Viatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Onction des malades ou VIATIQUE (éducation).
Saint Benoît recevant le viatique, Daniel Hallé, 1664, église Saint-Ouen de Rouen.

Un viatique (du latin viaticum « provisions de voyage ») est une provision - nourriture ou somme d'argent - donnée pour un voyage.

Contexte religieux[modifier | modifier le code]

Dans l'Église catholique, le viatique est l'eucharistie, corps du Christ, donnée à un mourant. Le geste a le même sens que dans l'emploi commun du mot, tout en recouvrant une symbolique religieuse. C'est-à-dire que le pain de vie qu'est l'eucharistie est donné à un mourant qui se prépare au 'voyage' qu'est le passage de la vie terrestre à la vie éternelle.

L'Église catholique recommande au fidèle qui approche de la mort de recevoir le viatique au sein d'un ensemble de trois sacrements: successivement le sacrement de pénitence et de réconciliation, l'onction des malades[1] et l'eucharistie donnée en viatique. Autrefois, on utilisait le mot «extrême-onction» pour décrire la combinaison de l'onction des malades avec l'eucharistie. Mais à la suite du concile Vatican II, la constitution apostolique Sacram unctionem infirmorum du a réformé le rite et conseillé l'abandon de ce terme. Toutefois, la prescription de recevoir ces trois sacrements a été maintenue.

Normalement, le viatique est une communion au corps du Christ sous les deux espèces (pain et vin consacrés), mais le rite peut être adapté à l'état du mourant.

Pour les catholiques, le sens du viatique est d'accompagner le passage du croyant de sa vie terrestre à la vie éternelle, en renouvelant le sacrement du Christ mort et ressuscité.

Terminologie religieuse[modifier | modifier le code]

On utilise parfois beaticum au lieu de viaticum, mais cela n'est pas correct ; beaticum vient parfois d'une confusion avec beatus (béni, heureux).

Contexte archéologique[modifier | modifier le code]

Dans le domaine archéologique, et selon la définition de l'archéologue P. Moinat, le « viatique » est l'ensemble des objets associés aux pratiques funéraires et eschatologiques[2]. Pour le chercheur et historien Raphaël Angevin, le « viatique » est l'équivalent du mobilier funéraire[3]. D'après l'archéologue Luc Baray, le viatique est l'ensemble des dépôts matériels d'objets funéraires et distincts des objets personnels du défunt ou de la défunte[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Viatique », sur Site de l'IESR,‎ (consulté le 5 septembre 2016).
  2. Maxence Bailly et Hugues Plisson, « Introduction : Individus, sociétés et distances au corps », Préhistoires Méditerranéennes, vol. 14,‎ , paragraphe 7 (lire en ligne).
  3. Raphaël Angevin, « Trajectoires sociales et valeurs d’affirmation des mobiliers de « prestige : l’exemple du viatique funéraire lithique des élites de Nagada (Égypte, IVe millénaire av. J.-C.) - 10e colloque M.A.E. », Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie (M.A.E.),‎ 2013 - 2016 (lire en ligne).
  4. Luc Baray, « De la composition des dépôts funéraires aristocratiques aux âges du Fer en Europe occidentale (VIIIe-Ier s. avant J.-C.) : entre compétition et identité sociale. », Revue Archéologique de Picardie, no 3 et 4,‎ , page 204 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]