Estissac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estissac
Estissac
Vergers à Thuisy
Blason de Estissac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Annie Duchêne
2020-2026
Code postal 10190
Code commune 10142
Démographie
Gentilé Liébautins, Liébautines ou Estissacois, Estissacoises
Population
municipale
1 840 hab. (2018 en diminution de 3,26 % par rapport à 2013)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 12″ nord, 3° 48′ 24″ est
Superficie 25,66 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Troyes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aix-en-Othe
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Estissac
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Estissac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Estissac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Estissac

Estissac est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Liébautins, en référence à l'ancien nom d'Estissac : Saint-Liébault.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Estissac est situé dans la partie ouest du département de l'Aube sur l'axe Sens-Troyes, à environ 20 kilomètres de cette dernière[1]. Cette commune fait partie du pays d'Othe et est localisée non loin de la forêt d'Othe.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est construit à la confluence de la Vanne et des ruisseaux du Bétrot et de l'Ancre.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hameaux[modifier | modifier le code]

La commune comprend les deux hameaux Thuisy et Vaugeley, ainsi qu'un écart nommé la Forge[1].

Thuisy[modifier | modifier le code]

C'est à Thuisy que se trouvait l'ancienne ferme de Valours et le bois de Valours qui appartenaient au prieuré de Foissy[2]. Il y avait aussi une forge qui remonterait aux Celtes.

En 1784, Thuisy ayant quatre-vingt feux, une église et une école, il devient une communauté d'habitants qui fut maintenue lors de l'arrêté du . Mais lors des élections de mai 1790, les deux municipalités sont regroupés de fait.

Vaugeley[modifier | modifier le code]

Vaugeley fut orthographié Vaugelé, Vaugelay, et était une grange déjà citée en 1328 autour de laquelle s'est agrégé un hameau. Il ne doit pas être confondu avec Vaugoulay, une grange de la commune de Dierrey-Saint-Pierre[réf. nécessaire].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Estissac est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Troyes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,5 %), forêts (33,1 %), zones urbanisées (6,6 %), zones agricoles hétérogènes (2,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La plus ancienne mention remonte à 1182, Sanctus Lebaudus du cartulaire de la léproserie de Troyes. Au cadastre de 1840 : Beauregard, Belle-Epine, Berquins, Béto, Boutoir, Briquerie, Buisson-à-Bête, Champignolles, Chaumes, Chêne-Fourche, Chalot, Croc-d'Airveaux, Chicherey, Creney, Crêtes, Crotte, Ervaux (Airvaux?), la Forge, Gatenet, Grand-Chemin, Maisons-Sevestre, Maladière, Moulin-Marque et Neuf, Montrauchiens, Ordon, Papeterie du bas et celle du haut, Vente-Cornée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

En 1991[10], une fouille d'archéologie préventive effectuée avant construction de l'autoroute A5 révèle, sur la côte d'Ervaux, une nécropole celtique circulaire de quarante mètres de diamètre, aux fossés taillés dans la craie[11]. Le monument comporte plusieurs sépultures[11], dont une tombe datant des environs de 450 avant JC[12]. Dans cette dernière, plusieurs objets ont été révélés par la fouille ; des perles d'ambre de la baltique, un char à deux roues datant de la tène ancienne, deux cistes du hallstatt final, et un chaudron du hallstatt ancien[11] (ce dernier a donc servi plus d'une centaine d'années avant d'être enfoui[12]). Les cendres de quatre personnes ont été trouvées dans ces récipients ainsi que sur le sol[11].

Cette tombe à char est inhabituelle dans la région. Avec celle de Bouranton, c'est l'une des premières que l'on découvre, à comporter des cendres, et non un corps inhumé[11]. De plus, les tombes de ce type sont habituellement prévues pour un individu seul[12]. Elle fait partie d'un ensemble de sépultures aristocratiques localisées à environ 20 km les unes des autres dans la vallée de la Vanne (Les autres ayant été trouvées à Saint-Martin-du-Tertre, Molinons, Barberay-Saint-Sulpice, Creney et Bouranton)[13].

Au finage d'Estissac passait l'ancienne voie romaine de Troyes à Sens.

Époques moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Nicolas de Fontenay († 1396 ; fils de Nicolas seigneur de Pars-lès-Chavanges ; bailli de Troyes, général des Aides et trésorier de France, lié au duc de Bourgogne) est seigneur de Saint-Liébault (ancien nom d'Estissac) et maître de forges en forêt d'Othe dans la deuxième moitié du XIVe siècle[14]. Sa fille Marguerite transmet à son mari Jean de Courcelles. Cette famille du Vexin normand garde Saint-Liébault jusqu'au milieu du XVIe siècle.

En 1564, le village, toujours nommé Saint-Liébault, fait partie du grand tour de France de Charles IX sur l'initiative de Catherine de Médicis. Le jeune roi y soupe le 21 mars.

En 1615, Jacques Vignier († 1631) baron de Jully-le-Châtel et des Riceys, achète Villemaur et Saint-Liébault (où il construit le château), que son fils Claude embellit de jardins, mais doit finalement vendre en 1647, endetté, au chancelier Pierre Séguier ci-dessous ; Claude Vignier, président à mortier au Parlement de Metz, intendant de Châlons, seigneur de Tanlay, avait marié en 1635 Catherine Chabot († 1662), arrière-petite-fille de l'amiral Chabot. Quant à la sœur de Claude, Marie Vignier, elle épousa Urbain de Créquy sire des Riceys et de Bagneux (fils d'Anne de Créqui, lui-même fils de Georges II de Créqui-Ricey et d'Anne de Laval-Bois-Dauphin, sœur du maréchal Urbain ; le maréchal était pour sa part le grand-père de Guy de Laval-Bois-Dauphin, le deuxième époux de Marie-Madeleine Séguier ci-dessous), puis François de Clermont comte de Tonnerre.

Jusqu'au XVIIIe siècle, le village s'appelait Saint-Liébault[15]. En 1650, la seigneurie de Saint-Liébault appartenait donc au chancelier Pierre Séguier et fut intégrée à son duché de Villemaur, puis, par les deux unions de sa fille Marie-Madeleine, passa 1° à la famille du Cambout de Coislin, et 2° aux Laval-Bois-Dauphin. Avec Villemaur, le château est transmis à la descendance du deuxième mariage : notamment à Marie-Henriette d'Aloigny de Rochefort en 1732 (car Madeleine de Bois-Dauphin, fille de Marie-Madeleine Séguier et Guy de Laval-Bois-Dauphin, petite-fille du chancelier Séguier, prit pour époux le maréchal Henri-Louis d'Aloigny : ce sont les parents de Marie-Henriette d'Aloigny), qui épouse Charles de La Rochefoucauld de Blanzac (issu des comtes de Roye et de Roucy)[16],[17]. En 1758, leur fils Louis-François-Armand de La Rochefoucauld (1695-1783 ; père du duc François XII) hérita de cette terre et la fit ériger avec Villemaur en duché héréditaire sous le nom d'Estissac (du nom de la seigneurie d'Estissac ; en fait, originellement, baronnie du Périgord au nord de Bergerac et à l'est de Mussidan — cf. Saint-Jean, Saint-Hilaire, Saint-Séverin — venue aux La Rochefoucauld par un mariage avec une Madaillan d'Estissac : cf. les articles Louis et Madaillan d'Estissac).

Dessin de la façade du château de Saint-Liébaud

Le château est reconstruit, à la fin XVe siècle, sur l'emplacement d'un ancien château fort. Il est complètement détruit en 1793[17]. Parmi son mobilier, on peut noter : un tableau du chancelier Séguier par Lebrun, un portrait du cardinal Coislin par Largillière, un portrait du maréchale de Nangis par Rigaud et deux portraits de La Rochefoucault, l'un en abbé et l'autre en cardinal est qui se trouvait à Rome[18]. Une description en est faite par la procureur fiscal Jean Chbert, en 1630. Au premier étage, après l'escalier d'honneur se trouvait une chambre aux tableaux et à côté la chapelle. Une autre était à fleur de lys et l'autre représentait la vie de Marie Stuart sur les murs[19]. Au second étage se trouvait une pièce au trésor et une autre où se logeait le mécanisme de l'horlogerie du pavillon.

Une plaque de marbre noir apposée sur l'église d'Estissac rappelle le combat héroïque de Jean Verger sur la louve de Villadin[20]

En 1789, le village était de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection et du bailliage de Troyes. Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Lyébault-sur-Vanne et de Val-Libre[21].

Une communauté protestante relativement nombreuse a existé à Estissac et dans ses environs, sous l'Ancien Régime et au XIXe siècle. La commune d'Estissac était d'ailleurs dotée d'un temple protestant au XIXe siècle.

Pour plus de détails sur l’histoire d’Estissac, voir plus bas via la rubrique liens externes : la Notice sur Estissac et Thuisy.

Économie[modifier | modifier le code]

Foires : elles furent autorisées par lettres patentes en 1666[22] et avaient lieu chaque vendredi et le lundi après la purification et le jour suivant, 26 avril, ainsi que le mardi après la Notre-Dame de septembre.

Filigrane aux armes du propriétaire du moulin par le locataire Bouvay

Une industrie papetière existait au XVIIIe siècle :

  • Louis Bouvay obtenait en 1767 l'autorisation du seigneur d'installer sa fabrique sur la Vanne, le sieur Bouvay était libraire à Troyes à l'enseigne Au Temple du Goust[23]. La papeterie et les dépendances sont décrites dans la publicité pour sa vente que fit Adrien André, beau-frère du précédent dans Les annonces, affiches et avis de Troyes le 13 novembre 1782 page 179.
  • Le moulin du bas : exista de 1814 à 1867 sur l'emplacement d'un ancien moulin à blé, il se convertit ensuite comme scierie puis bonneterie avant de revenir à sa fonction première.

Il y eut aussi un fondeur de cloches en 1747.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Estissac devint, en 1774, le siège du grenier à sel de Villemaur.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 1944 1971 Georges Noël SFIO Cultivateur, conseiller général (1955-1967)
1971 1989 Gilbert Boudin PS Enseignant, conseiller général (1967-1973, 1979-1985)
1989 mars 2008 Michel Lottier PS enseignant
mars 2008 En cours Annie Duchêne[24]
Réélue pour le mandat 2020-2026 [25]
LR Conseillère régionale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[27].

En 2018, la commune comptait 1 840 habitants[Note 3], en diminution de 3,26 % par rapport à 2013 (Aube : +1,12 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0981 1241 2281 2881 5371 5681 6291 6631 738
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8041 9091 8971 8931 8481 9651 9951 9911 983
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9691 9591 9051 8121 8131 7941 7891 6591 651
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6851 7401 7611 7571 6111 7241 7831 7901 796
2013 2018 - - - - - - -
1 9021 840-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Saint Liebault.
  • L'église Saint-Liébault est du XIIIe siècle, agrandie pendant les XVe, XVIe et XVIIe siècles. Elle possède un autel du XVIIIe siècle[29] surplombé d'un tableau représentant Saint Loup et Attila. Un autel en marbre polychrome qui provient de la collégiale Saint-Étienne de Troyes[30].
  • L'église Saint-Loup de Thuisy ayant des verrières classées[31].
  • La Halle, XVIIe siècle où se trouvait le pressoir banal et qui servit de lieu de marché aux grains.
  • Le Moulin (fin du XVIIIe siècle), rénové en 1990, fut construit comme annexe de la papeterie qui fut une industrie importante en 1773. Actuellement, élevage de salmonidés (visite[Quoi ?]).

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Estissac.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

parti : Au premier fascé d’argent et d’azur de dix pièces, aux trois chevrons brochant de gueules, le premier écimé, au deuxième d’or semé de trèfles de sable au lion de gueules brochant ; au chef chargé d’une bande d’argent, accostée de deux cotices potencées et contre-potencées d’or et de deux abeilles volant du même.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Martel-Jeannine Velut, Notre pays d'Othe, office de tourisme du pays d'Othe et de la vallée de la Vanne, 2003 (ISBN 2-907894-32-3)
  • M. Besnier, F. Bibolet, J.C. Bibolet, H. Bourcelot, JF Nivet, D. Richard, M. Roche, G. Roy, Aube. Cadre naturel - Histoire - Art - Littérature Langue - Économie - Traditions populaires, Christine BONNETON éditeur, 1994, Paris (ISBN 2-86253-155-3)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « ESTISSAC », sur Troyes Champagne Métropole (consulté le )
  2. Auguste Longnon, Documents, III, 75.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a b et c Rejoindre, « Vaisselle de la tombe à char d’Estissac | Site des musées - Ville de Troyes » (consulté le )
  11. a b c d et e Sylvie Deffressigne, « Présentation de la fouille de la tombe à char d’Estissac à “La Côte d’Ervaux” (Aube) », Bulletin de l’Association française pour l’étude de l’âge du fer, AFEAF, vol. 10,‎ , pp.23-24 (ISSN 1959-2248, HAL hal-02867382, lire en ligne)
  12. a b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :02
  13. Luc Baray, Jean-Pierre Sarrazin, Frédérique Valentin et Christophe Moulherat, « La sépulture à char de La Tène a ancienne des « craises » à Molinons (Yonne) », Revue archéologique de l’Est, no Tome 62,‎ , p. 5–52 (ISSN 1266-7706, lire en ligne, consulté le )
  14. « Minières et ferrières en Forêt d'Othe, par Patrice Beck, Philippe Braunstein, Michel Philippe et Alain Ploquin », sur Revue archéologique de l'Est, tome 57, 2008
  15. « Château de St-Liébaud », sur Troyes d'hier à aujourd'hui, par Jacques Schweitzer
  16. Bibliothèque de l'École des chartes, École nationale des chartes, vol. 140-141, Librairie Droz, 1982. (p. 201)
  17. a et b Itinéraire général de la France Par Adolphe Laurent Joanne, 1re partie, 1863. (p. 128)
  18. Antoine-Henri-François Corrard de Bréban, « L'ancien château d'Estissac, autrefois de St-Liébault », Annuaire de l'Aube, 1858.
  19. Voyage littéraire de Dom Guyon.
  20. aupaysdescruches /Bibliographie sur la louve de Villadin
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Archives départementales de l'Aube, E518.
  23. Louis Le Clert, Le Papier recherche pour servir à l'histoire..., Paris, Enseigne du Pégase, 1926, p148.
  24. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  25. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21598566
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. « maitre autel », notice no PM10004010, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. Lucien Morel-Payen, Troyes, 182.
  31. « verrière », notice no PM10000804, base Palissy, ministère français de la Culture