Hanne Darboven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hanne Darboven (née le 29 avril 1941 à Munich, morte le 9 mars 2009[1]) est une artiste allemande. Hanne Darboven a participé à de nombreuses expositions internationales. Son œuvre est proche de l'art conceptuel.

Biographie et œuvres[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé comme pianiste, elle commence à étudier les arts à l'école d'arts plastiques (Hochschule für bildende Künste) à Hambourg en 1966. Puis elle part pour New York où elle reste de 1966 à 1968. Elle entre en contact avec l’Art Minimal par l’intermédiaire des artistes Sol LeWitt et Carl André. C’est alors le début d’une importante série de dessins sur papier millimétré, et de représentations écrites, appelées ‘’Indices - transpositions graphiques d'impressions’’. Dans ces travaux, l'interprétation personnelle se mélange avec l'analyse des réalités économico-politiques.

En 1969, avec une méthode résumant graphiquement les ‘’100 indices du siècle’’, elle fait six livres. Darboven utilise la répétition, le retournement et la réflexion, tentant ainsi de conjurer méticuleusement la permanence des structures. Son travail ordonné et comprenant des décomptes s’inscrit dans la temporalité.

Après le travail sur le calendrier de 1968, elle affirme "ne plus rien savoir des jours, du temps ; se contenter de prendre l'index mathématique de chaque jour, cette grande invention, cette fiction. Rien écrire, rien à dire ; quelque chose à faire, contempler, agir".

Elle a exposé plusieurs fois à la Documenta à Cassel (documenta 5, 6, 7 et 11), ainsi qu'à la Biennale de Venise en 1982.

En 1983, elle réalise des films (La lune a cru). "Mes matériaux sont le papier et le crayon avec lesquels je dessine ce que j'ai conçu, j'écris des mots et des nombres, qui sont les moyens les plus simples pour moi de noter mes idées."

Pour la 4e Biennale de Lyon en 1997, elle présente ‘’Rutherford / Nils Bohr Arbeit, 1988-1992’’. Ce sont les essais atomiques du début de la présidence de Jacques Chirac, ont provoqué cet immense travail sur l'invention de la bombe atomique'.

Analyse de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Le temps dans l’œuvre de Darboven n’est pas seulement une partie du quotidien, que l’on expérimente seule, mais c’est aussi une mesure qui marque l’Histoire. Elle convoque dans ses œuvres à la fois la philosophie, la musique, la littérature, l'art, l'Histoire et la culture quotidienne, le tout converge dans une vision unitaire par le biais des nombres et des structures.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Hanne Darboven ist tot focus.de, 13 mars 2009

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Hanne Darboven » (voir la liste des auteurs)
  • Catalogue 4° Biennale de Lyon, RMN, 1997, (ISBN 2-7118-3574-X)
  • Dictionnaire multimédia de l'art moderne et contemporain, CD-ROM, éd. Hazan, Videomuseum, RMN, Akal, 1996.

Liens externes[modifier | modifier le code]