Permaculture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jardin cultivé en permaculture dans le Nord de la France.

La permaculture est un concept systémique et global qui vise à créer des écosystèmes respectant la biodiversité[1]. L'inspiration vient de la nature et de son fonctionnement (qui se nomme aussi biomimétisme ou écomimétisme)[2]. C'est une méthode appliquée de conception de cultures, de lieux de vie, et de systèmes agricoles humains utilisant des principes d'écologie et le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels[3],[4].

À l'origine c’est un concept agricole inspiré par le modèle d'agriculture naturelle de l'agriculteur japonais Masanobu Fukuoka[5] (1913-2008). Ce concept a été théorisé dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison (biologiste) et David Holmgren (essayiste). Le terme « permaculture » signifiait initialement « culture permanente » (de l'anglais « permanent agriculture »[6]) ; puis avec le temps il a été étendu pour signifier « culture de ce qui est permanent dans le sens (sociologique) de pérenne ou viable »[7]. En effet, les aspects sociaux font partie intégrante d'un système véritablement durable. Cette dernière signification est toutefois sujette à polémique.

Avec ce sens étendu, la permaculture forme des individus à une éthique ainsi qu'à un ensemble de principes. L'objectif étant de permettre à ces individus de concevoir leur propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes, durables et résilients, en s'inspirant des fonctionnements naturels locaux. L'idée est d'atteindre une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution (identifiés par Bill Mollison comme le fondement de la destruction systématique des écosystèmes).

La permaculture utilise entre autres des notions d'écologie[8], de paysage, d'agriculture biologique[8], d'agroécologie, de biomimétisme, d'éthique, de philosophie et de pédologie[6]. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du mot[modifier | modifier le code]

Le terme « permaculture » est un mot-valise. Il est issu de l'expression américaine « permanent agriculture » qu'utilisa l'agronome américain Cyril George Hopkins dans son livre de 1910 Soil Fertility and Permanent Agriculture[6]. Franklin Hiram King (en) la reprit dans son livre de référence de 1911 Farmers of Forty centuries : Or Permanent Agriculture in China, Korea and Japan. L'expression « permanent agriculture » sous-entend des méthodes culturales qui permettent aux terres de maintenir leur fertilité naturelle[10]. En 1929, Joseph Russell Smith a résumé sa longue expérience de cultures pour l'alimentation humaine et animale avec des fruits et des noix dans le livre Tree Crops : A Permanent Agriculture[11].

Le terme « permaculture » lui-même a été utilisé pour la première fois par Bill Mollison et David Holmgren dans leur livre Permaculture One paru en 1978[12].

Influences[modifier | modifier le code]

L’Australien Percival Alfred Yeomans introduisit dans les années 1950 la méthode des contours (« Keyline Design ») (en) comme méthode d’approvisionnement et de distribution en eau d’un site[13]. Cette approche de l'aménagement influença fortement les fondateurs de la permaculture.

Jusqu'à ce que Bill Mollison rencontre Masanobu Fukuoka en 1973[14] et lise son livre, La révolution d'un seul brin de paille (1975, traduit en anglais en 1978), il se demandait comment intégrer de manière satisfaisante les céréales et les légumineuses dans la permaculture[15]. Les travaux du Japonais en agriculture naturelle le mirent sur la voie. Il avait réussi notamment la culture du riz et de l'orge sans travail du sol (sous une couverture permanente de trèfle blanc), sans désherbage mécanique, sans engrais préparé et sans pesticide, tout cela avec des rendements égaux et parfois supérieurs à ceux de l'agriculture chimique. Bill Mollison, dans son second livre Perma-Culture 2, fait doublement référence à Fukuoka : il s'appuie sur ses travaux agricoles, mais le cite aussi en introduction comme celui ayant le mieux énoncé la philosophie de la permaculture.

Le travail de Howard T. Odum fut aussi une influence importante, surtout pour David Holmgren[16]. Le travail d’Odum s’est surtout axé sur l’écologie des systèmes, en particulier le principe de puissance maximum (en), duquel découle l'idée cardinale que les écosystèmes tendent à optimiser l'utilisation de l'énergie[17].

Une autre influence précoce furent les expériences et ouvrages de Ruth Stout aux États-Unis et d’Esther Deans en Australie, pionnières des méthodes de culture sans creusement du sol[18].

Mais l'idée est beaucoup plus ancienne comme Christophe Gatineau le décrit dans son ouvrage Aux sources de l'agriculture, la permaculture : illusion et réalité. Il explique qu'aux XVIIe et XVIIIe siècles, des ouvrages tels que L'agronome mentionnent déjà l'existence de précurseurs de la permaculture. Ainsi, le dictionnaire portatif du cultivateur de Pons Augustin Alletz[19] mentionne dès 1760 que :

« C’est une chimère que de prétendre donner une méthode d'Agriculture générale : il en faudrait une différente pour chaque province ou chaque canton ; car chaque province ne doit travailler à perfectionner que ce qu'elle possède, et ne faire d'essais que sur les productions analogues à son terroir. »

Il explique également : « … C'est donc une nécessité pour le progrès de l'Agriculture de ne suivre que des exemples tirés d'un terrain, qu'on sait être semblable à celui qu'on veut fertiliser. ». Chaque province ne doit travailler à perfectionner que ce qu'elle possède. Cette diversité s'oppose à l'uniformité et à la mondialisation des pratiques et des savoir-faire agricoles ajoute l'auteur de cet essai. À cette époque l'agriculture n'était pas un ensemble de techniques mais un « art » à part entière (une méthode globale cohérente)[20].

Mollison et Holmgren : cofondateurs de la permaculture[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, les australiens Bill Mollison et David Holmgren commencèrent à développer des idées pouvant être utilisées pour créer des systèmes agricoles stables. Ce travail résultait de leur perception d’une utilisation toujours plus importante de méthodes agro-industrielles destructrices qui polluaient l’eau et la terre, réduisant la biodiversité et érodaient des millions de tonnes de terres auparavant fertiles. Une approche appelée « permaculture » fut leur réponse et fut rendue publique pour la première fois avec la publication en 1978 du livre Perma-Culture 1, une agriculture pérenne pour l'autosuffisance et les exploitations de toutes tailles[21].

Le terme permaculture signifiait initialement « agriculture permanente » mais fut, plus tard, étendu à « culture permanente » pour intégrer les aspects psychosociaux et pédagogiques nécessaires à la durabilité d'un système[22],[23].

Après la publication de Permaculture One, Mollison et Holmgren affinèrent et développèrent leurs idées par l'application de leur méthode. Selon Holmgren, ils mirent en œuvre « la conception consciente de paysages qui miment les modèles et les relations observés dans la nature, visant à obtenir une production abondante de nourriture, de fibres textiles et d’énergie pour satisfaire les besoins locaux. »[24]. Cette information est structurée dans des livres plus détaillés, à commencer par Permaculture 2[25]. Mollison enseigna dans plus de 80 pays et son cours certifié de 72 heures fut suivi par des centaines d’étudiants[26]. La permaculture vise à ce que le plus grand nombre d'individus se l’approprie, c’est pour cela que les principes de conception en permaculture sont le prolongement de la position qui veut que « la seule décision éthique est de prendre la responsabilité de notre propre existence et de celle de nos enfants »[27].

À partir du début des années 1980, le concept avait évolué et était passé d’un système de conception de systèmes agricoles à un processus de conception plus holistique de création de sociétés humaines jugées durables. La permaculture se développe rapidement dans le monde avec la création d'instituts, de revues et de projets d'aide au développement avec Declan Kennedy en Allemagne, Robyn Francis en Australie et Rosemary Morrow dans de nombreuses contrées.

En 1991, un documentaire en quatre parties d’ABC production appelé The global gardener montrait la permaculture appliquée à différentes situations à travers toute la planète, portant le concept à l’attention d’un public plus large.

Le formateur anglais en permaculture Patrick Whitefield, suggère qu’il y a deux mouvements de permaculture : la permaculture originelle et la permaculture de design[28].

  • La permaculture originelle (agriculture permanente) est la conception consciencieuse et la gestion de systèmes agricoles productifs qui possèdent les caractéristiques de diversité, de stabilité et de résilience des écosystèmes naturels. C'est l'intégration harmonieuse de l'homme dans son environnement pour qu'il puisse en retirer ce qui lui est nécessaire, la nourriture, l'énergie, le logement, ou plus généralement tout ce dont il a besoin de matériel ou non pour vivre de manière soutenable.
  • La permaculture de design (conception de systèmes naturels) considère les connexions dans un écosystème ainsi que son fonctionnement, et en dérive des principes d’efficacité énergétique applicables à tous les types de systèmes humains (transport, société, agriculture…). À travers une observation minutieuse des énergies naturelles, des systèmes de design efficaces peuvent être développés[29].

Éthique[modifier | modifier le code]

La permaculture s'appuie sur une éthique. C'est un ensemble de valeurs fondamentales qui gouvernent la réflexion et l'action.

L'éthique de la permaculture peut être résumée ainsi[30] :

  • Prendre soin de la nature (les sols, les forêts, l’eau et l'air)
  • Prendre soin de l’humain (soi-même, la communauté et les générations futures)
  • Partager équitablement, limiter la consommation et la reproduction et partager le surplus.

Principes[modifier | modifier le code]

Ce mandala de la permaculture résume les principes de la permaculture.

La permaculture repose sur observation minutieuse de l’efficacité des écosystèmes naturels pour en tirer des principes directeurs universels. Chaque pratiquant de la permaculture, ou permaculteur, peut ajouter de nouveaux principes[31] qui enrichissent ceux des origines (en particulier ceux de Bill Mollison et de David Holmgren[32])[33].

Parmi ces principes, tirés de l'observation de systèmes naturels résilients, on peut citer[34] :

  • favoriser la diversité
  • valoriser les bordures
  • observer et interagir
  • capter et stocker l'énergie
  • obtenir une production
  • appliquer l'autorégulation et accepter la rétroaction
  • favoriser les ressources renouvelables
  • les déchets des uns sont les ressources des autres
  • intégrer plutôt que séparer
  • travailler avec la nature
  • le problème est la solution
  • chaque élément remplit plusieurs fonctions
  • chaque fonction est remplie par plusieurs éléments
  • prendre la responsabilité de sa propre vie

La permaculture est une manière d’appréhender un écosystème dans sa globalité, d’observer les interactions de ses composants, et de chercher à y intégrer les activités humaines dans le respect des processus naturels. Elle suppose un respect de la nature, par exemple par la réduction des déchets et le remplacement des biocides par des moyens de contrôle naturels[35]. Elle s'applique aussi bien au ré-aménagement d’une vaste zone industrielle que d’une ferme individuelle.

La permaculture constitue un mode de pensée et une vision du monde qui pour certains va au-delà des seules pratiques de production agricole.

« La permaculture, c’est aider les gens à faire des choix de re-design : fixer de nouveaux buts et apporter un changement dans la manière de penser qui affectent non seulement leurs actions chez eux, mais également leurs actions sur leur lieu de travail, leurs emprunts et leurs investissements » (A Sampson-Kelly et Michel Fanton, 1991). Des exemples incluent l’emploi de solutions complexes de transport, une utilisation optimale des ressources naturelles comme l’énergie solaire (Mollison et Slay, 1991).

Aménagement de l'espace[modifier | modifier le code]

Une illustration du concept de zonage en cercles concentriques

L’aménagement de l'espace, ou zonage, est fondamental pour la permaculture. Certains auteurs font écho à cette approche en architecture par exemple[36]. Il suppose l'observation et la compréhension de zonages existants dans la nature.

Le concept de zonage en permaculture a une source prestigieuse avec l'économiste Allemand Johann Heinrich von Thünen qui théorisa l'aménagement de l'espace en cercles concentriques où la mise en valeur d'un espace est fonction de sa distance avec le centre[37]. Plus la zone est éloignée de ce centre, et plus la viabilité économique de certaines productions diminuera. Si ce centre pour Von Thünen est la ville, c'est souvent la maison en permaculture. Il convient de noter qu'en permaculture, ce n'est pas tant la viabilité économique que la moindre utilisation de l'énergie qui conduit à l'organisation de l'espace[38].

Schéma du zonage en cercle.

Ainsi, les zones de permaculture sont définies selon leur fréquence d'utilisation, c'est-à-dire la fréquence des déplacements nécessaires pour y accéder. Il est traditionnellement fait référence à 5 ou 6 zones, selon que l'on décrive la maison comme une zone en soi ou non. Les zones moins fréquemment récoltées ou visitées étant situées plus loin. Les 6 zones[28] sont[réf. nécessaire] :

  • Zone 0 : la maison elle-même.
  • Zone 1 : le jardin et les éléments nécessitant une attention quotidienne et soutenue.
  • Zone 2 : le verger et la basse-cour.
  • Zone 3 : les pâturages et les céréales. Cette production tend à être plus orientée vers la vente.
  • Zone 4 : les pâtis et les bois. Cette zone est souvent laissée aux plantes indigènes.
  • Zone 5 : espace sauvage. L'intervention humaine se limite à la récolte de plantes utiles spontanées.

Une méthode concrète[modifier | modifier le code]

OBREDIM (acronyme anglais pour Observation, Boundary, Resource, Evaluation, Design, Implementation et Maintenance) est une méthode d'ingénierie permettant de démarrer un projet concret de permaculture[39],[40].

  • L’observation permet de récolter des informations qui serviront à comprendre le fonctionnement naturel de l'écosystème local. L'observation d'un site sur une année entière permet de considérer de multiples facteurs : la topographie, les cycles biologiques de la faune, de la flore et du sol, les vents et leurs caractéristiques, l'écoulement des pluies et leur densité, l'ensoleillement et les ombres, le débit des cours d'eau, etc.
  • Les limites (Boundaries) sont aussi bien matérielles (limites géographiques ou financières), qu'immatérielles (compétence, législation, etc.).
  • Les ressources incluent les personnes impliquées, les finances, ce que vous pouvez faire pousser ou produire dans le futur, ce que vous voulez voir et faire sur le site.
  • L’évaluation de ces trois premières étapes vous permet de préparer les trois suivantes. C’est une phase ou l’on prend en considération toutes les choses à portée de main avec lesquelles on va travailler, existantes ou que l’on souhaite avoir, et où l’on regarde en détail leurs besoins spécifiques, afin d’identifier ses propres besoins en termes d’information.
  • La conception (Design) est toujours un processus créatif et intense et l’on doit utiliser au maximum ses capacités à voir et à créer des relations synergiques entre tous les éléments identifiés dans la phase ressources.
  • La mise en œuvre (Implementation) est littéralement la première pierre posée à l’édifice, quand on aménage soigneusement le site en fonction de l’agenda décidé.
  • La maintenance est nécessaire pour garder le site à son maximum de santé, en faisant des ajustements si nécessaire.

Une bonne conception évitera le besoin de recourir à des ajustements majeurs. L'observation doit se poursuivre tout au long du projet permaculturel.

Applications de la permaculture[modifier | modifier le code]

L'optimisation des cultures est recherchée, plutôt que leur maximisation à tout prix, ici une spirale d'aromatiques en début d'été.

Agriculture[modifier | modifier le code]

L’agriculture est chronologiquement le premier objet de la permaculture et donc le plus étudié. Il existe une grande diversité d'approches différentes pour l'agriculture en utilisant la permaculture du simple fait qu'il existe une très grande variété de territoires et de climats. Toutefois, ce qui unit ces différentes pratiques est la recherche de la soutenabilité énergétique. C'est bien l'efficacité énergétique qui est toujours recherchée, que cela soit en évitant un travail inutile, faire d'un déchet une ressource, valoriser les services gratuits rendus par les écosystèmes, ou encore réduire les consommations et les déplacements.

Les praticiens agricoles de la permaculture pratiquent de fait une agriculture biologique et n'utilisent pas d'intrants chimiques issus pour la plupart de l'industrie pétrochimique. En permaculture, on pratique presque systématiquement le non labour afin de ne pas détruire la pédofaune et de ne pas oxyder le complexe argilo-humique, garant d'une bonne fertilité du sol. Cette simplification permet également de réduire la pénibilité du travail et l'investissement que représente un labour. La permaculture centre son approche sur l'arbre et la forêt. Ceci se traduit, par exemple, par la revalorisation des haies en bordure des cultures et des bocages comme garant de la biodiversité et de la limitation de l'érosion éolienne.

L’écologue Robert Harding Whittaker a montré qu’un écosystème naturel mature est largement plus productif que n’importe quel système humain de production de nourriture[41]. La productivité primaire nette d'une forêt tempérée caduque est deux fois celle d'une terre cultivée moyenne (1 200 g/m2/an (gramme de matière sèche par mètre carré et par an) contre 650 g/m2/an), du fait d'une utilisation de l’énergie, de l’eau et des nutriments beaucoup plus efficace que celle de l'agriculture dite conventionnelle). La permaculture s’est donc orientée vers la recherche de la mise en place d’agroécosystèmes productifs s’inspirant du fonctionnement des écosystèmes naturels. L’agriculture naturelle de Masanobu Fukuoka ou les travaux sur la sélection de céréales pérennes du land institute[42] de Wes Jackson en sont de bons exemples. La ferme du Bec-Hellouin a poussé cette intensification à son maximum avec sa méthode nommée écoculture.

Les frères de la Communauté Saint-Jean, religieux catholiques, pratiquent la permaculture à la suite de l'appel du pape dans l'encyclique Laudato si’[43]. Afin de prendre soin de la nature et de l'humanité, ils ont mis en place une Académie pour une écologie intégrale[44].

La forêt, une source d'inspiration majeure[modifier | modifier le code]

La recherche d’autosuffisance dans un petit espace passe par l'utilisation de plusieurs strates, ici à l'imitation des strates forestières dans un jardin-forêt.

Du fait que les écosystèmes naturels sont supposément plus productifs que les systèmes de production humains, la permaculture s'attache à utiliser les modèles d'écosystèmes naturels et à s'en rapprocher autant que possible. Un des modèles fondamentaux est celui de la forêt, composé de sept strates :

  1. la canopée
  2. la couche des arbres intermédiaires (fruitiers nains)
  3. les arbustes
  4. les herbes annuelles
  5. les plantes de couverture
  6. la rhizosphère
  7. la strate verticale (lianes, vignes)
  8. la mycosphère

L'efficacité productive supposée des systèmes forestiers pousse certains pratiquants de la permaculture à recréer des forêts en y introduisant des plantes utiles. On parle de jardin-forêt[45] et aussi d'agroforesterie. A Mouscron en Belgique, Gilbert Cardon a réalisé en ville un jardin forêt avec plus de 2000 arbres sur 1800 mètres carrés. Martin Crawford a conçu une forêt-jardin de 2 acres (environ 8500 mètres carrées) à Dartington en Angleterre.

Cette pratique ancienne serait particulièrement adaptée au milieu tropical. Elle connait notamment une revalorisation importante depuis que la communauté scientifique s'y est intéressée à partir des années 1970[46].

D'autres approches de la permaculture se focalisent sur la pédologie forestière. Dans ce cas, l'accent est mis sur la création d'humus (ou humification) et à la couverture permanente du sol par paillage (parfois aussi appelé mulch) comme dans les écosystèmes naturels forestiers, où feuilles, branchages et autres déchets forment une litière permanente. Dans ce cas, la présence formelle d'arbres n'est pas nécessaire, comme dans les pratiques du jardin autofertile (autrement appelé synergétique) d'Emilia Hazelip, ou dans les pratiques agricoles à base de BRF (Bois Raméal Fragmenté) développées notamment par Gilles Lemieux au Québec[47].

Le modèle forestier est aussi particulièrement valorisé en permaculture pour sa résilience écologique et son efficacité à lutter contre les problèmes d'érosion du fait d'une couverture végétale et d'un développement racinaire permanent retenant ainsi le sol[46].

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Association traditionnelle de maïs, haricot et courge au Mexique.

La permaculture cherche à stimuler la diversité dans ses aménagements agricoles. L'agriculture est donc au minimum sur le principe de la polyculture. Bien plus, elle en recherche constamment les meilleures associations culturales et les compagnonnages de plantes. En cela, la permaculture s'oppose à l'approche intensive de l'agriculture tournée vers les monocultures.

Par exemple, la permaculture valorise les associations culturales traditionnelles qui ont montré leur efficacité comme la culture de la courge avec le maïs et le haricot (Milpa). Pratiquée encore couramment, en Amérique centrale notamment, elle est efficace car sur une surface réduite le haricot permet de fertiliser le sol en fixant l'azote de l'air par les rhizobiums de ses racines, le maïs quant à lui fournit un tuteur pour le haricot, et les feuilles de la courge couvrent le sol et en conservent l'humidité.

De même, les synergies entre différentes plantes sont fortement utilisées. De nombreux compagnonnages sont possibles : poireau avec fraisier, pomme de terre et ail, navet et laitue[48]… Ces associations variétales permettent de bénéficier de plusieurs effets positifs : fertilisation par fixation d'azote, protection contre des nuisibles, utilisation de l'espace optimal tant aérien que racinaire, etc.

Agriculture de conservation, agroforesterie[modifier | modifier le code]

C’est l’agriculture du carbone et du sol vivant, qui vise à terme au non travail du sol et au semis direct, et à nourrir le sol (et non la plante) en accumulant sur le sol une litière qui fait office de mulch et de nourriture pour le sol, et en sous-sol du carbone par les racines des plantes pérennes (agroforesterie) ou annuelles (intercultures en agriculture de conservation) qui meurent selon des cycles réguliers (racines fines). Le sol étant vivant car constamment nourri par des apports de matières organiques réguliers, le travail du sol n’est plus nécessaire, il se fait par le travail de la vie du sol. Le plus délicat dans ce genre d’agriculture est la transition entre les deux phases, dans lesquelles la compaction et le salissement des parcelles sont des problèmes dont les solutions sont à planifier sur plusieurs années pour les éradiquer.

Effet de bordure[modifier | modifier le code]

Haie de hêtres dans la région de l'Eifel en Allemagne.

Avec l'émergence de l'écologie scientifique, ont été analysés de plus en plus finement les effets de frontière écologique. La zone de transition entre deux écosystèmes s'appelle un écotone. Pour un permaculteur, cette bordure entre deux écosystèmes est un lieu privilégié, plus riche en biodiversité et en interactions. En cela, c'est un lieu dont le potentiel productif est particulièrement notable. L'implantation de haies (bocagères ou non) qui font l'interface entre la forêt et la parcelle cultivée, de plans d'eau qui disposent d'une interface entre l'eau et le sol sont particulièrement recherchés dans les projets de permaculture. Afin de stimuler ces effets de bordure entre écosystèmes, les permaculteurs cherchent régulièrement à maximiser ces zones d'échanges en leur donnant des formes ondulantes ou arrondies.

Plantes vivaces[modifier | modifier le code]

Les plantes vivaces sont souvent utilisées dans les conceptions permaculturelles. Puisqu’elles n’ont pas besoin d’être replantées chaque année, elles ont généralement besoin de moins de maintenance et de fertilisants. Elles sont importantes surtout dans les zones extérieures et dans les systèmes à étages.

Animaux / Polyculture/élevage[modifier | modifier le code]

Un principe stratégique de la permaculture est de favoriser les relations de synergie entre humains et animaux, les canards et les oies, s’ils ne sont pas trop nombreux, ont ici une fonction d’aide au jardinage.
Mini-Poulailler mobile
Poulet dans l'allée un jardin d'herbes aromatiques

Beaucoup de projets de permaculture utilisent aussi certains animaux (y compris domestiques) pour la gestion, la gestion restauratoire et/ou l'équilibre des milieux de polycultures. Tout écosystème durable a une composante animale. La science a montré que sans la contribution des animaux, l'intégrité écologique diminue ou disparait[49].

Le vers de terre est très connu pour fabriquer, entretenir et aérer les sols (tant que ce dernier n'est pas trop acide, trop chaud ou trop froid).

Des animaux consommateurs d'insectes et/ou de limaces et escargots (de la coccinelle, à la grive en passant par le perce-oreille, la musaraigne, les reptiles et amphibiens, le hérisson, la poule, l'oie, le canards, la dinde, etc.) limitent la prolifération de ces invertébrés déprédateurs.

Des animaux omnivores ou détritivores peuvent nettoyer voire totalement désherber une parcelle à ensemencer (les poules en particulier grattent vigoureusement le sol).

Des herbivores tels que lapin, mouton, bovins « tondent » les herbacées ; les chèvres peuvent débroussailler un sous bois, élaguer les basses branches ou manger des plantes très invasives telles que la renouée du Japon. Les herbivores valorisent des végétaux autrement non-utilisés. Ils peuvent en saison sèche limiter l'évapotranspiration sur les zones non-cultivées (allées…).

Tous apportent des excréments riches en fibre et/ou en oligoéléments très assimilables, favorisant les plantes et les champignons du sol.

De la même manière, sous l'eau, les poissons sont complémentaires de cultures aquatiques.

Certains animaux sont des source possibles de fumier ou d'excréments (bouses, crottins, etc.) mais aussi de viande, laine, plumes, fourrure, etc.

L'intérêt de la présence animale dans le système permacole est lié à leurs modes d'alimentation, qui permettent d'une part un bon recyclage des nutriments, mais aussi une bioturbation, une aération naturelle et un bon drainage du sol, le défrichage et/ou entretien des « mauvaises herbes », la consommation des fruits tombés (avec germination/dispersion des graines parfois), la limitation des ravageurs. Les nutriments sont recyclés par les animaux, transformés de leur forme moins digestible (comme l'herbe ou les brindilles) en fumier plus dense en nutriments[49].

Des nichoirs ou lieux assimilés peuvent favoriser la faunes sauvage près de la culture et dans les arbres. Le lieu (zonage) et le moment d'action de l'animal domestique doivent par contre être contrôlés (grillage ou poulailler mobile, clôture électrique mobile…). Les animaux nécessitent en outre de l'eau, et plus d'attention quotidienne que les plantes[50].

Énergie[modifier | modifier le code]

Maison autonome des énergies fossiles (type géonef), construite avec les matériaux récupérés et recyclés à Zwolle, Pays-Bas.

Appliquer les valeurs de la permaculture signifie utiliser moins de sources d’énergie non renouvelable, en particulier les formes dérivées du pétrole. Brûler des combustibles fossiles contribue à l’effet de serre et au réchauffement climatique. La permaculture appliquée à l’agriculture a pour vocation de créer un système renouvelable qui ne dépend que d’une quantité minimale d’énergie. L’agriculture traditionnelle pré-industrielle était intensive en termes de travail, et l’agriculture industrielle est intensive en termes d’énergies fossiles. La permaculture agricole est elle intensive en matière grise ; elle est une manière de travailler plus en phase avec la nature. L’énergie utilisée doit de préférence provenir de ressources renouvelables comme le vent, le solaire passif, ou les biocarburants.

Un bon exemple est la serre poulailler. En accolant le poulailler à une serre solaire, on réduit le besoin de chauffer la serre avec des énergies fossiles, car la serre est réchauffée par le métabolisme des poulets. On utilise également leurs déchets (plumes, déjections, chaleur, grattage du sol) pour diminuer le travail : les déjections fertilisent, les plumes forment l'équivalent d'un paillis, la chaleur diminue la quantité d’énergie à apporter pour garder une température voulue, le grattage permet de se débarrasser des mauvaises herbes et des insectes. Dans une production en batterie, tous ces sous-produits sont considérés comme des déchets, toute l’énergie étant concentrée sur la production d’œufs.

Villes[modifier | modifier le code]

Maison construite avec bottes de paille couvertes d'argile, à Swalmen (Pays-Bas) ; les murs sont biodégradables et produits avec des ressources locales, à très faible empreinte écologique.

Le mouvement des villes en transition a été initié par le permaculteur Rob Hopkins, tout d'abord en 2005 en Irlande, avec les étudiants de l'université de Kinsale, puis en 2006 dans la ville anglaise de Totnes. L'initiative des villes en transition vise à créer des communautés résilientes face à la triple menace du pic pétrolier, du dérèglement climatique et d'une crise économique mondiale.

Économie[modifier | modifier le code]

Un principe de base est d’ajouter de la valeur à une production existante. On cherche donc à fournir un large éventail de solutions incluant ses éthiques de base comme partie intégrante du design final qui a ajouté de la valeur au système considéré. Il pose la question économique de savoir comment faire, soit de l’argent en vendant la production, soit de l’échanger contre du travail ou des services comme dans un système d'échange local (SEL). Chaque design final doit donc inclure des considérations économiques ainsi que donner un poids égal pour maintenir l’équilibre écologique, en s’assurant que les besoins des gens travaillant sur le projet sont satisfaits et que personne n'est exploité.

L’économie de la communauté nécessite un équilibre entre les trois aspects que comprend une communauté : la justice, l’environnement et l’économie, aussi appelée le triple facteur décisif, ou triple E (écologique - économique - éthiques). Un marché coopératif de paysans serait un bon exemple d’une telle structure. Les agriculteurs sont les travailleurs et les propriétaires. De plus, toute l’économie est pondérée par son écologie. Aucun système économique ne peut exister indépendamment de son écosystème ; par conséquent tous les coûts externes doivent être pris en compte quand on parle d’économie.

Droits d'auteur et marque déposée[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps Bill Mollison a prétendu avoir les droits d'auteur du mot permaculture, et ses livres affirmaient sur la page de copyright « Le contenu de ce livre et le mot permaculture sont protégés par copyright ». Ces déclarations ont été acceptées au pied de la lettre au sein de la communauté permaculturelle. Toutefois, le droit d'auteur ne protège pas les noms, les idées, les concepts, les systèmes ou les méthodes de faire quelque chose, il ne protège que l'expression ou la description d'une idée, et non l'idée elle-même. Finalement Mollison a reconnu qu'il s'était trompé et qu'il n'existe pas de protection du droit d'auteur sur le mot permaculture[51].

En 2000 l'institut de permaculture de Mollison basé aux États-Unis a cherché une marque déposée pour le mot permaculture lorsqu'il est utilisé dans les services éducatifs tels que des cours, séminaires ou ateliers[52]. La marque déposée aurait permis à Mollison et à ses deux instituts de permaculture (un aux États-Unis et un en Australie) de définir des lignes directrices exécutoires sur la façon dont la permaculture pourrait être enseignée et qui pourrait l'enseigner, en particulier pour le Cours Certifié de Permaculture. La marque déposée a échoué et a été abandonnée en 2001. Toujours en 2001 Mollison demanda en Australie une marque déposée pour les termes « Cours Certifié de Permaculture »[53] et « Conception permaculturelle »[54]. Ces demandes ont été retirées toutes les deux en 2003. En 2009, il a cherché une marque déposée pour ses deux livres Permaculture - A Designer's Manual[55] et Introduction to Permaculture[56]. Ces demandes ont été retirées en 2011. Il n'y a jamais eu de marque déposée du mot permaculture en Australie[57]. En 2013, Olivier Barbié a demandé à déposer la marque permaculture à l'INPI[58] (France) et cette demande a été publiée.

Limites à son développement[modifier | modifier le code]

Connaissant un engouement en France depuis les années 2000, de nombreux projets de maraîchage biologique émergent avec la permaculture comme système fondamental. Cependant, il convient d'en mesurer l'échelle économique. En effet, le maraîchage biologique est basé sur une part importante de charges de main d’œuvre, entre 40 et 60 % dans la plupart des fermes[59], or la permaculture induit régulièrement le recours à des techniques évitant les méthodes mécanisées (paillage évitant les binages avec tracteur, l'usage de planteuse, de machines de récoltes).

Ces pratiques ont pourtant été validées[évasif], notamment par le réseau Maraîchage sur sol vivant, où certains maraîchers ne travaillent plus leur sol depuis des années et utilisent du paillage. Les rendements obtenus sont parfois[évasif] supérieurs aux rendements moyens observés en agriculture conventionnelle[réf. nécessaire].

Le modèle forestier souvent mis en avant pour la structure naturellement préservée de ses sols, est mis à mal dans les micro-fermes en permaculture ou agro-écologiques par l'apport fréquent et massif de matières organiques provenant d'autres exploitations céréalières, de centres équestres.

La permaculture rassemble des conceptions d'aménagement, une philosophie, des méthodes de travail du sol, tout à fait nouvelles dans le milieu agricole. Dans un cadre professionnel, où les critères économiques sont centraux, le suivi de méthodes approuvées par l'ensemble de la communauté professionnelle apporte des garanties de réussite : la permaculture étant encore en phase de recherche sous les climats et dans les terroirs français, il convient de mesurer avec précision l'impact de chacune de ces méthodes, or les données technico-économiques et comparatives sont presque absentes.

Critiques[modifier | modifier le code]

Linda Chalker-Scott, professeure associée d’horticulture et d’architecture du paysage à l’université d'État de Washington, reproche un manque de rigueur scientifique à la permaculture et soulève le problème de l'utilisation d'espèces envahissantes[60],[61].

Nick Romanowki critique les méthodes et rendements en aquaculture proposés par Bill Mollison dans ses livres Sustainable Freshwater Aquaculture[62] et Farming in ponds and dams[63].

Peter Harper, du Centre for Alternative Technology (Pays de Galles), met en garde contre le mouvement idéologique, qui se développe à côté d'une permaculture qui tente de résoudre les problèmes liés à l'agriculture de manière scientifique, sans dogmatisme et sans idéalisme excessif[64].

Christophe Gatineau, permaculteur, auteur de livres sur l'agriculture, met également en évidence dans ses études un point qui éloigne la permaculture de ses fondements, à savoir un développement durable qui s'appuie sur l'agriculture à la place de l'économie et qui prend en compte les générations futures et la biosphère[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La fleur de la permaculture, David Holmgren, 2002
  2. Sylvaine Anani, Philippe Caillaud et Eric Escoffier, « Synthèse des définitions de la permaculture », sur permaculture-sans-frontieres.org, (consulté le ) : « Par exemple certains systèmes de culture traditionnels très productifs, comme les forêts multi-étagées d'Indonésie, les chinampas du Mexique, les systèmes "ahupua`a" du Pacifique (ou systèmes ohana), les limonias du Moyen-Orient, et bien d'autres choses encore. »
  3. « université populaire française de permaculture », sur permaculturefrance.org (consulté le )
  4. « Permaculture - Ekopedia », sur fr.ekopedia.org (consulté le )
  5. (en) Fukokoa, Masanobu, The One-Straw Revolution, Holistic Agriculture Library, Goa, India, Other India Press, (ISBN 81-85569-31-2)
  6. a b et c Soil fertility and permanent agriculture, Cyril G. Hopkins, Ginn and Company, 1910
  7. Bill Mollison (trad. Jean-Luc Girard et Muriel Gasnier), Introduction à la permaculture, Passerelle Eco (maison d'édition), , 240 p. (ISBN 978-2-9533448-4-4), p. 13.
  8. a et b « Permaculture, agroécologie, agriculture bio : quelles différences ? | Mouvement Colibris », sur www.colibris-lemouvement.org (consulté le )
  9. « Réseau français de permaculture », sur www.permaculture.fr (consulté le )
  10. (en) F.H. King, Farmers of Forty centuries : Or Permanent Agriculture in China, Korea and Japan, Kessinger Publishing Co, , 225 p. (ISBN 978-1-4191-1934-7) Chap. III : « This intensive, continuous cropping of the land spells soil exhaustion and creates demands for maintenance and restauration of avilable plant food or the adding of large quantities of something quickly convertible into it. » Traduction : « La culture continue et intensive de la terre provoque l'épuisement du sol et crée la nécessité d'entretenir et de restaurer l'alimentation disponible pour les plantes ou bien l'ajout d'une grande quantité de quelque chose convertible en cela. » Disponible en ligne par chapitre ou en entier.
  11. (en) Joseph Russell Smith, Tree Crops : A Permanent Agriculture, Island Press, , 408 p. (ISBN 978-0-933280-44-1, lire en ligne).
  12. « Permaculture | », sur generationsfutur.zici.fr (consulté le )
  13. (en) P.A Yeomans, Water for Every Farm : Yeomans Keyline Plan, CreateSpace, , 366 p. (ISBN 978-1-4382-2578-4)
  14. (en) « Masanobu Fukuoka's Natural Farming and Permaculture | Permaculture & Alcohol Can Be A Gas », sur www.permaculture.com (consulté le )
  15. Bill Mollison, Perma-Culture, t. 2, p. 39.
  16. (en) David Holmgren, Permaculture : Principles & Pathways Beyond Sustainability, Holmgren Design Services, , 286 p. (ISBN 978-0-646-41844-5), xvi
  17. (en) Howard T Odum, E. Odum, Energy Systems Language,
  18. (en) Esther Dean, No-Dig Gardening & Leaves of Life, HarperCollinsPublishers, , 160 p. (ISBN 0-7322-7099-5)
  19. L’Agronome : dictionnaire portatif du cultivateur, contenant toutes les connoissances nécessaires pour gouverner les biens de campagne, & les faire valoir utilement ; pour soutenir ses droits, conserver sa santé, & rendre gracieuse la vie champêtre… (Seconde edition, revue, corrigée et augmentée), t. 1er, Paris, Didot l’Aîné, , xxiv-683 p., in-8° (lire en ligne).
  20. Dictionnaire de l'Académie française (1re édition), (lire en ligne).
  21. Perma-culture 1, Paris, Debard, , 180 p. (ISBN 978-2-86733-030-8 et 2-86733-030-0)
  22. (en) M. Grogan, A study of alternative lifestyle, Tasmania, Psychology Dept. University of Tasmania,
  23. Damien Dekarz, La permaculture au jardin, Escalquens, Éditions de Terran, , 175 p. (ISBN 978-2-35981-118-6), p. 10
  24. [1]
  25. Bill Mollison (trad. de l'anglais), Perma-culture 2 Aménagements pratiques à la campagne et en ville, Fiers, É d i t i o n s Équilibres, , 177 p. (ISBN 2-87724-009-6, lire en ligne)
  26. Bill Mollison, Introduction à la permaculture, La Chapelle-sous-Uchon, Passerelle Eco, , 240 p. (ISBN 978-2-9533448-4-4), p.8-9
  27. (en) B.Mollison, Permaculture : A Practical Guide for a Sustainable Future, Island Press, , 579 p. (ISBN 1-55963-048-5)
  28. a et b (en) P.Whitefield, The earth care Manual : A Permaculture Handbook For Britain & Other, Permanent Publications, , 482 p. (ISBN 978-1-85623-021-6, lire en ligne)
  29. Dr M Millington et A Sampson-Kelly
  30. L'essence de la permaculture, tiré de Permaculture Principles & Pathways Beyond Sustainability, David Holmgren
  31. « La permaculture ? », sur leveildelapermaculture-lefilm.com (consulté le )
  32. « Le livre référence de David Holmgren sur la permaculture est disponible en français », sur reporterre.net, (consulté le )
  33. « Les principes de la permaculture », sur fermesdavenir.org (consulté le )
  34. « Principes de permaculture », sur permacultureprinciples.com
  35. Hill, SB & MacRae, R 1995. ‘Conceptual frameworks for the transition from conventional to sustainable agriculture’, Journal of Sustainable Agriculture, vol. 7
  36. (en) D.Holmgren, A Pattern Language : Towns, Buildings, Construction, Oxford University Press Inc, , 1171 p. (ISBN 978-0-19-501919-3)
  37. (de) Johann Heinrich von Thünen, Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirthschaft und Nationalökonomie, Friedrich Perthes, , 678 p.
  38. (en) B.Mollison et D.Holmgren, Permaculture One : A Perennial Agricultural System for Human Settlements, Tagari, , 128 p. (ISBN 978-0-908228-03-4)
  39. « Le design : concevoir, agencer, organiser », sur paysagecomestible.fr (consulté le )
  40. « Méthode OBREDIM », sur Ekopédia, (consulté le )
  41. (en) Robert H. Whittaker, Communities and Ecosystems, Macmillan USA, , 352 p. (ISBN 978-0-02-427390-1)
  42. landinstitute.org
  43. Carine Mordrelle, « Sarthe : des religieux sarthois se convertissent à l'écologie intégrale », France 3 Pays de la Loire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. « Académie pour une Écologie Intégrale - Sanctuaire Notre-Dame du Chêne (Vion) », sur academie-ecologie-integrale.org (consulté le )
  45. Robert Hart est un des pionniers du jardinage forestier en milieu tempéré (en) Robert A. de J. Hart, Forest Gardening : Cultivating an Edible Landscape, Chelsea Green, , 259 p. (ISBN 978-0-930031-84-8)
  46. a et b (en) P. Huxley, Tropical Agroforestry, Blackwell Science Ltd, , 384 p. (ISBN 978-0-632-04047-6)
  47. Nicole Pignier, Le design et le vivant : cultures, agricultures et milieux paysagers, Saint-Denis, Connaissances et Savoirs, , 179 p., p. 47
  48. Jean-Paul Thorez, Le Guide du jardinage biologique : potager et verger, Mens, Terre vivante, , 314 p., 21 cm (ISBN 978-2-904082-75-7).
  49. a et b « Backyard Animals », sur permaculture.org, (consulté le )
  50. (en-US) « Permaculture Animals as a Discipline to the System », sur The Permaculture Research Institute, (consulté le )
  51. (en) Russ Grayson, « The Permaculture Papers 5: time of change and challenge — 2000-2004 », sur pacific-edge.info, (consulté le ) : « In a letter to me, the Institute explained that they were seeking the trademarks because they had been mistaken in their belief that the terms were protected by copyright. This belief had endured for years, Bill occasionally making public statements about copyright protecting Permaculture and how it could be used. Copyright protects only the expression of an idea, not the idea itself, the Institute confirmed. Copyright protected Bill’s books as an expression of Permaculture, but the idea of Permaculture itself and the elements that make it up remained unprotected »
  52. (en) United States Patent and Trademark Office, « Trademark Electronic Search System (TESS) », US Department of Commerce, (consulté le ) : « Word Mark PERMACULTURE -Goods and Services (ABANDONED) IC 041. US 100 101 107. G & S: Educational services, namely, conducting classes, seminars, and workshops on environmental, sustainable design for homeowners, farmers, ranchers, and other land based enterprises. This design system is known as Permaculture. Providing educational materials for above trainings. - Filing Date September 7, 2000 - (APPLICANT) Permaculture Institute Inc. CORPORATION NEW MEXICO P. O. Box 3702 Pojoaque NEW MEXICO 87501 - Type of Mark SERVICE MARK - Live/Dead Indicator: DEAD - Abandonment Date August 28, 2001 - Serial Number 78024882 »
  53. (en) IP Australia, « Enter as a Guest; Basic Search; You can also search by trade mark number: 877106 », Commonwealth of Australia, (consulté le ) : « Word: PERMACULTURE DESIGN COURSE, New Trade Mark Application 28-MAY-2001, Withdrawal Advertised: 09-JAN-2003, Status: Withdrawn, XAF Pty Ltd ACN: 009521260 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Bill Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Lisa Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA, Class: 41 Education and training in the field of sustainable land use and landscape design, Trade Mark : 877106 »
  54. (en) IP Australia, « Enter as a Guest; Basic Search; You can also search by trade mark number: 877449 », Commonwealth of Australia, (consulté le ) : « Word: PERMACULTURE DESIGN, New Trade Mark Application (multi-class) 30-MAY-2001, Withdrawal Advertised: 09-JAN-2003, Status: Withdrawn, XAF Pty Ltd ACN: 009521260 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Bill Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Lisa Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA, Class: 16 Books, pamphlets, printed material all in the field of sustainable land use, landscape design and food security Class: 41 Education and training in the field of sustainable land use and landscape design, Class: 42 Consulting for others in the fields of sustainable land use and landscape design, Trade Mark : 877449 »
  55. (en) IP Australia, « Enter as a Guest; Basic Search; You can also search by trade mark number: 1319992 », Commonwealth of Australia, (consulté le ) : « Word: Permaculture a Designers' Manual, Filing Elec Appl'n for TM - Pick List 3 Classes 10-SEP-2009, Applications Lapsed and Withdrawn (Lapsed): 24-MAR-2011, Status: Lapsed/Not Protected, Owner/s: XAF Pty Ltd ITF The Permaculutre Institute ACN: 009521260 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Bill Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Lisa Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA, Class: 9 Computer hardware publications in electronic form; electronic publications (downloadable), Class: 16 Printed publications, Class: 41 Providing online electronic publications (not downloadable), Trade Mark : 1319992 »
  56. (en) IP Australia, « Enter as a Guest; Basic Search; You can also search by trade mark number: 1321705 », Commonwealth of Australia, (consulté le ) : « Word: Introduction to Permaculture, Filing Elec Appl'n for TM - Pick List 3 Classes 21-SEP-2009, Applications Lapsed and Withdrawn (Lapsed): 31-MAR-2011, Status: Lapsed/Not Protected, Owner/s: XAF Pty as trustee for The Permaculutre Institute ACN: 009521260 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Bill Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA - Lisa Mollison 31 Rulla Road SISTERS CREEK TAS 7325 AUSTRALIA, Class: 9 Electronic publications (downloadable); electronic publications including those sold and distributed online, Class: 16 Printed publications, Class: 41 Providing online electronic publications (not downloadable), Trade Mark : 1321705 »
  57. (en) IP Australia, « Enter as a Guest; Basic Search; You can also search by trade mark number: 345002 », Commonwealth of Australia, (consulté le )
  58. http://bases-marques.inpi.fr/
  59. Benjamin Cousin-, « Données techniques et économiques », sur produirebio-normandie.org (consulté le )
  60. (en) Linda Chalker-Scott, « Permaculture - beginning a discussion », sur gardenprofessors.com (consulté le ).
  61. Linda Chalker-Scott, Permaculture - my final thoughts, Washington State University
  62. (en) Nick Romanowski, Sustainable Freshwater Aquacultures : The Complete Guide from Backyard to Investor, Sydney, University of New South Wales Press, , 160 p. (ISBN 978-0-86840-835-4, lire en ligne)
  63. (en) Nick Romanowski, Farming in Ponds and Dams : An Introduction to Freshwater Aquaculture in Australia, Melbourne, Lothian Pub Co, , 220 p. (ISBN 978-0-85091-630-0)
  64. (en) Peter Harper (Peter Harper of CAT suggests taking the cult out of permaculture), « Permaculture : The Big Rock Candy Mountain », The Land, no 14,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. Christophe Gatineau, Aux sources de l'agriculture, la permaculture : illusion et réalité, Limoges, Les Éd. du Sable fin, , 118 p., 21 cm (ISBN 978-2-9539489-0-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie francophone[modifier | modifier le code]

  • Bill Mollison, Introduction à la Permaculture, La-Chapelle-sous-Uchon, Passerelle Éco, (ISBN 978-2-9533448-4-4) en anglais, 2012 en français. Dernier ouvrage de Bill Mollison.
  • Bill Mollison et David Holmgren, Perma-culture 1, une agriculture pérenne pour l'autosuffisance et les exploitations de toutes tailles, Paris, Éditions Debard, (ISBN 2-86733-030-0) 1978 en anglais, 1986 en français, réédition en 2011
  • Bill Mollison (trad. de l'anglais), Perma-culture 2, aménagements pratiques à la campagne et à la ville, Condé-sur-Noireau, Éditions Équilibres aujourd'hui, , 180 p. (ISBN 2-87724-009-6) 1979 en anglais, 1993 en français, réédition en 2011
  • David Holmgrem (trad. de l'anglais), L'essence de la permaculture, Marsac, Imagine un colibri, , 188 p. (ISBN 978-2-9537344-0-9, lire en ligne) 1996 en anglais, en français
  • Laurent Schlup, Permaculture (une agriculture permanente pour une culture humaine permanente), Éditions Kangaroots Permaculture (Suisse), , 366 p. (ISBN 978-2-8399-1114-6)
  • Benjamin Broustey, Christophe Curci, Méthodologie et outils clefs du design en permaculture, Éditions Imagine un colibri, 2017 (ISBN 9791095250005)
  • Patrick Whitefield (trad. de l'anglais), Créer un jardin-forêt : une forêt comestible de fruits, légumes, aromatiques et champignons au jardin, Marsac, Imagine un colibri, , 188 p. (ISBN 978-2-9537344-0-9) 1996 en anglais, en français
  • Patrick Whitefield, Graines de permaculture, La-Chapelle-sous-Uchon, Passerelle Éco, (ISBN 978-2-9533448-0-6) 1993 en anglais, 2009 en français
  • Ross Mars et Jenny Mars, Premiers pas en permaculture, La-Chapelle-sous-Uchon, Passerelle Éco
    2012 en français
  • Sepp Holzer (trad. de l'allemand), La permaculture de Sepp Holzer, Marsac, Imagine un colibri, , 220 p. (ISBN 978-2-9537344-1-6) 2008 en allemand, en français
  • Rosemary Morrow, Petit manuel pour faire ses semences, Imagine un colibri, , 192 p. (ISBN 978-2-9537344-2-3)2002 en anglais, en français
  • Graham Burnett (trad. de l'anglais), La permaculture, une brève introduction, Montréal (Québec)/Escalquens, Écosociété, , 141 p. (ISBN 978-2-89719-060-6) 2001 en anglais (3e édition 2012), en français
  • Kurt Förster (trad. de l'allemand), La permaculture dans un petit jardin. Créer un jardin auto-suffisant, Paris, Eugen Ulmer, , 159 p. (ISBN 978-2-84138-721-2)
  • Carine Mayo, Le guide de la permaculture au jardin : pour une abondance naturelle, Mens, Terre vivante, , 189 p. (ISBN 978-2-36098-125-0)
  • Christophe Gatineau, Aux sources de l'agriculture, la permaculture : illusion et réalité, Limoges, les Éd. du Sable fin, , 118 p. (ISBN 978-2-9539489-0-5)
  • Christophe Gatineau, La permaculture de 1978 à nos jours , (ISBN 978-2-9539489-1-2)
  • Claude Bourguignon et Lydia Bourguignon, Le sol, la terre et les champs : Pour retrouver une agriculture saine, Le Sang de la Terre, , 223 p. (ISBN 978-2-86985-188-7 et 2-86985-188-X)
  • Perrine et Charles Hervé-Gruyer (préf. Philippe Desbrosses, postface François Léger), Permaculture : guérir la Terre, nourrir les hommes, Arles, éd. Actes Sud, coll. « Domaine du possible », , 367 p., 19 cm (ISBN 978-2-330-03434-4, notice BnF no FRBNF43908329) Comporte en annexe, sur 30 pages, une « Petite bibliothèque permaculturelle ».
  • Toby Hemenway Le jardin de Gaïa : quand l'être humain se marie à la nature dans une relation gagnant-gagnant : regard subtil et expression d'une permaculture aboutie, (2001, (ISBN 978-1890132521), seconde édition plus complète en 2009, traduction en français de Lysianne Rondeau, Marsac : Éditions Imagine un colibri, 269 p, 2016
  • Damien Dekarz, La permaculture au jardin mois par mois, Éditions du Terran, 2019, 175 p. (ISBN 978-2-35981-118-6)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]