’eau froide.

Surnommée la « Nice du nord », Wiesbaden, compte parmi les villes centrales de la région Rhin-Main. Sa population a dépassé les 100 000 habitants dès 1905. Aujourd'hui elle est d'environ 280 000 habitants.

Wiesbaden est la 2e plus riche ville de Hesse et une des villes les plus riches d'Allemagne, avec un PIB par habitant de 77 499 euros[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et site[modifier | modifier le code]

Wiesbaden, la plus grande ville de la région Rheingau, se trouve sur la rive droite du Rhin et fait face à Mayence (la capitale de Land de Rhénanie-Palatinat).

L'altitude du centre ville (place du château : Schloßplatz) est de 115 mètres. Le point culminant se trouve à 608 mètres d'altitude, il s'agit du Rheinhöhenweg. Le point le moins élevé de la ville se trouve à 83 mètres, il s'agit du port (Schierstein).

La ville a une superficie de 204 km2 : 17,6 km du nord au sud et 19,7 km d'ouest en est. Au nord de la ville se trouve une zone boisée (27,4 % de la superficie). À l'est on trouvera des vignobles et à l'ouest des surfaces cultivées (31,1 % de la superficie). Wiesbaden se situe à la limite de la région Rheingau, c'est pourquoi elle est quelquefois désignée comme Tor zum Rheingau (Porte du Rheingau).

Climat[modifier | modifier le code]

Wiesbaden possède un climat doux car elle est protégée au nord par le Taunus, une montagne moyenne. Pour cette raison, Wiesbaden est une des villes les plus chaudes d'Allemagne. La température annuelle moyenne de la ville est de 9,5 degré Celsius. La pluviométrie annuelle est de 622 litres par mètre carré. La durée annuelle moyenne d'ensoleillement est de 1 565 heures. Cette ville connaît de violents orages notamment durant la période automnale.


Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 −1 2 5 9 12 14 14 11 7 3 1 6,3
Température moyenne (°C) 1 2,2 5,5 9,4 13,8 17 18,6 18 14,6 10 4,9 2,1 9,8
Température maximale moyenne (°C) 4 6 11 15 20 23 25 25 20 14 8 5 14,7
Précipitations (mm) 48 41 46 41 55 68 66 63 49 49 57 55 638
Source : Le climat à Wiesbaden (en °C et mm) klimadiagramme.de


Physionomie de la ville[modifier | modifier le code]

La physionomie de la ville a subi trois influences majeures :

  1. La majorité des bâtiments du centre ville a été construite durant une période de soixante ans comprise entre 1850 et la première guerre mondiale. Deux architectes ont été responsables de ce projet : Christian Zais au début et Felix August Helfgott Genzmer à la fin du XIXe siècle.
  2. Durant cette période Wiesbaden a attiré beaucoup de riches invités qui ont investi leur argent pour se construire des maisons d'apparat représentatives de leur fortune.
  3. Le centre-ville de Wiesbaden a été relativement épargné pendant la seconde guerre mondiale par les bombardements (30 % de la ville a été détruit).

Tout ceci a pour conséquence que le centre ville possède une unité architecturale. Les styles représentés sont le classicisme, l'historicisme et le jugendstil. À la fin du XIXe siècle des zones d'habitation ont été construites et agrémentées avec des luxueuses allées et façades (comme par exemple le Rheingauviertel, Feldherrnviertel, Dichterviertel et l'environnement du Ring). Aujourd'hui Wiesbaden est considérée comme la ville modèle en ce qui concerne l'historicisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les Romains connaissaient déjà l'existence des sources d'eau chaude. Ils construisirent un camp fortifié entre 6 et 15 après J.-C. à l'endroit correspondant au centre-ville d'aujourd'hui. La colonie romaine construite sur cet emplacement fut nommée Aquae Mattiacorum ("les eaux des Mattiaques", les Mattiaques étant une branche du peuple chattien). Les sources de la ville ont été décrites pour la première fois en 77 après J.-C. dans un livre de Pline l'Ancien, L’Histoire naturelle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Éginhard, le biographe de Charlemagne, évoque dans les années 828-830 pour la première fois le nom de Wisibada (das Bad in den Wiesen - bain dans les prairies). Autour de 1170, les comtes de Nassau vont acquérir des biens impériaux dans et autour de la ville actuelle de Wiesbaden. En 1232 Wiesbaden devient une ville impériale (Reichsstadt). Il semble que cela soit la raison qui pousse l'archevêque de Mayence à ordonner la destruction de la ville.

Le roi Adolphe de Nassau fonde l'abbaye de Klarenthal en 1296. La ville est assiégée la même année par les troupes du roi Louis de Bavière. L'abbaye et ses environs sont pillés et saccagés.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Représentation de Wiesbaden au XVIIe siècle (1655)

Entre 1524 et 1526, pendant la révolte des Rustauds (Bauernkrieg, ) les habitants de Wiesbaden se soulèvent et sont défaits : ils perdent alors l'ensemble de leurs privilèges. Ces privilèges leur seront réattribués en 1566. La réforme protestante entre en vigueur avec la nomination de Wolf Denthener comme pasteur évangélique-luthérien en 1543.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1816, la ville devient le siège du gouvernement du nouveau duché de Nassau. C'est à cette période que Wiesbaden connut un bel essor se traduisant par l'aménagement des routes et du quartier des bains construit par Christian Zais.

Au lendemain de la Première guerre mondiale, les armées françaises, britanniques, belges et américaines occupent en Rhénanie selon l'application du Traité de Versailles. Wiesbaden accueille le 30e corps d'armée du général Mordacq de 1920 à 1925. Les troupes françaises, dans le cadre de la politique d'apaisement qui donnera lieu à la Seconde Guerre mondiale, quitteront l'ensemble de la Rhénanie le 30 juin 1930, avant que le réarmement et la remilitarisation ne vienne faire péricliter les aspirations européennes vers la paix.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Commission allemande d'armistice (souvent appelée Commission d'armistice de Wiesbaden) chargée de faire appliquer la convention d'armistice du 22 juin 1940 y siègera.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de la ville de Wiesbaden

Le blason de la ville montre, tout comme le drapeau de la ville, trois lys d'or (deux en haut, un en bas) sur un fond bleu. Les fleurs, appelées en héraldique Fleur de lys, apparaissent pour la première fois dans le sceau de la ville au XVIe siècle et semblent être d'origine française. La forme actuelle du blason a été officiellement créée en 1906.

Les arrondissements de Wiesbaden[modifier | modifier le code]

La ville est divisée en 26 arrondissements. On distingue les arrondissements intérieurs (Innere Bezirke) et les arrondissements extérieurs (Äußere Bezirke). Les cinq arrondissements intérieurs (Mitte, Westend, Rheingauviertel, Nordost et Südost) constituent approximativement le centre-ville. Les 21 arrondissements extérieurs sont situés autour du centre-ville.

Les 26 arrondissements de Wiesbaden

Politique[modifier | modifier le code]

Liste des maires de la ville[modifier | modifier le code]

Helmut Müller est le maire de Wiesbaden depuis le 2 juin 2007, il appartient à l'Union démocrate chrétienne (CDU), qui gouverne avec le Parti social-démocrate (SPD).

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Wiesbaden est jumelée avec[2] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population de Wiesbaden

Wiesbaden, avec environ 280.000 habitants, est la deuxième ville de Hesse, derrière Francfort, et la vingt-troisième en Allemagne.

En 2011, 16,8 % de la population n'a pas la nationalité allemande. En 2012 Les principaux groupes de ressortissants étrangers sont les Turcs (10.073), les Italiens (3.868), les Polonais (4.103), les Grecs (2.657), les Serbes (2.030) suivis par les immigrants du Maroc, du Portugal, de la Roumanie, des États-Unis et de la Bulgarie. 20.421 des étrangers proviennent de l'Union européenne[3].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, 174 000 personnes exerçaient un emploi à Wiesbaden. Le secteur des services employait plus de 70 % d'entre eux, l'industrie, 16 % et au commerce de détail 14 %[4]. En 2010, environ 69 000 personnes ne résidaient pas à Wiesbaden et se déplaçaient tous les jours pour rejoindre leur lieu de travail[5]. En avril 2013, il y avait 10 917 chômeurs enregistrés à Wiesbaden, donnant à la ville un taux de chômage de 7,7 %.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Boniface sur la place Louise (Luisenplatz)
  • La petite église anglicane Saint-Augustin de Cantorbéry, néo-gothique (1863)
  • L'église Saint-Boniface, néo-gothique, église catholique la plus grande de la ville (1844-1849)
  • L'église Saint-Christophe, petite église protestante rococo (1752-1754)
  • L'église catholique Sainte-Élisabeth (1936)
  • L'église russe Sainte-Élisabeth, construite par le duc Adolphe de Nassau après la mort de son épouse Élisabeth, grande duchesse russe (1855).
  • La Lutherkirche (église de Luther), Jugendstil (1908-1910)
  • L'église de la Marktkirche, église évangélique néo-gothique, église protestante la plus grande de la ville (1853-1862)
  • L'église Notre-Dame-du-Bon-Secours, église catholique néo-romane (1893-1895)
  • L'église d'Orange (Oranier-Gedächtniskirche), église évangélique du quartier de Biebrich (1902-1905)
  • L'église vieille-catholique de la Paix (Friedenskirche) (1898-1900)
  • L'église de la Ringkirche, église protestante néo-romane (1892-1894)
  • L'église du Saint-Esprit, église évangélique du quartier de Biebrich (1960)
  • L'église de la Trinité, église catholique néo-romane (1910-1912)
  • La grande synagogue

Santé et éducation[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Le SV Wehen Wiesbaden est le principal club de football de la ville. Le club évolue à la BRITA-Arena. L'autre club de la ville, le SV Wiesbaden, évolue en Hessenliga au Helmut-Schön-Sportpark.

Autres sports[modifier | modifier le code]

Le 1. VC Wiesbaden est le club de Volley-ball féminin de la ville et joue au Championnat d'Allemagne de volley-ball féminin. Le club évolue à la Sporthalle Am 2. Ring. Enfin, les Wiesbaden Phantoms (GFL) est un club allemand de football américain basé à Wiesbaden.

Économie[modifier | modifier le code]

L'office fédéral de police criminelle (Bundeskriminalamt)

Wiesbaden fait partie de la région Rhin-Main. Elle est avant tout une ville de services, du fait de son statut administratif. La part du secteur manufacturier au cours des dernières décennies, a diminué continuellement. Il représente désormais un poids économique d'un peu moins d'un tiers pour Wiesbaden. Le secteur tertiaire représenté par les administrations du Land est important à cause des sièges de ces administrations qui se trouvent à Wiesbaden : ainsi de l'Office fédéral de police criminelle, de l' Office régional de police criminelle de Hesse, de l'Office fédéral des statistiques (Statistisches Bundesamt), de l'Institut national des statistiques du Land de Hesse, etc. En outre, Wiesbaden est le siège de nombre d'organisations, comme la Karl-Bräuer-Institut, de la Fédération des contribuables et de la Société pour la langue allemande.

Le tourisme, en particulier thermal (les eaux sont recommandées pour les affections rhumatismales), et la tenue de congrès et de séminaires représentent une part non négligeable de la vie économique, mais non déterminante.

Au total, environ 12 000 entreprises artisanales ont leur siège à Wiesbaden, y compris des grandes entreprises, comme Abbott, CSC Ploenzke AG, Dow Chemical, Dyckerhoff (district Amöneburg), Ferrari, Kion (district Kostheim) et R+V Versicherung.

En outre, la région de Wiesbaden abrite le plus grand nombre de producteurs de vins mousseux d'Allemagne.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville de Wiesbaden est très bien desservie par le réseau de transport allemand. Le sud de la ville, dans la zone ouest-est en direction de l'autoroute A 66 en direction du Rheingau est à Francfort-sur-le-Main. De leurs embranchements en direction du sud vers l'autoroute A 643 en direction de Mayence et le sud-est de l'A 671 à Hochheim. À l'Est, par l'autoroute A 3 en direction de Frankfurter Kreuz près de Cologne. Les routes fédérales traversant le territoire de la ville sont la B 54, la B 262, la B 263, la B 417 et la B 455

Les transports publics locaux de passagers utilisent les autobus de la ESWE, ainsi que d'autres pour le compte de la circulation ESWE entreprises. Wiesbaden a été la première ville allemande à exploiter de manière intensive son réseau de tramways et d'autobus.

Wiesbaden est rattachée au S-Bahn Rhin-Main. La gare centrale de Wiesbaden est le terminus des lignes S 1, S 8 et S 9. La ligne de Wiesbaden à Rüdesheim traverse le Rhin jusqu'à Coblence. En outre, Wiesbaden, depuis l'achèvement de la LGV Rhin-Main-Cologne à l'ICE en 2002, est de nouveau une gare ferroviaire longue distance. Toutes les lignes de Mayence et de Wiesbaden en zone urbaine ont un prix uniforme à l'intérieur du réseau Rhein-Main-Verkehrsverbund.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments de la ville[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Le Hessisches Staatstheater
Le Kurhaus

Le Théâtre de la Hesse est le théâtre le plus important de la ville. Avec 600 collaborateurs, il offre au total cinq plates-formes.

La Rhein-Main-Hallen sont souvent le cadre de foires, de concerts, de congrès et autres manifestations.

Le Kurhaus, dans le Casino, abrite deux salles de fêtes.

Le Pariser Hoftheater, le Tattersall, le Thalhaus et le centre culturel Schlachthof sont aussi réputés (fermé).

Musées[modifier | modifier le code]

Le musée de Wiesbaden

Wiesbaden n'est pas très riche en musées, mais ils sont fort intéressants. Le musée le plus grand de la ville est le Hessisches Landesmuseum (le musée du Land de Hesse, ou plus communément le musée de Wiesbaden). Il possède une collection d'art, une collection d'histoire naturelle et une collection d'antiquités provenant de la Maison d'Orange-Nassau. On remarque l'œuvre de l'artiste russe Vassily Kandinsky.

L'Aartalbahn, appelé aussi chemin de fer touristique de Nassau, exploite un musée ferroviaire sur une ligne entre l'arrêt de Wiesbaden-Dotzheim et celui de Diez.

On peut noter aussi le château de Freudenberg, le musée de la femme, certains musées de quartiers, le musée juif-allemand (rue Spiegelgasse), le musée du château de Sonnenberg, ainsi que des musées archéologiques en plein air avec des pièces romaines trouvées lors de fouilles.

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

La ville possède plusieurs bibliothèques :

  • Il s'agit notamment de la Bibliothèque de l'Office fédéral de statistique, la plus grande bibliothèque spécialisée de la statistique en Allemagne,
  • la Bibliothèque nationale de Hesse, avec environ 600 000 volumes,
  • le Hessische Hauptstaatsarchiv, qui, entre autres, comprend des archives importantes de l'histoire la Hesse,
  • ainsi que celles des ministères de la ville
  • et la bibliothèque municipale d'environ 160 000 livres et médias électroniques.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Citoyen d’honneur[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Wiesbaden[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) WiesbadenerStadtanalysen, www.wiesbaden.de, mars 2011.
  2. Partnerstädte
  3. Stadt Wiesbaden: Nationalitätenstruktur
  4. FAZ: Wiesbaden hat ein Platzproblem
  5. Wiesbadener Tageblatt: Pendler-Studie: Noch viel Potenzial für Fahrgemeinschaften in Wiesbaden

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Quartiers 

Liens externes[modifier | modifier le code]