Jeugny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jeugny
Jeugny
L'église Saint-Barthélemy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Les Riceys
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Marc Girard
2014-2020
Code postal 10320
Code commune 10179
Démographie
Gentilé Juvéniens, Juvéniennes
Population
municipale
499 hab. (2016 en augmentation de 8,24 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 54″ nord, 4° 02′ 14″ est
Superficie 15,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Jeugny

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Jeugny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jeugny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jeugny
Liens
Site web http://www.jeugny.fr/

Jeugny est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière La Mogne est le principal cours d'eau qui traverse la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cadastre de 1828 apparaissent les noms de lieux-dits et hameaux comme : Bas-des-Cordons, Baudin, Bouillon, Cortin-d'Auxerre, le Couvent, La Creuse, la Croix-Boulanger, le Crotillot, Embranchoir, Hayer de Jeugny, Métairie, Motte-de-Puiseaux, Motte-Flois, Motte-Quartier, Puiseaux, Moulin-des-Herbes, les Places, Pont-des-MArs, bois de Saint-Phal, Tuilerie, les Usages, les Vendues, Villeneuve, Villepart.

Motte de Puiseaux est un ancien fief dépendant de Souleaux (Saint-Pouange) cité comme appartenant à Antoine Menisson également seigneur de Saint-Phal et écuyer du prince de Condé.

Juviniacus le plus ancien nom connu date de 877. Il puise son origine dans le gentilice romain Juvenius.

Jeugny est aussi cité comme Jeugny-la-Crotte[1]. La Crotte" étant un hameau de la commune déjà cité en 1432.

Histoire, vie et activités du passé[modifier | modifier le code]

Connu en 877, le plus ancien seigneur connu du village est Hugue et sa femme Wilde. Ils avaient fait un don de serfs à l'abbaye de Montiéramey en 927. La seigneurie est passée à l'abbaye de Montier-la-Celle en 1232. Elle gardait cette seigneurie jusqu'à la disparition de l'abbaye, ces biens passant à l'évêque de Troyes. La seigneurie relevait de l'Isle.

En 1789, Jeugny dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection et du bailliage de Troyes, du bailliage ducal d'Aumont. Du début du XXe siècle jusqu'au milieu des Trente Glorieuses, Jeugny était un pôle d'activité. Il y avait entre autres, une épicerie-café face à la place. Une boucherie située place de l'Église en face du monument aux morts. Avant d'être sur cette place, elle se trouvait où est maintenant situé le no 1 de la rue Raymond-Maitrot, derrière l'église. Dans cette boucherie, on abattait sur place. La grange en face la maison d'habitation servait d'abattoir.

Il y avait aussi un café de la Gare. En 1976, la vieille salle de spectacle située en arrière-cour de ce café s'était même transformée en dancing le temps d'une saison sous le nom « Le King-kong » en référence au film sorti la même année. Un panneau provenant sans doute d'une salle de cinéma troyenne représentant l'animal et haut de quelques mètres était d'ailleurs apposé au fronton.

Un bureau de poste se trouvait à côté de l'actuelle salle polyvalente qui était une M.J.C dans la fin des années 1970 et début des années 1980.

Un médecin a exercé jusqu'au début des années 1980 rue Raymond-Maitrot.

Avant et après la Grande Guerre, il y avait aussi une poissonnière ambulante, un rémouleur, et un cordonnier.

Jusqu'à la fin des années 1970, Jeugny accueillait une grande fête foraine. Elle se déroulait le week-end après le dimanche suivant la fête du muguet du 1er mai de Chaource, elle aussi disparue. Pour la fête du muguet de Chaource, toutes les communes alentour, dont Jeugny, faisaient un char fleuri de roses en crépons. Ainsi, pas moins de 20 chars et fanfares défilaient à Chaource. Jeugny y faisait défiler son propre char fabriqué par les « jeunes » dans ce qui est aujourd’hui la salle polyvalente. Le dernier fut un gigantesque cerf haut d'environ 3 ou 4 mètres. Jeugny voyait donc venir à son tour une grande partie des chars et autres fanfares et majorettes ayant défilé à Chaource. La fête foraine s'étendait de la gare à l'église. Derrière l'église, une rotonde Tardy s'installait pour les bals des samedi soir et dimanche après-midi. Devant l'église et sur la place principale, il y avait multitude de stands de tirs, loterie, etc. Sur la grand-place, un manège d'auto-tamponneuses. De la grand-place en remontant vers la gare se trouvaient également des manèges. Tous ces métiers forains étaient en général ceux qui avaient participé à la fête de Chaource. Sur un podium installé devant la gare, des spectacles et autres exhibitions se produisaient comme des combats de catch.

Motte de Jeugny
Il existait au territoire un fief du nom de Motte-Quartier ou Motte-Jeugny qui relevait de Villebertin. Le premier seigneur connu est Pierre du Mesnil entre 1368 et 1385 comme seigneur de la Motte-Flois et maison motte de Jugny[2], le dernier connu étant Gui du Mesnil en 1632.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Claude-François Bernier ... 1er Maire
2014 En cours Marc Girard DVD Retraité Fonction Publique ( sauf enseignant )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 499 habitants[Note 1], en augmentation de 8,24 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
522553510471497485472480506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
472445441400412389403390428
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
418448400407384354339346318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
315324261325368387439454491
2016 - - - - - - - -
499--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Jeugny possède un tunnel construit en 1885 situé à l'ouest de la gare à environ 500 mètres en direction du hameau de la Villeneuve. Il passe sous l'impasse des Quatre-Vents (accessible depuis la D1). Une partie de celui-ci se trouve sur la commune de Fays-la-Chapelle. Pour s'y rendre directement, il faut emprunter l'ancienne voie de chemin de fer encore existante. La végétation dense en interdit désormais l'accès.

Une scène du film Notre histoire de Bertrand Blier y fut tournée en 1984.

La gare SNCF n'est plus en service depuis la fermeture de la ligne Troyes-La Roche-Migennes en 1996. Tout comme le bâtiment du passage à niveau situé en haut de la rue Raymond-Maitrot, le bâtiment principal de la gare a été vendu par la SNCF et est maintenant une habitation privée.

Rue de la Gare se trouve également la vieille cheminée d'une machine à vapeur qui alimentait en électricité une scierie. La vie à Jeugny (école - alerte incendie - ouverture et fermeture des bureaux de vote, embauche et débauche des ouvriers, etc.) était réglée par le sifflet de cette cheminée. Elle est aussi le dernier témoignage des grandes heures de la vie industrielle de Jeugny.

Rue Raymond-Maitrot, juste après le groupe scolaire se trouvait la « maison mauve » qui était en fait l'habitation et l'administration de l'usine de mécanique générale située juste à côté.

L'église faisait partie de la paroisse de Saint-Phal et ne possédait qu'une chapelle. Le 26 mars 1840, un édit royal l'érige en église comme succursale de celle de Saint-Phal. Elle accueille parfois une messe, environ tous les mois. L'église actuelle fut bâtie entre 1846 et 1850 par l'architecte Gauthier[6] comme celle de Saint-Jean-de-Bonneval et fut dotée d'un nouveau clocher en 2010[7].

Un lavoir à balancier a été construit à cheval sur la rivière Mogne. L'armature métallique de son plancher est suspendue à des chaînes enroulées à des poulies. Des roues crantées actionnées par des manivelles situées à l'extérieur du bâtiment les faisaient tourner. Ceci permettait aux lavandières de rehausser ou d'abaisser le plancher fendu d'une longue trémie centrale pour le maintenir à fleur d'eau quel qu’en soit le niveau. Au milieu des années 1970, des femmes lavaient encore leur linge dans ce lavoir. Chacune apportait un coussin qui, posé dans le fond d'un triolo en bois, protégeait et soulageait les genoux mis à rude épreuve pendant ces heures de lavage.

En bas de la rue du Moulin sur la Mogne se trouvait un moulin à aube.

Le long de la Mogne se trouvait un petit sentier, la légende veut que Jeanne d'Arc y serait passée à cheval.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :