Bayreuth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bayreuth (homonymie).
Bayreuth
Image illustrative de l'article Bayreuth
Blason de Bayreuth
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Bavière
District
(Regierungsbezirk)
Haute-Franconie (Oberfranken)
Arrondissement
(Landkreis)
Bayreuth (ville-arrondissement)
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Brigitte Merk-Erbe (BG)
Code postal 95401 - 95448
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
09 4 62 000
Indicatif téléphonique 0921
Immatriculation BT
Démographie
Population 72 683 hab. (31 décembre 2010)
Densité 1 086 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 56′ 53″ N 11° 34′ 41″ E / 49.948, 11.57849° 56′ 53″ Nord 11° 34′ 41″ Est / 49.948, 11.578  
Altitude 344 m
Superficie 6 692 ha = 66,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Bayreuth

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Bayreuth
Liens
Site web www.bayreuth.de

Bayreuth est une ville d'Allemagne, située dans une région boisée du nord de la Bavière, la Franconie. Elle est la capitale de la Haute-Franconie, un des sept districts qui forment la Bavière. Elle est devenue une importante ville universitaire et un centre économique de pointe en matière de haute technologie.

Bayreuth possède un aéroport (code AITA : BYU).

Histoire[modifier | modifier le code]

Bayreuth est pour la première fois évoquée dans des documents en 1194.

Les historiens pensent que la ville fut fondée vers le milieu du XIIe siècle. En 1604, la ville devient résidence des margraves de la principauté de Brandebourg-Bayreuth jusqu'en 1769. Fille du roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier, la princesse Wilhelmine devait devenir reine d'Angleterre par le jeu des mariages entre grandes familles. Mais l'affaire traîne et elle est contrainte par son père d'épouser le margrave Frédéric de Brandebourg-Bayreuth.

Au XVIIIe siècle des travaux majeurs transforment la ville considérablement.

En 1792 elle devient une province de la Prusse.

De 1806 à 1810 elle est occupée par les Français.

Depuis 1810 elle fait partie de la Bavière.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Attiré à Bayreuth par la renommée de l'opéra qu'avait fait construire la princesse, Richard Wagner s'y installe en 1872 avec sa femme Cosima.
  • Le poète Johann Paul Friedrich Richter (Wunsiedel, 21 mars 1763 - Bayreuth, 14 novembre 1825), dit Jean Paul y vécut à partir de 1804.

Monuments célèbres[modifier | modifier le code]

L'opéra des Margraves[modifier | modifier le code]

Façade de l'opéra des Margraves.
L'intérieur de l'opéra des Margraves.

L'opéra des Margraves (Markgraefliches Opernhaus) fut commandé par la Margravine Wilhelmine, sœur du roi Frédéric II de Prusse.

Construit de 1744 à 1748 par Joseph Saint-Pierre, il s'agit d'un des plus beaux opéras de style rococo au monde. L'intérieur, à l'italienne et en bois, a été décoré par Giuseppe Bibiena.

C'est en raison de la présence de cet opéra que Richard Wagner s'est intéressé à Bayreuth. Le bâtiment ne pouvait convenir aux intentions du compositeur qui se tourna vers la construction du Festspielhaus sur un terrain offert par la municipalité.

L'opéra est toujours utilisé pour des concerts.

On y a notamment tourné des scènes du film Farinelli de Gérard Corbiau.

L'opéra des Margraves est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis le 30 juin 2012[1].

Le Neues Schloss[modifier | modifier le code]

Le Neues Schloss vu des jardins.

Le « Château neuf » fut construit pour la margravine Wilhelmine de 1753 à 1755 par Joseph Saint­-Pierre, dans un style assez sobre. Devant le château, la fontaine baroque fut sculptée par Elias Räntz. L'intérieur est décoré dans le style rococo gai et brillant qu'aimait particulièrement la Margravine.

Le rez-de-chaussée de l'aile nord abrite le musée des faïences de Bayreuth. Un vaste jardin (Hofgarten) complète l'ensemble.

