Frank Wedekind

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wedekind.

Frank Wedekind

Description de cette image, également commentée ci-après

Frank Wedekind

Activités Dramaturge.
Naissance 24 juillet 1864
Décès 9 mars 1918
Mouvement Expressionnisme allemand.

Frank Wedekind, (de son vrai nom Benjamin Franklin Wedekind) né à Hanovre le 24 juillet 1864 et décédé à Munich le 9 mars 1918, est un dramaturge allemand.

Son père est médecin, sa mère actrice et chanteuse. Il fréquente les universités de Munich et de Zurich.

Son oeuvre annonce l'expressionnisme[1]. Cependant, bien qu'il soit souvent associé à ce mouvement, Wedekind ne reconnaissait pas en faire partie, car selon lui il en utilisait les techniques avant que ce mouvement existe[2] . Wedekind a été influencé par Ibsen, Nietzsche, Hauptmann, Büchner et Strindberg. À partir de 1896, il vit à Munich avec Frida Strindberg et aura un fils, Friedrich, avec elle. En 1897, il trouve un emploi dans le journal satirique munichois Simplicissimus.

Son théâtre conteste la société bourgeoise et les tabous sexuels. Il provoque dans un dessein d'émancipation des masses et en usant de nombreux procédés dramatiques, de la farce au vaudeville en passant par le drame et le cirque.

Ses provocations, souvent libertines - il pouvait uriner ou se masturber sur scène -, lui causaient d'incessants problèmes de censure, de prison ou d'exil. Elles causaient l'inquiétude des directeurs de théâtre, et des problèmes de budgets. Aussi il se tourna vers le cabaret, plus permissif, tant du coté de la censure que du financement. Dans les cabarets il s'attirait la sympathie des artistes, souvent irrévérencieux comme lui, tandis que les procès assuraient sa notoriété. Il put ainsi consacrer sa vie au théâtre.

Il finit par obtenir des autorités une sorte de tolérance, de privilège implicite d'artiste sans comportement normal, l'art étant considéré comme quantité négligeable. Mais d'autres comprirent que ces provocations et son théâtre parlaient de la société elle même, faisant émerger la notion de théâtre vivant[3].

Alban Berg s'est inspiré de L'esprit de la terre et de La Boîte de Pandore pour écrire Lulu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Jeune Monde, 1890
  • L'Éveil du printemps, tragédie enfantine, (Frühlings Erwachen), 1891
  • L'Esprit de la terre (Erdgeist), 1895
  • Le Chanteur de chambre (Kammersänger), 1897
  • Le Marquis de Keith (Der Marquis von Keith), 1901
  • La Boîte de Pandore, (Die Büchse der Pandora), 1902
  • Le Roi Nicolo ou Ainsi va la vie (König Nicolo oder So ist das Leben), 1902
  • Mine-Haha, 1903
  • Feux d'artifice (Feuerwerk), 1906
  • Sur l'érotisme (Über Erotik), 1906
  • La Danse macabre (Totentanz), 1906
  • Franziska, 1912.
  • Le Château de Wetterstein, 1912.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur Gallica, Dictionnaire mondial des littératures Larousse
  2. Roselee Goldberg, La Performance : Du futurisme à nos jours, Thomas & Hudson / L'univers de l'art (ISBN 978-2-87811-380-8), p. Chapitre 3 : Dada, Kokoschka à Vienne
  3. Roselee Goldberg, La Performance : Du futurisme à nos jours, Thomas & Hudson / L'univers de l'art (ISBN 978-2-87811-380-8), p. Chapitre 3 : Dada, Wedekind à Munich