Oktoberfest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Oktoberfest
« fête d'octobre »
Oktoberfest« fête d'octobre »
Oktoberfest
« fête d'octobre »
Type Fête de la bière
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Localisation Theresienwiese, Munich
Coordonnées 48° 07′ 57″ N 11° 32′ 57″ E / 48.132455, 11.54920448° 07′ 57″ Nord 11° 32′ 57″ Est / 48.132455, 11.549204  
Date de la première édition 17 octobre 1810
Date d'ouverture premier samedi suivant le 15 septembre
Date de clôture premier dimanche d'octobre
Fréquentation ~ 6 000 000 visiteurs
Prix d'entrée Entrée gratuite
Organisateur(s) Mairie de Munich

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Oktoberfest

L’Oktoberfest (« fête d'octobre » en allemand) est une fête de la bière se déroulant à Munich en Allemagne. De nos jours, elle commence systématiquement un samedi de septembre à midi exactement, se termine le premier dimanche d'octobre, sauf si celui-ci est le 1er ou le 2 octobre auquel cas la fête est prolongée jusqu'au 3. Elle dure donc de seize à dix-huit jours. L’Oktoberfest a lieu près du centre de Munich, sur un terrain vague de 42 hectares . Ce site s'appelle Theresienwiese (Prairie de Thérèse) et souvent raccourci par les Bavarois en die Wiesn, « la prairie ». Par extension, le terme désigne également la fête en général. Afin de préserver le caractère familial de la fête, une fête foraine et des lieux de restauration sont installés autour des tentes. L’Oktoberfest est la plus grande fête foraine au monde. On y trouve des attractions historiques mais aussi de très modernes.

Crée le 17 octobre 1810 lors des fêtes qui suivirent le mariage du futur roi Louis Ier de Bavière avec la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen le 12 octobre 1810, le jubilé de la fête a été célébré en 2010 à l'occasion de son 200e anniversaire. En 2013, elle a attiré 6,4 millions de visiteurs en seize jours. La fête commence par un défilé de plus de huit mille personnes portant le costume traditionnel : la culotte de peau pour les hommes et la robe à manches bouffantes et tablier de couleurs vives (Dirndl) pour les femmes. Le public se rassemble dans de grandes tentes festives où il peut consommer de la bière en écoutant de la musique. Environ 6 millions de litres sont ainsi bus chaque année.

La bière allemande est vendue à l'intérieur de quatorze tentes géantes montées et décorées pour l'occasion, ainsi que dans des tentes plus modestes et dans les « jardins à bière » (Biergarten) attenants. La bière est servie en Mass, chopes d'un litre. Sous les tentes, des orchestres interprètent des chansons et musiques bavaroises traditionnelles, auxquelles viennent s'ajouter, vers le soir, des chansons à succès allemandes et internationales. Généralement le public, debout sur les bancs, reprend en chœur ces chansons.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Oktoberfest 2007, grande foule entre tentes et attractions foraines avec en second plan la tour surmontée d'une chope de bière Paulaner
Oktoberfest 2007

Les Bavarois nomment généralement l'Oktoberfest par le terme die Wiesn : « la prairie ». La fête s'est initialement appelée Theresens-Wiese. C'est notamment ce terme qui apparaît dans un écrit du prince-héritier Louis en date du 19 novembre 1810. Aux environs de l'année 1815 le nom de Theresienwiese commence à s'imposer[1]. Ce terme désigne par extension la fête qui se déroule sur la prairie, c'est-à-dire, l’Oktoberfest. L’usage tronque ce mot et le terme Wiesen est introduit à l'écrit durant les années 1890. La prononciation bavaroise fait à son tour évoluer l'usage en Wies'n. En 1985, l'office du tourisme de Munich emploie pour la première fois à l'écrit le terme Wiesn sans apostrophe[1].

L'évolution du nom de la fête contraste avec celui qui désigne le lieu où elle se déroule. Dès 1810, l'usage consacre les termes d'Oktober-Festen[2]. Malgré la perte du pluriel au cours des années, l’appellation a peu évolué pour devenir Oktoberfest. En français, le terme se traduit littéralement par « fête d'octobre », mais l'expression habituelle est « fête de la bière »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries des rois de Bavière, représentant deux lions tenant un bouclier au couleur de différentes régions de la Bavière
Armoiries des rois de Bavière.

Première fête d'octobre[modifier | modifier le code]

Avant la création de l'Oktoberfest, les fêtes de la bière étaient déjà courantes en Bavière et dans le reste du monde germanique. En effet, elles permettaient de déstocker la bière brassée en mars (dite Märzen), avant le commencement de la nouvelle saison de brassage.

La première fête de la bière eut lieu le 17 octobre 1810. Le 12 octobre de cette année, pour que le public honorât leur mariage, le prince héritier — futur roi Louis Ier de Bavière — et la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen firent organiser par Andreas Michael Dall’Armi une grande course hippique cinq jours après leur union, dans une prairie sous les murs de Munich. Celle-ci devint la « Theresienwiese » du prénom de la princesse. La fête ne changea jamais d'emplacement depuis[4],[1]. Le roi Maximilien Ier en fit une véritable fête nationale et un moyen de renforcer le sentiment d'unité de la Bavière[2],[5]. Alors que la population munichoise était de 40 000 habitant, l’événement réunit 50 000 spectateurs[6] : la course fut un grand succès et la fête fut reconduite.

Fête agricole centrale[modifier | modifier le code]

tableau représentant la course de chevaux en 1823 avec la tente royale en arrière plan
Course de chevaux en 1823.

L'« association agricole bavaroise » (Landwirtschaftliche Verein in Baiern) fut fondée en 1810 avec pour objectif d'améliorer les pratiques et techniques agricoles dans le royaume. Elle permettait également de rapprocher le souverain de ses paysans autrefois méprisés, et de mettre en œuvre sa politique du souverain éclairé[7].

Le 14 octobre 1811 l'association organisa la première « foire agricole centrale » sur la Theresienwiese sous le nom de Zentral-Landswirtschaftsfest (ZLF). En 1836, le gouvernement de Haute-Bavière reconnut que la fête agricole et l'Oktoberfest, bien qu'ayant lieu simultanément, étaient des manifestations distinctes. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la foire agricole perdit de son importance et une partie des exposants quittèrent la Theresienwiese. En 1909, la ZLF eut lieu pour la première fois sur le Theresienhöhe, terrain adjacent à la Wiesn.

La disparition de l'association organisatrice durant la période nazie mit un terme temporaire à cette manifestation. Celle-ci renaquit en 1949 et fut alors organisée tous les deux ans jusqu'en 1974, tous les trois ans de 1975 à 1995. Depuis 1996, elle est programmée tous les quatre ans[8].

Développement[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Défilé du jubilé de 1835, avec tout d'abord un groupe d'hommes à cheval divisé en 2, les premiers jouant de la trompette, les seconds portant des drapeaux. Au-dessous on voit deux attelages
Défilé du jubilé de 1835.

En 1813, la Bavière était en guerre contre Napoléon et la fête n'eut pas lieu[9]. Dès 1815, des épreuves sportives se déroulèrent pendant la fête[10]. La fête se développa progressivement. Des arbres d'escalade vinrent s'ajouter à la piste équestres, bientôt suivis de jeux de quilles et de balançoires. Le premier carrousel[11] apparut en 1818 et l'année suivante, la ville de Munich devint l'organisatrice de la fête ; statut qu'elle a a conservé jusqu'aujourd'hui[12].

En 1835 eut lieu le premier jubilé de l'Oktoberfest pour ses 25 ans. Pour cette occasion, les habitants de Haute-Bavière furent invités à parader avec leurs habits journaliers[13]. Des courses de chars antiques, ainsi qu'un tournoi athlétique préfigurant les Jeux olympiques modernes furent également organisés[10].

La statue Bavaria, de Ludwig Schwanthaler et Leo von Klenze, fut inaugurée en 1850[9]. Le «temple de la gloire» Ruhmeshalle fut installé à ses pieds en 1853[14]. Quelques éditions de la fête furent annulées. En 1853 une épidémie de choléra empêcha le déroulement de la fête en 1854, ce fut la guerre austro-prussienne en 1866 et la guerre franco-allemande en 1870[15].

À la fin du XIXe siècle, la fête d'octobre se transforma peu à peu en fête foraine, pour prendre l'aspect sous lequel elle est connue aujourd’hui[16]. Pour profiter des conditions climatiques plus clémentes de fin septembre, la fête fut avancée en 1872 pour que seul le dernier dimanche de fête fût en octobre[17],[18]. En 1881 s'ouvrirent les premières rôtisseries de poulets[9]. En 1886, apparurent les premières ampoules électriques de l’Oktoberfest. L'eau et le gaz furent installés l'année suivante[17]. La première grande tente fut construite en 1895 sous le nom de Zum Winzerer Fähndl ; d'autres suivirent, et, en 1907, six grandes tentes furent installées par les brasseries munichoises[19]. En 1898 par Bernhard Dietrich écrivit la chanson pour trinquer célèbre sur l'Oktoberfest : « Ein Prosit der Gemütlichkeit. 1-2-3-gsuffa » dont le titre se traduit par « Santé !, convivialité, 1-2-3-c'est bu! »[20].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Monument en mémoire de l'attentat de 1980, ayant un aspect métallique
Monument en mémoire de l'attentat de 1980
Aquarelle montrant une vue aérienne du site de l'Oktoberfest en 1930, avec la Bavaria en arrière plan et une grande tribune avec des drapeaux de la ville de Munich et de la Bavière la surplombant, sous un ciel nuageux
Oktoberfest en 1930.

En 1910, la Wiesn fêta ses cent ans, un grand défilé fut organisé pour l'occasion avec pas moins de 1 000 participants[21],[22]. Cette année-là, 12 000 hectolitres de bières furent vendus[15]. La tente Braürosl, construite en 1913 avec une capacité de 12 000 visiteurs sur 10 500 m2, brûla partiellement pendant la guerre et ne conserva cette taille qu'un an[23]. De nos jours, la tente de la Hofbräu München, avec environ 10 000 places, revendique le titre de la plus grande tente sur la pâture[24].

La fête n'eut pas lieu de 1914 à 1918 à cause de la Première Guerre mondiale. En 1919 et en 1920, seule une petite « fête d'automne » eut lieu[15]. La vente de la bière de l’Oktoberfest, titrant environ 2 degrés d'alcool de plus que la bière normale, n'est alors pas autorisée[25],[26]. Enfin, en 1923 et 1924, l'inflation obligea à de nouvelles annulations[15]. e

En 1933, les Juifs furent interdits d'Oktoberfest et, en 1936, le drapeau bleu et blanc de la Bavière fut remplacé par le drapeau à croix gammée[8]. La fête fut récupérée par les nazis en 1935 pour le 125e anniversaire de la fête ; le mot d'ordre est « Stolze Stadt - Fröhlich Land », soit « ville fière, campagne joyeuse »[27]. Durant la Seconde Guerre mondiale, soit de 1939 à 1945, la fête fut annulée[15]. Enfin durant l'après-guerre, de 1946 à 1948, seule une « fête d'automne » fut mise en place[26]. Depuis sa création, la fête a ainsi été annulée au total vingt-quatre fois[15].

En 1950 naquit la tradition des douze coups de canon qui marquent l'ouverture de la fête, ainsi, que celle qui veut que le maire de Munich (l'Oberbürgermeister), à l'époque Thomas Wimmer, doive tirer du premier tonneau, la première bière de la fête en déclarant « O' zapft is! » (« la bière est tirée »), à midi précis, et marquant le début de la vente de boissons alcoolisées sur le champ[28]. Au cours des décennies suivantes, la fête de la bière se développa pour devenir la plus grande fête foraine au monde[29].

Les courses de chevaux furent abandonnées en 1913[30]. Les nazis les réintroduisirent de 1934 à 1938[27]. Après la guerre, seules les années de jubilé comportèrent des courses hippiques, à savoir les 150e et 200e anniversaires, respectivement en 1960 et 2010[29],[31].

Le 26 septembre 1980, un militant d'extrême-droite plaça près de l'entrée principale une bombe qui tua treize personnes et en blessa près de deux-cents autres[32]. C'est l'attentat le plus meurtrier de l'histoire allemande[29].

Article détaillé : Attentat de l'Oktoberfest.

L'Oktoberfest de nos jours[modifier | modifier le code]

L’Oktoberfest attire chaque année plus de six millions de visiteurs, parmi lesquels de nombreux étrangers. Ils représentent environ 19 % des personnes présentes sur la Wiesn ; parmi eux 17 % sont des Italiens, suivis par les Américains et les Britanniques. De manière plus étonnante, plus de 70 % des personnes sur l'Oktoberfest viennent de Bavière, seuls 9 % viennent du reste de l'Allemagne[33],[34]. Depuis les années 2000 environ, les touristes viennent de plus en plus à la Wiesn en habits traditionnels bavarois, à savoir le Lederhose pour les hommes et le Dirndl pour les femmes[35].

La consommation excessive d'alcool de certains visiteurs devient un problème grandissant. Afin de préserver la bonne ambiance, une initiative a été prise en 2005 afin de responsabiliser les visiteurs, sous le nom Ruhige Wiesn. De même, sous les tentes, seule la musique traditionnelle allemande a droit de cité jusqu'à 18h ; plus tard, de la musique pop est également jouée, avec une limitation de la puissance sonore à 85 dB. Tout cela est mis en œuvre pour permettre à l'Oktoberfest de rester un endroit accueillant pour les familles et les personnes âgées[36].

Musée de la bière et de l'Oktoberfest[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bier- und Oktoberfestmuseum.

Le Bier- und Oktoberfestmuseum ou « musée de la bière et de l'Oktoberfest » a été ouvert en 2005 dans une vieille maison de Munich construite en 1397. Il est consacré à la fois à l'histoire de cette boisson et à celle de la fête. Outre des expositions, on y trouve également des cours de dégustation de bière et un petit débit de boissons.

Temps forts[modifier | modifier le code]

Défilé inaugural[modifier | modifier le code]

Bien qu'au XIXe siècle les brasseurs se rendaient à la fête sur des chariots parfois très décorés, on ne peut toutefois pas parler de défilé pour les éditions de cette époque : les brasseurs arrivaient généralement en ordre dispersé[37].

Steyrer Hans est considéré comme le précurseur du défilé inaugural. Pour faire de la publicité, ce brasseur décora en 1879 ses deux attelages, l'un pour la bière et l'autre pour le service, pour se rendre sur la Theresienwiese. Le défilé de l’Armbrustschützengilde, la « guilde des arbalétriers » avec ses membres déguisés en lansquenets, fut fondée en 1891 et fait également figure de précurseur du défilé inaugural[37]. À partir de 1909, avec l'apparition des problèmes de circulation, le défilé dut contourner la Marienplatz. C'est seulement en 1925 que, pour la première fois, plusieurs brasseurs firent le chemin ensemble. Il s'agit des taverniers de la Löwenbraü, de la Pschorrbraü et de la Thomasbraü. En 1933, le régime nazi nouvellement en place imposa à tous les taverniers de participer à ce défilé. Finalement, en 1936, les serveuses et les brasseurs furent également priés d'y prendre part. Depuis 1960, le défilé est limité à 90 chevaux et les camions en ont été bannis[38] ; il s'agit désormais d'un véritable spectacle[39].

Depuis, le défilé, démarrant le samedi matin de la Sonnenstrasse, une rue de Munich, marque le début de l'Oktoberfest. Il est mené par une jeune fille déguisée en moine, le Münchner Kindl, symbole de la ville, et par le maire en fonction[40],[38]. Dans le défilé on trouve de magnifiques attelages tirant des chariots portant des tonneaux (vides de nos jours) aux couleurs de chaque brasserie, ainsi que des chariots dans lesquels se trouvent les serveurs et brasseurs allant officier pour deux semaines. Parfois, des orchestres de Guggenmusik défilent également[41].

Ouverture du premier tonneau[modifier | modifier le code]

Tonneaux de la Schottenhammel.

Après l'arrivée du défilé sur la Wiesn, le maire se rend dans la tente Schottenhamel pour y ouvrir le premier tonneau. Cette tradition date de 1950 et a été initiée par Thomas Wimmer, le maire de Munich de l'époque[42],[28]. À midi pile, avec l'annonce en dialecte bavarois « O’zapft is! » (en haut allemand : « Es ist angezapft », soit « le tonneau est mis en perce », « la bière est tirée »), il ouvre officiellement l'Oktoberfest et permet ainsi aux autres tentes de commencer à vendre la bière[43]. Depuis 1978, l'habitude a été prise de donner la première Mass au ministre-président bavarois[28].

Chaque année, on observe avec attention le nombre de coups de maillet sur le robinet que devra donner le maire avant que la bière ne se mette à couler. Il y a même des paris sur le sujet. Le record est de deux coups : Christian Ude en 2005, 2008, 2009, 2010 et 2011[44],[45] ; la pire performance est à mettre au passif de Thomas Wimmer en 1950, qui, par manque de préparation à cette tâche, a dû asséner dix-neuf coups[46],[28].

Défilé costumé[modifier | modifier le code]

Défilé à pied en habit d'époque.

La Bavière a une longue tradition de défilés costumés[47], pour des occasions religieuses[48] ou pour accueillir des hôtes de marque tel que l'empereur ou le pape[47]. En ce qui concerne l'Oktoberfest, ces défilés étaient d'abord réservés aux années de jubilé ou de mariage princier, comme en 1835, 1842, 1895, 1910 et 1935. Ainsi, en 1835, environ 1 000 personnes défilèrent de la résidence de Munich à la Theresienwiese[49]. En 1910, ils étaient 2 000, avec treize fanfares et quatre-vingts drapeaux[50]. À partir de 1948, le défilé (Trachten- und Schützenzug en allemand) revient chaque année.

Le défilé actuel est composé de soixante groupes. Comme le défilé inaugural, il est ouvert par le Münchener Kindl, une jeune fille déguisée en moine, emblème de la ville de Munich. Celui-ci est directement suivi par le maire de la ville, accompagné depuis 1978 du ministre-président bavarois. Suivent des groupes costumés, des fanfares, des porteurs de drapeaux, des groupes en uniformes et des attelages tirant des tonneaux de bière[51]. En 2009, le défilé réunissait 8 000 participants et 250 000 spectateurs sur ses 7 km de long[52]. Il a lieu le premier dimanche de la fête[51].

Garçons en habit traditionnel (1890).

Tenues vestimentaires[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Lederhose et Dirndl.

Les années 2000 ont vu le retour des habits traditionnels sur l'Oktoberfest et sont portés par les visiteurs tant bavarois qu'étrangers. Pour les hommes, il s'agit d'une culotte de peau et à bretelle, le Lederhose. C'est un habit des paysans alpins qui est couramment complété par une chemise à carreaux, rouges et blancs ou bleus et blancs. Les chaussettes montantes couvrent les mollets mais il arrive qu'elles ne recouvrent pas le pied, dans le cas des Wadlwärmer ou Loferl. Les Lederhosen sont des habits très résistants et peuvent donc être achetés d'occasion[53],[54]. Pour compléter le tout, on porte en général des chaussures de cuir basses (Haferl).

La robe Dirndl date du XIXe siècle et la mini-Lederhose sont les vêtements traditionnels féminins.

Malgré leur côté traditionnels ces vêtements font l'objet de mode et de recherche vestimentaire.

Tentes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tentes de l'Oktoberfest.

Toutes les brasseries munichoises — Augustiner, Hacker-Pschorr, Hofbräu München, Löwenbräu, Paulaner et Spaten — sont présentes à l’Oktoberfest où elles ont au moins une tente. Depuis le 6 août 1926, seuls les taverniers de Munich ont le droit de tenir un débit de boisson sur l'Oktoberfest[55]. De nos jours, on compte quatorze grandes tentes permettant d'accueillir environ 10 000 personnes chacune ainsi qu'une quinzaine de tentes plus petites. Une grande partie d'entre-elles datent de la fin du XIXe siècle[56],[57].

L'affluence est très forte aux heures de pointe. Depuis 1988, les tentes ferment leurs portes lorsqu'elles sont pleines[58]. Pour mieux informer les visiteurs, la ville de Munich a mis en place un « baromètre » qui permet de déterminer les périodes d'affluence[59].

Les tentes servent principalement de la bière blonde. La seule l'exception est la Weinzelt — littéralement tente du vin — qui sert de la bière blanche jusqu'à 21 h puis du vin de Franconie par la suite[60]. Il est également possible de se restaurer dans les tentes et commander avec une Mass un demi-poulet et des bretzels géants (30 cm).

Les tentes sont ouvertes de 10 h jusqu'à 23 h 30. La dernière tournée a lieu à 22 h 30, à l'exception des tentes Käfers Wiesnschänke et Weinzelt qui restent ouvertes jusqu'à h[61].

Bières et chopes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Märzen et Mass.
Chopes en verre
chope cylindrique en céramique émaillée, de couleur grise, avec décor polychrome du portrait d'un couple de mariés entouré d'un cœur de feuillage, roses et rubans, et inscription « 200 JAHRE 1810 Oktoberfest », munie d'un couvercle métallique ouvragé d'un bas relief
Maß en céramique du jubilé de l'Oktoberfest

Seules les brasseries munichoises ont le droit de vendre de la bière sur la Wiesn ; elles doivent suivre scrupuleusement le Reinheitsgebot (« loi de pureté »), un règlement strict datant de 1516 et étendu à toute l'Allemagne en 1906, établissant les ingrédients autorisés pour le brassage de la bière : l'orge, le houblon et la levure.

Parmi les dizaines de types de bières de Bavière, seuls 2 ou 3 sont proposés lors de la fête. L'accent est mis sur la convivialité et non sur la biérologie contrairement à certains festivals anglo-saxons. La bière de l'Oktoberfest a une densité primitive de moût comprise entre 13,5 et 14 %. Elle fermente pendant huit semaines et titre environ 2 % au-dessus de la bière blonde allemande habituelle qui fermente généralement quatre semaines[62]. Ce procédé permettait au XIXe siècle d'entreposer la bière durant l'été sans que celle-ci ne risque d'aigrir. Depuis 1872, la bière de l’Oktoberfest est très majoritairement de la Märzenbier (bière de mars). Gabriel Sedlmayr est le premier à brasser cette bière en 1871 selon une méthode viennoise. Depuis 1953, on sert également de l'Edelstoff, une bière encore plus blonde, brassée par Augustiner. Une bière brune, la Dunkel, était initialement présente et a disparu progressivement : en 1981, seules deux tentes en servaient encore. Au XXIe siècle elle n'est plus proposée à la vente[62].

Les marques Wiesen-Bier, Wiesen-Märzen et Münchener Oktoberfestbier sont des marques déposées par l'association des brasseries munichoises depuis 1952[55]. On peut également acheter ces bières en supermarchés ou dans les magasins spécialisés durant la période de la fête[63].

La bière est servie dans des chopes nommées Mass (Maß). Le terme Mass signifie « mesure » et est également l'abréviation à Masskrug « chope d'un litre ». Il n'est pas possible de commander un verre à bière de plus petite contenance, à moins de consommer de la bière blanche (Weissbier) qui est servie en volumes de 0,5 litre. Les Mass ne sont plus en terre cuite mais en verre afin de limiter la fraude sur la quantité de bière servie dans les tentes. Bien que le verre conserve moins bien la fraîcheur, il permet au client de mieux visualiser le niveau et la couleur de ce qui lui est servi[64].

Les chopes appartiennent aux brasseurs, il est donc interdit de les emporter. Pendant les années 1980 et 1990, le nombre de vol augmente considérablement. Pour lutter contre ce phénomène un service de sécurité spécial est mis en place à la sortie des tentes. En 2008, celui-ci a saisi 200 000 chopes volées[65]. Les brasseurs demandent depuis de nombreuses années que le vol soit puni au moyen d'amendes systématiques. Cependant, la police ne relève que rarement l'infraction[66]. Il est possible d'acheter des chopes de bière auprès des brasseries, un système d'identification permet aux agents de sécurité de distinguer les chopes achetées et celles dérobées.

Musique[modifier | modifier le code]

Kapelle en action.

La musique joue un rôle essentiel sur l’Oktoberfest. Jusqu'en 1889, les musiciens jouaient dehors, autour des débits de boisson, et la musique était très diversifiée. Elle était présente pendant la course hippique par exemple, à l'occasion de laquelle étaient joués des marches militaires ou des extraits d'opéras, de Richard Wagner notamment[67]. L'arrivée des grandes tentes changea la donne et à partir de 1889, les musiciens n'eurent plus le droit de jouer qu'à l'intérieur. Georg Lang fit office de pionnier dans le domaine en comprenant que l'ambiance est profitable aux affaires ; c'est dans sa tente que joua la première Kapelle[68] (littéralement « chapelle », mais désignant ici un petit orchestre). C'est aussi dans sa tente qu'en 1898 fut joué pour la première fois le célèbre refrain de Berhnard Dietrich : « Ein Prosit, ein Prosit der Gemütlichkeit! Oans - zwoa - drei - gsuffa! », qui sert encore aujourd'hui à trinquer[19],[20]. Par la suite, la police essaya d'interdire les chansons à boire et, en 1922, la fameuse chanson fut ainsi interdite[69].

De nos jours, chaque tente possède un orchestre nommé Kapelle. Alors que jusque dans les années 1970, la musique était quasiment exclusivement traditionnelle, depuis, les Kapellen n'hésitent pas à jouer des morceaux à la mode, pourvu qu'ils soient entraînants. Chaque Kapelle et donc chaque tente a son propre style ; le public est mis à contribution de manière systématique assurant l'ambiance[70].

Depuis 1984, la chanson la plus jouée pendant l’Oktoberfest obtient le titre de Wiesn hit décerné par la presse locale[71]. Parmi les récipiendaires de cette récompense, on remarque les titres suivants : Skandal im Sperrbezirk, Life is Life, Sierra Madre, Hey Baby, Macarena, Mambo No. 5, Anton aus Tirol, Viva Colonia et Männer sind Schweine[70].

Attractions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Attractions de l'Oktoberfest.

Boire de la bière et se restaurer ne sont pas les seules occupations de l'Oktoberfest : environ deux-cents attractions sont présentes et assurent le caractère familial de la fête. Beaucoup de familles de forains participent à la fête depuis plus d'un siècle[72]. On compte environ deux-cent-soixante-dix forains, qui vivent le temps de l’Oktoberfest avec leurs familles sur la Wiesn, cela représente au total 1 200 personnes[73].

Grande roue

Grande roue[modifier | modifier le code]

La première grande roue sur l’Oktoberfest a été installée en 1880 et faisait 12 mètres de haut. Depuis 1979, la grande roue atteint une hauteur de 50 mètres et permet ainsi d'embrasser du regard l'ensemble de la Wiesn[74].

Hexenschaukel[modifier | modifier le code]

Littéralement la « balançoire de la sorcière », l'Hexenschaukel est une attraction basée sur l'illusion apparue dès 1894 sur l’Oktoberfest, elle appartient alors à Carl Gabriel[75]. L'attraction étant ancienne et demandant donc un grand soin, elle ne voyage plus de fête foraine en fête foraine mais reste à Munich où elle n'est sortie que pour l’Oktoberfest[76].

Toboggan[modifier | modifier le code]

Toboggan en bois de couleur rouge, avec un escalator pour accéder au sommet
Toboggan

Un toboggan (le mot allemand est « Rutsche ») a été monté pour la première fois en 1907 par Franz Anton Bausch. Il fait des émules et, dès 1908, trois toboggans sont installés sur l'Oktoberfest[77]. L'attraction actuelle date de 1933[78]. Elle a subi depuis quelques modifications : le nombre de toboggans est passé de deux à un, la tour est devenue plus petite, et le toboggan restant est devenu mobile. Il a un dénivelé de 8 mètres[79].

Teufelsrad[modifier | modifier le code]

Littéralement « roue du diable », la Teufelsrad, installée en 1910[77], consiste en une roue en bois de 5 mètres de diamètre posée à l'horizontale, sur laquelle s'assied le visiteur, et qui tourne de plus en plus vite. Le défi est de rester le plus longtemps dessus. Les gérants de l'attraction de leur côté essaient de faire tomber les visiteurs au moyen de lassos. Le spectacle est commenté de manière humoristique par un « Rekommandeur », ce qui rend le jeu particulièrement divertissant. Des combats de boxe de spectateurs sont également parfois organisés sur ces roues[80].

Schichtl[modifier | modifier le code]

La Schichtl, dénommé d'après son fondateur Michael August Schichtl[81], présente des curiosités et des spectacles de magie aux spectateurs depuis 1869. Le tour le plus connu est celui où une personne choisie dans le public est décapitée à l'aide d'une guillotine. Il a été créé dans les années 1880. On estime à plus de 9 000 le nombre de spectateurs décapités par l'attraction[82],[83].

Pitt's Todeswand[modifier | modifier le code]

Le Pitt's Todeswand (mur de la mort de Pitt) est une attraction où des motos roulent sur les murs d'une enceinte cylindrique de 8 mètres de haut et de 12 mètres de diamètre. Les pilotes y effectuent des acrobaties afin d'impressionner le public[84]. L'attraction date de 1934[78].

Olympia Looping[modifier | modifier le code]

Olympia Looping, qui est un grand-huit, vue de nuit
Olympia Looping de nuit
Article détaillé : Olympia looping.

Olympia Looping est un parcours transportable de montagnes russes assises construit par Anton Schwarzkopf et Werner Stengel en 1989[73]. Il appartient à Rudolf Barth. Il est l'un des parcours les plus grands au monde et le seul à posséder cinq loopings verticaux[85].

Krinoline[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pavillon Dansant.

Il s'agit d'un carrousel très populaire construite en 1924, mais installée seulement l'année suivante la fête n'ayant pas lieu cette année là pour cause d'inflation, et inspiré par la structure des robes de crinoline[86].

Données chiffrées[modifier | modifier le code]

Dates d'ouvertures[modifier | modifier le code]

Entrée principale délimitée par une haie indiquant Willkommen zum Oktoberfest.
Entrée principale
Rôtisserie de poulets.
Rôtisserie de poulets

Afin de profiter de meilleures conditions climatiques, la fête débute en septembre depuis 1872. L'ouverture se fait le premier samedi suivant le 15 septembre, la clôture se fait normalement le premier dimanche d'octobre. De plus, depuis l'an 2000, la règle est la suivante : si le 1er ou 2 octobre est un dimanche, alors la fête est prolongée au 3 octobre, jour de la fête nationale allemande. La fête dure donc de 16 à 18 jours.

Dates de l'Oktoberfest
Année Dates Remarques Nombre de visiteurs (millions)
2000 16 sep. - 3 oct. 18 jours, petite Wiesn avec fête de l'agriculture 6,9
2001 22 sep. - 7 oct. 5,5
2002 21 sep. - 6 oct. 5,9
2003 20 sep. - 5 oct. 6,3
2004 18 sep. - 3 oct. avec fête de l'agriculture 5,9
2005 17 sep. - 3 oct. 17 jours, avec le 3 octobre 6,1
2006 16 sep. - 3 oct. 18 jours, avec le lundi 2 octobre et mardi 3 octobre en plus 6,5
2007 22 Sep. - 7 oct. 6,2
2008 20 sep. - 5 oct. 175e Oktoberfest, avec fête de l'agriculture 6,0
2009 19 sep. - 4 oct. 5,7
2010 18 sep. - 4 oct. 200 ans de l'Oktoberfest 6,4
2011 17 sep. - 3 oct. Wiesn historique reconduite 6,9
2012 22 sep. - 7 oct. 6,4
2013 21 sep. - 6 oct. 6,4
2014 20 sep. - 5 oct. 6,5

Les tentes ouvrent le premier week-end dès h, quand bien même les premières bières ne peuvent être servies qu'à partir de midi. En semaine les tentes ouvrent traditionnellement de 10 h à 23 h 30 et le week-end de h à 23 h 30. Les dernières bières sont servies à 22 h 30. Les stands ont approximativement les mêmes horaires d'ouverture que les tentes.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Courbes représentant le nombre de visiteurs depuis 1980 en million et consommation de bière en million de litres, alors que le nombre de visiteurs oscille sans vraiment monter, la consommation de bière suit une progression constante.
Nombre de visiteurs depuis 1980 en million (courbe rouge) ; consommation de bière en million de litres (courbe bleue)[87],[65]

La Theresienwiese s'étend sur 42 hectares. Les tentes en occupent 31. Le nombre moyen de visiteurs est d'environ 6 millions. Le record de visiteurs a été atteint en 1985 avec 7,1 millions[88] de personnes. Il y a 100 000 places assises au total, dont environ un quart à l'extérieur dans les Biergärten[65]. L'Oktoberfest emploie chaque année 12 000 personnes, dont 1 600 serveurs. On y distribue 60 000 hectolitres de bière et 500 000 poulets rôtis[65]. Le chiffre d'affaires total était en 2009 de 450 millions d'euros[89].

Un sondage de 2008 montre que 53 % des visiteurs ont 30 ans ou plus, 49 % sont des femmes et 19 % sont étrangers. Les nationalités les plus représentés sont les Italiens et les Américains qui représentent respectivement 17 % et 14 % des nationalités étrangères. Les deux suivantes sont les Britanniques et les Australiens avec respectivement 12 % et 11 % du public non allemand. La grande majorité des visiteurs est formée par des habitués de la fête. Seuls 22 % des sondés viennent sur la Wiesn pour première fois et 75 % d'entre eux y viennent plus d'une journée[34].

La ville de Munich, organisatrice de l'événement, a fait 3,85 millions d'euros de recette en 2009, pour des dépenses à hauteur de 4,2 millions. De plus les visiteurs ont dépensé pendant les deux semaines de la fête aux alentours de 830 millions d'euros. La récession a créé un manque à gagner estimé à 120 millions d'euros[90]. D'après le rapport de l'administration économique de Munich, chaque visiteur dépense en moyenne 61 euros[34].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

De nombreux plats traditionnels sont servis durant la fête : Hendl (« poulet »), Schweinebraten (« rôti de porc »), Schweinshaxe (brochette de porc), Steckerlfisch (« brochette de poisson »), Würstl (« saucisses »), Brezn (« bretzel »), Knödel (« quenelle »), Kasspatzn (« nouilles au fromage »), Reiberdatschi (« galette de pomme de terre »), Sauerkraut ou Rotkohl/Blaukraut (« choucroute et chou-rouge »), Obatzda (« fromage à pâte fraîche ») et Weisswurst (« saucisse blanche »). Quantitativement, cela représente :

Brochettes de poissons, Oktoberfest de 1931.
  • Bière : 7 100 000 litres (dont 151 200 litres de bière sans alcool)
  • Vin : 89 259 litres ;
  • Mousseux : 37 733 litres ;
  • Café et thé : 245 335 litres ;
  • Eau et limonade : 1 028 522 litres ;
  • Poulet : 505 901 unités ;
  • Saucisse de porc : 119 302 paires ;
  • Poisson : 40 850 kg ;
  • Rôti de porc : 69 293 unités ;
  • Bœuf : 119 unités[65].

Évolution des prix[modifier | modifier le code]

Capsule de bière du 500e anniversaire du Reinheitsgebot munichois
Article détaillé : Histoire de l'Oktoberfest.

En 2009, une banque privée a publié une étude sur l'évolution des prix à l'Oktoberfest sur la période allant de 1985 à 2009. En se basant sur un indice, l'index des prix du visiteur de la Wiesn, qui est un panier comprenant 2 Masse de bière, un demi-poulet et un aller-retour en transport en commun, l'étude conclut à une augmentation des prix de 140 % sur 25 ans. Les prix sur la Wiesn augmentent deux fois plus vite que l'inflation. La bière est le bien dont le prix a le plus monté, avec 4 % par an, soit le double des autres produits sur l'Oktoberfest[91]. L'étude en conclut que l'Oktoberfest est une zone économique spéciale. La tendance s'est encore vérifiée en 2010 avec une majoration de 3,4 %, soit bien plus que le taux d'inflation allemand[92]. À titre de comparaison, entre 1950 et 2010, le prix de l'essence a augmenté de 347 % et celui de la bière sur l'Oktoberfest de 942 %[93].

D'après une étude de la ville de Munich, le prix de la bière dans la ville va, en 2010, de 6,60 € à 8,40 €[94].

Ci-dessous un tableau récapitulatif de l'évolution du prix de la bière ces dernières années dans les différentes tentes :

Prix de la Mass 2001[95] 2003[96] 2005[97] 2007[98] 2008[93] 2009[99] 2010[99] 2011[100] 2012[100] 2013[101] 2014[101]
Ammer 6,54 € 6,80 € 7,20 € 7,80 € 8,10 € 8,30 € 8,40 € 8,90 € 9,20 € 9,40 € 9,80 €
Armbrustschützen 6,49 € 6,75 € 7,20 € 7,80 € 8,20 € 8,55 € 8,75 € 9,00 € 9,35 € 9,85 € 10,05 €
Augustiner Festhalle 6,39 € 6,65 € 7,10 € 7,80 € 8,20 € 8,50 € 8,70 € 8,95 € 9,30 € 9,60 € 9,80 €
Bräurosl-Festhalle 6,39 € 6,70 € 7,15 € 7,85 € 8,25 € 8,55 € 8,80 € 9,10 € 9,40 € 9,80 € 9,95 €
Fischer-Vroni 6,49 € 6,80 € 7,10 € 7,80 € 8,25 € 8,60 € 8,60 € 9,10 € 9,50 € 9,80 € 10,00 €
Glöckle Wirt 6,29 € 6,70 € 7,05 € 7,80 € 8,10 € 8,40 € 8,70 € 8,95 € 9,35 € 9,70 € 9,85 €
Hacker Festhalle 6,54 € 6,80 € 7,10 € 7,90 € 8,30 € 8,60 € 8,80 € 9,10 € 9,40 € 9,80 € 9,95 €
Heilmaier. Hendlbraterei 6,29 € 6,60 € 6,95 € 7,50 € 7,90 € 8,10 € 8,10 € 8,80 € 9,20 € 9,50 € 9,70 €
Heimer. Entenbraterei 6,29 € 6,65 € 7,00 € 7,60 € 8,00 € 8,30 € 8,30 € 8,90 € 9,20 € 9,50 € 9,70 €
Hippodrom 6,54 € 6,70 € 7,20 € 7,90 € 8,30 € 8,60 € 8,60 € 9,10 € 9,40 €
Hochreiter Haxnbraterei 6,39 € 6,60 € 6,90 € 7,60 € 7,90 € 8,40 € 8,60 € 8,80 € 9,10 € 9,50 € 9,90 €
Hochreiter. Zur Bratwurst 7,80 € 8,10 € 8,60 € 8,60 € 8,90 € 9,30 € 9,70 € 10,10 €
Hofbräuhaus 6,47 € 6,75 € 7,10 € 7,85 € 8,25 € 8,55 € 8,80 € 8,95 € 9,35 € 9,75 € 9,90 €
Käfer Wiesn Schänke 6,54 € 6,80 € 7,10 € 7,90 € 8,30 € 8,60 € 8,80 € 9,10 € 9,50 € 9,80 € 10,00 €
Kalbskuchl 7,90 € 8,30 € 8,40 € 8,90 € 9,20 €
Löwenbräu Festhalle 6,49 € 6,80 € 7,25 € 7,90 € 8,30 € 8,60 € 8,85 € 9,1 € 9,40 € 9,85 € 10,10 €
Nürnberger Bratwurst Glöckl 6,34 € 6,60 € 7,10 €
Münchner Knödelei 6,60 € 6,95 € 7,70 € 8,50 € 8,60 € 8,90 €
Ochsenbraterei/Spatenbräu Festhalle 6,47 € 6,75 € 7,10 € 7,85 € 8,25 € 8,60 € 8,75 € 8,95 € 9,20 € 9,70 € 9,90 €
Paulaner Festhalle (Winzerer Fähndl) 6,44 € 6,70 € 7,10 € 7,85 € 8,25 € 8,60 € 8,80 € 9,1 € 9,20 € 9,80 € 9,95 €
Schottenhamel 6,49 € 6,80 € 7,25 € 7,90 € 8,30 € 8,60 € 8,80 €[102] 9,20 € 9,50 € 9,85 € 10,10 €
Schützen-Festhalle 6,49 € 6,75 € 7,20 € 7,90 € 8,30 € 8,30 € 8,80 € 9,20 € 9,50 € 9,80 € 10,05 €
Sieber 5,98 € 6,40 € 7,05 € 7,70 €
Vinzenz Murr 6,95 € 7,50 € 8,80 € 8,90 € 9,20 € 9,50 € 9,80 €
Wienerwald 6,08 € 6,30 € 6,80 € 7,30 €
Wildmoser Hühner- und Entenbraterei 5,98 € 6,50 € 6,90 € 7,50 € 7,95 € 8,30 € 8,50 € 8,90 € 9,40 € 9,50 € 9,80 €
Zum Stiftl 7,80 € 8,25 € 8,70 € 8,95 € 9,40 € 9,70 € 9,95 €
Évolution moyenne
par rapport à l'année précédente (en %)
+0,42 %[96] +2,03 %[103] +2,46 %[99] +2,5 %[92] +3,68 % +3,86 %

Ces hausses de prix donnent lieu à de nombreux débats dans la presse locale. Les brasseurs se défendent en disant simplement répercuter les hausses de prix aux consommateurs. De plus, ces hausses de prix n'influent pas sur la consommation de bière totale, celle-ci étant passée de 0,68 à 1,17 Mass par personne de 1981 à 2009.

Critiques[modifier | modifier le code]

Consommation d'alcool dans les allées[modifier | modifier le code]

Arrestation d'une personne en état d'ébriété.

Depuis quelques années se développe un phénomène inédit sur la Wiesn : les adolescents se mettent à consommer de l'alcool, bière et alcool fort, dans les allées avant d'accéder aux tentes, et ce parfois dès 7 h du matin. Ceci s'explique par le fait qu'il est de plus en plus difficile de rentrer dans les tentes, surtout le week-end, d'une part et d'autre part pour des raisons économiques : difficile de se payer une Mass à 8,30 € quand l'on ne gagne pas encore sa vie[104].

Difficultés pour réserver une table[modifier | modifier le code]

La réservation d'une table à l'Oktoberfest est en théorie possible, cependant le touriste se rend vite compte de la difficulté de la tâche. Les tentes sont gérées en effet par des taverniers de la région de Munich qui donnent les tables en priorité aux habitués de leurs établissements. Les autres viennent ensuite remplir d'interminables listes d'attente[105]. Cela a conduit à l'émergence d'un marché noir de revente de réservations de table, parfois fictives. Les prix montent parfois jusqu'à 1 850 € pour une table un samedi soir[106].

Par ailleurs le coût d'une réservation est lui aussi en constante augmentation. Depuis la fin des années 1990, la pratique veut que la réservation d'une table oblige à consommer un demi-poulet et 2 Masse. Cependant ces dernières années, les taverniers ont augmenté cet achat minimum avec des prix avoisinants les 65 €[107],[105]. La municipalité a promis d'endiguer le phénomène en édictant des règles[108].

Dérive commerciale et excès[modifier | modifier le code]

L'Oktoberfest est un des plus grands événements au monde. En termes de notoriété, un sondage mondial mené en 1999 par l'office du tourisme central allemand montrait que 91 % des sondés connaissaient l'Oktoberfest[34],[62]. La fête est donc logiquement quelque peu victime de son succès. Stefan Gabanyi, dans un article du Süddeutsche Zeitung, fait un résumé des dérapages de la fête. La fête se transformerait petit à petit en un grand événement marketing où les snobs du monde entier viendraient s'amuser, bien loin de la fête conviviale et traditionnelle qu'elle prétend être[109]. Henning Peitsmeier, journaliste au Frankfurter Allgemeine, écrit avec une touche d'ironie que les traces de la course hippique doivent être toujours présentes quelque part entre la « beuverie de masse »[110], DJ Ötzi et un petit groupe de danse bavaroise quelque peu perdu lui-aussi[111].

Fraude au remplissage[modifier | modifier le code]

Un autre sujet à discussion est le mauvais remplissage des chopes de bière. Pour limiter le phénomène, des associations se sont formées contre ces pratiques frauduleuses dès 1898[112]. Elles veillent à ce que les Masse contiennent au minimum 0,9 litre de bière - au lieu d'un litre -, la limite minimale fixée par la ville de Munich[113]. En septembre 2008, Jan-Ulrich Bittlinger, président de l'association, déclarait que les Mass contiennent de facto au maximum 0,9 litre de bière. Selon lui, la responsabilité en incombe à la ville de Munich qui autorise les brasseurs à servir 0,1 litre de bière de moins aux visiteurs, ce qui représente 0,8 € par Mass. Toujours selon lui, les brasseurs exploiteraient cette tolérance dans de larges mesures. En prenant l'hypothèse de Mass de 0,9 litre, la fraude totale sur les quinze jours de Wiesn s'élève à 4,8 millions d'euros[114],[115]. Le premier samedi de l'Oktoberfest 2008, l'association a testé 250 Masse de bière dans les différentes tentes. Le « record » a été alors établi par l'Augustiner Festhalle, où pas moins de 12 Masse contenaient moins de 0,8 litre de bière. De son côté l'administration chargée du respect de la loi, déclare avoir contrôlé en 2008 3 693 Mass. Parmi elles 5 % ont été considérées comme parfaitement remplies, 87 % respectant la tolérance légale sans être pleine, et donc seules 8 % enfreignaient la loi[65].

Informations[modifier | modifier le code]

Sécurité sur l'Oktoberfest[modifier | modifier le code]

Cour de l'administration, on y voit des camions de pompiers, des voitures de police
Cour de l'administration

Sécurité des attractions[modifier | modifier le code]

Les accidents techniques sont extrêmement rares sur l'Oktoberfest, les attractions sont testées de manière intensive avant le début de l'événement par une société d'inspection renommée[65]. Malgré toutes ces précautions, le 30 septembre 1996, un accident sur les montagnes russes Euro-Star causa 26 blessés. La raison de l'accident est une usure trop importante des freins de sécurité, non révélée par l'inspection. La ville de Munich déposa en conséquence une plainte contre l'ingénieur responsable de l'inspection pour blessures involontaires. Les poursuites ont par la suite été stoppées[116].

Services de secours[modifier | modifier le code]

Contrôle de police, un camion barre la route
Contrôle de police

Depuis 2003, au niveau des services administratif de la Wiesn, différent services de premières urgences ont été rassemblés, à savoir : la police, les pompiers et un centre de premiers secours géré par la Croix-Rouge. En 2008, elle est intervenue 3 225 fois, dont 634 pour des comas éthyliques[65]. En plus de celui de la Croix-Rouge, d'autre services de premiers secours sont mis en place : le premier se trouve dans la tente Fischer Vroni et est assuré par Aicher Ambulanz, un second géré par la Johanniter-Unfall-Hilfe se trouve dans la station de métro Theresienwiese sur demande de la MVG[117]. Au niveau de l'administration se trouve toujours une ambulance et même un mini-hôpital disposant d'une petite salle d'opération. Les appels aux services de secours sont plus nombreux pendant la Wiesn qu'en temps normal, des ambulances supplémentaires sont donc mises en place.

Police[modifier | modifier le code]

Large rue au milieu de laquelle ont été installés trois rangées de bacs amovibles en béton d'environ deux mètres garnis de plantes et de fleurs, afin de former une chicane pour canaliser la circulation automobile.
Chicanes

La police est postée en permanence sur la Wiesn, et son commissariat temporaire local possède un numéro de téléphone particulier[118]. À cause du grand nombre de visiteurs italiens, il y a depuis 2005 une délégation de policiers provenant de Bolzano qui est également en place[119].

La sécurité sur l'Oktoberfest a beaucoup évolué au fil des dernières décennies. Après l'attentat à la bombe de 1980, l'entrée principale de la prairie a été complètement modifiée. Depuis 2008, la Theresienwiese est interdite au public lors des préparatifs de la fête[120]. En 2009, le périmètre dans lequel les véhicules sont interdits a été élargi et les contrôles au volant ont été plus nombreux[120]. La raison invoquée est le risque d'attentat islamiste sur l'Oktoberfest. En 2010, la sécurité sur l'Oktoberfest a été complètement revue. Ainsi, la zone autour de l'Oktoberfest est maintenant divisée en 3 secteurs concentriques distincts, avec un accès de plus en plus restrictif[121]. Désormais la Theresienwiese est interdite au survol lors de la fête[122]. De plus, 170 blocs de béton ont été mis en place autour de la prairie, afin d'éviter qu'une voiture ou un camion piégé ne puisse forcer l'entrée pour exploser dans l'enceinte des festivités[123]. Le Bavariaring est coupé, afin de permettre l'arrivée rapide des services de sécurité et de secours en cas d'attentat sur la Wiesn. Un système de radio permet de plus à la police de faire rapidement évacuer à la fois la Theresienwiese et les stations de métro environnantes[124]. Par ailleurs, en 2008, 15 caméras surveillaient la Theresienwiese[65].

Depuis 2010, tous les animaux domestiques et en particulier les chiens sont interdits sur la Wiesn[125].

Afin de faire baisser les chiffres des vols, bagarres et agressions sexuelles autour de la Wiesn, les mesures de protections pour des visiteurs ont été élargies ces dernières années. On prendra pour exemple, l'action menée depuis 2003 et dénommée « Sichere Wiesn für Mädchen und Frauen », soit « une Wiesn sûre pour les filles et les femmes »[126].

Services d'hygiène[modifier | modifier le code]

Pour assurer la sécurité alimentaire des visiteurs de nombreux contrôle d'hygiène sont réalisés chaque année. En 2008, sur 6 483 analyses, 703 ont donné lieu à des remarques. De plus, 130 contrôles alimentaires ont été effectués, quasiment aucun n'a enfreint la législation[65].

Objets trouvés[modifier | modifier le code]

En 2008, 4 400 objets ont été trouvés sur la Wiesn. Les objets les plus représentés sont les téléphones portables, les cartes d'identité et les clés. En 2010 une prothèse dentaire a également été trouvée[87]. À chaque année son lot de surprises dans les objets retrouvés. Alors qu'en 2013, l'objet le plus loufoque était un Segway[127], au cours de l'édition 2014, c'est une cage de transport pour chat qui a été retrouvée[128].

Stockage de la bière[modifier | modifier le code]

Depuis 1984, la bière des tentes est stockée dans des containers d'environ 5 000 l. Ils ont l'avantage, outre la contenance, de maintenir la bière à une température constante (± 1 °C) même par journée de forte chaleur[129]. La brasserie Augustiner constitue une exception puisqu'elle n'a jamais renoncé à acheminer la bière dans des tonneaux de bois de 200 l, dit « Hirschen » soit les cerfs[130]. Dans les années 2010, certaines tentes se mettent à installer des systèmes plus modernes. Ainsi la tente Bräurosl disposent de 4 containers de 25 000 l combinés à un système d'acheminement de la bière très performant permettant de tirer 1 200 Mass par heure[131]. La tente Hacker a fait installé 250 m de tuyaux métalliques souterrains pour s'approvisionner à partir d'un ensemble de containers ayant pour contenance totale 100 000 l[132]. Dans tous les cas, les containers et fûts de bière sont réapprovisionnés chaque nuit entre minuit et 10 heures par un ballet de camions[133].

Alimentation énergétique et consommation d'eau[modifier | modifier le code]

Attraction foraine de nuit, illuminée de nombreux néons colorés
Skater de nuit

La longueur des câbles qui alimentent la Wiesn est de 43 kilomètres. Pas moins de 18 stations de transformation sont présentes, dont certaines souterraines. La consommation totale de la fête, incluant son montage, est de 2,7 millions de kilowattheure[65]. Une tente consomme environ 400 kilowatts, tandis qu'un parcours de montagnes russes en consomme 300. On trouve également sur la Theresienwiese quatre kilomètres de conduites de gaz pour alimenter les tentes. La consommation est de 180 000 m3 pour les cuisines et de 20 000 m3 pour les Biergärten[87]. Le fournisseur d'énergie principal de la Wiesn est la Stadtwerke München avec 61 % des installations, elle garantit la fourniture d'une électricité « écologique »[134]. La consommation d'eau totale sur la Wiesn est de 105 000 m3[65].

Comme une coupure de courant, même courte, pourrait créer une panique, tout le réseau électrique est doublé. Malgré ces précautions, une coupure d'électricité eu lieu le 25 septembre 2007. Elle a touché quatre tentes, dont deux pendant trois heures. À cause de fortes pluies, un câble s'est rempli d'eau, ce qui a fini par provoquer un court-circuit. Ce dernier a, entre autres, fait exploser la porte du container du transformateur situé près de l'hippodrome, il a donc fallu réparer[135]. La coupure ayant toutefois eu lieu en matinée, par chance, elle n'a eu de répercussions que sur les cuisines.

Pour renforcer le réseau de téléphonie mobile sur la Wiesn, un certain nombre d'antennes relais sont installées depuis 2002 le temps de la fête[136].

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Oktoberfest 2003, vue depuis la grande roue de nuit, on y voit la foule nombreuse déambuler dans les allées très illuminées
Oktoberfest 2003 vu la nuit depuis la grande roue

La MVV transporte à l'occasion de l'Oktoberfest environ 4 millions de visiteurs. Au total cinq stations de métro et de S-Bahn (RER local) desservent la Wiesn, à savoir : Theresienwiese (U4-U5), Schwanthalerhöhe (U4-U5), Goetheplatz (U3-U6), Poccistrasse (U3-U6), Hackerbrücke (S1 à 8)[137]. Malgré tout, le réseau est régulièrement saturé, en particulier en soirée. La station de métro Theresienwiese est desservie en heure de pointe toutes les deux minutes. À l'heure de la fermeture des tentes elle est parfois fermée temporairement, car complètement bondée. En plus des métros et des S-Bahn, des lignes de bus et de tramway desservent la fête[138]. Pour assurer la sécurité de ce flux exceptionnel de passagers, la MVV et la Deutsche Bahn mettent en place des équipes spécialement pour l'événement. Cela représente jusqu'à 200 travailleurs supplémentaires chaque jour[65].

À cause du nombre toujours trop élevé de visiteurs qui décident de rentrer chez eux en voiture, alors qu'ils ont consommé sur la Wiesn, la police renforce ses contrôles d'alcoolémie dans la région environnante de Munich lors de la fête. Elle va jusqu'à bloquer certaines routes et autoroutes, ce qui peut entraîner des bouchons.

Le second week-end de la fête, les Italiens viennent traditionnellement en grand nombre sur la fête, venus souvent avec leurs caravanes. Ce week-end est d'ailleurs souvent surnommé « le week-end des italiens » (Italienerwochenende)[139],[140]. L'administration locale essaie de canaliser ce flux de campeurs sur des zones dédiées, généralement en bordure de la ville et interdit tout stationnement dans les environs de la Theresienwiese[141]. Par exemple les parkings de l'Allianz Arena se transforment en camping pour l'occasion[142]. Malgré ces mesures, le stationnement autour de la Wiesn reste difficile. La fourrière effectue un gros travail dans ce secteur pour tenter d'améliorer la situation.

Depuis 2009, pour des raisons de sécurité, les stations taxi ont été déplacées, et sont maintenant un peu plus éloignées de la fête[143].

Sanitaires et déchets[modifier | modifier le code]

Chaque année 100 tonnes de déchets recyclables et 663 tonnes de déchets non recyclables sont générés par la fête. L'AWM, société chargée du traitement des ordures à Munich, est par ailleurs impliquée dans une politique de réduction de la production de déchets ou au moins de leur triage sur l'Oktoberfest[144]. Pour parvenir à cet objectif, et pour préserver le caractère traditionnel de la fête, la mairie de Munich a interdit depuis 1991 l'utilisation de vaisselle jetable et a instauré le tri-sélectif sur la Wiesn[134]. De nombreuses tentes économisent désormais l'eau en réutilisant celle servant à faire la vaisselle dans les toilettes de l'événement. Chaque année 6 400 m3 d'eau sont ainsi économisés[134]. Les allées sont nettoyées tous les matins afin d'en assurer la propreté. L'opération nécessite chaque année entre 162 et 282 m3 d'eau et permet de récolter de 180 à 243 tonnes de détritus[145]. Ces opérations de nettoyage sont financées conjointement par la mairie de Munich et par des sponsors de l'événement.

En 2004, les files d'attentes aux toilettes étaient devenues si longues, que la police a dû intervenir pour y maintenir l'ordre. En conséquence, le nombre de toilettes a été augmenté de 20 % dès l'année suivante. En 2008, il y avait 17 toilettes, toutes gratuites, sur la Wiesn. Ensemble ils rassemblent 964 cabinets, 878 mètres d'urinoir, auxquels s'ajoutent 17 toilettes pour handicapés[65].

Les visiteurs utilisant en grand nombre les cabinets pour passer leurs appels téléphoniques « au calme », il a été prévu dès 2005 de mettre en place des cages de Faraday et des brouilleurs afin d'enrayer le phénomène. Toutefois, les cages de Faraday étant très chères et les brouilleurs étant interdits en Allemagne, on se contenta de mettre en place des panneaux rappelant l'interdiction de téléphoner depuis les WC.

Influences[modifier | modifier le code]

Fêtes similaires[modifier | modifier le code]

Oktoberfest de Blumenau au Brésil.

Si la fête de la bière munichoise est la plus célèbre, il en existe de nombreuses autres en Allemagne, surtout au Sud ; l’Oktoberfest de Hanovre étant la plus importante au Nord, attirant plus d'un million de personnes chaque année. La Cannstatter Volksfest de Stuttgart est la deuxième plus importante fête de la bière[146].

Une Oktoberfest importante a lieu aussi chaque année à Kitchener, Ontario (Canada), avec 700 000 visiteurs. Aux États-Unis, aussi, des fêtes comparables sont organisées dans de nombreux endroits[147]. On en trouve même au Brésil où la plus réputée à Blumenau (dans l'État de Santa Catarina) attire 600 000 visiteurs[148]. Même à Antananarivo (Madagascar), un événement similaire suscite l'engouement[149].

Films[modifier | modifier le code]

L'Oktoberfest a inspiré de nombreux films. Cela va du policier, comme le film allemand éponyme de 2005 de Johannes Brunner : Oktoberfest, à la comédie comme le film américain de 2006 de Jay Chandrasekhar : Beerfest. Un premier long métrage du nom de l'événement avait déjà été tourné en 1987 par Dragan Kresoja[150].

Littérature[modifier | modifier le code]

Richard Bauer et Fritz Fenzl, dans leur livre de 1985, font un recueil d'extraits de la littérature allemande faisant référence à l'Oktoberfest. Parmi les passages cités on trouve : le Zigaretten-verkäufer de Herbert Achternbusch, Die wunderbare Isis de Oskar Maria Graf, Vervolgt vom Schicksal de Hans Hellmut Kirst, Die Riesendame der Oktoberwiese de Joachim Ringelnatz, Auf geht's de Eugen Roth, Münchenerinnen de Ludwig Thoma, Tingeltangel das Oktoberfest de Karl Valentin, ainsi que Oktoberfest de l'auteur américain Thomas Wolfe. Au total pas moins de 31 textes en rapport avec l'Oktoberfest sont reproduits[151].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Oktoberfestmanager est un jeu de simulation allemand développé par United Soft Media en l'honneur de "La Fête de la bière de Munich.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dering, Eymold 2010, p. 9
  2. a et b Dering, Eymold 2010, p. 16
  3. Möhler 1980, p. 242
  4. (de) « histoire de l'Oktoberfest sur le site officiel » (consulté le 1er mai 2011)
  5. Bauer, Fenzl 1985, p. 16
  6. Dering, Eymold 2010, p. 22
  7. Dering, Eymold 2010, p. 68
  8. a et b Dering, Eymold 2010, p. 12
  9. a, b et c (de) « histoire de l'Oktoberfest sur le site officiel, 2de partie » (consulté le 1er mai 2011)
  10. a et b Dering, Eymold 2010, p. 60
  11. Bauer, Fenzl 1985, p. 20
  12. Dering, Eymold 2010, p. 10
  13. Dering, Eymold 2010, p. 44
  14. Dering, Eymold 2010, p. 56
  15. a, b, c, d, e et f Dering, Eymold 2010, p. 267
  16. Dering, Eymold 2010, p. 82
  17. a et b Dering, Eymold 2010, p. 86
  18. Bauer, Fenzl 1985, p. 28
  19. a et b Dering, Eymold 2010, p. 95
  20. a et b Dering, Eymold 2010, p. 110
  21. Dering, Eymold 2010, p. 140
  22. Dering, Eymold 2010, p. 144
  23. Dering, Eymold 2010, p. 148
  24. (de) « page de la tente Hofbräu-Festzelt » (consulté le 31 août 2011)
  25. Dering, Eymold 2010, p. 151
  26. a et b Dering, Eymold 2010, p. 177
  27. a et b Dering, Eymold 2010, p. 169
  28. a, b, c et d Dering, Eymold 2010, p. 178
  29. a, b et c (de) « Histoire de l'Oktoberfest sur le site officiel, 3e partie » (consulté le 1er mai 2011)
  30. Dering, Eymold 2010, p. 62
  31. Dering, Eymold 2010, p. 265
  32. Dering, Eymold 2010, p. 203
  33. Dering, Eymold 2010, p. 246
  34. a, b, c et d (de) « Rapport économique sur l'Oktoberfest de la ville de Munich du 7 juillet 2011 » (consulté le 10 novembre 2011)
  35. Dering, Eymold 2010, p. 238
  36. (de) « histoire de l'Oktoberfest sur le site officiel, 4e partie » (consulté le 1er mai 2011)
  37. a et b Möhler 1980, p. 236
  38. a et b Dering, Eymold 2010, p. 210
  39. Möhler 1980, p. 238
  40. (de) « Défilé inaugural » (consulté le 23 juin 2011)
  41. (de) « Défilé inaugural » (consulté le 23 juin 2011)
  42. (de) « histoire de la tente Schottenhamel » (consulté le 18 juin 2011)
  43. (de) « inauguration de la 174e Wiesn », Süddeutsche Zeitung,‎ 22 septembre 2007 (lire en ligne)
  44. (de) « Statistiques de Christian Ude pour l'ouverture du tonneau » (consulté le 18 juin 2011)
  45. (de) « Christian Ude ouvre le tonneau en deux coups pour la quatrième fois d'affilée » (consulté le 21 septembre 2011)
  46. (de) « Ozapft is » (consulté le 18 juin 2011)
  47. a et b Huber 2009, p. 5
  48. Huber 2009, p. 11
  49. Huber 2009, p. 21
  50. Huber 2009, p. 49
  51. a et b Huber 2009, p. 68
  52. Dering, Eymold 2010, p. 184
  53. Dering, Eymold 2010, p. 239-245
  54. Dering, Eymold 2010, p. 2
  55. a et b Dering, Eymold 2010, p. 13
  56. (de) « partie tente du site officiel de l'Oktoberfest » (consulté le 2 mai 2011)
  57. Dering, Eymold 2010, p. 222-227
  58. Dering, Eymold 2010, p. 252
  59. (de) « baromètre de l'Oktoberfest sur le site de la ville de Munich » (consulté le 2 mai 2011)
  60. (de) « Site officiel de la Weinzelt » (consulté le 19 novembre 2011)
  61. (de) « page de la tente Käfers Wiesn-Schänke » (consulté le 1 septembre 2011)
  62. a, b et c Dering, Eymold 2010, p. 205
  63. (de) « Oktoberfestbier sur le site de la maire de Munich » (consulté le 8 décembre 2011)
  64. Dering, Eymold 2010, p. 208
  65. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (de) « compte rendu de l'Oktoberfest 2008, sur mstatistik-münchen »
  66. (de) « vol de Mass sur l'Oktoberfest » (consulté le 1er juin 2011)
  67. Möhler 1980, p. 218
  68. Möhler 1980, p. 222
  69. Möhler 1980, p. 224
  70. a et b Dering, Eymold 2010, p. 212
  71. (de) « Musique sur l'Oktoberfest » (consulté le 1er juin 2011)
  72. (de) « liste d'attractions sur Ganz-München » (consulté le 18 juin 2011)
  73. a et b Dering, Eymold 2010, p. 201
  74. (de) « la grande roue sur le site officiel » (consulté le 2 mai 2011)
  75. Dering, Eymold 2010, p. 164
  76. (de) « la mad house de l'Oktoberfest » (consulté le 2 mai 2011)
  77. a et b Dering, Eymold 2010, p. 132
  78. a et b Dering, Eymold 2010, p. 198
  79. (de) « l'histoire du toboggan » (consulté le 17 juin 2011)
  80. (de) « la Teufelsrad sur Ganz-München » (consulté le 18 juin 2011)
  81. (de) (de) « 175ème Oktoberfest dans le Süddeutsche Zeitung » (consulté le 2 mai 2011)
  82. (de) Christian Mayer, « article sur la Schichtl », Süddeutsche Zeitung,‎ 26 septembre 2007 (lire en ligne)
  83. Dering, Eymold 2010, p. 129
  84. (de) « site du Pitt's Todeswand » (consulté le 18 juin 2011)
  85. (de) « site de l'Olympia Looping » (consulté le 18 juin 2011)
  86. (de) « Krinoline » (consulté le 18 janvier 2014)
  87. a, b et c (de) « la Wiesn en chiffres » (consulté le 6 mai 2011)
  88. (de) « 6 millions de visiteurs sur la Wiesn », Abendzeitung,‎ 14 septembre 2010 (lire en ligne)
  89. (de) « l'Oktoberfest en chiffres » (consulté le 6 mai 2011)
  90. (de) « l'Oktoberfest, machine à pognon », Focus,‎ 17 septembre 2010 (lire en ligne)
  91. (de) « L'inflation est deux fois plus rapide sur la Wiesn », Spiegel,‎ 29 septembre 2009 (lire en ligne)
  92. a et b (de) B. Martin Greive, « l'inflation galope sur l'Oktoberfest », die Welt,‎ 18 septembre 2010 (lire en ligne)
  93. a et b (de) « inflation sur l'Oktoberfest » (consulté le 7 mai 2011)
  94. « où la bière est la moins chère? », Focus online,‎ 31 août 2010 (lire en ligne)
  95. (de) « évolution des prix sur l'Oktoberfest », Rathaus Umschau,‎ 17 mai 2002 (2001–2002 lire en ligne)
  96. a et b (de) « évolution des prix sur l'Oktoberfest », Rathaus Umschau,‎ 13 mai 2003 (lire en ligne)
  97. (de) « évolution des prix en 2005 » (consulté le 7 mai 2011)
  98. (de) « évolution des prix en 2007, Michelin » (consulté le 7 mai 2011)
  99. a, b et c (de) « évolution des prix en 2010 » (consulté le 7 mai 2011)
  100. a et b (de) « évolutions des prix en 2011 et 2012 » (consulté le 23 août 2012)
  101. a et b (de) « évolutions des prix en 2013 et 2014 » (consulté le 11 octobre 2014)
  102. (de) « prix sur la Wiesn 2003 », Rathaus Umschau,‎ 13 mai 2003 (lire en ligne)
  103. (de) « évolution des prix sur l'Oktoberfest » (consulté le 7 mai 2011)
  104. « Der Trend geht zum "Vorglühen », die Welt,‎ 24 septembre 2008 (lire en ligne)
  105. a et b (de) Stephan Handel, « Ein Königreich für einen Tisch! », Süddeutsche Zeitung,‎ 25 mai 2011 (lire en ligne)
  106. (de) « Streit um Reservierungen im Bierzelt », Spiegel,‎ 17 mai 2011 (lire en ligne)
  107. (de) M. Tibudd, « Ein Platz im Wiesnzelt für 65 Euro », Süddeutsche Zeitung,‎ 7 août 2009 (lire en ligne)
  108. (de) Philipp Veter, « Oktoberfest: Reservierung bleibt teuer, Musik wird lauter », Merkur,‎ 11 avril 2011 (lire en ligne)
  109. Dering, Eymold 2010, p. 258
  110. « Massenbesäufnis »
  111. (de) Henning Peitsmeier, « Wiesn-Wirtschaft », Frankfurter Allgemeine,‎ 15 septembre 2011 (lire en ligne)
  112. Bauer, Fenzl 1985, p. 68
  113. (de) « Oktoberfest et arnaque sur le remplissage des Mass », stern,‎ 26 septembre 2007 (lire en ligne)
  114. (de) « site de l'association contre la fraude au remplissage » (consulté le 19 mai 2011)
  115. (de) « arnaque au remplissage à l'Okotberfest », welt,‎ 21 septembre 2009 (lire en ligne)
  116. (de) « Conférence de Presse de la ville de Munich » (consulté le 24 mai 2011)
  117. (de) « compte rendu de l'Oktoberfest de la MVG » (consulté le 18 juin 2011)
  118. (de) « liste de numéro téléphonique utile sur l'Oktoberfest » (consulté le 2 juin 2011)
  119. (de)Susi Wimmer, « Des policiers italiens sur l'Oktoberfest », Süd Deutsche Zeitung,‎ 28 septembre 2007 (lire en ligne)
  120. a et b (de) « Sécurité sur la Wiesn » (consulté le 2 juin 2011)
  121. (de) Jan Bielicki, « Trois cercles de sécurité autour de l'Oktoberfest », Süd Deutsche Zeitung,‎ 14 avril 2010 (lire en ligne)
  122. (de) « la sécurité sur l'Oktoberfest encore renforcée » (consulté le 24 mai 2011)
  123. (de) « 170 Poller pour protéger la Wiesn », TZ,‎ 16 mars 2010 (lire en ligne)
  124. (de) S. Lode et S. Wimmer, « Oktoberfest, la sécurité ne peut jamais être à 100 % », süddeutsche,‎ 27 juillet 2010
  125. (de) « mesures de sécurité sur la Wiesn » (consulté le 24 mai 2011)
  126. (de) « Site de Sichere Wiesn für Mädchen und Frauen »
  127. « Statistiques de l'Oktoberfest 2013 », sur Oktoberfest.net (consulté le 08/10/2014)
  128. « Objets trouvés et curiosités de l'Oktoberfest 2014 », sur STYLIGHT.FR,‎ 07/10/2014 (consulté le 08/10/2014)
  129. Dering, Eymold 2010, p. 206
  130. (de) « Oktoberfestbier - eine Besonderheit », sur muenchen.de (consulté le 18 janvier 2014)
  131. (de) « Oktoberfest 2011: Bräurosl Bier-Ringleitung im Test: 1.200 Liter Freibier für den Ausguss », sur ganz-muenchen.de (consulté le 18 janvier 2014)
  132. « Bier-Pipeline fürs Hackerzelt », sur Oktoberfest-live (consulté le 18 janvier 2014)
  133. « So kommt das Bier frisch auf die Wiesn », sur Bild (consulté le 18 janvier 2014)
  134. a, b et c (de) « déchets, site de la mairie de Munich » (consulté le 31 mai 2011)
  135. (de) « une coupure d'électricité sur la Wiesn », Süd Deutsche Zeitung,‎ 25 septembre 2007 (lire en ligne)
  136. (de) « liste des antennes relais présentes sur l'Oktoberfest depuis 2002 » (consulté le 1er juin 2011)
  137. (de) « Transport pour aller à l'Oktoberfest » (consulté le 2 juin 2011)
  138. (de) « autre moyens de transport pour aller à Wiesn » (consulté le 2 juin 2011)
  139. (de) « Week-end des italiens » (consulté le 13 octobre 2011)
  140. (de) Christian Haas, « l'Oktoberfest parle italien », focus,‎ 28 septembre 2007 (lire en ligne)
  141. (de) « Camping-cars sur la fête » (consulté le 2 juin 2011)
  142. (de) « Emplacements pour le stationnement des camping-cars » (consulté le 2 juin 2011)
  143. (de) « taxi sur l'Oktoberfest » (consulté le 2 juin 2011)
  144. (de) « Oktoberfet et déchets, site de l'AWM » (consulté le 31 mai 2011)
  145. (de) « nettoyage des allées » (consulté le 31 mai 2011)
  146. (fr) La Cannstatter Volksfest de Stuttgart, l’autre grande Fête de la Bière - Malts et Houblons, 7 septembre 2010
  147. (en) Top 10: American Oktoberfest Destinations - AskMen.com
  148. (pt) « site de l'Oktoberfest de Blumenau, page statistiques » (consulté le 31 mai 2011)
  149. « Oktoberfest à Madagascar » (consulté le 31 mai 2011)
  150. (de) « film Oktoberfest de 1987 » (consulté le 21 septembre 2011)
  151. Bauer, Fenzl 1985, p. 125-

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Florian Dering et Ursula Eymold, Das Oktoberfest 1810–2010: Offizielle Festschrifft der Landeshauptstadt München, Munich, Süddeutsche Zeitung/Bibliothek,‎ 2010 (ISBN 978-3-86615-780-4)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Brigitte Huber, München Feiert, Der Festzug als Phänomen und Medium, Neustadt an der Aisch, PH.C.W. Schmidt,‎ 2009 (ISBN 978-3-87707-776-4)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Richard Bauer et Fritz Fenzl, 175 Jahre Oktoberfest. 1810–1985, Munich, Bruckmann,‎ 1985 (ISBN 3-7654-2027-1)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Gerda Möhler, Das Münchner Oktoberfest, Brauchformen des Volksfestes zwischen Aufklärung und Gegenwart, Munich, neue schrifftenreihe des Stadtarchivs München,‎ 1980Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thomas Landwehrlen, L'Oktoberfest de Munich: portée sociale et politique. Monographie socio-anthropologique, Paris, L'Harmattan,‎ 2009 (ISBN 978-2-296-10169-2)
  • (de) Maria von Weiser et Wolfgang Rattay, Münchner Oktoberfest, Munich,‎ 1982 (ISBN 3-88781-004-X)
  • (de) Reiner Stolte, Die Geschichte vom Münchner Oktoberfest, Munich, Herbert-Utz,‎ 2004 (ISBN 3-8316-1168-8)
  • (de) Brigitte Veiz, Das Oktoberfest, Masse, Rausch und Ritual. Sozialpsychologische Betrachtungen eines Phänomens, Psychosozial-Verlag,‎ 2006 (ISBN 3-89806-484-0)
  • (de) Ulrich Chaussy, Oktoberfest. Ein Attentat, Darmstadt/Neuwied, Luchterhand,‎ 1985 (ISBN 3-472-88022-8)
  • (de) Florian Nagy, Oktoberfest. Zwischen Tradition und Moderne, Munich, München Verlag,‎ 2007 (ISBN 978-3-937090-20-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 21 décembre 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.