Corps de garde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un corps de garde à Gravelines

Un corps de garde, appelé aussi salle des gardes est une construction militaire servant à protéger l'entrée d'une fortification ou un site.

Corps de garde protégeant une entrée[modifier | modifier le code]

Il est souvent situé au-dessus de l'unique accès à une place fortifiée. De cette pièce, les gardes pouvaient baisser la herse et lâcher des pierres ou décocher des flèches par les assommoirs sur les assaillants. Le pont-levis était en général actionné d'une autre pièce isolée, la surveillance de la porte d'entrée étant partagée entre deux équipes dans le but de diminuer les risques de trahison.

Sous l'Ancien Régime, un corps de garde est aussi un bâtiment destiné à abriter les soldats chargés de surveiller un espace stratégique militaire (porte, arsenal, bastion, ou batterie). C'est un type d'architecture militaire qui se développe en France au XVIIIe siècle.

À une époque où l'armée était garante de l'ordre public, le corps de garde servait également de poste de police.

Corps de garde des côtes[modifier | modifier le code]

En 1846, le Génie militaire français met en oeuvre un programme d'implantation de réduits de batterie résultant d'une standardisation des ouvrages destinés à la défense des côtes, telle qu'elle a été définie sous le règne de Louis-Philippe.

Les réduits doivent réorganiser et compléter le programme des tours-modèles type 1811 interrompu en 1814.

Préalablement, une commission mixte d'armement des côtes a été mise en place en 1841 ; elle a défini trois types d'ouvrages : corps de garde, tour et redoute-modèle avec caserne défensive.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]