Tricasses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Les Tricasses étaient un peuple gaulois établi le long de la Seine, dans la majeure partie du territoire du département de l'Aube. Ils donnèrent leur nom à Troyes, dénommée Augustobona (en l'honneur d'Auguste) durant la période romaine. Leur territoire, créé au début du Principat à partir d'une petite partie de ceux des Lingons et Sénons, était rattaché à la Gaule lyonnaise. Outre ces deux peuples, ils avaient pour voisins les Catalaunes, tribu mineure et cliente des puissants Remes.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Leur nom contient le thème cass-, attesté dans d'autres noms de peuples (Véliocasses, Baiocasses, Viducasses), d'individus (Cassivellaunos), de fonction (cassidanos) et de dieux (Dii Casses, cf. Cassibodua, nom de déesse) . Il signifierait pour certains « bronze, étain, airain »[1], ou encore « excellent, beau, plaisant »[2], les deux sens originant de différentes interprétations du nom des Îles Cassitérides. Cependant, les études plus récentes ne donnent pas à ce terme d'étymologie assurée[3].

L'élément tri- est attesté avec certitude dans le calendrier de Coligny par la formule gauloise trinox samo sindiu, forme abrégée de trinoxtion Samoni sindiu « la fête des trois nuits de Samonios aujourd'hui ». Il apparaît aussi dans Trigaranus, Tricorii et trimarcisia, toujours avec le sens de « trois » (cf. breton tri)[4]. Cassi pourrait encore désigner le chêne par contraction du gaulois cassano[5] : "Les Trois chênes", ce qui rapprocherait les Tricasses des autres peuples dont le nom reprend un nom d'arbre : Arvernes (aulne), Bagienni (hêtre), Éburoviques (if), Lémoviques (orme). Une autre étymologie encore apparente "cassi" à l'irlandais cass, boucle : les Tricasses, "les Bouclés" ?

Références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie de l'Arbre Celtique. Mots et étymons de la langue gauloise : minéraux / roches / métaux
  2. J. A. MacCulloch (1911). The Religion of the Ancient Celts. Chapter III. The Gods of Gaul and the Continental Celts.
  3. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, édition Errance.
  4. Encyclopédie de l'Arbre Celtique. Garanus : (grue)
  5. Pierre Gastal, Nos racines celtiques, éd. Désiris 2013, p. 152.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brisson A, Hatt J.-J, Cimetières gaulois et gallo-romains en Champagne : le cimetière de la Tempête à Normée (Marne), Mémoire de la Société d’Agriculture, du Commerce, des Sciences et des Arts du département de la Marne, LXXXIV, p. 23-37, 1969.
  • Jean-Jacques Charpy, Esquisse d’une ethnographie en Champagne celtique aux IVe et IIIe s. av. J.-C, Études Celtiques 28, 1991, p. 75-125.
  • Charpy J.-J., Roualet P., Les Celtes en Champagne : cinq siècles d’histoire, Catalogue de l’exposition au musée d’Épernay, 23 juin-3 nov. 1991, Musée d’Épernay, 280 p, 1991.