Frank Wedekind

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wedekind.

Frank Wedekind

Description de cette image, également commentée ci-après

Frank Wedekind

Activités Dramaturge, poète
Naissance 24 juillet 1864
Décès 9 mars 1918
Mouvement Expressionnisme allemand.

Benjamin Franklin Wedekind, dit Frank Wedekind, né à Hanovre le 24 juillet 1864 et mort à Munich le 9 mars 1918, est un dramaturge et un poète allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Apparenté à une ancienne famille comtale (les Wedekind zur Horst), Friedrich Wilhelm Wedekind, le père de Frank Wedekind, est médecin-gynécologue. Il émigre à San Francisco après la révolution de mars 1848, attiré sans doute par la ruée vers l'or. Il épouse Emilie Kammerer, la fille de l'industriel Jakob Friedrich Kammerer. Le couple aura six enfants dont Frank.

En 1872, la famille Wedekind s’établit au château de Lenzbourg en Suisse. En 1884, Frank commence par étudier la littérature allemande et française à l'université de Lausanne, mais son père exige qu'il fasse son droit à Munich. Le conflit éclate et Frank quitte l'université pour un poste de rédacteur publicitaire chez Maggi. Attiré par le monde des saltimbanques, il travaille également pour le Cirque Herzog. En 1888, rentrant dans le rang, il se réinscrit en droit mais cette fois à l'université de Zurich : son père meurt en octobre de cette année-là, lui laissant un patrimoine conséquent, assurant son indépendance financière. Frank va désormais se consacré à l'écriture[1].

En 1891, il publie L'Éveil du printemps, une « tragédie enfantine » où l'on découvre des adolescents en proie à l'éveil de leur sexualité, un texte relevant à l'époque de la pornographie puisqu'il y décrit plusieurs actes d'autoérotisme, de masturbation collective et évoque sans complexe l'avortement, autant de thèmes considérés alors comme tabous[2].

Il est ensuite à Paris, se lie d'amitié avec Albert Langen et fréquente le milieu de la nuit, assistant aux spectacles joués au Grand-Guignol et à des pantomimes, dont Lulu, tirée d'un « roman clownesque » de Félicien Champsaur et qui lui inspirera La Boîte de Pandore dont une première version est établie dès 1892.

A partir de 1896, il vit une histoire d'amour avec Frida Uhl, la fille d'August Strindberg, dont il aura un fils, Friedrich (1897-1978). Le couple s'installe à Munich.

L'année suivante, il trouve un emploi dans le journal satirique munichois Simplicissimus. En 1899, il se rend à la police allemande et est condamné à sept mois de prison ferme pour « crime de lèse-majesté », ayant écrit et fait publier des poèmes satiriques visant le kaiser : durant son incarcération, il rédige une nouvelle version de sa pièce Mine-Haha.

En 1906, il épouse la comédienne Tilly Newes (1886-1970) dont il aura deux filles, Pamela et Kadidja. Cette même année, Max Reinhardt monte L’Éveil du printemps à Berlin[3].

Analyse de son théâtre[modifier | modifier le code]

Son théâtre conteste dès le départ la société bourgeoise et les tabous sexuels. Il provoque dans un dessein d'émancipation des masses et en usant de nombreux procédés dramatiques, de la farce au vaudeville en passant par le drame et le cirque. Ses provocations lui causaient d'incessants problèmes de censure, l'inquiétude des directeurs de théâtre, et des problèmes de budgets. Aussi il revint vers le cabaret de ses débuts, lieu plus permissif et moins onéreux. Là, il s'attirait la sympathie des artistes, souvent irrévérencieux comme lui, tandis que les procès assuraient sa notoriété. Il put ainsi consacrer sa vie au théâtre.

Après une période de répression, il finit par obtenir des autorités une relative liberté d'expression, un privilège implicite accordé à certains dramaturges ayant un comportement décalé, cette forme d'art étant considéré à cette époque et dans ce contexte comme négligeable. Certains observateurs contemporains de Wedekind comprirent que ses provocations et son théâtre parlaient de la société elle même, faisant émerger la notion de théâtre vivant[4].

Son œuvre annonce l'expressionnisme[5]. Cependant, bien qu'il soit souvent associé à ce mouvement, Wedekind lui-même ne s'y reconnaissait pas, déclarant qu'il en utilisait les techniques avant que ce mouvement existe[6] . Wedekind a été influencé par Ibsen, Nietzsche, Hauptmann, Büchner et Strindberg.

Alban Berg s'est inspiré de L'Esprit de la terre et de La Boîte de Pandore pour écrire l'opéra Lulu.

Wedekind est également poète et lithographe, son talent de dessinateur est d’ailleurs peu connu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Jeune Monde, 1890
  • L'Éveil du printemps, tragédie enfantine, (Frühlings Erwachen), 1891
  • L'Esprit de la terre (Erdgeist), 1895
  • Le Chanteur de chambre (Kammersänger), 1897
  • Le Marquis de Keith (Der Marquis von Keith), 1901
  • La Boîte de Pandore, (Die Büchse der Pandora), 1902
  • Le Roi Nicolo ou Ainsi va la vie (König Nicolo oder So ist das Leben), 1902
  • Mine-Haha, 1903
  • Feux d'artifice (Feuerwerk), 1906
  • Sur l'érotisme (Über Erotik), 1906
  • La Danse macabre (Totentanz), 1906
  • Le Château de Wetterstein (Schloss Wetterstein), tragédie en 3 actes, 1910
  • Franziska, 1912
  • La Boîte de Pandore, version finale réunissant L'Esprit de la terre, 1913
  • Bismark, 1916
  • Herakles, 1917

Répercutions de son œuvre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertolt Brecht, The Messingkauf Dialogues ( Dialoge aus dem Messingkauf), trad. John Willett, in Bertolt Brecht: Plays, Poetry, Londres, Methuen, 1985 (ISBN 0-413-38890-5).
  • Jean-Louis Besson (éd.), Théâtre complet, 7 vol., Paris, Editions théâtrales-Maison Antoine Vitez, 1995-2001.
  • « Frank Wedekind : théâtre, cirque, cabaret », dossier de Jean-Louis Besson, Paris, Théâtre/Public, no 159, mai 2001.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Besson (2001) in Théâtre/Public.
  2. Philippe Di Folco, Dictionnaire de la pornographie, Presses universitaires de France (ISBN 978-2-130544-14-2), Théâtre
  3. Biographie, Théâtre national de la Colline, 2013.
  4. R. Goldberg, op. cit., chap. 3 : Dada, Wedekind à Munich.
  5. Sur Gallica, Dictionnaire mondial des littératures, Larousse
  6. Roselee Goldberg, La Performance : Du futurisme à nos jours, Thomas & Hudson / L'univers de l'art (ISBN 978-2-87811-380-8), p. Chapitre 3 : Dada, Kokoschka à Vienne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]