L'Eremitage[modifier | modifier le code]

Le temple du Soleil.
Jeux d'eau à l'Ermitage.

L'Eremitage se trouve à l'extérieur de la ville. On y trouve deux bâtiments d'habitation et un vaste parc.

L'ancien Schloss Eremitage érigé par Johann David Räntz servait de retraite au margrave Georg Wilhelm.

Wilhelmine fit élever le Neues Schloss en 1736 par J. Saint-Pierre. Le temple du Soleil, en hémicycle, en est le centre.

Dans le parc dessiné à l'anglaise, la margravine donna libre cours à sa fantaisie et à son goût de l'inattendu : bassins, cascades, volières...

Le Festspielhaus[modifier | modifier le code]

Le Festspielhaus.

Dans le Festspielhaus, chaque année depuis 1876, se déroule le Festival de Bayreuth, l'un des plus importants du monde, exclusivement consacré aux œuvres de Richard Wagner.

Voir aussi Origine du Festival de Bayreuth

La villa Wahnfried[modifier | modifier le code]

La villa Wahnfried.

La famille Wagner habita cette villa à partir de 1874 et jusqu'en 1966. En 1973 elle est devenue le siège du musée Richard-Wagner. Wagner est enterré dans le jardin où sa femme Cosima l'a rejoint en 1930.

Le buste de Louis II de Bavière se trouve devant la maison.

Le musée Jean Paul[modifier | modifier le code]

Ce musée se trouve à côté de la villa Wahnfried. L'écrivain Jean Paul s'établit à Bayreuth en 1804, sa dernière demeure se trouve dans la Friedrichstrasse, il y mourut le 14 novembre 1825.

Le musée Franz Liszt[modifier | modifier le code]

Il est consacré aux souvenirs de Franz Liszt, père de Cosima Wagner, donc beau-père de Richard Wagner et pendant longtemps son ami. Franz Liszt venait en 1886 de Weimar à Bayreuth pour assister au Festival. Pendant ce séjour à Bayreuth il y mourut et il est enterré à Bayreuth.

Arrivé du Luxembourg, où il avait pris froid chez son ami le peintre hongrois Mihaly Munkacsy, sa bronchite s'aggrava en pneumonie ; ceci, associé à de l'hydropisie et une cataracte le rendant quasiment aveugle de l'œil gauche (dont il devait se faire opérer en septembre de la même année), rendit les dix dernières années de sa vie, et surtout les dix derniers jours, passés à Bayreuth un véritable calvaire. [Cette agonie a été remarquablement décrite par Lina Schmalhausen, une de ses élèves et sa gouvernante, dans un journal qu'elle a tenu au jour le jour du 22 juillet au 3 août 1886, et qui a été repris dans le livre d'Alan Walker "La Mort de Franz Liszt]. Après sa mort, ses cendres furent réclamées par la Hongrie (il y était né) et l'Allemagne (il avait longtemps vécu à Weimar). En vain.

Le musée du Monde primitif de Haute-Franconie[modifier | modifier le code]

Ce musée présente l'évolution naturelle de la Haute-Franconie au cours des dernières 500 millions d'années. Il abrite une importante collection de fossiles de dinosaures.

Excursion au départ de Bayreuth[modifier | modifier le code]

Au sud-ouest de Bayreuth, à l'écart des grandes voies de communication, un plateau ondulé entaillé par de profondes vallées, appelé « Fränkische Schweiz » (Suisse franconienne), forme l'extrémité septentrionale du Jura franconien. Le sol, composé de calcaires poreux, a subi une érosion intense qui est à l'origine de plusieurs grottes et de reliefs dolomitiques.

La région comporte de nombreux sentiers de randonnées.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Jumelage culturel avec le Burgenland en Autriche

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Opéra de Bayreuth classé au Patrimoine mondial de l'Unesco » sur le site lepoint.fr, consulté le 30 juin 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]