Crésantignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Crésantignes
Crésantignes
La Mogne rivière prenant sa source à Crésantignes. Ruines de l'un des anciens moulins.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Les Riceys
Intercommunalité Communauté d'agglomération Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Dominique Blanchard
2014-2020
Code postal 10320
Code commune 10116
Démographie
Gentilé Créteignat(s), Créteignate(s)
Population
municipale
312 hab. (2016 en augmentation de 5,05 % par rapport à 2011)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 30″ nord, 4° 01′ 12″ est
Superficie 2,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Crésantignes

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Crésantignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crésantignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crésantignes

Crésantignes est une commune française située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est cité pour sa position sur la voie romaine Troyes/Auxerre qui passe au Cheminot et sépare le finage de celui de Javernant et celle Troyes/Tonnerre qui sépare le finage de celui de Jeugny.

Le cadastre de 1828 cite : Cheminot[1], Epinets[2], le moulin de l'étang, de la vanne, le neuf ; la source de la Mogne qui rejoint l'Hozain comme étant au territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

EN 1789, le village était de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection et du bailliage de Troyes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Crésantignes Blason D'or à la cotice ondée d'azur, accompagnée en chef de saint Sébastien martyr de gueules représenté à mi-corps et en pointe d'une roue de moulin à quatre rais en sautoir du même; au comble d'azur chargé de deux burelles potencées et contre-potencées d'or, soutenu et surmonté du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 ? 1790 Jean Brévot ... ...
1793 ? 1794 ? Edmé Rozé ... ...
      ... ...
1802 1830 Edmée Mouille Farine ... ...
1830 1846 Jean Baptiste Pain ... ...
1846 1848 Louis Pain ... ...
1848 1857 Pierre Denancy ... ...
1857 1871 Elie Dubois ... ...
1871 1876 Félix Lucas ... ...
1876 1878 Edmé Poullet ... ...
1878 1881 Félix Lucas ... ...
1881 1884 Elie Dubois ... ...
1884 1892 Alexandre Trumet ... ...
1892 1903 Jules Largentier ... ...
1904 1919 Elysée Scipiot ... ...
1919 1935 Maurice Fenard ... ...
1935 1945 Charles Papin ... ...
1945 1977 André Fenard ... ...
1977 1995 Jean François ... ...
1995 2001 Guy Nieps ... ...
mars 2001 En cours Dominique Blanchard[4] UMP-LR Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.
Archives de la mairie de Crésantignes (registre - 1789). Signature du maire Brévot.
.
Archives de la mairie de Crésantignes (registre -1793). Signature du maire Rozé.
.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 312 habitants[Note 1], en augmentation de 5,05 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
521534483490495506513513512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
485493452442433427398382344
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
320308275231259273250255286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
248208202256277269276277309
2016 - - - - - - - -
312--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'entrée du musée du Passé Simple, rue principale.
  • Le Musée du Passé Simple : refuge d'outils et d'ustensiles d'hier[9].
Détail du retable de l'église.
  • L'église Saint Sébastien[10]de Crésantignes était une succursale de celle de Saint-Phal. La chapelle était une érection financée par Anne de Vaudrey en 1576[11]. Le nouveau bâtiment est sur des plans de 1771 voulue par les habitants et commencée en 1781, avec son retable du XVIe siècle qui aurait été exécuté par Nicolas Halins[12] pour la collégiale de Lirey.
Vue sud.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cheminot, Cheminet, nom de la voie romaine.
  2. Ancien fief où se situait des vignes.
  3. Source : les archives de la commune (registres des délibérations de 1789 à 2001) entreposées hélas dans un sous-sol humide de la mairie. Monsieur Jean Claude Petit a publié en 2003, 2 opuscules dactylographiés de 80 et 30 pages présentant de très intéressants extraits de ces registres.
  4. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Musée du Passé Simple à Crésantignes
  10. site du Ministère
  11. Fichot, stat. monum. Aube, I 385-386.
  12. site du Ministère de la Culture

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :