Le Pavillon-Sainte-Julie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Pavillon-Sainte-Julie
L'église, la mairie et le monument aux morts.
L'église, la mairie et le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Saint-Lyé
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Roland Chaplot
2014-2020
Code postal 10350
Code commune 10281
Démographie
Population
municipale
307 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 15″ nord, 3° 54′ 01″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 214 m
Superficie 22,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Le Pavillon-Sainte-Julie

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Le Pavillon-Sainte-Julie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Pavillon-Sainte-Julie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Pavillon-Sainte-Julie

Le Pavillon-Sainte-Julie est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Pavillon-Sainte-Julie est un village de la Champagne crayeuse. Aucun cours d'eau ne prend sa source ou ne traverse le village. Les habitants, pour remédier à ce problème, ont creusé de nombreux puits[1],[2].

La route départementale 442 est la voie principale du village et suit probablement le tracé de l'ancienne voie romaine qui reliait Troyes à Beauvais[3]. Elle porte les noms de Rue Royale et Rue des Templiers. Une route transversale qui relie Fontaine-les-Grès à Villeloup coupe la route principale. Le village s'est édifié autour de ce carrefour.

L'agriculture est aujourd'hui la principale ressource du village. Comme dans toutes les communes de la région, les céréales, betteraves, luzerne occupent l'essentiel des terres[4] .

Topographie[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fontaine-les-Grès Savières Payns Rose des vents
Echemines N La Malmaison (Payns)
O    Le Pavillon-sainte-Julie    E
S
Villeloup Macey Saint-Lyé

Le village a porté le nom de Grand-Pavillon pour le différencié de Petit-Pavillon qui est au territoire de Payns.

Au cadastre de 1809 sont cités au territoire : Commanderie, Estre, Grande-Borne, Grosses-Bornes, Hôpitaux-Lansquenet, Moulin-à-Vent, Chemin-de-Saint-Antoine et Ste-Julie.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation humaine remonte au moins à l'époque romaine. Une voie traversait le finage et des pièces de monnaie, bijoux mais aussi sarcophages ont été retrouvés sur le territoire[5]. Au XIIe siècle, la construction d'une église atteste l'occupation durable du secteur.

Le cellier.

Un cellier de la même époque[6], probablement érigé par les templiers de la commanderie de Payns a été depuis démonté et remonté pierre par pierre à Saint-Julien-les-Villas pour abriter la Maison du Patrimoine. Toutefois rien ne prouve que ce bâtiment a bien été érigé par les templiers à Pavillon-Sainte-Julie. De récentes études tendent à démontrer que cette construction a subi un premier "démontage" après avoir été vendue comme bien national pendant la Révolution française. L'emplacement d'origine était bien la commanderie de Payns et non le village de Pavillon [7]. La commanderie de Payns avait au territoire 450 arpents de terre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours M. Roland Chaplot[8] DVD Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 307 habitants, en diminution de -3,15 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
306 307 274 240 256 262 265 256 240
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
256 244 254 280 265 256 223 219 217
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
216 191 185 153 168 146 149 153 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
152 148 136 181 221 219 311 315 307
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Le Pavillon-Sainte-Julie fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Nativité de Notre-Dame.
Le monument aux morts.
  • L'église dédiée à la Nativité de la Vierge possède une nef du XIIe siècle et un transept et une abside du XVIe siècle[13]. Elle renferme plusieurs statues dont certaines sont classées. Des vitraux ornent les fenêtres et un retable occupe le chœur. Quelques carreaux ornés subsistent au sol. Les murs extérieurs sont gravés de nombreux graffiti très anciens [14].
  • Le monument aux morts [15].
  • Croix de chemins[16]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]