Gallia (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gallia.

Gallia – Archéologie des Gaules  
Titre abrégé Gallia
Discipline Archéologie
Langue Français
Rédacteur en chef Martial Monteil
Publication
Maison d’édition CNRS Éditions (France)
Période de publication Depuis 1943
Fréquence Annuel
Accès ouvert « Persée (1943-2009) »
« OpenEdition Journals (2010-) (en cours) »
Indexation
ISSN (papier) 0016-4119
ISSN (web) 2109-9588
Liens

Gallia est une publication française en archéologie, créée en 1943 par Albert Grenier, alors professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Antiquités Nationales. Elle fut l'une des premières revues créées au sein des Éditions du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Son sous-titre est alors Fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine, transformé en 1995 en Archéologie de la France antique, puis en 2015 en Archéologie des Gaules.

La revue d'archéologie nationale française publie des dossiers et études portant sur les chantiers, les monuments et les découvertes archéologiques les plus importantes faites en Gaule (France métropolitaine et pays limitrophes), soit les provinces romaines des Trois Gaules (Lyonnaise, Aquitaine, Belgique), la Narbonnaise, les Germanies, ainsi que les territoires immédiatement limitrophes qui participent à leur destinée. Elle couvre la Protohistoire depuis le premier âge du fer, l'Antiquité et l'Antiquité tardive jusqu'à la fin des royaumes mérovingiens, soit la période comprise entre 800 av. et 800 apr. J.-C.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1943, la revue d’archéologie nationale a pour mission de publier les recherches et les résultats de fouilles les plus significatifs dans le domaine de l’archéologie en France, de la Préhistoire à l’Antiquité tardive. Elle est à cette époque profondément influencée par l'archéologie nazie[1].

En 1956, les publications dans les domaines relevant de l’Histoire et de la Préhistoire sont séparées ; cette dernière se voit attribuer une revue propre, Gallia Préhistoire, qui devient, à son tour, la revue de référence pour la période. Le dernier tome de Gallia Préhistoire, avec comme sous-titre Préhistoire de la France dans son contexte européen, est paru en 2013 sous la direction de Jean-Pierre Bracco.

À partir de 1987, l’accélération des fouilles et des découvertes conduit à la création d’une troisième revue, Gallia Informations, l’Archéologie des régions, lancée par le CNRS et la sous-direction de l’Archéologie au ministère de la Culture. Publiée sur papier de 1987 à 1997, puis sur CD-ROM de 1997 à 2003, enfin, à partir de cette date, elle est mise en ligne, devenant Archéologie de la France – Informations (AdlFI). Conçue comme une coédition entre le ministère de la Culture (sous-direction de l’Archéologie), le CNRS et l’Inrap, Archéologie de la France – Informations est une publication en ligne destinée à diffuser gratuitement et en flux continu des informations scientifiques sur les opérations archéologiques menées en France.

Politique éditoriale[modifier | modifier le code]

En plus d’un demi-siècle d’existence, la politique éditoriale du pôle Gallia a considérablement évolué pour s’accorder aux nouvelles orientations de la recherche ainsi qu’à la place spécifique qu’elle occupe au sein du paysage éditorial français consacré à l’archéologie.

Le pôle Gallia privilégie délibérément la publication de synthèses portant soit sur des opérations de terrain ou des découvertes significatives au plan national et international, soit sur des thèmes de recherche débouchant sur des développements novateurs.

Soucieux de jouer un réel rôle incitatif au sein de la communauté archéologique, le pôle Gallia préconise depuis 1995 la publication de dossiers thématiques, constituant autant de mises au point sur des sujets d’intérêt général. Une partie importante de ses pages est consacrée à ces commandes scientifiques, qui visent aussi à proposer de nouveaux champs d’investigation aux chercheurs.

Gallia est un pôle de revues propres du CNRS, ouvert aux chercheurs de cet établissement public, mais aussi aux correspondants des institutions nationales et internationales entreprenant des recherches archéologiques sur le territoire métropolitain ou sur celui de l’espace gaulois. L'équipe éditoriale est hébergée par la MSH Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès à Nanterre.

Depuis décembre 2018, les numéros parus à partir de 2010 sont progressivement mis en accès libre sur le portail OpenEdition Journals[2]'[3]. Les volumes parus depuis la fondation de la revue et jusqu'en 2010 sont quant à eux disponibles sur le portail Persée[4].

Son directeur actuel est Martial Monteil, professeur d'archéologie romaine à l'université de Nantes.

Directeurs[modifier | modifier le code]

Sept chercheurs ont assuré la direction de la revue depuis 1943[5] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Olivier, Nos ancêtres les Germains, Tallandier, , 313 p. (ISBN 978-2-84734-960-3, lire en ligne)
  2. revuesgallia (@revuesgallia), « [Et si on écrivait pour être lu ? Par tous.] », sur Twitter,
  3. Martial Monteil, « Éditorial », Gallia, t. 75,‎ , p. 1-2 (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2019).
  4. http://www.persee.fr/collection/galia
  5. « Présentation - Anciens directeurs de Gallia », sur Gallia - Archéologie des Gaules - Open Edition (consulté le 26 décembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]