Bucey-en-Othe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Bucey-lès-Gy ou Bucey-lès-Traves.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Othe (homonymie).

Bucey-en-Othe
Bucey-en-Othe
Vue générale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Aix-en-Othe
Intercommunalité Communauté d'agglomération Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Pascal Desrousseaux
2014-2020
Code postal 10190
Code commune 10066
Démographie
Gentilé Bucetons
Population
municipale
427 hab. (2016 en diminution de 2,73 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 36″ nord, 3° 51′ 54″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 247 m
Superficie 13,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bucey-en-Othe

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Bucey-en-Othe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bucey-en-Othe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bucey-en-Othe

Bucey-en-Othe est une commune française située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

La commune qui comptait 506 habitants, appelés Bucetons en 1836, a vu sa population décroître régulièrement pour remonter depuis les années 1970 et dépasser 400 au XXIe siècle.

Le château de Bucey-en-Othe, construit au quatrième quart du XVIe siècle, est inscrit à l'inventaire des monuments historiques, de même que plusieurs objets à l'intérieur de l'église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bucey-en-Othe est une commune du Pays d'Othe située entre les communes d'Estissac et de Messon, à 16,0 km de Troyes, à 43,2 km de Sens, et à 55,7 km d'Auxerre à vol d'oiseau[1]. Par la route, elle est distante de 24 km au sud-ouest du chef-lieu du département de l'Aube[2]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Fontvannes, Messon, Estissac, Chennegy et Macey[1].

Communes limitrophes de '
Estissac Fontvannes Macey
Neuville-sur-Vanne Brosen windrose-fr.svg Messon
Prugny par Bois-de-l'Épine (circuit randonnée)
Chennegy Vauchassis
Prugny par D34 (route)

Les grandes villes les plus proches de Bucey-en-Othe hors Paris sont Troyes, Reims (111,15 km) et Dijon (136,2 km)[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue prise en forêt de Bucey-en-Othe en février 2011.

Avec sa situation, Bucey-en-Othe s’établit sur des terrains sédimentaires constitués principalement d’alluvions modernes et anciennes et où affleure une craie du crétacé supérieur formée à partir de restes calcaires de micro-organismes planctoniques[3].

La superficie de la commune est de 1 303 hectares ; son altitude varie entre 137 et 247 mètres[4].

Une partie du territoire de la commune est occupée par la « forêt de Bucy-en-Othe ».

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bucey-en-Othe est limitrophe de la Vanne[5], qui dessert également Fontvannes et Estissac. Le territoire de Bucey-en-Othe est traversé par un petit cours d'eau qui prend sa source entre Vauchassis et le Chaast, d'une longueur de 5 km (dont une partie n'est pas toujours alimentée) nommé «ruisseau de Saint-Bernard» qui «rejoint la Vanne près du Moulin de Cliquat»[6],[7] en contournant le château de Bucey.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de l'Aube.

Tout comme le reste de la région Champagne-Ardenne, le village se situe dans un climat « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. Les vents sont généralement issus de l’ouest et du sud-ouest.

La station météorologique la plus proche est celle dans la commune de Barberey-Saint-Sulpice. Le climat de Bucey-en-Othe reste équivalent par rapport au chef-lieu de l’Aube ; elle sert donc de référence pour les données climatiques du tableau ci-dessous :

Relevé météorologique à Troyes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0 2 4 8 11 13 12 10 7 3 2 6
Température moyenne (°C) 3 3,5 7 9,5 13,5 16,5 19 18,5 15,5 11,5 6,5 4,5 10,7
Température maximale moyenne (°C) 6 7 12 15 19 22 25 25 21 16 10 7 15,4
Record de froid (°C)
date du record
−25,2
1971
−25
1956
−15,4
2005
−6,2
2003
−3,5
1957
0,4
1991
1,6
1962
1,1
1966
−1,9
1972
−7
1985
−11,1
1998
−21
1970
−25,2
1971
Record de chaleur (°C)
date du record
16,2
2002
20,4
1990
23,7
2004
27,8
2005
31
2005
36,7
2011
36,6
1995
40,6
2003
31,1
1987
30,3
1985
22,5
1994
19
1985
40,6
2003
Précipitations (mm) 34,2 30,1 28,7 35 36,4 34,7 36,7 31,1 34,4 41,9 37,2 38,4 34,9
Relevé pluviométrique en 2006 (mm) 111,6 52,4 68,8 18,2 79 20,2 82,6 113,2 15,6 67,4 40,2 43,6 712,8
Relevé pluviométrique en 2007 (mm) 24 65,4 57 1 52 51,4 75,6 89,2 45,8 21,6 41,8 48,8 573,6
Relevé pluviométrique en 2008 (mm) 53,4 50,8 69,2 76,8 69 50,8 48,8 53,6 35,6 50,6 27,2 31,4 617,2
Relevé pluviométrique en 2009 (mm) 33,4 26,6 32 70,2 43,4 67,8 96,8 17,8 31,8 22,8 64,6 66 573,2
Source : [8],[9],[10],[11]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6
0
34,2
 
 
 
7
0
30,1
 
 
 
12
2
28,7
 
 
 
15
4
35
 
 
 
19
8
36,4
 
 
 
22
11
34,7
 
 
 
25
13
36,7
 
 
 
25
12
31,1
 
 
 
21
10
34,4
 
 
 
16
7
41,9
 
 
 
10
3
37,2
 
 
 
7
2
38,4
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communication[modifier | modifier le code]

L'autoroute A5 traverse la commune à environ 2 km en direction de Fontvannes.

La commune est desservie par la ligne de bus no 91 « Troyes - Le Valdreux » du réseau de bus Les Courriers de l'Aube[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le hameau du Chaast.

Le territoire de la commune est principalement constitué du bourg et du lieu-dit Chaast, paroisse devenue succursale de Bucey en 1191. C'est à Chaast que se trouvait la demeure seigneuriale[13].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 188, alors qu'il était de 154 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 89,3 % étaient des résidences principales, 7,0 % des résidences secondaires et 3,8 % des logements vacants. Ces logements étaient en quasi-totalité des maisons individuelles[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 94,6 % comme en 1999 (94,8 %)[I 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bucey-en-Othe est une formation d'origine romane[14].

Le nom du village est attesté sous les formes suivantes : Buce en 1100, Bucciacum entre 1182 et 1185.

Plusieurs hypothèses ont été émises : l'origine serait buis ou le buisson ou encore Bucius le nom du premier propriétaire foncier, peut-être au Grand Chaast[15],[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lavoir des Roises construit en 1880.

Les fouilles archéologiques démontrent une occupation humaine ancienne. Cette dernière est attestée par la découverte de nombreux outils en pierre. De plus, en 1912, les fouilles ont permis la découverte d'un cimetière datant de l'époque des Mérovingiens, avec des sarcophages de pierre[16].

Au Moyen Âge central, le territoire de Bucey faisait partie de celui de Thuisy avant de devenir paroisse distincte en 1180. Son église appartenait à l'Abbaye Saint-Loup de Troyes, qui y établit un prieure-cure. Autre paroisse distincte, le lieu-dieu Chaast est rattaché à Bucey en 1191[16].

C'est en 1616 que s'est déroulée à Bucey une bataille entre les seigneurs de la commune et ceux du lieu dit Chaast car « aucun d'eux ne voulait céder le passage du Saint-Bernard sur une planche qui servait de pont »[16].

"Le château féodal de Bucey-en-Othe a été détruit à l'époque de la Révolution française" : c'est du moins ce qu'on lit dans le monumental ouvrage d'Alphonse Roserot . En réalité , un plan de 1702 que l'on peut consulter aux archives départementales, ne montre déjà qu'une sorte de tumulus située dans la "contrée du vieux château " . « Plan de la Terre et Seigneurie de Bucey-en-Othe Scise Dans le Baillage de Troyes fait Dressé et mesuré Les onze douze et traize Septembre Mil sept Cent deux  Par moy anthoine Parizot architecte  à troyes  .... Délivré le Quatrième novembre mil sept cent trois »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, 68,15 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 31,85 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 88,22 %[17].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 67,94 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 32,06 % pour François Hollande (PS), avec un taux de participation de 88,95 %[18].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 100 et 500, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Photo de la mairie.
La mairie de Bucey-en-Othe.
Liste des maires successifs[20]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1857   X. Flogny    
2001 février 2007 Michel Prugnier    
février 2007 août 2012[21] Valéry Prunier    
3 février 2013 En cours
(au 30 avril 2014)
Pascal Desrousseaux DVD Retraité

En août 2012, à la suite d'un désaccord au sein du conseil municipal, le maire et sept conseillers démissionnent. Roger Mion devient maire a titre temporaire jusqu'aux élections du 30 septembre 2012[21] qui voient l'élection de Pascal Desrousseaux[22]. Mais, nouveau coup de théâtre, cette élection est annulée le par le tribunal administratif au motif qu'un tract diffamatoire avait été distribué la veille du scrutin, tract signé les deux anciens maires : Michel et Valéry Prunier. De nouvelles élections ont lieu le à l'issue desquelles la liste conduite par Pascal Desrousseaux arrive en tête[23]. Pascal Desrousseaux est enfin élu maire le [24].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Bucey-en-Othe relève du tribunal d'instance de Troyes, du tribunal de grande instance de Troyes, de la Cour d'appel de Reims, du tribunal pour enfants de Troyes, du conseil de prud'hommes de Troyes, du tribunal de commerce de Troyes, du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne et de la Cour administrative d'appel de Nancy[25].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Panneau sur le mur de la mairie.

Après une première fleur reçue au concours des villes et villages fleuris en 2004, la commune en a reçu une seconde [26].

Finances locales[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2013, la capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital des emprunts est restée un taux par habitant inférieur à celui des communes de même type, malgré un endettement faible[27] :

Capacité d'autofinancement nette
par habitant et par an.
Année Dans la commune Moyenne de la strate[Note 1]
2008 32 € 112 €
2009 113 € 110 €
2010 26 € 112 €
2011 111 € 139 €
2012 132 € 150 €

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 4 mars 2014, Bucey-en-Othe n'est jumelée avec aucune commune[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Bucetons[29].

Évolution démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[31].

En 2016, la commune comptait 427 habitants[Note 2], en diminution de 2,73 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
357422420401484506486485456
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
462479483449431405400400392
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
363356335271316311241259279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
273224221317341341407417426
2013 2016 - - - - - - -
427427-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune comporte 50,6 % d'hommes et 49,4 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge légèrement plus jeune que celle de la France métropolitaine[34].

L'indicateur de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans[35], est en effet de 1,48 pour la commune, soit 148 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indicateur est également supérieur à celui du département (1) et à celui de la région (1,05)[36].

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune de Bucey-en-Othe en 2010[37] ainsi que, comparativement, celle du département de l'Aube la même année[38], sont représentées par les graphiques ci-dessous.

Pyramide des âges à Bucey-en-Othe en 2010 en pourcentage[37].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,9 
2,8 
75 à 89 ans
3,8 
13,0 
60 à 74 ans
13,7 
24,7 
45 à 59 ans
27,0 
25,1 
30 à 44 ans
22,7 
14,4 
15 à 29 ans
9,5 
20,0 
0 à 14 ans
21,3 
Pyramide des âges dans le département de l'Aube en 2010 en pourcentage[38].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,7 
75 à 89 ans
10,6 
14,7 
60 à 74 ans
15,1 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,5 
30 à 44 ans
18,5 
18,7 
15 à 29 ans
16,6 
19,1 
0 à 14 ans
17,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bucey-en-Othe est située dans l'académie de Reims.

L'école a fermé ses portes en avril 2013[39],[40], elle est depuis intégrée au regroupement pédagogique intercommunal « Messon - Bucey - Fontvannes »[41], inauguré le 27 septembre 2013[42].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Les manifestations culturelles et les festivités sont organisées par l'association d'animation de Bucey-en-Othe. Un carnaval se déroule chaque année sur le territoire. En 2013, le thème choisi par les organisateurs est le western[43].

En juin, cette association d'animation organise des jeux médiévaux, avec 22 stands en faveur des enfants (trou-madame, jeu de quilles, jeu des anneaux, promenades à poney, etc.), ainsi que différents spectacles tels des joutes éliminatoires et une partie d'échecs vivants[44],[45].

Enfin, en 2013, l'association « Vanne culture et loisir » a pu donner rendez-vous aux joueurs de belote pour un affrontement entre 34 équipes[46].

Sports[modifier | modifier le code]

Le « stade de l'orée d'Othe » est un stade municipal disposant de plusieurs installations sportives.

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional L'Est-Éclair assure la publication des informations locales à la commune[47].

La commune ne dispose pas de nœud de raccordement ADSL installé dans cette commune, ni de connexion à un réseau de fibre optique. Les lignes téléphoniques sont raccordées à des équipements situés à Fontvannes[48].

Cultes[modifier | modifier le code]

Seul le culte catholique est célébré à Bucey-en-Othe. La commune est l'une des dix communes regroupées dans la paroisse « d'Estissac », l'une des six paroisses de l'espace pastoral « Forêts d’Othe et d’Armance » au sein du diocèse de Troyes, le lieu de culte est l'église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur[49].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 40 712 €, ce qui plaçait Bucey-en-Othe au 2 722e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[50].

En 2009, 33,3 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 292 personnes, parmi lesquelles on comptait 78;9 % d'actifs dont 73,0 % ayant un emploi et 5,9 % de chômeurs[I 5].

On comptait 38 emplois dans la zone d'emploi, contre 24 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 218, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 17,3 %, ce qui signifie que la zone d'emploi n'offre qu'un emploi pour six habitants actifs[I 6].

Au 31 décembre 2011, on totalise 14 demandeurs d'emploi de catégorie ABC inscrits à Pôle emploi, soit une baisse de 6,7 % par rapport à 2010[I 7].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Bucey-en-Othe comptait 25 établissements : 6 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 1 dans l'industrie, 6 dans la construction, 9 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[I 8].

En 2011, 6 entreprises ont été créées à Bucey-en-Othe[I 9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[51] et aucun lieu ou monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[52].

Par ailleurs, elle compte 6 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[53] et 12 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[54].

Le château de Bucey-en-Othe a été construit au 4e quart du XVIe siècle. De forme carrée, il est en partie entouré d'eau. Des travaux aux XVIIIe et XIXe siècles ont abimé la façade sur cour. Cette cour est entourée de plusieurs bâtiments dont un pigeonnier. Les façades et les toitures des bâtiments (logis et bâtiments de communs entourant la cour), ainsi que le fossé avec son arrivée d'eau sont inscrits depuis le 12 janvier 2005[55].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale est connue sous l'appellation Saint-Jacques-le-Majeur mais aussi Saint-Philippe-et-Saint-Jacques

En décembre 2012, les travaux de restauration de l'église ont permis de rénover totalement la toiture surplombant la nef[56].

Les vitraux ont été déposés en avril 2013, puis restaurés par le maître verrier, M. Defert, à Auxerre. Les trois grands vitraux de l’abside datent de 1891 et sont représentatifs de la fin du XIXe siècle ; ils sont l’œuvre d'Emmanuel-Marie-Joseph Champigneulle, maître verrier dont l'atelier était situé à Bar-le-Duc[57].

Le mercredi 28 août 2013, les vitraux ont retrouvé leur place dans le chœur de l'église et ont redonné tout son éclat à l'édifice après que le maître verrier, M. Defert, avait effectué la réfection des plombs et procédé à la remise en place des verrières[58].

Photographies de l'église. Cliquez sur la photo pour l’agrandir

L'église renferme six objets repertoriés à l'inventaire des monuments historiques :

  • statue de saint Jacques le Majeur, datée du XVe siècle, inscrite depuis le 14 mai 2001[59] ;
  • statue de saint Sébastien, datée du XVIe siècle, classée depuis le 27 juin 2001[60] ;
  • statue de la Vierge de calvaire, datée de la 2e moitié du XVIe siècle, classée depuis le 22 avril 1955[61] ;
  • groupe sculpté : Éducation de la Vierge, daté de la fin du XVIe siècle - début du XVIIe siècle, classé depuis le 27 décembre 1913[62] ;
  • statuette de la Vierge à l'Enfant, datée de la fin du XVe siècle - début du XVIe siècle, classée depuis le 27 décembre 1913[63] ;
  • verrières, datées du XVIe siècle, classées depuis le 17 octobre 1908[64].

Fouilles[modifier | modifier le code]

Lors de la séance de la Société académique de l’Aube, le 21 juin 1912, Lucien Morel-Payen, son secrétaire, signale que l’on a découvert un certain nombre de cercueils à l’occasion de fouilles effectuées par un particulier au hameau du Grand-Chaast, à Bucey-en-Othe. L’assemblée s’en émeut et désigne monsieur Laverdet en qualité d’enquêteur. L’entrepreneur des fouilles s’est installé pendant deux mois à l’auberge, avec sa femme et trois ouvriers. Ses recherches ont porté sur une superficie d’environ 15 ares, sur un cimetière mérovingien, au nord du chemin dit la Voie des Romains.

Plus de vingt ans après, le 18 décembre 1936, on peut lire cette communication dans le compte rendu de cette même Société académique « Une grande boucle de ceinture en fer damasquiné d’argent et deux petites boucles du même genre, de l’époque mérovingienne, indiquées comme provenant d’une tombe découverte en 1911 à Bucey-en-Othe (Aube) et qui faisaient partie de la collection C. Cote, ont été vendues à l’Hôtel Drouot le 4 décembre 1936. Ces objets n’ont pu être acquis par le musée, les enchères ayant dépassé la somme pour laquelle un ordre d’achat avait été donné au commissaire-priseur. Le catalogue de la vente de la collection contient une planche reproduisant les boucles en question. ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque de la rue Jean Thomas Bonnemain.
  • Jean Thomas Bonnemain, né le 29 décembre 1756 dans la commune. Député à la convention et au conseil des Cinq-Cents, il fera partie des députés qui ne voteront pas la mort Louis XVI[13],[65].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bucey-en-Othe Blason D'azur au château de trois tours d'or, celle du milieu ouverte, ajourée et essorée en croupe de sable, les deux des flancs ajourées et couvertes du même, le corps de l'édifice essoré aussi de sable, accompagné de trois croisettes tréflées au pied de trois pointes d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1)
    Ce livre consacre un chapitre à chaque commune du département de l'Aube.
  • Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), chapitre consacré à Bourguignons, [lire en ligne]
  • Jeanne Martel et Jeannine Velut, Notre pays d'Othe, Office de tourisme du pays d'Othe et de la vallée de la Vanne, 2003. (ISBN 2-907894-32-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour cette commune, la strate représente l'ensemble des communes communes de 250 à 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. DEFM T1 - Catégories de demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois selon le sexe et l'âge.
  8. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  9. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Bucey-en-Othe », sur le site lion1906.com, Lionel Delvarre (consulté le 5 mars 2014).
  2. « Bucey-en-Othe à Troyes », sur le site de la société Mappy (consulté le 5 mars 2014).
  3. « Savart du camp militaire de Moronvilliers (site fr2100256) », sur le site de Natura 2000 (consulté le 5 mars 2014).
  4. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  5. Sandre, « La Vanne » (consulté le 18 mars 2014).
  6. Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), p. 235, [lire en ligne]
  7. Sandre, « Cours d'Eau 01 de la commune de Bucey-en-Othe » (consulté le 18 mars 2014).
  8. « Moyennes météorologiques de Troyes », sur MSN.com (consulté le 12 juin 2010)
  9. « Climat de Troyes », sur Internaute (consulté le 12 juin 2010)
  10. « Données mensuelles pour Troyes », sur Météociel (consulté le 12 juin 2010)
  11. « Premières fortes chaleurs de l'été », sur le site de Météo-France, (consulté le 28 juin 2011)
  12. Réseau de bus Les Courriers de l'Aube, ligne de bus no 91, [lire en ligne].
  13. a b et c « BUCEY EN OTHE A TRAVERS LES SIECLES », sur le site de la mairie (consulté le 10 mars 2014).
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Librairie Droz, Genève, , 704 p. (lire en ligne)
  15. « BUCEY EN OTHE A TRAVERS LES SIECLES », sur un site consacré à Bucey-en-Othe (consulté le 10 mars 2014).
  16. a b et c Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1).
  17. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014)
  18. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014).
  19. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  20. « Les maires de Bucey-en-Othe », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 5 mars 2014).
  21. a et b « Les électeurs de Bucey-en-Othe appelés aux urnes », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 4 mars 2014).
  22. « Le nouveau maire Pascal Desrousseaux élu à l'unanimité », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 4 mars 2014).
  23. « La liste Desrousseaux élue au premier tour », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 4 mars 2014).
  24. « Élection du maire et de ses adjoints ce dimanche », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 4 mars 2014).
  25. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 5 mars 2014).
  26. « Communes labellisées de l'Aube », sur le site du concours des villes et villages fleuris (consulté le 14 mars 2014).
  27. « Les Comptes des Communes », sur le site du ministère de l’Économie et des Finances (consulté le 2 mars 2014).
  28. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 4 mars 2014).
  29. « Fiche de la commune de Bucey-sur-Othe », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 10 mars 2014).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  34. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  35. « Indicateur de jeunesse », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  36. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Champagne-Ardenne en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  37. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population de Bucey-en-Othe », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  38. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population du département de l'Aube en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  39. « Dans la commune, l'école est finie », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 4 mars 2014).
  40. « Hommage à la dernière institutrice du village », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 4 mars 2014).
  41. « Fontvannes - La nouvelle école intercommunale de Messon, Bucey et Fontvannes vient d'accueillir ses premiers élèves », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 4 mars 2014).
  42. Le petit journal de Bucey-en-Othe, octobre 2013, p. 11, [lire en ligne].
  43. « Les habitants fidèles au carnaval », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 5 mars 2014).
  44. « Les jeux médiévaux ont attiré les visiteurs », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 5 mars 2014).
  45. « De magnifiques jeux en bois pour les médiévaux », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 5 mars 2014).
  46. « Tous les joueurs de belote récompensés », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 5 mars 2014).
  47. « Résultats de recherche », sur le site du quotidien L'Est-Éclair (consulté le 12 mars 2014).
  48. « L'ADSL à Bucey-en-Othe », sur le portail web de référence dédié aux fournisseurs d'accès à Internet et aux offres haut-débit (consulté le 12 mars 2014).
  49. « Accueil du site > Vie du diocèse > Annuaire > Contenu > Forêts d’Othe et d’Armance : contacts », sur le site du diocèse de Troyes (consulté le 15 mars 2014).
  50. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  51. « Liste des monuments historiques de la commune de Bucey-en-Othe », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Liste des lieux et monuments de la commune de Bucey-en-Othe à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Liste des objets historiques de la commune de Bucey-en-Othe », base Palissy, ministère français de la Culture.
  54. « Liste des objets de la commune de Bucey-en-Othe à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  55. « Château de Bucey-en-Othe », notice no PA100000219, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. « La restauration de l'église se poursuit », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 5 mars 2014).
  57. « Les vitraux de l'église », sur le site de la mairie (consulté le 5 mars 2014).
  58. « L'église retrouve sa magnificence », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 3 mars 2014).
  59. « Statue : Saint Jacques le Majeur », notice no PM10004009, base Palissy, ministère français de la Culture.
  60. « Statue : Saint Sébastien », notice no PM10003021, base Palissy, ministère français de la Culture.
  61. « Statue : Vierge de calvaire », notice no PM10000376, base Palissy, ministère français de la Culture.
  62. « Groupe sculpté : Éducation de la Vierge », notice no PM10003030, base Palissy, ministère français de la Culture.
  63. « Statuette : Vierge à l'Enfant », notice no PM10000374, base Palissy, ministère français de la Culture.
  64. « Verrières », notice no PM10000373, base Palissy, ministère français de la Culture.
  65. Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, [lire en ligne].