Philippe III de Navarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe III de Navarre
Philippe III de Navarre.
Philippe III de Navarre.
Titre
Roi de Navarre de iure uxoris

(15 ans 7 mois et 15 jours)
Avec Jeanne II (1328-1349)
Couronnement , en la cathédrale de Pampelune
Prédécesseur Charles Ier
Successeur Charles II de Navarre
Comte d'Évreux

(24 ans 3 mois et 28 jours)
Prédécesseur Louis d'Évreux
Successeur Charles II de Navarre
Comte de Longueville

(24 ans 3 mois et 28 jours)
Prédécesseur Louis d'Évreux
Successeur Philippe de Navarre
Biographie
Dynastie Maison capétienne d'Évreux-Navarre
Date de naissance
Date de décès (à 37 ans)
Lieu de décès Jerez de la Frontera (Grenade)
Père Louis de France
Mère Marguerite d'Artois
Conjoint Jeanne II de Navarre

Philippe III d'Évreux ou Philippe III de Navarre (né le - mort le à Jerez de la Frontera, royaume de Grenade).

Prince de sang royal français, il est le fils de Louis de France, comte d'Évreux, et de Marguerite d'Artois. Son père était frère de Charles de Valois, et de Philippe IV le Bel, roi de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1319, il succède à son père en tant que comte d'Évreux.

Par son mariage avec Jeanne de France, fille de Louis X le Hutin, roi de France et de Navarre, il devient comte d'Angoulême et de Mortain. En février 1328, à la mort de son cousin le roi de France Charles IV le Bel, qui était également l'oncle de son épouse, il devient roi consort de Navarre. Le , il est sacré et couronné avec sa femme par Arnaldo de Barbazán, évêque de Pampelune en la cathédrale de Santa Maria la Real de Pampelune. Henri de Sully devient le gouverneur du royaume.

Il prend part à la campagne de Flandre au côté du roi de France Philippe VI, son cousin. Le , il participe activement à la bataille du Mont-Cassel à l'issue de laquelle le roi lui confessa qu'il lui devait la victoire et la vie.

En juin 1329, il accompagne le roi de France à Amiens, où le roi d'Angleterre vint lui faire foi et hommage des seigneuries qu'il tenait en France.

En 1331, il devient membre du Conseil du roi de France. En 1335, il entre en guerre avec l'Aragon et entame des pourparlers qui aboutissent au mariage de l'une de ses filles avec le roi d'Aragon.

Afin de rencontrer le pape Benoît XII au début du mois de mars 1336, il accompagne Philippe VI à Avignon où ils décident de se croiser pour aller outre-mer avec les rois de Bohême et d'Aragon afin de reconquérir le royaume de Jérusalem. Cette croisade ne se fera pas à cause du début de la guerre de Cent Ans. C'est au cours de ce séjour que le , le traité de Villeneuve-lès-Avignon lui confirme la donation des comtés d'Angoulème et de Mortain, pairies de France, des châteaux de Benon en Aunis et de Frontenay-l'Abattu en Poitou.

En 1339, il se trouve aux côtés des rois de France, de Bohême et d'Écosse pour porter secours aux villes de Cambrai et de Tournai assiégées par les Anglais.

Il se joint et prend part à la Reconquista lancée par le roi de Castille Alphonse XI. En 1343, alors qu'il porte secours à ce dernier lors du siège d'Algésiras dans le royaume de Grenade, il meurt à la suite de la blessure d'une flèche à la gorge.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Armoiries de Philippe d'Évreux, roi consort de Navarre

Le , il épouse Jeanne II de France, reine de Navarre, fille du roi de France et de Navarre, Louis X le Hutin, et de Marguerite de Bourgogne. Mariée au château du Séjour du Roy à Charenton, son épouse y habite jusqu'à sa mort[1]. Ils ont eu huit enfants :

Ascendance[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Emmanuel Charles Nodier, La Seine et ses bords, p. 89.
  2. Marie-Laure Surget, « Mariage et pouvoir : réflexion sur le rôle de l'alliance dans les relations entre les Évreux-Navarre et les Valois au XIV siècle (1325-1376) », Annales de Normandie, 58ᵉ année, n°1-2, 2008, p. 34.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Ramirez de Palacios, Charles dit le Mauvais : Roi de Navarre, comte d’Évreux, prétendant au trône de France, , 530 p. (ISBN 978-2-9540585-2-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :