Dortmund

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dortmund
Blason de Dortmund
Héraldique
Drapeau de Dortmund
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of North Rhine-Westphalia (state).svg Rhénanie-du-Nord-Westphalie
District
(Regierungsbezirk)
Arnsberg
Arrondissement
(Landkreis)
Dortmund (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
12
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Ullrich Sierau SPD
Partis au pouvoir SPD
Code postal de 44001 à 44388
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
05 9 13 000
Indicatif téléphonique 0231, 02304
Immatriculation DO
Démographie
Population 571 403 hab. (31 décembre 2011)
Densité 2 038 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 31′ 01″ N 7° 27′ 00″ E / 51.517, 7.4551° 31′ 01″ Nord 7° 27′ 00″ Est / 51.517, 7.45  
Altitude Min. 50 m – Max. 254 m
Superficie 28 040 ha = 280,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Dortmund

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Dortmund
Liens
Site web www.dortmund.de

Dortmund ˈdɔʁtmʊnt (API : /ˈdɔʁtmʊnt/) (latin : Tremonia, bas allemand : Düörpm, anc. franç. : Trémoigne), est une ville allemande située dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie à l'extrémité est du bassin de la Ruhr. Sa population (585 000 habitants en 2006) en fait une des plus grandes villes de la région, la septième ville d'Allemagne et la 34e de l'Union européenne.

La ville se trouve sur la rivière Emscher (de), affluent de la Ruhr qui coule au sud de la ville. Le canal Dortmund-Ems (de) relie à la Mer du Nord le port de Dortmund (de), qui est le plus grand port d'Europe situé sur un canal.

Dortmund est également connue comme la « métropole verte » de la Westphalie, près de la moitié du territoire municipal consistant en voie navigable, bois, espace agricole et espaces verts parmi lesquels de vastes parcs comme le Westfalenpark (de) ou le Rombergpark (de). Cette particularité contraste avec l'exploitation minière et la sidérurgie exercées dans la région pendant près d'un siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

L'histoire de Dortmund remonte à 880[1], époque où ce n'était qu'un petit village mentionné pour la première fois dans des documents officiels sous le nom de Throtmanni.

En 1152, l'empereur Frédéric Barberousse vint dans la région et fit reconstruire la ville qui avait été détruite dans un incendie peu de temps auparavant. Pendant deux ans, Dortmund fut la résidence de Barberousse, courte période qui permit à la ville de croître jusqu'à devenir une des plus puissantes villes de l'empire. Au cours du XIIIe siècle, Dortmund rejoint la ligue hanséatique. En 1220, elle obtient le statut de Ville libre d'empire et en conséquence est directement soumise à l'empereur. En 1293, le roi Adolphe de Nassau autorise la ville à brasser sa propre bière. Dortmund deviendra le second producteur de bière mondial au Moyen Âge. Après 1320, la riche ville commerçante commence à apparaître sous la graphie « Dorpmunde » (dont l'étymologie est incertaine).

Dortmund en 1647.
Dortmund a été marqué par l'activité minière et ses empreintes (ici après un coup de grisou qui a fait 130 morts le 11 février 1925).

Dortmund fut une ville libre d'empire au sein du cercle du Bas-Rhin-Westphalie jusqu'en 1802, où elle devint une enclave de la principauté de la maison d'Orange-Nassau. En 1806, elle devint une part du duché de Berg. Après la défaite de Napoléon en 1815, Dortmund fut incorporée au royaume de Prusse au sein de la province de Westphalie. La ville était le chef-lieu du district d'Arnsberg jusqu'en 1875, puis elle constitua une ville-arrondissement au sein du district.

Durant le XIXe siècle, la Prusse s'industrialisant, la ville exploite abondamment ses richesses minières. La ville, comme toute la Ruhr, profite du charbon et de la sidérurgie. En 1852 Hermann Dietrich Piepenstock combinait quelques mines et usines sidérurgiques dans le Hoerder Bergwerks- und Hütten-Verein. En 1871 Leopold Hoesch fondait le Eisen- und Stahlwerk Hoesch AG et Adolph Hansemann en 1872 une Union AG für Bergbau, Eisen- und Stahl-Industrie. La ville a payé un lourd tribut à l'exploitation de la houille : le 11 février 1925, un coup de grisou y a tué 130 mineurs.

La ville deviendra le premier brasseur d'Europe, avec une trentaine de bières différentes, notamment les bières d'export préférées par la classe ouvrière. Ces bières étaient toujours associées au travail dans les mines et aux hauts-fourneaux. Aujourd'hui, alors que la bière pils fortement houblonnée du Sauerland a dépassé les bières très maltées de Dortmund, la ville a toujours une production importante, notamment avec sa marque DAB (Dortmunder Aktien-Brauerei).

Pendant la période de l'Allemagne nazie, Dortmund était la ville de l'Hôpital Aplerbeck, qui euthanasiait des personnes mentalement ou physiquement handicapées.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville située au cœur de la Ruhr (Ruhrgebiet), tout comme les villes voisines, sera une des cibles des bombardements alliés. Environ 80 % des logements de Dortmund furent anéantis durant la guerre.

L'université de Dortmund existe depuis 1968. L'université - qui devient l'université technique de Dortmund en 2007[2] - et le centre technologique associé ont contribué au changement technique rapide des années 1980. L'extraction de charbon se termina en 1987 et la production d'acier en 2001. Aujourd'hui, la ville s'est reconvertie dans la culture et le secteur tertiaire. Elle est devenue aussi un centre de hautes technologies notamment dans les logiciels, la microtechnologie et les transport automatisés.

Attractions touristiques[modifier | modifier le code]

Ancien Hôtel de ville
Vue du Rombergpark
Le marché sur la Hansaplatz

Le ton de l'histoire culturelle est donné par l'ensemble des églises du centre-ville dont les tours caractérisent le panorama de Dortmund. La Reinoldikirche et la Marienkirche constituent des joyaux d'architecture médiévale. Le centre-ville de Dortmund conserve les caractéristiques d'une cité médiévale. Une route circulaire marquant l'emplacement des anciens murs de la ville, la Westen-/Ostenhellweg, partie d'une route de commerce du sel du Moyen Âge, étant toujours la route principale découpant le centre-ville.

  • Reinoldikirche, construite autour de l'an 800. L'édifice actuel a été construit entre 1250 et 1270. L'église avait été largement endommagée par un tremblement de terre en 1661 qui avait nécessité une large reconstruction. Restaurée après la Seconde Guerre mondiale, elle est comporte une tour gothique de 112 connue sous le nom de « Merveille de Westphalie ».
  • Petrikirche, est une église protestante datant du XIVe siècle. Elle est connue pour son grand autel sculpté (connu sous le nom de « Miracle doré de Dortmund »), datant de 1521. Il est constitué de 633 figures sculptées en chêne décrivant 30 scènes de Pâques.
  • Marienkirche, une église protestante à l'origine construite en 1170-1200 mais reconstruite après la Seconde Guerre mondiale. L'autel date de 1420.
  • Tour Florian (Tour de télévision de Dortmund) : Une des premières tours de télévision construites en Allemagne, elle accueille un restaurant tournant - un des premiers au monde. D'une taille de 140 m, elle a servi à la pratique du saut à l'élastique. Cette pratique a cependant cessé à la suite d'un accident tragique ayant eu pour épilogue la mort d'un pratiquant.
  • Signal Iduna Park : Stade de football du Borussia Dortmund, autrefois connu sous le nom de Westfalenstadion. Près de lui se situe la Westfalenhalle, un grand centre de convention, l'emplacement de plusieurs conventions importantes, foires commerciales, concours de patinage, concerts et d'autres événements importants depuis les années 1950.
  • Cokerie Hansa : fermée en 1992, conservée en tant que sculpture monumentale, servant de musée des activité industrielles du XIXe siècle et du XXe siècle.
  • Haus Dellwig château fort du XIIIe siècle partiellement reconstruit au cours du XVIIe siècle. La façade, la tour de guet et deux bâtiments à colombage sont d'origine.
  • Altes Stadthaus construit en 1899 par Friedrich Kullrich.
  • Wasserschloss Bodelschwingh.
  • Maison d'hôte du Parc Romberg XVIIe siècle, une maison d'hôte transformée en château fort, il abrite désormais une galerie d'art.
  • RWE Tower (Gratte-ciel le plus haut de Dortmund culminant à 120 mètres).
  • L'Opéra de Dortmund, construit en 1966 à la place de l'ancienne synagogue qui a été détruite par les nazis en 1938.

Sport[modifier | modifier le code]

Club Sport Fondé en Ligue Stade Entraineur
Borussia Dortmund Football 1909 Championnat d'Allemagne de football Signal Iduna Park Jürgen Klopp
  • Le Borussia Dortmund comprend également une équipe de handball féminin qui évolue en deuxième Ligue (2. Bundesliga), une équipe de tennis de table et une équipe de basket-ball (SVD 49 Dortmund) qui jouent au second niveau national de leurs ligues respectives.
  • Dortmund est, par ailleurs, depuis mars 2007 (troisième saison) l'une des étapes de l'European Poker Tour (EPT).
La gare centrale - (Hauptbahnhof)

Transports[modifier | modifier le code]

Monorail H-Bahn à Dortmund

L'aéroport de Dortmund est un aéroport moyen, mais son trafic s'accroît rapidement. Il est situé à 13 kilomètres (8 miles) à l'est du centre de la ville à la limite de ville à Holzwickede.

La gare centrale (Dortmund Hauptbahnhof) est une grande plate-forme ferroviaire d'Allemagne.

Le port de Dortmund (Dortmunder Hafen) est le plus grand port de canal en Europe et le 11e des ports fluviaux allemands. Dortmund sert également de carrefour important aux réseaux autoroutiers européen et allemand. L'autoroute fédérale 40 suit de vieux itinéraires commerciaux de la Hanse reliant la ville aux autres métropoles de la Ruhr. Des connexions aux régions plus éloignées de l'Allemagne sont proposées par les autoroutes A1 et A2 qui passent à proximité du nord et de l'est de la ville et se croisent à l'échangeur de Kamener Kreuz situé au nord-est de Dortmund.

La ville comprend un système de transport public, reposant sur un réseau ferroviaire urbain, complété par des tramways et des autobus. Le H-Bahn de Dortmund est un monorail destiné à faire la navette entre les deux campus de l'université. Un système presque identique de monorail transfère des passagers à l'aéroport international de Düsseldorf.

Politique[modifier | modifier le code]

La politique est dominée à Dortmund par les sociaux-démocrates du SPD qui est le parti le plus puissant au conseil municipal (Stadtrat) presque toujours depuis la Seconde Guerre mondiale. Depuis les élections municipales de 2012, il y a 8 partis et autant de groupes d'électeurs au conseil municipal (86 sièges; 2009: 96 sièges):

Parti Votes Pourcentage de votes Sièges pourcentage de sièges
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 63.616 43,7 % (+5,9 %) 38 (+1) 44,2 %
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 39.627 27,2 % (-1,5 %) 23 (-5) 26,7 %
Alliance 90 / Les Verts (GRÜNE) 25.081 17,2 % (+1,8 %) 15 (=) 17,4 %
La Gauche (DIE LINKE.) 5.071 3,5 % (-2,0 %) 3 (-2) 3,5 %
Parti libéral-démocrate (FDP) 3.739 2,6 % (-3,7 %) 2 (-4) 2,3 %
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 2.771 1,9 % (+1,0 %) 2 (+1) 2,3 %
Liste Bourgeoise – Électeurs Libre Dortmund (Bürgerliste) 2.760 1,9 % (-0,1 %) 2 (=) 2,3 %
Initiative des Bourgeois Libre (FBI) 1.684 1,2 % (+0,1 %) 1 (=) 1,2 %
Alliance de Gauche de Dortmund - Gauche Non-Partizan, DKP et SDAJ (Linkes Bündnis Dortmund) 782 0,5 % (-0,1 %) - (=) -
Communauté des Électeurs Indépendents de Dortmund 2009 (DUW 2009) 175 0,1 % (=) - (=) -
Aufbruch Grundeinkommen – Hartz IV muss weg 166 0,1 % (=) - (=) -
Candidat indépendent 22 0,0 % (=) - (=) -
Union populaire allemande (DVU) - - (-1,5 %) - (-1) -
Gesamt 145.595 100,0 % 86 (-10) 100,0 %

Composition actuelle du conseil:

SPD CDU GRÜNE FDP/Bürgerliste DIE LINKE. Non-Inscrit Total
2012 38 23 15 4 3 3 86

Depuis mai 2010, le maire de Dortmund est Ullrich Sierau (SPD). Il travaille avec des majorités changents.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Novi Sad, l'une des villes avec laquelle Dortmund est jumelée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À Dortmund sont nés :

À Dortmund sont décédés :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Die Urbare der Abtei Werden a. d. Ruhr[3], Publikationen der Gesellschaft für rheinische Geschichtskunde XX: Rheinische Urbare,
    • Volume 2 : Die Urbare vom 9.-13. Jahrhundert, Rudolf Kötzschke, Bonn, 1908 (réimpression Fritz Körholz, Düsseldorf 1978)
    • Volume 3 : B. Lagerbücher, Hebe- und Zinsregister vom 14. bis ins 17. Jahrhundert, Rudolf Kötzschke, Bonn, 1908 (réimpression Fritz Körholz, Düsseldorf 1978),
    • Volume 4,I : Einleitung und Register. I. Namenregister, Fritz Körholz, Düsseldorf 1978
    • Volume 4,II : Einleitung, Kapitel IV: Die Wirtschaftsverfassung und Verwaltung der Großgrundherrschaft Werden. Sachregister, Rudolf Kötzschke, Bonn 1958

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir paragraphe Bibliographie.
  2. http://www.tu-dortmund.de/uni/Uni/index.html
  3. Cette référence mériterait d'être mise au point. Par ailleurs, ces ouvrages ne doivent pas se trouver facilement en France.