La Vendue-Mignot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mignot.

La Vendue-Mignot
La Vendue-Mignot
Ancienne école devenue salle des fêtes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Les Riceys
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Nicole Rousselot
2014-2020
Code postal 10800
Code commune 10402
Démographie
Population
municipale
250 hab. (2017 en augmentation de 3,73 % par rapport à 2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 49″ nord, 4° 06′ 41″ est
Superficie 10,48 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
La Vendue-Mignot
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
La Vendue-Mignot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Vendue-Mignot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Vendue-Mignot

La Vendue-Mignot est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est. Les gentilés du village sont «Mignotin» et «Mignotine».

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le village de la Vendue-Mignot comprend deux quartiers limités par le carrefour avec la route de Villy-le-Bois, au nord le Bout-d'en-Haut, au sud le Bout-d'en-Bas.
  • Hameau détaché du village : le Beaucaron.
  • habitat écarté : le Bochat, ferme de Marivas qui était un ancien fief aussi sur Villy-le-Bois.

À noter que la ferme de Batilly, bien qu'ayant son accès sur la commune, fait partie de la commune voisine de Villy-le-Bois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au trois quarts couverte de forêt, la commune de la Vendue-Mignot garde une activité agricole en partie nord, autour de fermes isolées. Situé à 16 km à vol d'oiseau au sud de la préfecture de Troyes, sur la D 1 qui s'inscrit en Champagne humide dans sa partie auboise (du nord-est au sud-est), le village de la Vendue-Mignot est un village "forestier", ses habitations le long d'une grande rue principale jouxtent directement d'un côté (à l'est) la lisière de la forêt. Il en est de même pour le hameau du Beaucaron. La part boisée du finage s'inscrit dans la forêt syndicale d'Aumont, elle-même au sein du vaste massif forestier populairement nommé forêt de Chaource, et qui fait partie des grandes forêts de France. Elle est coupée de longues routes d'exploitation, certaines au départ de cette commune, qui en font un lieu propice aux activités de nature, comme beaucoup des communes voisines du Pays d'Armance (Chaourçais) dont elle fait partie au sein de Troyes Champagne Métropole.

Topographie[modifier | modifier le code]

Longtemps dit Les Vendues Mignot encore en usage en 1761.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les ruisseaux de la Séronne et de la Raffée servent de limites avec les communes voisines de Villy-le-Bois et Maupas. La Raffée rejoint la Séronne en limite de commune, elle est un affluent de l'Hozain sur le bassin versant de la Seine, rive gauche. La faible pente du terrain situé en Champagne humide favorise l'existence de mares, surtout dans la partie agricole, mais quelques-unes sont en forêt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque aux morts 1914-1918.

En 1789, le village était de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l’élection et du bailliage de Troyes. La communauté relevait de la paroisse de l'Isle.

L'emprise actuelle du village n'a longtemps été occupée que par quelques maisons isolées en lisière de la forêt de L'Isle. Le nom du village vient de la vente par un grand propriétaire nommé Mignot de son terrain par parcelles. Sur celles-ci, pour la plupart, des habitations se sont construites pour former le village primitif. L'extension du village s'est surtout faite après la Révolution, aussi la commune n'a-t-elle ni église ni cimetière[1].

Longtemps l'habitat à proximité de la forêt a été construit en pan de bois, beaucoup de maisons de ce type ont été bâties autour de 1800. Ensuite sont apparues dans la région les briqueteries et les tuileries, on construira alors en « dur », mais on utilisera aussi la brique en appareillage entre les éléments de charpente en bois à la place du torchis, à la fois pour les côtés pratique de mise en œuvre et esthétique. La Vendue-Mignot avait sa tuilerie créée au milieu du XIXe siècle, son activité cessera autour de 1965 (voir § Lieux et monuments ci-dessous). Une des voies du village a gardé le nom d'« impasse de la Tuilerie » et l'usine a été réhabilitée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie, local des pompiers, cabine téléphonique et boîte aux lettres.

À partir de 1790, la commune était au canton d'Aumont jusqu'en l'An IX.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2020 Mme Nicole Rousselot   Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2017, la commune comptait 250 habitants[Note 1], en augmentation de 3,73 % par rapport à 2012 (Aube : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220280270302315346380382371
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
383383378340331314273249238
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
258212200183156155154136138
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
135125129183243246240238245
2017 - - - - - - - -
250--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Développé après la Révolution, le village n'a pas d'église. La commune compte 1 édifice répertorié à l'inventaire des monuments historiques :

  • l'ancienne tuilerie Pierre Masson fondée en 1854. En 1955, alors qu'elle appartient à Fernand Clerc depuis la fin de la guerre 1914-1918, la production est de 2 à 300 000 tuiles par an, en employant quatre ouvriers Logo monument historique Classé MH (2000)[6]. C'est aujourd'hui une maison d'habitation.
  • ancienne école, son clocher en pierre porte la date de sa construction : 1896. Fermée en 1968, elle a été louée de 1969 à 1972 à la bonneterie troyenne Fra-For comme atelier annexe, avant d'être convertie ensuite en salle des fêtes communale.
  • Trois puits sur la commune, deux à la Vendue-Mignot et un au Beaucaron.
  • Plusieurs belles maisons "champenoises" (en pans de bois) caractéristiques de la Champagne humide, la plupart ont été rénovées dans leur caractère originel du début du XIXe siècle.
  • Le gros chêne d'Aumont est mort mais encore debout, son âge est estimé entre 300 et 400 ans. Bien que situé sur la commune de Cormost, on y accède par la route forestière Péricard qui prend dans le village à gauche de la rue principale en venant de Troyes (en allant vers le sud), à 150 m après la mairie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :