Vailly (Aube)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vailly.

Vailly
Vailly (Aube)
Détail d'une croix de chemins.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Creney-près-Troyes
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
William Handel
2014-2020
Code postal 10150
Code commune 10391
Démographie
Population
municipale
292 hab. (2015 en diminution de 4,26 % par rapport à 2010)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 13″ nord, 4° 07′ 21″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 215 m
Superficie 11,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vailly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vailly

Vailly est une commune française située dans le département de l'Aube, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les D677 et D99 passent au territoire qui possédait Chauffourt, Croix-la-Motte, Folie-Bourgeoise, Folies et Ortillon au cadastre de 1838.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vailly
Feuges Charmont-sous-Barbuise
Vailly Luyères
Sainte-Maure Lavau Creney-près-Troyes

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie romaine Troyes-Châlons passait par le village [1] et se trouve parallèle à l'actuelle D677.

La seigneurie était très morcelée, le comte de Champagne y avait au moins la justice, le comte de Bar-sur-Seine avant 1224. Le roi rassemblait en son domaine les successions des comtes de Champagne et de Bar. Au XVIIIe siècle le village était connu pour ses vergers de cerises et trente personnes y filaient le coton [2].

En 1789 le village dépendait de l'intendance et la généralité de Châlons, de l'élection et du bailliage de Troyes et de la Mairie royale de Troyes.

Ortillon[modifier | modifier le code]

Terrage connu comme fief de Jean de Poitiers qui était seigneur de Colaverdey et Arcis en 1441 [3] ; ce fief relevant de Piney.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours M. William Handel[4] PS Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 292 habitants[Note 1], en diminution de 4,26 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320331310288292305306297279
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
258253248242249236207208197
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
179171180142156144156131147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
152130177291280247272305292
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église, elle une cure du Grand doyenné de Troyes à la collation de l'évêque. Les dîmes furent au chapitre cathédrale, au chapitre st-Étienne avant d'être entièrement au curé. Elle est sous le vocable de Nicolas de Mire, le bâtiment garde une baie romane dans la nef mais le bâtiment est principalement du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle, une inscription sur le mur de la chapelle de la Vierge fixe la fin des travaux du maçon Perroché au 25 novembre 1678.
  • Monument aux morts
  • Croix de chemins

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri d'Arbois de Jubainville, Répertoire archéologique du département de l'Aube rédigé sous les auspices de la Société d'agriculture, sciences et belles-lettres du département..., Paris, imprimerie impériale, 1861, p. 126.
  2. J.-J. Vernier, . Cahiers de doléances du bailliage de Troyes et du bailliage de Bar-sur-Seine, TII, 627.
  3. Archives nationales, P 188, no 1580.
  4. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.