Saint-Jean-de-Bonneval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean et Bonneval.
Saint-Jean-de-Bonneval
Image illustrative de l'article Saint-Jean-de-Bonneval
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Les Riceys
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Philippe Mocquery
2014-2020
Code postal 10320
Code commune 10342
Démographie
Population
municipale
378 hab. (2015 en augmentation de 1,89 % par rapport à 2010)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 23″ nord, 4° 02′ 58″ est
Superficie 6,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Bonneval

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Bonneval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Bonneval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Bonneval

Saint-Jean-de-Bonneval est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Bonneval est un village du nord-est de la France, situe au sud de l'Aube. Il depend du canton de Bouilly.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin prunus, était planté de pruniers[1]. Il est très difficile de faire la différence entre Bonneval et Saint-Jean dans les écrits.

Au cadastre de 1828 est cité le Bas-de-st-Jean, Becherel Bonneval, la Borde, les Carrets, Charray, les Charmes, Chasnay, Chesnoy, la Fontaine-aux-Chiens, le Gros-Chemin, le moulin Louvot, Prunay-st-Jean, la Salle, la ROusselotte.

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie romaine de Troyes à Auxerre sépare le finage de Villery de celui de st-Jean[2].

En 753, Chelambert fait don de ce qu'il possède au pagus de Troyes et particulièrement ce qu'il a à Bonna vallis.

La Mairie de Bonneval[modifier | modifier le code]

Le chapitre st-Pierre de Troyes avait la Grande Mairie qui était nommée Mairie de Bonneval[3].


En 1789, il dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection ; du bailliage royal de Troyes et du bailliage ducal d'Aumont.

Prunay-Saint-Jean[modifier | modifier le code]

Hameau qui avait le statut de commune avant d'être réunit à Saint-Jean-de-Bonneval par décret du 15 juin 1908.

Village déjà cité en 753[4] et qui dépendait directement des comtes de Champagne en 1275, puis au duc de Bourgogne par sa châtellenie d'Isle en 1336. Les seigneurs étaient depuis 753 les abbés de Montier la Celle après un premier don de Chelambert[4]. EN 1114, le comte de Troyes Hugues la proclamait villa libera[5] et Henri le Libéral confirmait en 1154. L'abbaye possédait au village, la Mairie, une grange et une maison, des près et des vignes[6].

En 1789, il dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection et du bailliage de Troyes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Jean-de-Bonneval Blason D'azur à saint Jean-Baptiste de carnation, contourné et regardant, nimbé et vêtu d'or, chevelé et barbé de sable, tenant de sa senestre une croix à longue hampe du même, et de sa dextre désignant un agneau d'argent couché à ses pieds à senestre, brochant sur un calvaire du lieu du même ajouré du champ à dextre, accosté en chef de deux épis de blé tigés et feuillés d'or, et soutenu d'une jumelle ondée d'argent; au comble aussi d'azur chargé d'une double burelle potencée et contre-potencée d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1980 2001 M. Bernard Bazin    
mars 2001 en cours M. Philippe Mocquery[7] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2015, la commune comptait 378 habitants[Note 1], en augmentation de 1,89 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420 445 436 382 398 374 374 381 396
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
379 348 362 348 343 331 328 289 289
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
272 259 303 261 288 280 301 284 324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
295 284 261 329 354 351 388 358 378
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On y trouve un calvaire du XVIIe siècle à l'entrée du village qui mériterait restauration.
On y trouve encore une église paroissiale Saint-Jean-Baptiste don la première pierre fut posée le 4 juillet 1826 sur un plan de l'architecte Gauthier et la bénédiction le 28 juin 1830. Elle remplace une église plus ancienne qui finit par s'écrouler ; elle du Grand-doyenné de Troyes et à la présentation de l'abbé de Montier-la-Celle. Elle possède un tableau de Dominique Morlot : le Baptême du Christ, un orgue et une tapisserie du XIXe siècle. Des statues du XVIe siècle : sainte Syre[12] et un Vierge à l'Enfant[13] toutes deux en calcaire polychrome et doré.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « les communes dont le nom a la même origine étymologique : Prunier. », Amicale des Pruniers de France
  2. Henri d'Arbois de Jubainville, Rép. Archéo., 106.
  3. Archives départementales de l'Aube, G1651.
  4. a et b Charles Lalore, Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, vol. 6, E. Thorin (Paris), (lire en ligne), « 1-1er mars 753 », p. 2.
  5. Ernest Longnon, Documents, VI, p2.
  6. Arch. dép. Aube, reg. 7H249, f°3.
  7. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. « statue », notice no PM10001949, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « statue », notice no PM10001948, base Palissy, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :