Barberey-Saint-Sulpice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barberey et Saint-Sulpice.

Barberey-Saint-Sulpice
Barberey-Saint-Sulpice
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Saint-Lyé
Intercommunalité Communauté d'agglomération Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Alain Hubinois
2014-2020
Code postal 10600
Code commune 10030
Démographie
Gentilé Les Barberotois
Population
municipale
1 389 hab. (2016 en augmentation de 10,94 % par rapport à 2011)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 19″ nord, 4° 01′ 57″ est
Superficie 9,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Barberey-Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Barberey-Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barberey-Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barberey-Saint-Sulpice

Barberey-Saint-Sulpice est une commune française d'environ 1 351 habitants faisant partie de l'agglomération de Troyes et située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se trouve dans la vallée de la Seine en aval de Troyes.

Topographie[modifier | modifier le code]

Provenant de la gentillité Barbarius qui est devenu barbariacus[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La motte féodale au centre du village servit de base au château actuel, entre elle et l'église se trouvait un moulin à eau qui fut moulin à papier, à blé. En 1395, il fut loué à maître Perrind de Bouzanton, paupeleur[2] qui consistait en deux moulins, une maison d'habitation, étables, un jardin entre la Noue-Robert et les prés de la seigneurie. En 1473, les héritiers payaient trente livres de location par année avant de passer à Guyot Oudot en 1485. Le dit moulin devint la location de François Pérignon à partir de 1506 pour trente et une livre, un pain de sucre fin et une rame de papier, les sieurs de Barberey se réservant le droit de pêche pour un plat de poisson, quatre fois par an[3] ; il avait épousé Claude le Ber. En 1604 Edmond Denise signait un bail pour le moulin pour cinq cents livres par an ; son épouse Charlotte le Tartier continue la papeterie après la mort d'Edmond mais le moulin disparait avant 1678, date où il n'y a plus qu'un moulin à blé. Saisi en tant que bien d'émigré, le moulin est vendu à Sébastien Marin-Hiez le 25 germinal an XIII. Claude-Louis Bruslé de Valsuzenay louait le moulin qui était une filature de coton à M. Fontaine-Gris, en 1822. Le dernier propriétaire était M. Gustave Huot qui le vendait le 4 juin 1897 à l'État qui avait besoin de réguler le cours de la Seine. En 1898 une usine de désétampage du fer-blanc était exploitée par Paul Jacoillot qui était suivie en 1913 par la Société d'Énergie de l'Aube.
En 1789, le village dépendait de l'intendance et de la généralité de Chalons-sur-Marne, de l'élection et du bailliage de Troyes et de la mairie royale de Preize.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Alain Hubinois[4] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 1 389 habitants[Note 1], en augmentation de 10,94 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
256224282293328358410432456
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
352339333313296325317271271
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292291298358381433473530554
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5287687567236547661 0641 2201 376
2016 - - - - - - - -
1 389--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Ainsi en 1999, la commune comptait 266 chambres d'hôtel dont 83 en hôtels 3 étoiles, ce qui en fait la 2e commune du département à cet égard.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. d'Arbois de Jubainville, Recherches sur la propirièté foncière, 165, 403.
  2. archives départementales de l'Aube, E 330, fol. 12 v°.
  3. archives départementales de l'Aube, E 351, fol. 9 v°.
  4. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Marguerite Beau : Essai sur l'architecture religieuse de la Champagne méridionale auboise hors de Troyes (1991)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :