Bouilly (Aube)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouilly.
Bouilly
L'église Saint-Laurent.
L'église Saint-Laurent.
Blason de Bouilly
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Les Riceys
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Louis Dufaut
2014-2020
Code postal 10320
Code commune 10051
Démographie
Gentilé Bouillerands
Population
municipale
1 046 hab. (2014)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 48″ nord, 4° 00′ 01″ est
Altitude Min. 135 m – Max. 298 m
Superficie 15,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Bouilly

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Bouilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouilly

Bouilly est une commune française située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Après une décroissance continue de sa population durant le XIXe siècle, Bouilly a vu son nombre d'habitants, appelés Bouillerands remonter progressivement pour se stabiliser aux environs de 1000 depuis 1990.

L'église paroissiale Saint-Laurent, construite à partir de 1515, est classée à l'inventaire des monuments historiques, de même qu'un grand nombre d'objets qu'elle renferme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bouilly est située à 12,7 km au sud de Troyes et à 142,4 km de Paris[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

À vol d'oiseau, les cinq communes les plus proches du territoire sont Souligny, Villery, Javernant, Sommeval et Roncenay[1].

Communes limitrophes de Bouilly
Souligny Saint-Pouange
Bouilly Roncenay
Sommeval Villery
Javernant
Saint-Jean-de-Bonneval
Assenay

Les grandes villes les plus proches de Bouilly hors Paris sont Reims (118,4 km) et Dijon (124 km)[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Une des entrées de la commune.

La superficie de la commune est de 1 549 hectares ; son altitude varie entre 135 et 298 mètres[2].

Le village est surplombé par une colline composée de deux forêts exploitées : la forêt communale de Bouilly, d'une superficie d'environ 198 hectares, et de la forêt indivise Bouilly-Souligny, d'une superficie d'environ 295 hectares[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau ne traverse la commune. Néanmoins, plusieurs en sont limitrophes au territoire : au nord, la Seine vers le Grand Troyes et à l'ouest, la Vanne vers le Pays d'Othe.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Aube.

Tout comme le reste de la région Champagne-Ardenne, le village se situe dans un climat « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. Les vents sont généralement issus de l’ouest et du sud-ouest.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Bouilly est située sur la route nationale 77 reliantAuxerre à Troyes[3].

La SNCF assure une desserte de la commune par une ligne de bus sur l'axe Troyes - Saint-Florentin - Laroche-Migennes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Chantier de construction de l'EHPAD.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 466 alors qu'il était de 419 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 93;5 % étaient des résidences principales, 1,6 % des résidences secondaires et 4,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 93,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 6,5 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 81,5 %, en légère baisse par rapport à 1999 (83,7 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 7,7 % contre 7,3 % en 1999[I 3].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Bouilly voit la fin du projet conduit depuis plusieurs années de réalisation de la nouvelle zone pavillonnaire « L’Herminette ». Située au centre du village, ce projet comprend l’aménagement d’un parking, la conception d'une maison de retraite et la création de 12 parcelles privatives avec voiries et distribution des réseaux. Après la réalisation du parking, d'un jardin public et les dispositions pour viabiliser les parcelles, 2014 voit la construction de haute qualité environnementale d'un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de 62 lits et d'un foyer de 12 logements[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est d'origine gallo-romaine : un homme gaulois nommé Bullius et le suffixe latin iacum, l'ensemble signifiant « le village où habite Bullius »[5].

Le village est mentionné sous les noms de Buliacum en 754 dans la charte de Chélembert, Boliacum en 840, Bolleticum en 870, Bulliacium en 1097, Bolliacum en 1157, Boilliacum en 1190, Boillie et Bouilley en 1292, Bouyli en 1294, Bouilli au XIIIe siècle, Bouilleyum en 1407, Bouilleium au XVIIe siècle et enfin Bouilly en 1614[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est délimité à l'est par la voie du réseau Via Agrippa depuis le début de l'époque gallo-romaine. C'est ici qu'en 451, le roi des Francs, Clovis, vient rencontrer Clotilde, sa future femme. Aux XIIe et XIIIe siècles, le village dépendait du comté de Champagne et d'ordres religieux. La forteresse de Montaigu[6] qui surplombait le site a été démolie à l'issue du traité de Troyes, le 3 juin 1420[5].

Les Templiers[7] possédaient au XIIIe siècle un domaine à Bouilly. Il leur provenait de la libéralité d'un chevalier, du nom de Renault Bilours de Bouilly : des lettres de l'official de Troyes de juin 1233 indiquent que ce seigneur avait donné au Temple une maison avec ses dépendances, située à Bouilly, avec la moitié de ses terres. La maison templière n'existait plus au XIVe sièclel. La cave est toujours présente, non loin de l'église. Les terres sont possiblement passées aux Hospitaliers, à qui furent souvent dévolus les biens du Temple. Est-ce là l'explication de la seigneurie rencontrée plus tard ? : au XVIe siècle des Villiers de L'Isle-Adam étaient sires de Bouilly et Laine-aux-Bois, ainsi Abel de Villiers de l'Isle-Adam (mort en 1619), petit-neveu du grand-maître des Hospitaliers Philippe de Villiers de L'Isle-Adam.

Bouilly fut, en 1868, la première commune de l'Aube à posséder un réseau d'adduction d'eau potable[8].

De 1960 à 1970, le village connait un grand développement, en particulier à la suite de la construction du collège en 1962[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, 54,52 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 45,48 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 87,77 %[9].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 50,80 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 49,20 % pour François Hollande (PS), avec un taux de participation de 88,19 %[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs [12].
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean-Louis Dufaut[13] DVG Retraité

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Bouilly relève du tribunal d'instance de Troyes, du tribunal de grande instance de Troyes, de la Cour d'appel de Reims, du tribunal pour enfants de Troyes, du conseil de prud'hommes de Troyes, du tribunal de commerce de Troyes, du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne et de la Cour administrative d'appel de Nancy[14].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1960, la commune dispose d'un réseau d'épuration avec sa station d'épuration[8]. La communauté de communes a mis en place un système de tri des déchets (ordure ménagères, corps creux, déchets verts, encombrants, déchets ménagers dangereux[15],[16].

La mairie met à la disposition des habitants des « jardins familiaux » d'une superficie d'environ 100 m2 pour leur permettre d'y cultiver fruits, légumes et fleurs[17].

La commune a reçu sa deuxième fleur en 2014 au concours des villes et villages fleuris[18]

Finances locales[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2013, la capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital des emprunts est restée à un taux par habitant très inférieur à celui des communes de même type, malgré un taux d'endettement faible[19] :

Capacité d'autofinancement nette
par habitant et par an.
Année Dans la commune Moyenne de la strate[Note 1]
2008 82 € 143 €
2009 - 1 € 161 €
2010 - 5 € 180 €
2011 111 € 127 €
2012 72 € 128 €

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 4 mars 2014, Bouilly n'est jumelée avec aucune commune[20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Bouillerands[3].

Évolution démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 046 habitants, en diminution de -1,6 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
667 759 807 770 826 835 819 838 850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
813 807 781 767 741 754 740 705 645
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
593 581 520 486 515 554 502 557 565
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
626 725 1 008 865 1 000 1 090 1 039 1 054 1 046
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune comporte 49 % d'hommes et 51 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge similaire à celle de la France métropolitaine[25].

L'indicateur de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans[26], est en effet de 1,12 pour la commune, soit 112 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indicateur est également supérieur à celui du département (1) et à celui de la région (1,05)[27].

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune de Bouilly en 2010[28]ainsi que, comparativement, celle du département de l'Aube la même année[29], sont représentées par les graphiques ci-dessous.

Pyramide des âges à Bouilly en 2010 en pourcentage[28].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
7,7 
75 à 89 ans
7,2 
14,3 
60 à 74 ans
17,4 
25,0 
45 à 59 ans
21,3 
20,2 
30 à 44 ans
19,6 
13,0 
15 à 29 ans
13,2 
19,6 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges dans le département de l'Aube en 2010 en pourcentage[29].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,7 
75 à 89 ans
10,6 
14,7 
60 à 74 ans
15,1 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,5 
30 à 44 ans
18,5 
18,7 
15 à 29 ans
16,6 
19,1 
0 à 14 ans
17,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bouilly est située dans l'académie de Reims.

Le bâtiment de l'école maternelle a été construit en 1981 et celui de l'école primaire et de la cantine scolaire en 2005. En 2014, l'ensemble est administré par le syndicat intercommunal des écoles regroupant les communes de Bouilly, Souligny, Javernant et Sommeval[8].

Le collège a été construit en 1962[30], il porte le nom de Max Hutin qui fut maire de 1945 à 1975 ; le gymnase a été construit en 1972[8].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le vide-grenier se déroule en juin, de même qu'un marché de noël en décembre[31].

En avril, le club d'athlétisme organise le « Trail de Montaigu  », course à travers chemins et forêt[32].

Le 5 septembre 2010, la fête du cidre, organisée par le syndicat cidricole de l'Aube s'est tenue dans la commune. À cette occasion, huit cidriculteurs ont tenu des stands, et une quarantaine de producteurs ont présenté leurs produits. D'autres animations, notamment musicales — Music'en Othe et groupe folk — ont eu lieu[33]

Santé[modifier | modifier le code]

Les Bouillerands disposent de plusieurs médecins, d'un pharmacien, de deux dentistes, de deux masseurs, d'infirmières, d'un podologue et d'un vétérinaire[34].

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreux clubs sportifs proposent des activités telles le tennis[35], le judo[36], le cyclisme[37]etc.

La commune dispose d'installations sportives, notamment un stade et deux courts de tennis.

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional L'Est-Éclair assure la publication des informations locales à la commune[38].

La commune dispose de nœuds de raccordement ADSL installés dans la commune, mais ne dispose pas de connexion à un réseau de fibre optique[39].

Cultes[modifier | modifier le code]

Seul le culte catholique est célébré à Bouilly. La commune est l'une des vingt-six communes regroupées dans la paroisse « de Bouilly Moussey », l'une des six paroisses de l'espace pastoral « Forêts d’Othe et d’Armance » au sein du diocèse de Troyes, le lieu de culte est l'église paroissiale Saint-Laurent[40].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 34 748 €, ce qui plaçait Bouilly au 8 163e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[41].

En 2009, 36,8 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 648 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,5 % d'actifs dont 71,6 % ayant un emploi et 3,9 % de chômeurs[I 5].

On comptait 374 emplois dans la zone d'emploi, contre 336 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 468, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 80;0 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre quatren emplois pour cinq habitants actifs[I 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Bouilly comptait 105 établissements : 19 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 7 dans l'industrie, 13 dans la construction, 42 dans le commerce-transports-services divers et 24 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, 5 entreprises ont été créées à Bouilly[I 8], dont 2 par des autoentrepreneurs[I 9].

Bouilly est l'une des communes où peut être produit le chaource qui bénéficie d'une appellation d'origine contrôlée (AOC) depuis 1970 et d'une appellation d'origine protégée (AOP) (équivalent européen) depuis 1996[42].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine remarquable[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument classé à l'inventaire des monuments historiques[43] et aucun lieu ou monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[44]. Par ailleurs, elle compte 21 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[45] et 30 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[46].

L'église Saint-Laurent de Bouilly a été construite à partir de 1515[47]. « Classée » depuis le 14 avril 1909, elle contient tous les objets remarquables répertoriés[48], notamment le retable en panneaux sculptés du XVIe siècle insérés dans un montage du XIXe siècle au-dessus d'un autel réalisé par le sculpteur troyen François Joseph Valtat[49],[50],[51],[52]. Cette église est la plus grande des églises de l'arrondissement de Troyes. Très endommagée à la suite d'un incendie en 1702, il faut attendre un siècle avant de la réparer. Depuis le milieu du XXe siècle, plusieurs opérations ont été menées pour la consolider et la remettre en état[8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison d'architecture typique en centre-ville.

On peut également citer le château de Bouilly, ainsi que le bâtiment de la mairie : la première partie fut construite en 1880-1882, elle regroupait la mairie et l'école, à sa gauche la seconde partie fut construite en 1884 concernait la justice de paix, siège de l'actuelle mairie[8],[53].

La création d'un réseau de distribution d'eau en 1868 amena la construction d'un lavoir au centre du bourg. Il fit l'objet de travaux de réfection en 1887 puis de restauration de la toiture en 1900. La commune le vend en 1980 à un promoteur, mais le rachète en 1996 et le réhabilite pour le transformer en local technique[8].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les versants des massifs forestiers ont été aménagés, neuf parcours sont proposés aux randonneurs[54] ainsi que le « Sentier des Moutons » qui propose des chemins de randonnées forestières de 8, 12 et 18 km[55].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le foyer familial.

La commune accueille la médiathèque intercommunale[17] et dispose, près de la mairie, d'un « foyer familial ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Thalmard (1899-1943), photographe, il a participé à l'élaboration de nombreux clichés de la ville[31].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bouilly (Aube) Blason De gueules à une tour crénelée d’argent ouverte et ajourée du champ posée sur un tertre du même mouvant de la pointe au chef d’or chargé de trois anilles ou fers de meule de moulin de sable[3].
Détails C'est en 1957 que le préfet de l’Aube propose à chaque commune de faire réaliser un blason par Robert Louis, artiste héraldique. Celui-ci propose pour Bouilly, de symboliser le château de Montaigu par une tour et les trois moulins à vent des Essarts par trois fers de meule[3].
Les membres du conseil municipal approuvent le dessin et la description héraldique, le 5 avril 1957[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1)
    Ce livre consacre un chapitre à chaque commune du département de l'Aube.
  • Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), chapitre consacré à Bouilly, [lire en ligne]
  • Alain Hourseau, Histoire de Bouilly-Souligny Montaigu et des environs, 1990

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour cette commune, la strate représente l'ensemble des communes de 500 à 2 000 habitants n'appartenant à aucun groupement fiscalisé.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c . « Bouilly », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 5 mars 2014).
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. a, b, c, d, e et f « Présentation », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  4. « Nos projets », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  5. a, b et c « L'origine de Bouilly », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  6. « Château de Montaigu », sur Troyes d'hier à aujourd'hui, par Jacques Schweitzer
  7. « Commanderie de Troyes », sur Les Hospitaliers de St-Jean de Jérusalem
  8. a, b, c, d, e, f, g et h « Historique de Bouilly par ses édifices publiques », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  9. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014)
  10. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 18 mars 2014).
  11. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. « Les maires de Bouilly », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  13. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  14. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du Ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 7 mars 2014).
  15. Calendrier des collectes, [lire en ligne].
  16. Documentation relative au tri des déchets, [lire en ligne].
  17. a et b « Informations pratiques », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  18. « Communes labellisées de l'Aube », sur le site du concours des villes et villages fleuris (consulté le 14 mars 2014).
  19. « Les Comptes des Communes », sur le site du ministère de l’Économie et des Finances (consulté le 2 mars 2014).
  20. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 4 mars 2014).
  21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  25. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  26. « Indicateur de jeunesse », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  27. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Champagne-Ardenne en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  28. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population de Bouilly », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  29. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population du département de l'Aube en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mars 2014).
  30. « Le Collège Max Hutin fête ses 50 ans le samedi 2 juin 2012 », sur le site du ministère de l’Éducation nationale, (consulté le 14 mars 2014).
  31. a et b Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1).
  32. « Calendrier des activités », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  33. « Bouilly célèbre le cidre et la pomme », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le 7 mars 2014).
  34. « Les services de santé », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  35. « Page d'accueil », sur le site du club de tennis (consulté le 6 mars 2014).
  36. « Page d'accueil », sur le site du club de judo (consulté le 6 mars 2014).
  37. « Page d'accueil », sur le site du cyclo-club (consulté le 6 mars 2014).
  38. « Résultats de recherche », sur le site du quotidien L'Est-Éclair (consulté le 12 mars 2014).
  39. « L'ADSL à Bouilly », sur le portail web de référence dédié aux fournisseurs d'accès à Internet et aux offres haut-débit (consulté le 12 mars 2014).
  40. « Accueil du site > Vie du diocèse > Annuaire > Contenu > Forêts d’Othe et d’Armance : contacts », sur le site du diocèse de Troyes (consulté le 15 mars 2014).
  41. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  42. « Chaource », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), (consulté le 12 mars 2014).
  43. « Liste des monuments historiques de la commune de Bouilly », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Liste des lieux et monuments de la commune de Bouilly à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Liste des objets historiques de la commune de Bouilly », base Palissy, ministère français de la Culture.
  46. « Liste des objets de la commune de Bouilly à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  47. Alain Hourseau, Livret de visite de l'église, 2008, [lire en ligne].
  48. Denis Krieger, habitant de Bouilly, Galerie de photos prises à l'intérieur de l'église, [lire en ligne].
  49. « Église de Bouilly », notice no PA00078054, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. Charles Fichot, Statistique monumentale de l'Aube, t. I, Troyes, 1884, p. 365-366.
  51. J. Thirion, Bouilly, Congrès archéologique de France, Paris, 1955, p. 386.
  52. « Bouilly - Eglise Saint-Laurent », sur le site Aube terre d'histoire de Georges Grand, (consulté le 5 mars 2014).
  53. « Bouilly - Hotel de Ville - 1885 », sur le site Aube terre d'histoire de Georges Grand, (consulté le 5 mars 2014).
  54. « Randonnées forestières », sur le site de la mairie (consulté le 6 mars 2014).
  55. Sentier des moutons : plaquette d'explications avec plan, [lire en ligne].