Marguerite Ire de Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite de France et Marguerite de Bourgogne.
Marguerite Ire de Bourgogne
Portrait de Marguerite de France par Jacques Le Boucq.
Portrait de Marguerite de France par Jacques Le Boucq.
Titre
Comtesse de Bourgogne

(20 ans 5 mois et 18 jours)
Prédécesseur Philippe III
Successeur Louis Ier
Comtesse d'Artois

(20 ans 5 mois et 18 jours)
Prédécesseur Philippe Ier
Successeur Louis Ier
Biographie
Dynastie Capétiens
Date de naissance
Date de décès (à 72 ans)
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Philippe V de France
Mère Jeanne II de Bourgogne
Conjoint Louis Ier de Flandre

Marguerite Ire de France[1] (1309 - ), fut princesse du royaume de France, comtesse de Bourgogne et comtesse d'Artois de 1361 à 1382.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marguerite de France naît en 1309, fille cadette du roi Philippe V le Long et de la comtesse Jeanne II de Bourgogne et d'Artois.

En 1320, elle épouse le comte Louis Ier de Flandre (v.1304-1346), comte de Nevers (Louis II, 1322-1346), comte de Flandre (Louis Ier, 1322-1346) et comte de Rethel (Louis II, apr. 1325-1346), union dont est issu :

  • Louis II de Flandre (1330-1384), dit Louis II de Male, comte de Flandre (Louis II), comte de Nevers et de Rethel (Louis III) (1346-1383), comte de Bourgogne et d'Artois (Louis Ier, 1382-1383).

Marguerite hérita en 1361 du mari de sa petite-fille, par ailleurs son petit-neveu, le duc Philippe Ier de Bourgogne les titres des comtés de Bourgogne et d'Artois.

Un traité du oblige Marguerite a détruire sa saline de Grozon pour que la saunerie de Salins soit la seule à produire dans l'archevêché de Besançon[2].

À sa mort, en 1382, son fils Louis hérite des deux titres de comte de Bourgogne et d'Artois. Elle repose à l'abbaye royale de Saint-Denis

Sa petite-fille, la comtesse Marguerite III de Flandre appelée aussi Marguerite de Dampierre, héritière des comtés de Flandre, Nevers, Rethel, Brabant, Limbourg, fut mariée le 14 mai 1357 à son arrière-cousin le duc Philippe Ier de Bourgogne et, qu'à ce titre, de manière nominale et « consorte », elle a précédé sa grand-mère au titre de comtesse de Bourgogne et d'Artois. Finalement, à la mort en 1384 de son père Louis II de Flandre, Marguerite de Dampierre hérita suo jure des deux titres de comtesse de Bourgogne et d'Artois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie de Marguerite de France sur le site FMG
  2. [PDF] A. Rousset, Extrait du Dictionnaire Géographique, Historique et Statistique des communes de la Franche-Comté : Grozon (39), t. III, cegfc.net, (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Santamaria, « Chantage maternel, patriotisme capétien ou réalisme diplomatique? Le rôle de la comtesse d'Artois et de Bourgogne Marguerite de France et de ses conseillers dans le mariage de Marguerite de Male et Philippe le Hardi », Publications du Centre européen d'études bourguignonnes, vol. 53, 2013, p. 29-49. DOI:10.1484/J.PCEEB.5.101175

Articles connexes[modifier | modifier le code]