Isle-Aumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isle et Aumont.
Isle-Aumont
Église Saint-Pierre dite « aux trois sanctuaires ».
Église Saint-Pierre dite « aux trois sanctuaires ».
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Vendeuvre-sur-Barse
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Jean-François Reslinski
2014-2020
Code postal 10800
Code commune 10173
Démographie
Gentilé Islois, Isloise
Population
municipale
496 hab. (2014en diminution de -3.88 % par rapport à 2009)
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 47″ nord, 4° 07′ 31″ est
Altitude Min. 112 m – Max. 136 m
Superficie 3,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Isle-Aumont

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Isle-Aumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Isle-Aumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Isle-Aumont

Isle-Aumont (prononcé /il omɔ̃/) est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est. La commune, distante d'une dizaine de kilomètres du chef-lieu de l'Aube, est localisée au sein de l'agglomération « Troyes Champagne Métropole ».

Des traces de présence humaine sont attestées sur le territoire communal dès la période du Paléolithique. Cette occupation territoriale s'amplifie à partir de l'ère néolithique. Ultérieurement, au cours de la période protohistorique (Âge du fer), Isle-Aumont est notamment marqué par l'élévation d'un sanctuaire de tradition celte, mais également par la fondation d'une nécropole. Le territoire communal présente, au cours de la époque gallo-romaine, une continuité d'utilisation. Sous la période mérovingienne, le site de « La butte d'Isle-Aumont » est occupé par une abbaye associée à une vaste nécropole de fidèles désireux de se faire inhumer auprès des reliques d'un saint. Cette abbaye est ainsi l'un des premiers établissements monastiques de la Gaule. À la fin du XIe siècle, une forteresse, le château de Saint-Phal, est élevée sur le site de la butte d'Isle. Devenu le cœur politique d'une châtellenie vers le milieu du XIIe siècle, la seigneurie d'Isle-Aumont est érigé en marquisat au cours du XVIe siècle, puis, sous l'impulsion de Louis XIV, transformée en duché-prairie sous l'impulsion de Louis XIV dans la seconde moitié du XVIIe siècle. La révolution française, vers la fin du XVIIIe siècle, marque la transformation de la paroisse d'Isle-Aumont en commune.

Des travaux de fouille systématique de la butte ont été réalisés par l'archéologue Jean Scapula de 1943 à 1961. Près de 1 450 sépultures ont été mises au jour dont 849 tombes mérovingiennes. Une partie du site archéologique, les nécropoles, et l'église Saint-Pierre, placée en leur centre, ont été classés au titre de monuments historiques en 1967.

La population municipale, régulièrement inférieure à 300 habitants depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu'au terme des années 1960, est marquée d'une forte augmentation au début des années 1970 et atteint, en 2014, 496 habitants.

Le territoire communal, qui se développe sur une superficie totale de 348 ha, se manifeste en grande partie sous la forme d'un vaste plateau délimité par les vallées de l'Hozain et de la Mogne, deux cours d'eau affluents de la Seine. Les paysages naturels d'Isle-Aumont, fortement marqués par les lits de ces deux rivières, se composent notamment d'une zone humide, de petits massifs forestiers et d'un espace de plaine.

La commune champenoise, proche du chef-lieu de l'Aube, se révèle, de part son économie, son histoire et son système administratif, fortement liée à la ville de Troyes. Disposant d'un tissu économique constitué d'un total de 27 structures privées et publiques confondues, Isle-Aumont possède un secteur tertiaire dont l'importance est proportionnellement inférieure à la moyenne nationale, a contrario de la part que représente le domaine de la construction et du bâtiment. En 2010, le territoire communal est doté d'une seule exploitation agricole encore en activité.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Isle-Aumont est une localité de Troyes Champagne Métropole située entre les communes de Moussey et de Saint-Thibault. À vol d'oiseau, la commune est située à 10,3 km de Troyes et à 21,6 km de Bar-sur-Aube[1].

La commune appartient au canton de Vendeuvre-sur-Barse, entité administrative qui fait partie de l'arrondissement de Troyes, dans le département de l'Aube, en région Grand Est[Insee 1].

La localité d'Isle-Aumont est en outre rattachée au bassin de vie et à la zone d'emploi de Troyes, ville se trouvant être également le siège préfectoral de l'Aube[Insee 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

« À vol d'oiseau », les cinq communes les plus proches du territoire islois sont celles de Saint-Thibault, distante 1,4 km en direction du nord-est, est et sud-est ; de Moussey, située à 2,2 km, à l'ouest et nord-ouest ; de Les Bordes-Aumont, éloignée de 2,6 km en direction du sud ; de Buchères, localisée à 2,6 km en axe nord ; de Villemereuil, ville distante de 2,8 km en direction du sud-ouest ; de Verrières, distante de 3 km en axe nord-ouest ; et enfin de Saint-Léger-près-Troyes, située à 4,3 km au nord-ouest d'Isle-Aumont[1],[2],[3].

Communes limitrophes de Isle-Aumont
Saint-Léger-près-Troyes Buchères Verrières
Moussey Isle-Aumont
Villemereuil Les Bordes-Aumont Saint-Thibault

À l'exception de la commune de Troyes et de celle de Paris, la grande ville la plus proche d'Isle-Aumont hors Paris est Reims, chef-lieu du département de l'Aube et située à une distance de 116,6 km[1],[Insee 1].

Géologie et topographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 348 hectares ; son altitude varie entre 112 et 136 mètres[5].

Le territoire communal se développe essentiellement sur un plateau encadré par deux dépressions géographiques[6]. Ces deux cuvettes topographiques sont chacune formées par la présence d'une vallée : celle de la Mogne pour l'une et celle de l'Ilozain pour l'autre[6]. La Mogne et l'Ilozain, deux rivières qui, notamment au niveau des « Montains » et des « Allets », irriguent la région de l'Isle-Aumont, se présentent toutes deux comme des affluents de la Seine[6].

Le sol de cet espace de type « ondulé » est principalement constitué d'un important dépôt sédimentaire formé au début du Quaternaire[6]. Cette strate se compose d'éléments à caractère limoneux, issus d'anciens débordements de lits mineurs, mais également de particules sablonneuses et de graviers attribués à la période du Jurassique[6]. Les alluvions quaternaires comporteraient des silex datant du Moustérien liés à des restes fossilisés de Prosbocidæ[7]. Ces anciens dépôts alluviaux, dont l'épaisseur atteint plusieurs mètres, recouvrent un étage stratigraphique formée au Crétacé, constitué d'un genre de tuf ou d'argile de couleur grise et qui présente une grande densité granulométrique[6].

Le ruissellement des eaux pluviales, phénomène propice à l'érosion des sols, a modelé et segmenté le côté oriental du plateau, créant par cet effet de nombreux promontoires[6]. Sur l'ensemble de ces petits reliefs situés dans la partie est du territoire communal, l'église Saint-Pierre a été construite sur celui qui présente l'altitude la plus élevée[6].

La topographie de la localité auboise, d'un caractère globalement régulier, se développe sur un dénivelé total de 21 mètres, soit une altitude comprise entre un minimum de 118 m, point situé à l'extrémité septentrionale du territoire (au niveau de la vallée de l'Hozain), et un maximum de 139 m, point culminant localisé au sud-ouest dans les marges sud-ouest de la commune[8].

Hydrographie et hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Hozain[9], affluent direct de la Seine en rive gauche, et par la Mogne[10]. La Mogne rejoint l'Hozain à l'extrémité nord de la commune, sur la limite des finages de Moussey[8] et de Saint-Thibault. À partir de ce point de confluence des eaux, les terres d'Isle-Aumont, dont le plateau centrale est encadré par les deux rivières, se déploient selon un axe sud-ouest et un second en direction du sud-est[8].

Le régime de l'Hozain, principal cours d'eau qui alimente le territoire communal, est relevé au niveau de la station de Buchères/Courgerennes, structure d'observation hydrologique la plus proche d'Isle-Aumont[11],[12]. Le bassin versant de cette rivière, autrement dit son étendue de drainage et celles de ses affluents, se développe sur une superficie totale de 249 km2[11]. Sur une période d'étude de 48 ans (de 1970 à 2017), le débit moyen mensuel de l'Hozain varie entre un minimum de 0,208 m3/s relevé au mois de septembre, jusqu'à un maximum de 3,180 m3/s, donnée observée au mois de février[11]. En outre, son module hydrologique, c'est-à-dire son bilan d'écoulement moyen inter-annuel, fluctuant entre 0,850 m3/s, valeur calculée en période « quinquennale sèche », et 2,0 m3/s en période « quinquennale humide », se révèle être de l'ordre de 1,440 m3/s[11].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Paysages naturels[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire communal ne dispose d'aucune zone soumise à une protection environnementale[13]. Néanmoins, les terres appartenant à la « zone humide » — espace dont l'écosystème est fortement influencé par la présence de l'eau —, autrement dit celles comprises les rives de l'Hozain et de la Mogne (ou à leurs abords) et couvrant une bonne partie méridionale d'Isle-Aumont, bénéficient du titre de zone d'intérêt général pour l'exploitation agricole et ce, en application de la loi d'orientation agraire adoptée le [13].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Aube.

Tout comme le reste de la région Champagne-Ardenne, le village se situe dans un climat « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. Les vents sont généralement issus de l’ouest et du sud-ouest.

Concernant les données climatologiques de la commune, la station météorologique la plus proche effectuant ces relevés est localisée à Barberey-Saint-Sulpice, ville située dans l'agglomération de Troyes et distante de 15,8 km « à vol d'oiseau » en direction sud-est d'Isle-Aumont[3],[14].

Relevés météorologiques de la station Troyes - Barberay-Saint-Sulpice entre 1975 et 2015
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,2 0 2,1 3,9 7,8 10,7 13 12,5 9,6 7 3,1 1,2 5,9
Température moyenne (°C) 3,1 3,5 6,6 9,1 13,1 15,9 18,7 18,1 14,9 11,3 6,4 3,6 10,4
Température maximale moyenne (°C) 6 7,5 11,8 15,1 19,2 22,4 25,4 25 21,1 16,2 9,9 6,6 15,5
Ensoleillement (h) 68,6 88,3 143,8 184,8 215 229,4 235,5 228,2 179,2 123,6 66,6 53,6 1 816,4
Précipitations (mm) 37,7 34,9 36,1 39,3 46,4 40,8 46,8 45,7 43,2 55,6 44,7 49 520,2
Source : Météo-France — Normales et records pour la période 1975-2015 à Troyes-Barberey[15],[16],[17]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les anciens chemins et voies[modifier | modifier le code]

Venant de Troyes, le Chemin aux Charbonniers traverse le territoire via un axe nord-sud. Selon l'ouvrage de Laurent Denajar, elle pourrait être un chemin protohistorique[18]. Par ailleurs, des indices matériels montrent que cet itinéraire a été utilisé à l'époque gallo-romaine[19].

La petite commune champenoise, située sur l'un des chemins de Compostelle, a également servie de halte pour les pèlerins portant dévotion au saint chrétien Jacques de Zébédée[20]. Le , un événement culturel, intitulé « Isle étape de pèlerinage sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle » et destiné à informer et faire connaître cette ancien itinéraire sacré traversant le territoire communal, a fait l'objet d'une ouverture d'exposition dans l'enceinte de l'église[20].

Voies de communication contemporaines[modifier | modifier le code]

Au nord, la commune est située à proximité du péage de Saint-Thibault permettant de rejoindre l'autoroute française A5. Lors de la venue de Nicolas Sarkozy en 2010, l'intersyndicale a organisé sur la sortie d'autoroute une opération péage gratuit[21].

Depuis le 6 janvier 2014, la commune est desservie par la ligne de bus « 2B » de la TCAT qui relie les communes d'Isle-Aumont et de Saint-Thibault au terminus de la ligne « 2 » au parc d'activités de Buchères. Ces deux lignes sont en correspondance et permettent de rejoindre Bréviandes et le centre ville de Troyes[22].

La commune est desservie par la ligne de bus no 06 « Troyes - Tonnerre » du réseau de bus Les Courriers de l'Aube[23].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La « section A » du plan cadastral napoléonien d'Isle-Aumont, en 1829.

Le réseau urbain d'Isle-Aumont s'est, depuis la fondation de sa paroisse, structuré autour de son église, édifice dont l'emplacement est situé au cœur du centre-bourg[24]. Ultérieurement, dès le début du XIXe siècle, alors que son plan cadastral napoléonien est établi, le bâti communal s'étend en direction de la Mogne. Simultanément, à la même période, le maillage d'habitat communal s'accroît en direction de l'est et du sud. Cependant, au cours de cette phase d'expansion, le réseau urbain demeure strictement borné par une frontière dont le tracé se manifeste actuellement sous la forme de la route départementale 444[25].

Le rapport du PLU d'Isle-Aumont, document d'aménagement révisé en 2013, permet d'appréhender 5 types de niveaux territoriaux distincts : un espace destiné aux grandes grandes exploitations ; un espace où se déploient les petits massifs forestiers ; un espace de plaine, situé dans la partie sud d'un terroir à caractère humide en raison de sa forte irrigation par l'Hozain et la Mogne ; un second espace boisé, localisé dans la partie nord de ce même terroir ; et enfin un espace bâti, zone qui se place dans la partie nord-est de l'aire communale et comprenant le cœur de ville, les commerces, les structures publics et privés, les parcs et jardins publics, ainsi que les différents quartiers d'habitations[26].

Photographie en couleur d'une place et du centre-ville d'une commune.
La place du centre-bourg.

Ce tissu urbain, correctement intégré au sein de son espace naturel puisqu'il se place au cœur d'une « ceinture verte », présente deux types de zones d'habitat[27]. La première, essentiellement concentrée dans le centre-bourg et ceignant l'église paroissiale, affiche une architecture à dominante villageoise, telle que dans la rue des Chatels, alternée par des bâtiments anciens et les monuments ou structures historiques[27]. La seconde, située en périphérie immédiate du cœur de ville, se manifeste par des constructions pavillonnaires principalement de type individuelles et, dans une moindre mesure, collectives, tels que dans le quartier des Moulins ou la rue de la Croix[27].

Logement[modifier | modifier le code]

Les données du logement en 2009[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 209, alors qu'il était de 188 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 95,6 % étaient des résidences principales, 2,0 % des résidences secondaires et 2,5 % des logements vacants. Ces logements étaient tous des maisons individuelles[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 88,5 %, en baisse par rapport à 1999 (91,3 %)[I 3].

Les données du logement en 2013[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant a pour objectif de recenser les principaux indicateurs chiffrés et établis en 2013 afin de comparer l'état de ce domaine entre celui d'Isle-Aumont et l'ensemble du département de l'Aube[Insee 2],[Insee 3] :

Le logement à Isle-Aumont en 2013.
Isle-Aumont Aube
Part des résidences principales (en %) 94,5 86,3
Part des logements vacants (en %) 9,0 9,4
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 90,5 59,0

Par rapport au contexte global de l'Aube, la part, plus importante, des résidences principales et des logements vacants laisse moins de place aux résidences secondaires dont le taux s'élève à 3,0 % du parc d'habitations à Isle-Aumont contre 4,3 % au niveau départemental[Insee 2],[Insee 3]. Par ailleurs, 90,5 % des occupants de ces résidences principales en sont propriétaires[Insee 2],[Insee 3].

Sur les 207 logements principaux (maisons et appartements confondus) recensées au sein du territoire communal, 178 d'entre eux ont été bâtis à Isle-Aumont depuis 1946 (dont 10 entre 2006 et 2010), ce qui représente un total d'environ 86,0 % du parc immobilier des résidences principales[Insee 2],[Insee 3]. En 2013, 98,2 % de ce type de logement sont des maisons individuelles, contre 66,5 % pour le département de l'Aube[Insee 2],[Insee 3].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Bien que les marges nord-ouest de la localité champenoise — notamment sur les versants nord et sud de la Mogne —, soient soumises à des aléas « retraits-gonflements » argileux de niveau « élevé », le risque que se produise ce type de phénomène géologique demeure faible pour le reste de son territoire[28],[29]. Cet aléa naturel, ayant pour origine une longue période de très faible pluviosité sur un sous-sol à caractère argilo-siliceux, peut soumettre les fondations d'habitat à une relative instabilité[30]. Concernant les constructions effectuées sur le territoire communal, des mesures préventives sont régulièrement prises afin de limiter ces risques[28].

Par ailleurs, selon de récents rapports effectués par le Bureau de recherches géologiques et minières, le territoire islois est sujet à des Bureau de recherches géologiques et minières, risques d'effondrement et/ou de glissement de terrain en deux points. Le premier, se trouvant dans la partie méridionale, est lié à l'existence d'une cavité souterraine dont la construction est attribuable à l'Âge du fer[28],[31]. Le deuxième point, également associé à un aménagement environnemental de type artificiel (ou anthropique), se place, quant à lui, au niveau du lieu-dit « La Croix-aux-Vignes », un site ayant auparavant fait l'objet d'une exploitation de gravier et qui dispose actuellement d'espaces d'habitations[28].

En raison des faibles risques qu'il soit touché par des débordements de nature hydrologique, le village champenois ne fait pas l'objet de mesures préventives anti-inondation, à contrario d'autres communes appartenant à l'agglomération de Troyes[32]. Cependant, certaines parties de son territoire, en particulier celles situées en bordure du lit de la Mogne et celui de l'Hozain, pourraient être affectées par des résurgences de la nappe phréatique[32].

Vue panoramique du lac de barrage d'Orient, réservoir de la Seine.

Enfin, l'existence d'un barrage retenant la Seine, dont la rupture pourrait entraîner d'important sinistres matériels, est régulièrement soumis à des analyses et observations afin d'évaluer son infrastructure[32]. Cet ouvrage d'art, qui est constitué d'un réservoir — le lac artificiel d'Orient (ou « lac-réservoir Seine »), localisé à 12 km de la ville troyenne — de capacité de retenue est de l'ordre de 15 millions m3 situé en amont d'une digue d'environ 20 m de haut, s'il cédait, occasionner une submersion du territoire islois en l'espace de 12 à 24 heures après signalisation[32]. À cet effet, pour prévenir ce type de sinistre, un plan communal de sauvegarde, soutenu par deux document d'information (un DDRM et un DICRM) a été mis en place en partenariat avec les instances préfectorales de l'Aube en 2013[33]. Toutefois, concernant Isle-Aumont, ce risque reste limité par rapport à d'autres localités voisines, puisqu'il ne toucherait que partiellement ses terres et que son niveau atteindrait, toujours en cas de rupture de barrage, un niveau estimé entre 0 à 1 mètres[32],[34].

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de pancarte indiquant l'entrée dans une commune.
L'une des entrées de la commune.

Le rapport d'étude urbaine effectué en 1989 et révisé en 2013 met en évidence que la population, étant regroupée dans le centre-bourg du village, la commune, à l'exception de celui de « La Roche »[Note 1], écart séparé du reste du territoire d'Isle-Aumont par le ru de la Mogne, ne possède actuellement pas de hameaux rattachés ni de groupes d'habitations isolées[4],[36],[25],[37].

Néanmoins, document cadastral napoléonien d'Isle-Aumont, réalisé en 1829[38],[39], et ce, en application de la loi votée le , mentionnait, au sein des limites de finage de son territoire : les Barges ; la Bouverie ; Conceaux ; Champ aux Cosaques ; Courtil-Millery[40] ; Ervy-les-Isles ; Feuillée ; les Lames ; Laval ; La Môgne[39] ; la Roche ; saine-Reine et Saint-Pierre[25]. De même, au cours du XIXe siècle, l'analyse de l'étendue territoriale d'Isle fait état de plusieurs autres hameaux, dont celui de « Bray » ; du « Cromot » ; « Les Hautes-Ventes » ; du « Courtansou » ; « La Trinité-aux-Bois » ; les « Basses-Loges » ; « Palluavel » ; « Vannes » ; « Marguasse » ; « Bastilly » ; le « Buisson » ; « Vaudes » ; « Vendue-l'Evêque » ; « Vendue-Mignot » ; la « Vieille-Forêt » ; et celui de « Chantemerie »[41],[42].

Anciens hameaux[modifier | modifier le code]

La Feuillé est ancien fief qui dépendait de la paroisse d'Isle dont le dernier seigneur était Louis-Marie, marquis de Mesgrigny et baron de Villebertin, en 1789.

Laval est ancien village, aujourd'hui détruit. Ce site, dont le statut est celui d'un fief, relève de la prévôté d'Isle[43]. En 1328, Laval est absorbé par la châtellenie d'Isle-Aumont[43]. Il est possible d'établir qu'il y ait eu des habitants après 1328, les seigneurs, relevant de Villebertin, étaient en 1290[44],[45] : le seigneur de Nanteuil et Gaucher de Merré. En 1367, Gaucher de Landes aussi seigneur de Souleaux et Virloup, ses enfants Ainserie et Jean[46] et, en 1775, Louis le Rouge, seigneur de Virloup.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le territoire est ou a été pourvu de quelques lieux-dits, dont notamment ceux de « La Chêvre »[47], des « Montains », des « Allets »[6], de « La Grande Talle »[48], du « Margolin »[49] ainsi que celui de « Cortin-Roy »[19].

Liste récapitulative des lieux-dits faisant partie du territoire communal 
  • Allets (les)
  • Chêvre (la)
  • Cortin-Roy
  • Croix-aux-Vignes (la)
  • Montains (les)
  • Margolin (le)
  • Grande Talle (la)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution chronologique des mentions du vicus, de la châtellenie, de la paroisse, puis de la commune[50],[51],[Note 2] :


Extrait d'une carte de Cassini sur laquelle apparaissent Isle-Aumont, ses lieux-dits et ses alentours.
.Isle-Aumont sur un extrait de carte réalisée par César-François Cassini.

Insula est attesté en 754, Isle fut le nom révolutionnaire, puis Isles en 1793 et Ile-Aumont en 1801[55].

En 1104, un cartulaire émis par l'abbaye de Molesme mentionne, au sein d'un passage qui en est issu, le nom d'Isle-Aumont sous l'une de ses formes latines :

« Ecclesia Islensis, castrum quod Isla dicitur, molendini. »

— Robert de Molesme, Charte de l'abbaye de Molême, 1104[51].

À l'instar d'autres sites répertoriés en France, tels que les communes de l'Isle-Adam, située dans le département des Yvelines ; L'Isle-d'Abeau, dans l'Isère ; ou encore les villes de L'Isle-de-Noé et de L'Isle-Jourdain, dans le Gers ; la première partie du toponyme d'Isle-Aumont se révèle associée à la notion d'« île fortifiée », sa seconde partie, « Aumont », étant liée au nom du seigneur ayant acquis les terres illoises[56],[54].

Selon l'archéologue Jean Scapula, à l'époque gallo-romaine, puis alte-moyenâgeuse, le nom de la localité auboise est attestée sous les termes Insula oppidum[57].

Le linguiste Ernest Nègre met en évidence que le toponyme de la commune trouve sa racine dans le terme insula, mot d'origine latine mentionné en 754 et se traduisant par « île »[58]. Par ailleurs, le terme Insula, employé pour désigné la commune isloise au cours du VIIIe siècle, pourrait être relié à la topographie et l'hydrologie de son territoire, ce dernier se révélant ceint par deux cours d'eau[54].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Fragment de défense fossilisé appartenant à un elephas antiquus daté d'environ 125 000 ans), comparable à celle mis en évidence à Isle-Aumont. Ce fossille est actuellement conservé et exposé au musée d'Angoulême.
Fragment de défense d'un elephas antiquus comparable à celle retrouvée à Isle-Aumont[Note 3]

Le site des dits « Les Allets », lieu-dit fouillé au cours des années 1940 et dont l'emplacement se trouve à l'extrémité du plateau d'Isle-Aumont, a fourni des restes fossilisés dont principalement des squellettes de mammouths[6]. L'un de ces fossiles fauniques, mis en évidence parmi des roches tuffeuses et argileuses, a été identifié comme étant une défense appartenant à un individu de type elephas antiquus — une espèce éteinte proche, en termes phylogénétiques, de l'éléphant d'Asie et ayant existé à l'ère du Pléistocène —[6]. Par ailleurs, lors de sa découverte, cette dent se révèle être la première occurrence inventoriée au sein du territoire départemental[6].

Hache polie en serpentine datant du néolithique et comparable à celle découverte à Isle-Aumont[Note 4]

Des artefacts — tels qu'une hache polie fabriquée à partir de serpentine —[61], mis en évidence sur le site d'Isle-Aumont, révèlent que les lieux ont connu une occupation humaine sporadique remontant au paléolithique[62],[63],[64],[65], présence qui s'est développée et intensifiée à partir de l'ère néolithique[6],[66]. Plusieurs structures, se présentant sous forme d'habitats et de sépultures, l'ensemble daté de la fin de la période néolithique et du début de l'âge du bronze — tournant du IIIe et du IIe millénaires av. J.-C. — et mis au jour à la carrière « Monet », indiquent une continuité d'utilisation du territoire islois[6].

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'usage montrent qu'il y aurait eu un lieu de culte, probablement associé à Mercure, ainsi qu'un enclos celte[67]. À cet effet, des restes fossilisés de 15 cm pour 10 cm de large, affectant la morphologie d'une tortue — la présence de cette espèce est régulièrement liée au culte de Mercure —, pourrait corroborer la destination de ce lieu de culte[68]. Par ailleurs, signalée à proximité du temple, la présence d'un itinéraire, utilisé époque protohistorique, suggère que sa destination, ou fonction, est celle d'un édifice voué au dieu mercurien[68]. Ce sanctuaire, dont le chercheur Jean Scapula a retrouvé plusieurs éléments architecturaux, mais également des fragments maçonnés, a fait l'objet d'un emploi depuis la période laténienne jusqu'à la l'époque antique[67],[68].

Vue de la « butte d'Isle », ici : l'église communale surmontant le site archéologique fouillé par Jean Scapula.
Vue du site dit la « butte d'Isle ».

D'autre part, un complexe funéraire, attribué à l'Âge du fer et qui a été mis en évidence à proximité de la Mogne, au hameau de « La Chêvre », vient confirmer la permance d'occupation d'Isle-Aumont à cette époque[6].

De nombreux gisements d'artefacts, tels que des fibules fabriquées en bronze et attribuées à fin de l'époque laténienne (« la Tène récent » - Ier siècle av. J.-C.) ; mais également des fragments d'objet en terre cuites peints, pour la plupart de confection locale, assignés, pour les uns du Ier Âge du fer, et au 2e Âge du fer pour les autres, dont les motifs se composent de points et de bandellettes angulaires ; ont été mis au jour au-dessous d'un terrassement construit dans la partie la plus élevée de la butte d'Isle[69]. L'analyse effectuée sur quelques tessons de poteries mis au jour, montre que celles-ci sont issues d'un atelier localisé au Mont Lassois, un oppidum occupé dès l'époque hallstattienne (Ier Âge du fer) et distant d'environ 60 km d'Isle-Aumont en direction sud[66]. Ces artefacts, caractéristiques du site de Vix, en Côte-d'Or, attestent, pour cette période, d'une très probable circulation de biens artisanaux entre les deux sites[66]. Lors de leur découverte, l'ensemble de ces objets étaient incorporés dans une structure remplie d'un mélange de cailloutis et de terre riche à caractère limoneux et se présentant sous la forme de puits circulaire de 2,40 m de profondeur et dont les parois sont révélées constituées d'un assemblage de pierre[69]. Ces structures possèdent une très probable destination funéraire[70].

Enfin, dégagés sur d'autres périmètres de prospection, appartenants également au lieu-dit de « La Chêvre », des pièces archéologiques, telles que des torques, des bracelets confectionnés en bronze ou encore des épées, viennent compléter l'inventaire des éléments matériels attribuables à la période protohistorique[Note 5],[71],[70].

Selon de nombreux auteurs, tels que l'historien Henri-Paul Eydoux, la butte d'Isle-Aumont, compte tenu des éléments matériels qui y ont été découverts, mais également de son contexte topographique — le site, placé en hauteur, se révèle être en position de castramétation —, présente toutes les caractéristiques d'un centre religieux celte[66]. À cette époque, son aire de rayonnement s'étend alors sur une zone correspondant aux actuels territoires forestiers de Chaource et d'Aumont[66].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Photographie d'une Amphore de type Dressel 2-4, comparable à celles retrouvées sur le site de la butte d'Isle. Objet de provenance italique, ici exposé au musée de Soler Blasco de Xàbia (Espagne).
Amphore de type « Dressel 2-4 » comparable à celles retrouvées à l'Isle-Aumont.

Au début de l'Antiquité, au tournant du Ier siècle av. J.-C. et du Ier siècle apr. J.-C., Isle-Aumont fait alors partie intégrante de la civitas (l'équivalent d'un territoire ou d'une nation à l'époque gallo-romaine) des Tricasses, une zone géographique correspondant à l'actuel département de l'Aube et dont la capitale politique, refondée sous le règne de l'empereur Auguste Octave, devient alors Augustobona, autrement dit la ville Troyes sous sa forme antique[72],[73]. À l'époque gallo-romaine, le site dit de la butte d'Isle, manifeste d'une continuité d'usage à vocation religieuse[72],[73],[19]. Un itinéraire antique, longeant le ru de la Mogne, passe à quelques dizaines de mètres du monastère[19]. Cette voie gallo-romaine, qui traverse la quasi-totalité du territoire communal, suit, sur première partie le tracé de l'actuelle RD 444[19]. Ce tronçon, dénommé le « chemin du Cortin-Roy » — termes éponyme du lieu-dit qu'il traverse —, se trouve prolongé par le « Chemin des Charbonniers », seconde partie de l'itinéraire gallo-romain qui épouse le tracé de la RD 123[19].

En outre, sur un autre site, au lieu-dit de la « La Grande Talle », des prospections préventives, réalisées vers le milieu des années 1980 et faisant suite à une opération de drainage, ont permis de retrouver une épingle confectionnée en bronze[48]. Cet objet d'apparat, d'une longueur totale de 29,2 cm, est pourvue d'une tète de forme biconique d'approximativement 18 millimètres de diamètre et qui présente des motifs géométriques composés de lignes circulaires et rectilignes[48]. Les fouilles effectuées à « La Grande Talle », ainsi qu'au « Margolin », lieu-dit également soumis à des travaux de drainage des eaux, ont aussi permis de recueillir, alors incorporé à l'intérieur de trous anciennement occupé par des poteaux, un imposant instrumentum[49]. Ce gisement se compose d'amphores à vins de provenance italique et de type « Dressel 2-4 » ; d'autres amphores de type dit « Pompéi » et pourvue d'anses bifides (ou fendues) constituées par l'assemblage de deux colombins ; des vases affichant une forme en « S » ; des objets de vaissellerie fabriqués à partir d'une terre de couleur brune ; des pièces de monnaie gauloises, certaines des potins, d'autres des bronzes lesquelles, en raison de leurs avers sont probablement issues d'un atelier Senones ; une monnaie romaine en bronze datant du règne de Dioclétien[74] (IIIe siècle apr. J.-C.) ; et enfin des céramiques sigillée estampillées des caratères « L. TC. »[49]. À l'exception des monnaies et des vases en « S », datés de La Tène récente (Ier siècle av. J.-C.), l'ensemble de ses objets est attribué au Haut empire (Ier siècle apr. J.-C.)[49].

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Photographie sur laquelle apparaît des fragments de sarcophages d'époque mérovingienne, dont celui de Chadoaldus. Vestiges actuellement conservés et exposés dans l'enceinte de l'église d'Isle-Aumont.
Fragments de sarcophages mérovingiens découverts sur la butte d'Isle.

Ultérieurement à l'occupation de la motte d'Isle par les Gaulois, puis les Gallo-romains, un monastère chrétien a été fondé sur la tombe d'Ursion[66]. L'édifice religieux, qui est alors placé sous le vocable de Saint Ursion, a été bâti au cours de la période franque[53],[66]. En outre, mentionné dans un texte manuscrit par Grégoire de Tours (539-594), ce monument aurait été possiblement érigé sous l'impulsion d'un ermite, un ecclésiaste dénommé Aventin, qui, venu se retirer au sein des vestiges du sanctuaire gaulois, aurait constitué une communauté religieuse au début du VIe siècle apr. J.-C.[67]. L'ermite religieux et ancien évêque de Troyes, ainsi entouré d'un convent, a probablement fait de saint Phal, jusqu'alors placé en captivité par Thierry II, le deuxième « abbas » du monastère islois[75]. Un document hagiographique, rédigé sous la forme d'une vita, atteste et témoigne de l'existence et du parcours de l'abbé saint Phal[75]. Des indices matériels mis en évidence au cours des investigations archéologiques menées au cours des années 1950, tel que le sarcophage no 260, viennent conforter cette hypothèse[67],[68]. À cet effet, le cercueil, attribué pour la fin du VIe siècle, est demeuré inviolé et, hormis la dépouille du défunt (probablement celle d'Aventin), totalement exempte d'un quelconque viatique (ou mobilier funéraire)[67],[68]. Ce type d'inhumation est caractéristique du rite chrétien[67].

Photographie d'une plaque et d'une boucle de ceinture retrouvée dans la sépulture féminine o, et actuellement conservée au Musée Saint-Loup, à Troyes.
Plaque et boucle de ceinturon mérovingiennes[Note 6].

Cette sépulture fait partie d'un vaste complexe funéraire dont l'emploi s'échelonne du Ve jusqu'au VIIe siècle apr. J.-C.[74]. À contrario du tombeau no 260, la plupart des autres sarcophages, de constructions plus récentes, ont livrées un viatique[74]. L'une de ces sépultures halte-moyenâgeuse, la tombe inventoriée no 590, possiblement attribuable au VIIe siècle et au sein de laquelle reposait une femme, a fourni un riche mobilier funéraire notamment composé d'une paire de boucles d'oreille confectionnées en argent ; une bague ouvragée en or laminé, sertie d'un chaton se présentant en saillie et munie d'un anneau en bronze ; mais également d’une pièce de ceinturon ventral constituée d'une plaque-boucle opposée à une « contre-plaque », le tout fabriqué à partir de fer orné de motifs en argent et damasquiné d’orichalque[76].

Au voisinage de ce cimetière mérovingien, plusieurs fosses circulaires, apparaissant sous forme de puits ont été également signalées[74]. Ces genres de silos ont été retrouvés, lors de leur mise au jour, remplis d'artefacts provenant des sépultures mérovingiennes, telles des plaques à décors damasquinés, ou encore des tessons de vase confectionnés en verre[74]. Ces puits, attribués aux environs du Xe siècle, pourraient indiquer une continuité d'usage de l'éminence topographique d'Isle à l'époque carolingienne[61],[74]. À ces structures mortuaires, est associée une sorte de « crypte » et dont l'emplacement se situe sur flanc sud-est de la butte. Cette construction souterraine, aménagée grâce à une technique de terrassement et maçonnée au moyen de tuf, de gravier et de terre, a délivré des céramiques de couleur blanche à bandelettes rouges, des clous à ferrer datant du Xe siècle, ainsi que des restes humains attribués, quant à eux, à l'époque mérovingienne[61]. Néanmoins, au sein de cette cavité, aucun indice attestant la présence de tombeaux, que soit sous forme complète ou fragmentée, n'ont été recueillis[61].

Postérieurement, au cours du IXe siècle, le monastère haut-moyenâgeux, dont l'emplacement correspond à l'endroit précis où avait été élevé l'ancien temple celte, a fait l'objet d'une destruction par incendie lors des invasions vikings[77],[67],[66],[72]. Ces derniers recyclèrent le lieu de culte, ainsi que la butte sur laquelle il avait été auparavant bâti, en forge[77].

Moyen Âge et Moyen Âge tardif[modifier | modifier le code]

Occupation et fortification de la butte d'Isle-Aumont au Moyen Âge. Ici : le château Saint-Phal, et l'église.
Statue-reliquaire représentant le fondateur de la communauté cistercienne Robert de Mosleme (1029-1111). Ici : dans l'enceinte de l'église Saint-Pierre.
Robert de Molesme (1029-1111)[78].

En 1097, par une donation d'Hugues Ier de Champagne, Robert de Molesme fonde à Isle-Aumont un prieuré bénédictin avant de faire construire, l'année suivante à Cîteaux, l'ordre cistercien, branche réformée du monachisme bénédictin[79],[53]. Le lieu de culte islois, étroitement associé à l'ancien monastère mérovigien[53], est alors construit sur le même site que la forteresse de Saint-Phal[80].

Dans la seconde moitié du XIIe siècle, le site d'Isle, pourvu de cette résidence seigneuriale, devient alors, à l'instar du fief de Payns, le centre politique d'une châtellenie champenoise et le cœur administratif d'une prévôté[80].

Vers le début du XIIIe siècle, en 1224, alors que la paroisse d'Isle relève de la seigneurie de Macheret, un second monastère, le lieu de culte des Grandsmonlains, communauté religieuse également connu sous le nom de « Les Bons Hommes », est dès lors édifié au sein des terres isloises[53]. À l'instar de Bar-sur-Aube, les privilèges dits « communaux » de la localité isloise, qui avaient été antérieurement annulés quelques années auparavant, se voit restauré en 1235 par application d'une charte provenant du comte de Champagne Thibaut IV[81].

Sous Blanche de Navarre, régente et mère de Thibaut IV le Chansonnier, comte de Champagne et roi de Navarre, la butte devient un point de passage pour les pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle, comme en témoigne encore la coquille Saint-Jacques sculptée sur le mur méridional du chœur du XIIe siècle[79].

Aumont était de toutes les juridictions de Troyes. La justice était plus anciennement une simple châtellenie dont relevait le château de Saint-Phal ; ce fut depuis un bailliage ducal dont relevaient 72 villages et hameaux.

Les seigneuries, châtellenies ou prévôtés d'Isles, Chaource, Villemaur, Maraye, Payns[Note 7], ont constitué dans le comté de Troyes un puissant ensemble féodal, possédé par le comte de Champagne, et souvent désigné par le nom générique de « Seigneurie d'Isles ». Cette seigneurie passe à la Couronne quand la comtesse de Champagne Jeanne épouse Philippe IV le Bel. Au début du XIVe siècle, en 1308, le 11e monarque capétien, afin d'appuyer sa lutte contre les Templiers, dont la présence se révèle encore manifeste en Champagne, fait réunir à Tours les seigneurs d'Isle-Aumont, de Chaource, de Saint-Phal et d'Ervy-le-Châtel[82]. Jacques Garlande, alors en charge de la prévôté isloise, répond à l'appel de Philippe le Bel par une lettre assignée du 29 avril[82].

En 1328, alors que la lignée des Capétiens directs viennent de s'éteindre en la personne de Charles IV Le Bel, un traité, obtenu sous la forme d'une « assiette de rente », passé entre le duc Eudes IV de Bourgogne et le premier roi de la nouvelle dynastie de Valois, Philippe VI, donne la « seigneurie d'Isles » à Jeanne de France — la femme d'Eudes, fille du roi Philippe V le Long et donc petite-fille de Philippe IV et de la comtesse Jeanne de Champagne-Navarre —, en guise de dot[Note 8] et pour abandon de ses droits à la Champagne[Note 9],[83].

Vers le milieu du XIVe siècle, le , le duc de Bourgogne Eudes, lors d'un important voyage ayant pour objectif d'effectuer des visites à caractère politique, fait escale à Isle-Aumont[84].

Le plan du château Saint-Phal[85].

Désormais, les ducs de Bourgogne vont disposer d'un puissant moyen d'action en Champagne, renforcé plus tard par la possession du comté de Bar-sur-Seine en 1435 lors du traité d'Arras[86], par l'achat de Jaucourt en 1367 à Jeanne de Jaucourt héritière de cette seigneurie, par la possession de Beaufort en 1382-1404, et par les spoliations ou achats contraints effectués pendant la Guerre de Cent Ans au profit des fidèles du duc alliés aux Anglais – donc aux dépens des partisans des rois Valois – tels que le chancelier Rolin, vidame de Châlons, seigneur de Gyé et Ricey-le-Bas[87],[88]. La Seigneurie d'Isles passe au fils de Jeanne et Eudes, Philippe Monsieur, puis à son propre fils, le duc Philippe Ier de Rouvre(s), et elle est donnée en douaire à sa femme la duchesse de Bourgogne Marguerite de Flandre-Dampierre, deux fois duchesse de Bourgogne par ses mariages avec Philippe de Rouvre et Philippe le Hardi. À la mort du jeune Philippe de Rouvres en 1361 la première dynastie capétienne des ducs de Bourgogne s'éteint et le duché fait retour à la Couronne : sa veuve Marguerite de Flandre, alors âgée de 11 ans, ne peut conserver la Seigneurie, dont hérite alors une autre Marguerite : Marguerite de France, sœur de Jeanne de France, grand-tante et héritière de Philippe de Rouvre, et grand-mère... de Marguerite de Flandre. À la mort de Marguerite de France en 1382, la Seigneurie est héritée par sa petite-fille Marguerite de Flandre (qui donc possède la Seigneurie une deuxième fois, mais maintenant en propre, non en douaire), et à son deuxième mari le duc Philippe le Hardi, dernier fils de Jean le Bon, épousé en 1369. Ce deuxième Philippe est le premier des ducs Valois de Bourgogne. L'année 1390 marque un tournant, puisque le duc de Bourgogne, après avoir obtenu notamment l'Artois, la Flandre, le Rethel, le Charollais en apanage, acquiert le fief islois[86]. La Seigneurie d'Isles va se transmettre aux descendants de Marguerite et Philippe issus de leur fils cadet Philippe de Nevers : les comtes ou ducs de Nevers et de Rethel des Maisons de Bourgogne-Valois, de Clèves et de Gonzague[51],[88].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Duché d'Aumont.

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, le statut d'Isle est transformé en marquisat par Henri II pour Jacques de Clèves duc de Nevers, comte de Beaufort et sire de Jaucourt[Note 10]rt,[89],[90]. Les 4 châtellenies d'Isle, dont le comte de Beaufort est alors propriétaire (Isles — Villemaur, Maraye et Chaource —), reviennent à sa sœur Marie princesse de Condé et première épouse du prince Henri Ier[89],[90],[91]. Dans les années 1590, ces biens domaniaux sont successivement acquis par Gabrielle d'Estrées (favorite d'Henri IV), puis passent à une autre sœur du duc Jacques, Henriette de Clèves, duchesse de Nevers, princesse de Mantoue, veuve de Ludovic de Gonzague, duc de Nevers et gouverneur de Champagne[90]. Elle aliéna la terre de Chaource au profit de Charles de Choiseul, marquis de Praslin, par contrat du 3 février 1601, et la terre de Villemaur à Jacques de Villemaur[90]. Après la mort d'Henriette, son fils Charles Ier de Gonzague, duc de Nevers et Rethelois, fut marquis d'Isles et seigneur de Maraye en 1628, et vendit cette dernière terre à M. de Bullion, surintendant des finances, avec la réserve de la mouvance à Isles.

Le duc de Nevers laissa, par son testament, la terre d'Isles à sa fille la princesse Louise-Marie de Gonzague, mariée au roi de Pologne Ladislas IV Vasa. Ultérieurement, le marquisat retourna à Charles II de Gonzague, petit-fils de Charles Ier, aussi duc de Nevers ; mais ce seigneur passa bientôt au duché de Mantoue, et « vendit Isles » à Antoine d'Aumont de Rochebaron, par contrat du [92],[90] ; celui-ci fut maréchal de France en 1651, gouverneur de Paris en 1662[89]. Le roi Louis XIV, pour le récompenser de ses services, érigea son marquisat d'Isles en duché-pairie, par lettres-patentes de novembre 1665, sous le nom de duché d'Aumont, dont Isles devint le chef-lieu et prit le nom, qu'il porte encore aujourd'hui : ainsi, la réunion de ces deux termes donna « Isle-Aumont »[89].

En mars 1789, pendant que se tiennent les Etats généraux, la commune, dont les habitants et leurs représentant viennent d'émettre leurs cahiers de doléances, est alors rattachée à l'intendance, à l'élection et à la généralité de Châlons[93]. L'année suivante, en application du décret voté par l'Assemblée constituante et daté du , le statut de la localité auboise est élevé au rang de chef-lieu d'un bailliage — équivalent d'un canton pour cette époque — relevant du district de Troyes[94].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les premières années du XIXe siècle (l'an IX du calendrier républicain) sont marquées par la suppression du canton, créé une décennie auparavant, et ayant jusqu'alors pour chef-lieu la commune isloise[94].

Au cours de l'année 1814, alors que l'empereur mène la campagne de France, expédition militaire ayant pour objectifs de reconquérir son trône et d'enrayer l'invasion du territoire français, la localité isloise est marquée par des affrontements opposant les troupes de la 6e coalition — dont celles du Liechtenstein — avec deux unités napoléoniennes (la « division Michel » et les « dragons de Briche »)[95].

En 1829, en application de loi promulguée le sous le règne de Napoléon 1er, le territoire d'Isle-Aumont fait l'objet d'un plan de remaniement cadastral, réalisé par technique d'arpentage et visant à établir une nouvelle imposition foncière pour sa population[96].

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que le domaine de l'archéologie commence à prendre son essor sous l'impulsion de Napoléon III, les toutes premières investigations sont entreprises sur la « butte d'Isle »[97]. Postérieurement à leurs découvertes, la plupart des objets issus des nécropoles protohistorique, antique et mérovingienne, sont acheminés, puis étudiés, et enfin conservés au musée des beaux-arts et de l'archéologie de Saint-Loup, à Troyes[97].

XXe siècle : le temps des guerres, des fouilles et des découvertes[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un monument mémorial et de la place qui l'entoure.
Le monument aux morts d'Isle-Aumont.

La Guerre mondiale de 14-18 a causé la mort de 9 soldats engagés natifs d'Isle-Aumont[98]. Le second conflit mondial de 39-45 a fait, quant à lui, 2 victimes parmi la population masculine de la commune[98].

Sur l’ancienne motte féodale, connue sous le nom de « la butte d’Isle »[Note 11], l’archéologue Jean Scapula (1911-1991) a mis au jour des nécropoles mérovingiennes et carolingiennes[100],[101]. Cet archéologue a prospecté, dégagé et mis en évidence plus de 5 000 ans d’histoire sur une période d'environ 50 ans[100],[101]. L'ensemble du matériel archéologique mis au jour est composé d'environ 1 450 sépultures dont 860 d'époque mérovingienne et 589 d'époque carolingienne[102] ; plus de 600 sarcophages confectionnés à partir de pierre ou de bois ; mais également les restes de 4 000 individus et approximativement un millier de pièces de fouilles ont été découverts[100],[67],[101]. En raison de son étendue et de la richesse des éléments archéologiques recueillis, la seule nécropole mérovingienne d'Isle-Aumont, probablement mise en place dans la seconde moitié du VIe siècle, constitue, selon le médiéviste Jean Heuclin, le complexe funéraire le plus imposant répertorié sur le territoire champenois[67]. Enfin, le rapport d'activités de l'Inrap publié en 2016 montre que la localité auboise appartient à un groupe de 2 026 communes françaises ayant fait l'objet, pour l'exercice 2015, de prospections archéologiques préventives par cet établissement administratif de recherche[103].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, 67,07 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 32,93 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 88,37 %[104].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 58,39 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 41,61 % pour François Hollande (PS), avec un taux de participation de 89,41 %[105].

En 2017, lors du deuxième tour des élections présidentielles, Emmanuel Macron (En marche !), élu, a recueilli 56,64 % des voix et Marine Le Pen (FN), 43,36 %. Le taux de participation, pour cette élection, s'est élevé à 83,67 % sur l'ensemble des 392 habitants d'Isle-Aumont inscrits[106].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[107].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Deux arrêtés en date du 19 décembre 2013 prononcent son retrait de la communauté de communes Bouilly-Mogne-Aumont et son rattachement à la communauté d'agglomération du Grand Troyes, à compter du 1er janvier 2014[108].

Elle est rattachée à Troyes Champagne Métropole, à sa création le , qui se substitue à la structure existante.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1857 non-renseigné Jouvenet[109]    
1887 non-renseigné Richard[109]    
non-renseigné 1936 Fernand Gentin   Imprimeur, sénateur et vice-président du Conseil général de l'Aube[110]
1936 non-renseigné Fernand Gentin   Id[110].
mars 2001 2008 Maurice Carre    
mars 2008 en cours Jean-François Reslinski[111] DVD Cadre

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Isle-Aumont relève du tribunal d'instance de Troyes, du tribunal de grande instance de Troyes, de la Cour d'appel de Reims, du tribunal pour enfants de Troyes, du conseil de prud'hommes de Troyes, du tribunal de commerce de Troyes, du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne et de la Cour administrative d'appel de Nancy[112].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est assurée par Troyes Champagne Métropole, communauté d'agglomération dont fait partie Isle-Aumont. Cette communauté met à la disposition des habitants quatre déchetteries dont celle de Saint-Julien-les-Villas au nord de la commune[113].

Finances locales[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2013, à part l'année 2011, la capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital des emprunts a conservé un montant très inférieur à celui des communes de même type[114] :

Capacité d'autofinancement nette
par habitant et par an.
Année Dans la commune Moyenne de la strate[Note 13]
2008 10 € 143 €
2009 - 123 € 161 €
2010 21 € 180 €
2011 299 € 127 €
2012 35 € 128 €

Le tableau ci-dessous a pour objectif de détailler l'évolution de la capacité d'autofinancement (CAF), un des indicateurs des finances locales d'Isle-Aumont, sur une période de onze ans[115] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Isle-Aumont de 2005 à 2015
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 500 à 2 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé (FPU).
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Isle-Aumont 147 126 151 74 81 66 333 83 90 -63 131
Moyenne de la strate 219 238 227 240 247 262 294 194 187 149 149

CAF d'Isle-Aumont CAF moyenne de la strate
Ordonnées du graphique : valeurs de la CAF exprimées en €/habitant.

Pour la période considérée, de 2005 à 2015, la capacité d'autofinancement de la commune[Note 14] demeure, à l'exception de l'exercice comptable de 2011, régulièrement inférieure à la valeur moyenne de la strate et se révèle même sensiblement négative en 2014[115]. En outre, le « résultat comptable »[Note 15], très fluctuant au cours de ces 10 années, apparaît globalement inférieur à celui de la strate, hormis pour l'exercice fiscal de 2012[115]. D'autre part, le fonds de roulement[Note 16], toujours positif, varie significativement autour de la moyenne de la strate[Note 17],[115].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 10 mars 2014, Isle-Aumont n'est jumelée avec aucune commune[119].

Population et société[modifier | modifier le code]

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune d'Isle-Aumont sont dénommés Islois et Isloises[120].

Évolution démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[121]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[122],[Note 18].

En 2014, la commune comptait 496 habitants, en diminution de -3,88 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
243 175 160 150 165 170 277 106 165
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
170 187 177 158 164 142 145 154 158
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
149 143 118 119 117 136 136 146 135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
133 165 351 367 558 543 516 508 496
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[123].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population de l'Isle-Aumont
exprimés en pourcentages[Insee 4].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2008 2008 - 2013
Taux de variation annuel de la population Augmentation + 11,4 % Augmentation + 0,6 % Augmentation + 5,4 % Augmentation - 0,3 % Augmentation - 0,7 % Baisse - 0,3 %
Solde naturel + 0,9 % + 0,0 % + 0,8 % + 0,3 % + 0,3 % + 0,5 %
Solde migratoire + 10,5 % + 0,6 % + 4,6 % - 0,6 % - 1,0 % - 0,8 %

Au dernier recensement statistique arrêté au du la population municipale de l'Isle-Aumont était de 496 habitants, la classant ainsi parmi les communes de moins de 500 habitants[Insee 5]. Sur une période de 22 ans, de 1968 à 1990, le taux de variation annuel de la population communale, essentiellement dû à son solde migratoire, n'a cessé de s'accroître[Insee 4]. Toutefois, ce taux marque un sensible fléchissement à partir du début des années 1990, baisse qui se confirme jusqu'en 2008-2013[Insee 4]. Sur une période d'observation de 35 ans (de 1968 à 2013), le solde naturel demeure, quant à lui, régulièrement positif[Insee 4].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune comporte 49,1 % d'hommes et 50,9 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge légèrement plus âgée que celle de la France métropolitaine[Insee 6].

L'indicateur de jeunesse, égal au quotient des moins de 20 ans sur les plus de 60 ans[Insee 7], est en effet de 0,9 pour la commune, soit 90 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indicateur est également inférieur à celui du département (1) et à celui de la région (1,05)[Insee 8].

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune d'Isle-Aumont en 2010[Insee 9] ainsi que, comparativement, celle du département de l'Aube la même année[Insee 10], sont représentées par les graphiques ci-dessous :

Pyramide des âges à Isle-Aumont en 2010 (chiffres exprimés en pourcentage)[124].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90  ans ou +
0,4 
6,0 
75 à 89 ans
5,8 
18,4 
60 à 74 ans
19,0 
26,0 
45 à 59 ans
26,7 
18,8 
30 à 44 ans
19,8 
11,2 
15 à 29 ans
14,0 
18,8 
0 à 14 ans
14,3 
Pyramide des âges dans le département de l'Aube en 2010 (chiffres exprimés en pourcentage)[125].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,7 
75 à 89 ans
10,6 
14,7 
60 à 74 ans
15,1 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,5 
30 à 44 ans
18,5 
18,7 
15 à 29 ans
16,6 
19,1 
0 à 14 ans
17,6 

Au dernier recensement effectué par l'Insee en 2013, les tendances observées quelques années plus tôt, présentant quasiment les mêmes caractéristiques démographiques, confirment l'évolution de la pyramide des âges de l'Isle-Aumont, ainsi que celle de son département, qui ont été publiées 2010[Insee 11],[Insee 12] :

Pyramide des âges à l'Isle-Aumont en 2013 (chiffres exprimés en pourcentage)[Insee 12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90 ans ou +
0,4 
6,0 
75 à 89 ans
5,8 
18,4 
60 à 74 ans
19,0 
26,0 
45 à 59 ans
26,7 
18,8 
30 à 44 ans
19,8 
11,2 
15 à 29 ans
14,0 
18,8 
0 à 14 ans
14,3 
Pyramide des âges dans l'Aube en 2013 (chiffres exprimés en pourcentage)[Insee 11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,6 
7,0 
75 à 89 ans
10,7 
20,2 
60 à 74 ans
19,6 
15,8 
45 à 59 ans
16,2 
18,9 
30 à 44 ans
18,0 
18,2 
15 à 29 ans
16,2 
19,2 
0 à 14 ans
17,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Isle-Aumont est située dans l'académie de Reims.

La commune administre une école élémentaire qui comptait 45 élèves en 2012-2013[126] au sein du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec les communes de Saint-Thibault, Les Bordes-Aumont et Cormost[127], [128] dont les parents ont manifesté mi-2013 pour éviter la suppression d'une classe de maternelle[129], [130]

Santé et services d'urgences[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un ancien bâtiment.
Le bâtiment des pompiers.

La commune ne dispose pas de structure hospitalière[131]. Les 2 établissements hospitaliers les plus proches pouvant prendre en charge les habitants d'Isle sont implantées dans les villes de Troyes[132],[133] et de Bar-sur-Seine, ce second centre étant distant d'un peu plus de 20 km « à vol d'oiseau »[134],[135].

Une antenne de sapeurs-pompiers est implantée sur le territoire communal[136]. Les locaux de centre de secours sont installés dans un bâtiment ayant été construit au début du XXe siècle[24].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Aucun service de sécurité n'est implanté sur le territoire communal[137]. Les établissements publics (brigade et commissariat de police) les plus proches pouvant assurer la sécurité à Isle-Aumont sont localisés sur les communes de Bréviandes, de Bouilly, de Troyes, de Lusigny-sur-Barse et de Barberey-Saint-Sulpice[137]. En outre, concernant les brigades de gendarmerie, celle du chef-lieu de l'Aube offre des services de proximité pour le territoire communal[138].

Tissu associatif[modifier | modifier le code]

En 2016, 13 associations « loi 1901 » sont recensées sur le territoire communal dont 3 ont fait l'objet d'une dissolution[139]. Ces établissements à but non-lucratif interviennent dans des domaines d'activité variés, tels que l'entraide sociale, la culture, les animations, la défense des droits civiques, la protection de l'environnement ou encore le sport[139].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune n'abrite actuellement aucun marché régulier[140].

Depuis 2003, l'association « Amitié, Loisirs, Détente » organise manifestations et festivités pour les aînés[141],[142].

Cultes[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble de l'église paroissiale. Ici : la nef, le portail, le clocher-tour et le parvis de l'édifice religieux illois.
Vue d'ensemble de l'église paroissiale.

Seul le culte catholique est célébré à Isle-Aumont. La commune est l'une des vingt-six communes regroupées dans la paroisse « de Bouilly Moussey », l'une des six paroisses de l'espace pastoral « Forêts d’Othe et d’Armance » au sein du diocèse de Troyes, le lieu de culte est l'église paroissiale Saint-Pierre[143].

Sports[modifier | modifier le code]

Les randonneurs et coureurs se retrouvent au sein de « la Gymnastique volontaire de la Butte »[144] qui est la plus ancienne association de la commune[145]. La commune dispose d'un club de football[146] au sein de l'association sportive des Aumont et du stade « Christian-Maillou »[147].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional L'Est-Éclair assure la publication des informations locales à la commune[148].

La commune ne dispose pas de nœud de raccordement ADSL installé dans cette commune, ni de connexion à un réseau de fibre optique. Les lignes téléphoniques sont raccordées à des équipements situés à Buchères[149].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 37 383 €, ce qui plaçait Isle-Aumont au 5 200e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[Insee 13].

En 2009, 29,1 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 352 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,2 % d'actifs dont 65,1 % ayant un emploi et 7,1 % de chômeurs[I 5].

On comptait 48 emplois dans la zone d'emploi, contre 37 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 232, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 19] est de 20,7 %, ce qui signifie que la zone d'emploi n'offre qu'en emploi pour cinq habitants actifs[I 6].

Structure et évolution de l'emploi à Isle-Aumont entre 2008 et 2013

Les deux tableaux suivants révèlent les chiffres-clés de l'emploi à Isle-Aumont et leur évolution de 2008 à 2013[Insee 14],[Insee 15] :

Structure de la population active d'Isle-Aumont (10)
entre 2008 et 2013.
Isle-Aumont 2008 Isle-Aumont 2013 Évolution
Population de 15 à 64 ans 348 331 Baisse - 4,88 %
Actifs (en %) 72,2 76,9 Augmentation + 4,5 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 65,1 73,7 Augmentation + 8,6 %
Chômeurs (en %) 7,1 3,3 Augmentation - 3,8 %
Évolution de l'emploi à Isle-Aumont (10) en 2008 et 2013.
Isle-Aumont 2008 Isle-Aumont 2013 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 44 63 Augmentation + 69,84 %
Indicateur de concentration d'emploi 19,0 25,6 Augmentation + 6,6 %
Rattachement sectoriel

Isle-Aumont n'étant pas pourvue d'établissement public et administratif destiné à la recherche d'emploi, la gestion des demandeurs de travail de la commune est directement assurée par la structure pôle emploi de Troyes[150].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Statistiques du tissu économique en 2010[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Isle-Aumont comptait 27 établissements : 2 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans l'industrie, 9 dans la construction, 11 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, 2 entreprises ont été créées à Isle-Aumont[I 8].

Statistiques et évolution du tissu économique en 2014-2015[modifier | modifier le code]

Le tableau qui suit récapitule le nombre d'entreprises implantées en 2014 à Isle-Aumont selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[Insee 16] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2014.
Total  % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 33 100 24 8 1 0 0
Agriculture, sylviculture et pêche 2 6,1 2 0 0 0 0
Industrie 1 3,0 0 1 0 0 0
Construction 9 27,3 6 2 1 0 0
Commerce, transports, services divers 15 45,5 12 3 0 0 0
dont commerce et réparation automobile 3 9,1 97 2 1 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 6 18,2 4 2 0 0 0
Champ : ensemble des activités.

En 2015, sur l'ensemble des structures recensées et hors activité agricole, 2 nouvelles entreprises ont été fondées, dont 50 % dans le secteur industriel et ce, à part égale avec celui de la construction, soit 50 %[Insee 17]. En outre, pour ce qui est de l'exercice 2015, un total de 3 établissements ont été crées, dont 66,6 % le seul domaine marchand et complété par 33,3 % dans la branche des services aux entreprises[Insee 18].

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

La commune dispose de 4 structures destinées au services aux entreprises[151]. Par ailleurs, 3 entreprises dont le siège est installés sur le territoire communal sont spécialisées dans les branches d'activité des transports et de la logistique[152].

Industrie et bâtiment[modifier | modifier le code]

10 établissements appartenant au secteur de la construction et du bâtiment sont implantées sur la commune[153]. Ces entreprises, de petites tailles, se révèlent pour la plupart de type artisanal[153]. La sphère industrielle est, quant à elle, très peu représentée[154],[155].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous a pour objectif de présenter, en données chiffrées et répertoriées sur une période de 22 ans, une synthèse statistique concernant les principales caractéristiques des exploitations agricoles d'Isle-Aumont[156] :

Évolution de l'agriculture à Isle-Aumont (10)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 3 2 1
Équivalent Unité de travail annuel 3 1 1
Surface agricole utile (SAU) (ha) 159 159 145
Cheptel (nombre de têtes) 79 62 58
Terres labourables (ha) 128 non-renseigné non-renseigné
Cultures permanentes (ha) 0 0 0
Surface toujours en herbe (ha) non-renseigné non-renseigné non-renseigné
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 53 79,5 145
Photographie en noir et blanc d'une ferme et de sa cour.
Une ancienne ferme à Isle-Aumont.

Les données observées sur la période étudiée montre que le nombre des exploitations agricoles d'Isle-Aumont, passant de 3 en 1988, à 1 en 2010, diminue de manière significative au profit d'un accroissement de leur surface moyenne[156].

Le cheptel, dont la proportion se réduit d'environ 26,6 %, suit une courbe d'évolution qui, sans être autant marquée, se révèle également à la baisse[156].

D'autre part, les dernières données observées par le Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt en 2010, montrent que le domaine agricole de la localité auboise se tourne vers une orientation technico-économique à dominante céréalière et oléo-protéagineuse[156].

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments et objets protégés[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale dite « aux trois sanctuaires », seul monument de la commune classé à l'inventaire des monuments historiques, se trouve au sommet d'une butte historique et est entourée d'un cimetière mérovingien. L'église, dont le vaisseau se compose d'une double nef, abrite un les restes maçonnés chœur construit à l'époque carolingienne[157]. L'ensemble de l'édifice religieux, élevé au cours du IXe siècle, et ayant fait l'objet de multipes remaniements et extensions depuis sa fondation, affiche une architecture générale de style simultanément roman et gothique[157]. L'église, mais également les terrains comportant les nécropoles qui l'entourent, ont été classé au titre de monuments historiques, par arrêté daté du [158]. L’église compte deux nefs, l’une datant du XIIe siècle et l’autre du XVe siècle.

Les sarcophages exposés dans la nef romane font du site d’Isle-Aumont un site historique et archéologique important classé monument historique en 1967.

Parmi les 41 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques, cette église en contient 39[159]. Les deux autres objets étaient à l'intérieur de la chapelle de Roche qui a été vendue en 1937 par la commune et transformée en maison particulière ; les deux œuvres datées du XIVe siècle et du XVe siècle ont malheureusement disparu à cette époque[160],[161]. L'un de ces objets, une statue, attribuée au début du XVIe siècle, ouvragée en calcaire polychrome peint représentant une Vierge à l'Enfant et pourvue d'une hauteur de 1,30 m, vient compléter le mobilier du monument religieux[162],[163]. Cette sculpture, qui a possiblement fait l'objet d'une donation par le prieur Etienne Tabourel, curé alors en charge de l'église isloise dès 1523, s'apparente, de par son style dit « flamboyant », à celle placée à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu-le-Comte, à Troyes[162],[163]. L'œuvre a bénéficié d'une mesure de protection au titre d'objet classé sur la liste des monuments historiques par arrêté ministériel daté du [162].

La butte sur laquelle l'église actuelle a été édifiée, était occupée, du temps des Mérovingiens, par une abbaye associée à une vaste nécropole de fidèles désireux de se faire inhumer auprès des reliques d'un saint. Cette abbaye est ainsi l'un des premiers établissements monastiques de la Gaule. Sur la butte fut ensuite édifié un château[79]. Des travaux de fouille systématique de la butte, ont été réalisés par l'archéologue Jean Scapula de 1943 à 1961[101],[79]. Plus de 1 000 sépultures ont été mises au jour dont 600 sarcophages mérovingiens[79]. Le site archéologique, et l'église qui lui est associé, rendent la commune de plus en plus « connue et reconnue à travers toute la France »[164].

La commune compte par ailleurs 31 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[165].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux et bâtiments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Saint-Phal.
Photographie en couleurs d'une plaque apposée sur un bâtiment et gravée d'une inscription.
Plaque commémorative marquant l'emplacement du château de Saint-Phal.

Le château de Saint-Phal, dans son premier état, est construit vers la fin du XIe siècle[80]. Après avoir fait l'objet de plusieurs succession et rachat, il est remanié vers le milieu du XVIe siècle (1555) sous l'impulsion d'Anne de Vaudrey[166]. Un document à caractère juridique, et daté de cette époque, permet de restituer l'architecture générale de cette forteresse et de ses structures attenantes[166]. Un pont-levis, se dressant au-dessus d'un large fossé, vient précéder une porte monumentale[166]. Cet accès se trouve de part et d'autre encadré par un mur d'enceinte fortifiée pourvu de deux corps de garde[166]. Au sein de la cour s'élève un puits surmonté d'un toit lequel prend appui sur 3 colonnes[166]. L'édifice de Saint-Phal se compose d'un corps de logis flanqué de deux avants-corps, l'un de forme circulaire et l'autre de forme carrée, tous deux disposés en retour d'équerre à son extrémité gauche[166]. La couverture de ses deux « pavillons » est constituée de tuiles plombées[166]. Chacune de ces ailes est flanquée de 3 plus petites structures, dont une chapelle consacrée à saint Jacques[166]. La forteresse de Saint-Phal fait l'objet d'une destruction au tout début des années 1830, plusieurs éléments, tels que des retables ou des cheminées sculptés ayant été alors mis en vente[166].

Photographie coloriée représentant un édifice religieux.
La chapelle de la Roche.

La chapelle de la Roche, située au lieu-dit éponyme, a été probablement construite au cours du XVIe siècle[167]. Des documents d'archives mentionnent son existence antérieurement à 1570[168]. L'édifice, en raison du culte auquel il est consacré, est placé sous le vocable de sainte Reine[168]. Cette chapelle, la première à être dédiée à cette sainte patronne en région champenoise, fait l'objet de pélerinages au cours des XVIIe et XVIIIe siècles[168],[169]. Après avoir été remanié en 1776, le bâtiment est soumis une désaffectation en 1937[170], puis une destruction[171],[167],[172]. La chapelle, qui présente une architecture dépouillée, est associée à une fontaine ou un lavoir[169],[172],[173]. Plusieurs objets issus de ce monument actuellement disparu, tels qu'une dalle commémorative armoriée datée de 1589, ont bénéficiés d'un inventaire au patrimoine culturel par les services généraux de la région Champagne-Ardennes en 2006[174],[171]. D'autres pièces de mobilier, provenant également de la chapelle, tels qu'une statue ouvragée en chêne et représentant un évêque et une seconde figurant une Vierge à l'Enfant, ont disparu (probablement volés) lors de sa destruction[175],[176].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

Isle-Aumont est l'une des communes où peut être produit le chaource, un fromage à pâte molle et à croûte fleurie qui bénéficie d'une appellation d'origine contrôlée (AOC) depuis 1970 et d'une appellation d'origine protégée (AOP) (équivalent européen) depuis 1996[184],[185],[186].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce hameau ou lieu-dit, a été mentionné en 1242 dans un cartulaire de l'abbaye de Molesme, sous le terme de Rocha, puis sous le toponyme de Roches, également au cours du XIIIe siècle et enfin sous le nom de « La Roche » au XVIIIe siècle[35].
  2. Ce récapitulatif, non exhaustif, a pour objet de montrer les différentes étapes chronologiques du toponyme d'Isle-Aumont et de sa paroisse.
  3. Ce Fossile, datant d'environ 125 000 ans, est actuellement conservé au musée d'Angoulême[59],[60].
  4. Objet conservé au musée de Bretagne, à Rennes.
  5. L'ensemble de ces objets ont fait l'objet d'une conservation au Musée Saint-Loup, à Troyes.
  6. Ces pièces archéologiques sont issues de la tombe no 590 et actuellement conservées au Musée Saint-Loup, à Troyes[76]
  7. Bien que certains auteurs ajoutent Ervy et Vauchassis.
  8. Lors de son mariage en 1318, Jeanne n'avait que 10 ans, la remise d'une dot fut repoussée à l'union effective des époux.
  9. En outre, dans les accords de 1328, soucieux des intérêts de sa nièce Jeanne de Navarre, Eudes, avec Philippe d'Evreux le mari de Jeanne, obtient pour elle des compensations financières supérieures à celles reçues en 1318 et 1323 contre son renoncement à la Champagne. Jeanne était la fille de Louis X le Hutin — autrement dit la petite-fille aînée de la comtesse Jeanne de Champagne et de Philippe le Bel —, et de Marguerite de Bourgogne (sœur d'Eudes et de la reine Jeanne femme de Philippe VI).
  10. Ce dernier est également comte de Beaufort, seigneur de Jaucourt et duc de Nevers[89].
  11. Ce site, qui se présente sous la forme d'une élévation de terrain, pour partie d'origine naturelle et pour l'autre de construction artificielle, se développe sur une superficie totale d'environ 6 200 m2[99].
  12. Objet exposé au Musée Saint-Loup, à Troyes.
  13. Pour cette commune, la strate représente l'ensemble des communes de 500 à 2 000 appartenant à un groupement fiscalisé (4 taxes) .
  14. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus, c'est-à-dire le CAF - remboursements de dettes, s'ajoute aux recettes d’investissement — autrement dit : les dotations, subventions, plus-values de cession — pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[116].
  15. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement[117].
  16. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[118].
  17. Ces commentaires, qui ne reposent pas sur une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  18. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  19. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  1. a, b et c « Commune d’Isle-Aumont (10173) : Géographie », (consulté le 24 avril 2017).
  2. a, b, c, d et e « Chiffres-clés du logement en 2013 - Commune d’Isle-Aumont (10173) » (consulté le 15 avril 2017).
  3. a, b, c, d et e « Chiffres-clés du logement en 2013 Département de l’Aube (10) » (consulté le 15 avril 2017).
  4. a, b, c et d « POP T2M - Indicateurs démographiques de la commune de l'Isle-Aumont » (consulté le 12 avril 2017).
  5. Collectif - Services de l'Insee, « Populations légales en vigueur à compter du . Recensement de la population - Arrondissements - cantons - communes. : Aube (10). », publications de l'Insee,‎ , page 14 (lire en ligne [PDF]).
  6. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 » (consulté le 10 mars 2014).
  7. « Indicateur de jeunesse » (consulté le 10 mars 2014).
  8. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Champagne-Ardenne en 2010 » (consulté le 10 mars 2014).
  9. « Chiffres clés évolution et structure de la population de Isle-Aumont » (consulté le 10 mars 2014)
  10. « Chiffres clés évolution et structure de la population du département de l'Aube en 2010 » (consulté le 10 mars 2014).
  11. a et b « Population par sexe et âge dans l'Aube en 2013 » (consulté le 10 avril 2017).
  12. a et b « POPT13 - Population par sexe et âge à l'Isle-Aumont en 2013 » (consulté le 10 avril 2017).
  13. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 » (consulté le 16 novembre 2013).
  14. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 15 avril 2017).
  15. « EMP T5 - Emploi et activité. » (consulté le 6 mars 2017).
  16. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Isle-Aumont (10) au 31 décembre 2014 » (consulté le 16 avril 2017).
  17. « DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2015 à Isle-Aumont (37) » (consulté le 15 avril 2017).
  18. « DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2015 à Isle-Aumont (10) » (consulté le 15 avril 2017).
  • Autres références :
  1. a, b et c « Isle-Aumont », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 11 mars 2014).
  2. « Isle-Aumont », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 24 avril 2017).
  3. a et b « Orthromie d'Isle-Aumont : les villes les plus proches des coordonnées demandées (562 villes à 50 km maxi) », sur le site d'orhodromie lion 1906 (consulté le 17 avril 2017), page 3.
  4. a et b « Relation : Isle-Aumont (415031) », sur site du géoportail openstreetmap, (consulté le 13 avril 2017).
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Spacula 1950, p. 77.
  7. La Préhistoire : origine et antiquité de l'homme, Schleicher (Paris), (lire en ligne), page 602.
  8. a, b et c Les ressources - topographie, p. 10
  9. Sandre, « L'Ancre » (consulté le 18 mars 2014).
  10. Sandre, « La Vanne » (consulté le 18 mars 2014).
  11. a, b, c et d « L'Hozain à Buchères (Courgerennes) - Station H0503010 - Procédure - Synthèse : données hydrologiques de synthèse (1970-2017)Calculées le 08/04/2017 - Intervalle de confiance : 95 % », sur le site de la banque Hydro eaufrance, Direction régionale de la Champagne-Ardennes, (consulté le 24 avril 2017).
  12. « L'Hozain à Buchères (Courcherennes) », sur le site de l'Irstea, (consulté le 24 avril 2017).
  13. a et b Audart 2013, p. 12.
  14. « Station météorologique de Troyes-Barberey - Indicatifs : 07168, LFQB », sur le site de l'association Infoclimat (consulté le 17 avril 2017).
  15. « Données climatiques de la station de Troyes-Barberay », sur le site de Météo-France (consulté le 17 avril 2017).
  16. « Climatologie globale à Troyes-Barberey », sur le site de l'association Infoclimat (consulté le 17 avril 2017).
  17. « Normales et records 1975-2015 à Troyes-Barberey », sur le site de l'association Infoclimat (consulté le 17 avril 2017).
  18. Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), chapitre consacré à Isle-Aumont, [lire en ligne].
  19. a, b, c, d, e et f Nathalie Garcia-Arguelles, Les voies gallo-romaines en Champagne méridionale, Maison du boulanger, , 144 p., pages 72, 73, 124 et 125.
  20. a et b Françoise Démézy (dir.) et al., « Comptes rendus de la séance du  », Bulletin mensuel de la Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, vol. 71e année, no 5,‎ , page 145 (lire en ligne).
  21. « Opération péage gratuit à Saint-Thibault », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  22. « Des bus à la campagne », sur le site de la chaîne de télévision Canal 32, (consulté le 11 mars 2014).
  23. Réseau de bus Les Courriers de l'Aube, ligne de bus no 06, [lire en ligne].
  24. a et b Audart 2013, p. 28.
  25. a, b et c Audart 2013, p. 30-31.
  26. Audart 2013, p. 14.
  27. a, b et c Audart 2013, p. 16 et 28.
  28. a, b, c et d Audart 2013, p. 21.
  29. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles : Carte interactive d'aléa d'Isle-Aumont », sur le site Géorisques', ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 28 avril 2017).
  30. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site Géorisques', ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 28 avril 2017).
  31. « Cavité souterraine : Notice CHAAA0000263 - commune d'Isle-Aumont », sur le site bdcavité du BRGM - Infoterre (consulté le 29 avril 2017).
  32. a, b, c, d et e Audart 2013, p. 22.
  33. « Liste des communes exposées à un ou plusieurs risques dans le département de l'Aube » [PDF], sur le site du conseil général de l'Aube (consulté le 30 avril 2017).
  34. Audart 2013, p. 23.
  35. Collectif, Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes : Aube, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, (lire en ligne), page 135.
  36. Audart 2013, p. 11.
  37. Audart, p. 60.
  38. a et b « Cadastre napoléonien de la commune d'Isle-Aumont en 1829 », sur le site des archives départementales de l'Aube (consulté le 20 avril 2017).
  39. a, b et c « Commune d'Isle-Aumont en 1829 : Feuille 1 - section de la Môgne », sur le site des archives départementales de l'Aube (consulté le 20 avril 2017).
  40. mentionné à l'extrémité du village en 1561, maison ou lieu-clos.
  41. Arnaud 1857, p. 80.
  42. Lucien Gérard et al., Mémoires de la société académique d'agriculture, arts sciences et belles-lettres du département de l'Aube, vol. 53, Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, 485 p. (lire en ligne).
  43. a et b Collectif, Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes : Aube, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, (lire en ligne), page 84.
  44. Auguste Longnon, Documents relatifs au comté de Champagne et Brie, t. II, 1901-1911 (lire en ligne), page 195.
  45. Auguste Longnon, Documents relatifs au comté de Champagne et Brie, t. II, , 882 p. (lire en ligne).
  46. Archives départementales de la Côte-d'Or, B 10534.
  47. Audart 2013, p. 16.
  48. a, b et c Bernard Chertier, « Champagne-Ardenne. », Gallia préhistoire, CNRS Éditions, t. 29, no fascicule 2,‎ , pages 326 et 328 (figure 16) (lire en ligne)
  49. a, b, c et d Robert Neiss, « Champagne-Ardenne. », Gallia, CNRS Éditions, t. 43, no fascicule 2,‎ , page 362 (lire en ligne).
  50. « Notice communale d'Isle-Aumont », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales - Cassini (consulté le 18 avril 2017).
  51. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Boutiot et Socard 1874, p. 78.
  52. Denajar 2005, p. 354.
  53. a, b, c, d et e J. M. Besse et Dom. Baunier (dir.), « Diocèse de Troyes », dans J. M. Besse et Dom. Baunier (direction d'ouvrage), Abbayes et prieurés de l'ancienne France - Recueil historique des Archevêchés, évêchés, abbayes et prieurés de France : Province ecclésiastique de Sens, vol. XV, t. VI, Abbaye de Ligugé - Paris, Leignon - Jouve et compagnie éditeurs, , 177 p. (lire en ligne), page 155.
  54. a, b, c et d Gérald Taverdet (dir.) et al., Les noms de lieux de l'Aube, Centre régional de documentation pédagogique en collaboration avec l'Association bourguignonne de dialectique et d'onomastique, , 53 p. (lire en ligne), page 22.
  55. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Pierre Miquel, « Les cent mille forteresses du royaume de France », dans Pierre Miquel, Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France, Albin Michel, , 352 p. (lire en ligne), page 123.
  57. Collectif - Comité des travaux historiques et scientifiques, Archéologie pyrénéenne et questions diverses : actes, Ministère de l'éducation nationale, Comité des travaux historiques et scientifiques, , 380 p. (lire en ligne), page 245.
  58. Ernest Nègre, « Latin-Roman », dans Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations préceltiques, celtiques, romanes, vol. 1, Paris, Librairie Droz, , 704 p. (lire en ligne), page 301 ; index 5096.
  59. G. Pontier, « Nouvelle contribution à l'étude des Eléphants quaternaires de la Charente. », Bulletin de la Société préhistorique de France, Société préhistorique de France, t. 30, no 1,‎ , pages 70 et 71 (DOI 10.3406/bspf.1933.12112, lire en ligne).
  60. « Le paléo-environnement ancien », sur le site officiel du Musée d'Angoulême (consulté le 21 avril 2017).
  61. a, b, c et d Roland Martin, « Circonscription de Dijon. », Gallia, CNRS éditions, t. 18, no fascicule 2,‎ , pages 328 et 329 (lire en ligne).
  62. Gilbert-Robert Delahaye, Mémoire de Champagne, t. II, Langres-Saint-Geosmes, D.Gueniot éditeur, , page 86.
  63. Françoise Bibolet, Chantal Rouquet, André Boisseau et Emmanuel Saint-Mars, Histoire de Troyes, , 319 pages p., pages 2 et 3.
  64. Nathalie Garcia-Arguelles, Les voies gallo-romaines en Champagne méridionale, , pages 9 et 10.
  65. Jean Guilaine, La préhistoire française : Les civilisations paléolithiques et mésolithiques de la France, [[CNRS éditions|Éditions du C.N.R.S.]], , 1521 p., pages 1134 et 1135.
  66. a, b, c, d, e, f, g et h Henri Paul Eydoux, « Jean Scapula, Un haut lieu archéologique de la haute vallée de la Seine : la butte d'Isle-Aumont en Champagne. Première partie : Du Néolithique au Carolingien. », Bulletin Monumental, Société française d'archéologie, t. 134,‎ , pages 75 et 76 (lire en ligne).
  67. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Jean Heuclin, « L'ermite et la mort durant le haut Moyen Age. », Revue du Nord, t. 68, no 268,‎ , pages 153-168 (DOI 10.3406/rnord.1986.4196, lire en ligne).
  68. a, b, c, d et e Scapula 1950, p. 80 et 81.
  69. a et b Georges Goury, « IIIe Circonscription : Aube - Isle-Aumont », Gallia, CNRS Éditions, t. 12, no fascicule 1,‎ , pages 148 à 150 (lire en ligne).
  70. a et b Louis Le Clert, Musée de Troyes : Catalogue descriptif et raisonné, Troyes, Société Académique de l'Aube, , 536 p. (lire en ligne), page XL (40).
  71. Collectif, « Répertoire et bibliographie des collections d'Archéologie nationale antique conservées dans les musées français. », Gallia, CNRS Éditions, t. 28, no fascicule 2,‎ , page 465 (lire en ligne).
  72. a, b et c Brigitte Neijns, « Isabelle Crété-Protin. Église et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe au IXe siècle. », Revue belge de philologie et d'histoire, t. 82, no fascicule 4,‎ , pages 1063 et 1064 (lire en ligne).
  73. a et b Crété-Protin 2002, p. 24 à 42.
  74. a, b, c, d, e et f Pierre-Marcel Favret, « IIIe Circonscription. », Gallia, CNRS éditions, t. 7, no fascicule 1,‎ , page 120 (lire en ligne).
  75. a et b Jean-Vincent Jourd'heuil, « Comptes rendus », Revue historique, Presses universitaires de France, vol. 4, no 668,‎ , page 954 (lire en ligne [PDF]).
  76. a et b Philippe Riffaud-Longuespé, « Le mobilier d’Isle-Aumont dans les collections archéologiques des musées de Troyes », La vie en Champagne, no 65,‎ , page 27 (lire en ligne [PDF]).
  77. a et b Jean-Marie Pérouse de Montclos, dir. , Guide du patrimoine. Champagne-Ardennes, Hachette, Paris p. 194.
  78. « statue reliquaire », notice no PM10003137, base Palissy, ministère français de la Culture
  79. a, b, c, d et e « Page d'accueil », sur le site de l'association Jean Scapula, (consulté le 10 mars 2014).
  80. a, b et c Thierry Leroy, « Le Château de Payns », dans Thierry Leroy, Hugues de Payns: la naissance des Templiers : la mémoire retrouvée, TheBookEdition, , 229 p. (lire en ligne), pages 91 et 92.
  81. Henri d'Arbois de Jubainville et Léon Pigeotte, « Mairie - Échevinage », dans Henri d'Arbois de Jubainville et Léon Pigeotte, Histoire de Bar-sur-Aube, sous les comtes de Champagne, 1077-1284, Auguste Durand, , 164 p. (lire en ligne), pages 23 et 24, note 5.
  82. a et b Alain Hourseau, « Les templiers », dans Alain Hourseau, Autour du Saint Suaire et de la collégiale de Lirey (Aube), BoD - Books on Demand France, , 270 p. (lire en ligne), page 43.
  83. Philippe Antoine Merlin, « Assiette de rente », dans Philippe Antoine Merlin, Répertoire universel et raisonnée de jurisprudence, vol. 1, Garnery, (lire en ligne), page 401.
  84. Henri Dubois, « Un voyage princier au XIVe siècle (1344). », dans Henri Dubois et al., Voyages et voyageurs au Moyen Age : Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, vol. 26e congrès, Aubazine, (DOI 10.3406/shmes.1996.1672, lire en ligne), pages 71 et 75.
  85. Collectif -Société académique du département de l'Aube, Annuaire administratif, statistique et commercial du département de l'Aube pour 1857., vol. 32, Troyes, Boucquot, (lire en ligne), A32.
  86. a et b Léon Mirot, « L'état bourguignon-flamand au quinzième siècle [Joseph Calmette et Eugène Déprez : Histoire du Moyen Âge. T. VII. Première partie : La France et l'Angleterre en conflit. — Deuxième partie : Les premières grandes puissances (dans Histoire Générale, publiée sous la direction de Gustave Glotz, membre de l'Institut)]. », Journal des savants,‎ , pages 68 à 75 (lire en ligne).
  87. Joseph Calmette, « 6 - Jean sans Peur », dans Joseph Calmette, Les grands ducs de Bourgogne, Albin Michel, .
  88. a et b Joseph Calmette, « 4 - Philippe le Hardi : le politique », dans Joseph Calmette, Les grands ducs de Bourgogne, Albin Michel, .
  89. a, b, c, d et e A.-F. Arnaud, « Isle-Aumont », dans A.-F. Arnaud, Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube et dans l'ancien diocèse de Troyes, Cardon, (lire en ligne), pages 79 et 80.
  90. a, b, c, d et e collectif, « Aumont Chaource Rumilly », dans Collectif, Mémoires de la Société Académique d'Agriculture des Sciences et des Belles-Lettres du département de l'Aube, vol. 52 (1954-1960), Troyes, Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, , 230 p. (lire en ligne), pages 11 à 16.
  91. Socard et Boutiot 1874, p. 20 à 30.
  92. Charles Sellier, L'Hôtel Aumont, Paris, La pharmacie centrale de France, (lire en ligne), page 57.
  93. Jules-Joseph Vernier, Département de l'Aube : Cahiers de doléances du bailliage de Troyes (principal et secondaires) et du bailliage de Bar-sur-Seine pour les États généraux de 1789, Imprimerie P. Nouel, , pages 147, 210 et 559.
  94. a et b Boutiot et Socard 1874, p. 79.
  95. Maurice-Henri Weil, « Combats de Saint-Thibault et de Clerey », dans Maurice Weil, La Campagne De 1814 d'après les documents des archives impériales et royales de la guerre à Vienne : la cavalerie des armées alliées pendant la campagne de 1814, Paris, Baudouin, (lire en ligne), page 12.
  96. « Commune d'Isle-Aumont : Cadastre napoléonien », sur le site des archives départementales de l'Aube (consulté le 1er mai 2017).
  97. a et b Émile Socard, « Dictionnaire topographique de l'Aube - C : comprenant les noms de lieu anciens et modernes », dans Dictionnaire topographique du département de l'Aube, vol. 3, t. 6, Imprimerie nationale, (lire en ligne), pages 46 et 47.
  98. a et b Didier Bourry, « Isle-Aumont : Monument aux morts - relevé no 16063 », sur le site MémorialGenWeb, (consulté le 22 avril 2017).
  99. Collectif, Almanach de la Champagne et de la Brie (Aube, Ardennes, Haute-Marne, Marne, Seine-et-Marne, Yonne), vol. 26e année, , 186 p. (lire en ligne), page 38.
  100. a, b et c « Notice et visite virtuelle », sur le site du diocèse de Troyes (consulté le 10 mars 2014).
  101. a, b, c, d et e Raymond Tomasson, « Souvenir : Jean Scapula (1911-1991) », Bulletin de la Société archéologique champenoise, vol. 84e année,‎ , pages 11 et 12 (lire en ligne).
  102. Philippe Rigaud-Longespé, « Le mobilier d'Isle-Aumont dans les collections archéologiques des musées de Troyes », La vie en champagne, no 65,‎ , page 27 (lire en ligne [PDF]).
  103. « Annexes : Les 2 026 communes concernées par l'archéologie préventive », dans Jean-Louis Belurguet, Laurence Beaufort et al., Rapport d'activités de l'Inrap en 2015, Inrap, , 152 p. (lire en ligne [PDF]), page 137.
  104. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014)
  105. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014).
  106. « Commune d'Isle-Aumont - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 8 mai 2017).
  107. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  108. « Intégration au Grand Troyes : une réunion pour rassurer », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  109. a et b « Les maires de Isle-Aumont - Code Postal : 10800 - Code INSEE : 10173 », sur le site FranceGenWeb (consulté le 20 avril 2017).
  110. a et b « Fernand Gentin 1876-1946 », sur le site des archives de l'Assemblée nationale (consulté le 20 avril 2017).
  111. Site de la préfecture de l‘Aube.
  112. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 2 mars 2014).
  113. Grand Troyes, documentation relative aux déchetteries, [lire en ligne].
  114. « Les Comptes des Communes », sur le site du ministère de l’Économie et des Finances (consulté le 10 mars 2014).
  115. a, b, c et d « Les comptes de communes : Isle-Aumont - Aube », sur le site du ministère des Finances (consulté le 5 mai 2017).
  116. « Mémento financier et fiscal du maire » [PDF], sur site du ministère du Budget et des Finances, (consulté le 5 mai 2017), p. 34.
  117. « Mémento financier et fiscal du maire » [PDF], sur site du ministère du Budget et des Finances, (consulté le 5 mai 2017), p. 38.
  118. « Mémento financier et fiscal du maire » [PDF], sur site du ministère du Budget et des Finances, (consulté le 5 mai 2017), p. 36.
  119. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 10 mars 2014).
  120. . « Isle-Aumont », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 12 mars 2014).
  121. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  122. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  123. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  124. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées popCOM.
  125. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées popDEP.
  126. « Aube (10) > Isle-Aumont > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 11 mars 2014).
  127. « Le « chemin » des écoliers inauguré », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  128. « Le nombre de lecteurs en hausse », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  129. « Fermeture de classe : les parents disent non », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  130. « Suppression de classe : les parents ne lâchent rien », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  131. « Recherche mots-clés Isle-Aumont », sur le site hôpital.fr (consulté le 2 août 2017).
  132. « Centre Hospitalier Troyes », sur le site du centre hospitalier de Troyes (consulté le 2 juillet 2017).
  133. « Département de l'Aube : Sanitaires (4 structures) », sur le site de Fédération hospitalière de France (consulté le 2 juillet 2017).
  134. « Centre Hospitalier (Bar-sur-Seine) », sur le site de Fédération hospitalière de France (consulté le 2 juillet 2017).
  135. « Orthromie d'Isle-Aumont : les villes les plus proches des coordonnées demandées (562 villes à 50 km maxi) », sur le site d'orhodromie lion 1906 (consulté le 2 août 2017), page 5.
  136. « Corps des sapeurs pompiers - 10800 Isle-Aumont », sur la base de données du Kompass (consulté le 2 juillet 2017).
  137. a et b « Contacter une brigade de gendarmerie ou un commissariat de police - commune d'Isle-Aumont », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 4 août 2017).
  138. « Gendarmerie à Isle-Aumont 10800 », sur le site démarches administratives (consulté le 4 août 2017).
  139. a et b « Associations de la ville d'Isle-Aumont », sur le site Net 1901.org (consulté le 2 août 2017).
  140. « Aube - 200 marchés réguliers », sur le site de l'officiel des foires et marchés (consulté le 2 août 2017), p. 1 à 7.
  141. « Amitié, Loisirs, Détente va fêter ses 10 ans », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  142. « Dix années d'amitié, de loisirs et de détente », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  143. « Accueil du site > Vie du diocèse > Annuaire > Contenu > Forêts d’Othe et d’Armance : contacts », sur le site du diocèse de Troyes (consulté le 15 mars 2014).
  144. « Des Aumontais au rallye Paris-Tour Eiffel », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  145. « Gymnastique : 38 ans, toujours le bel âge », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  146. « Football / Une fin de saison festive », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  147. « FOOT/ Une belle rencontre malgré le froid », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  148. « Résultats de recherche », sur le site du quotidien L'Est-Éclair (consulté le 12 mars 2014).
  149. « L'ADSL à Isle-Aumont », sur le portail web de référence dédié aux fournisseurs d'accès à Internet et aux offres haut-débit (consulté le 12 mars 2014).
  150. collectif, « Portrait de Troyes », Cahier de l'OPEQ (Observatoire Permanent de l'Évolution des Qualifications), Chambre du Commerce et de l'Industrie de la région Champagne-Ardennes, no 421,‎ , p. 2 (lire en ligne [PDF]).
  151. « Entreprises - Services aux entreprises - Isle-Aumont (Aube) », sur la base de données du Kompass (consulté le 13 juillet 2017).
  152. « Entreprises - Transports et logistique - Isle-Aumont (Aube) », sur la base de données du Kompass (consulté le 13 juillet 2017).
  153. a et b « Entreprises - Construction, Bâtiment, Bois, Habitat - Isle-Aumont (Aube) », sur le site de la base de données du Kompass (consulté le 11 juillet 2017).
  154. « Entreprises - Métallurgie, mécanique et sous-traitance - Isle-Aumont (Aube) », sur la base de données du Kompass (consulté le 11 juillet 2017).
  155. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées DENT1-cr.C3.A9ations-entreprises-2015-Isle-Aumont.
  156. a, b, c et d « Recensement agricole 2010 : Données générales des exploitations ayant leur siège dans Isle-Aumont commune », sur site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 17 avril 2017).
  157. a et b Collectif, « Les journées du Patrimoine de Septembre 2015 : Le patrimoine au XXIe siècle, une histoire d'avenir », publications de l'agglomération troyenne,‎ , page 4 (lire en ligne [PDF]).
  158. « Église et les terrains des nécropoles qui l'entourent », notice no PA00078122, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  159. « Liste des objets historiques de la commune d'Isle-Aumont », base Palissy, ministère français de la Culture.
  160. « Statue : Évêque (disparue) », notice no PM10000931, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  161. « Statue : Vierge à l'Enfant (disparue) », notice no PM10000930, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  162. a, b et c « Vierge à l'Enfant. », sur le site Base Palissy - Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 22 avril 2017).
  163. a et b Jacques Baudoin, « 4 - La Vierge à l'Enfant de l'église d'Isle-Aumont. », dans Jacques Baudoin, La sculpture flamboyante : Champagne - Lorraine, EDITIONS CREER, , 366 p. (lire en ligne), page 169 à 172.
  164. « Les anciens maires aubois en visite sur la butte », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 11 mars 2014).
  165. « Liste des objets de la commune d'Isle-Aumont à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  166. a, b, c, d, e, f, g, h et i Corrard de Bréban, « Le château de Saint-Phal », dans Corrard de Bréban et al., Annuaire administratif et statistique du département de l'Aube, Troyes, Société d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, (lire en ligne), page 94 à fin chapitre.
  167. a et b Raphaëlle Caumont de Mesquita et Bruno Decrock, « Chapelle de Roche (détruite) », publications de l'Inventaire du patrimoine région Grand Est,‎ (lire en ligne).
  168. a, b et c E. Deffer, « Sainte-Reine », dans E. Deffer, Vie des saints du diocèse de Troyes et histoire de leur culte jusqu'à nos jours, Brévot-Leblanc, , 526 p. (lire en ligne), pages 483 et 484.
  169. a et b Philippe Boutry, Reine au Mont Auxois : le culte et le pélerinage de Sainte Reine des origines à nos jours, Les Editions du Cerf, , 446 p., pages 404 et 405.
  170. « Correspondance : demande de désaffectation (1937). », sur le site de la base Médiatek du Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 29 juillet 2017).
  171. a et b Raphaële Caumont de Mesquita et Bruno Decrock, « Chapelle de Roche (détruite) », sur le site de la base de données Palissy-Mistral du Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 29 juillet 2017).
  172. a et b Charles Fichot, « Isle-Aumont », dans Charles Fichot, Annuaire statistique du département de l'Aube, , pages 401 et 402.
  173. Collectif, Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes : Aube, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, (lire en ligne), page 143.
  174. Raphaële Caumont de Mesquita et Bruno Decrock, « Dalle commémorative (armoriée) », sur le site de la base de données Palissy-Mistral du Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 29 juillet 2017).
  175. Raphaële Caumont de Mesquita et Bruno Decrock, « Statue », sur le site de la base de données Palissy-Mistral du Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 29 juillet 2017).
  176. Raphaële Caumont de Mesquita et Bruno Decrock, « Statue : Vierge à l'Enfant (disparue) », sur le site de la base de données Palissy-Mistral du Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 29 juillet 2017).
  177. Isabelle Crété-Protin, « Les premières abbayes : L'abbaye d'Isle-Aumont », dans Isabelle Crété-Protin, Église et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe au IXe siècle, Presses Universitaires de France, coll. « Septentrion », , 446 p. (lire en ligne).
  178. a et b Louis Richard et Alain Catherinet, Origine des noms de communes, de hameaux et autres lieux habités anciens et modernes de Haute-Marne, D. Guéniot éditeur, , 317 p. (lire en ligne), page 113.
  179. (Denajar 2005, p. 509).
  180. Jean-Luc Joly, « Saint-Fiel : Canton de Guéret-Nord - Département de la Creuse », sur le site gendep (consulté le 7 avril 2014)
  181. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), page 1616.
  182. Collectif, « Lois, décrêts et arrêtés : Chambre des métiers », dans Collectif, Annales des mines. Partie administrative : ou Recueil de lois, décrets, arrêtés et autres actes concernant les mines et usines, Dunod, , 1178 p. (lire en ligne), page 850.
  183. Conseil général de l'Aube, « Modifications dans les Attributions et la Composition des Comités, Commissions, Conseils, etc. », dans Collectif - Conseil général de l'Aube, Pièces des commissions ministérielles avant 1973, (lire en ligne [PDF]), page 488.
  184. « Chaource », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), (consulté le 12 mars 2014).
  185. « Commune : Isle-Aumont (10) », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) (consulté le 27 avril 2017).
  186. « Fiche produit : Chaource (présentation) », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), (consulté le 27 avril 2017).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • F. André, J.-J. Vernier et Pierre Piétresson de Saint-Aubin, « Série G : Grand séminaire de Troyes. », dans F. André, J.-J. Vernier et Pierre Piétresson de Saint-Aubin, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790., Archives départementales de l'Aube, (lire en ligne), pages 134 à 137.
  • Anne-François Arnaud, Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube et dans l'ancien diocèse de Troyes, éditions L. C. Cardon, (lire en ligne), pages 79 et 80. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • A.-F. Arnaud, Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube et dans l'ancien diocèse de Troyes, Cardon, (lire en ligne), p. 79-80. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Théophile Boutiot et Émile Socard (dir.), « I : Isle-Aumont », dans Théophile Boutiot et Émile Socard, Dictionnaire topographique du département de l'Aube : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, vol. 113, t. Numéro 3 et 6, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Collection de documents inédits sur l'histoire de France », , 230 p. (lire en ligne), pages 78 et 79. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif - Audart, Plan d'urbanisme local - commune d'Isle-Aumont : Rapport de présentation (Révision 1), , 99 p. (lire en ligne [PDF]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Isabelle Crété-Protin, Église et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe au IXe siècle., Presses Universitaires de France, coll. « Septentrion », , 446 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1)
    Ce livre consacre un chapitre à chaque commune du département de l'Aube.
  • Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), chapitre consacré à Isle-Aumont, [lire en ligne] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Scapula, Un haut lieu archéologique de la Haute Vallée de la Seine : la butte d'Isle-Aumont en Champagne, Troyes, imprimerie Paton, .
  • Jean Scapula, « Fouilles de la Butte d'Isle-Aumont (Aube) », Gallia, éditions du CNRS, t. 8,‎ , pages 77 à 94 (DOI 10.3406/galia.1950.1268, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • L'église Saint-Pierre d'Isle-Aumont in revue La Vie en Champagne, no 65, janvier-mars 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :