Lusigny-sur-Barse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lusigny-sur-Barse
Lusigny-sur-Barse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Vendeuvre-sur-Barse
Intercommunalité Troyes Champagne Métropole
Maire
Mandat
Christian Branle
2014-2020
Code postal 10270
Code commune 10209
Démographie
Population
municipale
2 115 hab. (2015 en augmentation de 20,51 % par rapport à 2010)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 19″ nord, 4° 16′ 05″ est
Superficie 37,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Lusigny-sur-Barse

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Lusigny-sur-Barse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lusigny-sur-Barse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lusigny-sur-Barse

Lusigny-sur-Barse est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Les anciennes formes relevées sont : Lusiniacus, Liciniacus[1], Sur-Barse fut autorisé par décret du 4 février 1919.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par une ancienne voie romaine venant de Langres. C'était le siège d'un Marie royale et jusqu'en 1789 Lusigny dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection et du bailliage de Troyes. Elle avait un maire en 1161[2] et en 1202 sont mentionnés : un four et des moulins. De par sa position, elle a été le siège d'une poste-aux-chevaux qui fut transférée en 1685 au Mesnilot. Lusigny tire son nom du latin Lusiniacus. Ses habitants s’appellent : les LUSIGNIENS.

Ce n’est que depuis la publication d’un décret paru le 4 février 1919 que le bourg de Lusigny a précisé définitivement son identité géographique en faisant ajouter à son nom le qualificatif de « sur Barse », nom de la petite rivière qui traverse le bourg.

Dans l’Antiquité, une voie romaine venant de Langres et se dirigeant vers la vallée de la Barbuise, traversait le finage du sud-ouest au nord-ouest. Il est probable qu’il y avait, jadis, le relais d’une poste à chevaux sur la route de Troyes à Langres. Il se trouvait à l’angle de la rue Georges Clemenceau et de la route Nationale.

Jusqu’à la Révolution, l’agglomération rurale de Lusigny dépendait de l’intendance et de la généralité de Châlons-sur-Marne (devenu Châlons-en-Champagne).

Les circonscriptions civiles qui ont régi le domaine royal pendant des siècles, avant que les provinces de France ne fussent découpées en départements, étaient, elles-mêmes, subdivisées en Elections. Le village de Lusigny était rattaché à celui de Troyes. Pour l’administration, les habitants étaient groupés en communautés qui devinrent Communes en 1790.

Les hameaux de Beaumont et de Larrivour formaient une commune en 1790. En l’an III de la République, la plus grande partie fut réunie à Lusigny, quelques fermes ayant été attribuées à Géraudot, Mesnil-Saint-Père et Courteranges.

En 1790, la population était de 895 habitants. Cette même année et jusqu’au 29 novembre, la commune fut rattachée au canton éphémère de Géraudot, pour devenir, par la suite, chef-lieu de canton, relevant du district de Troyes. C’est suite à une loi promulguée le 28 Pluviose an VIII (17 février 1800) qu’on remania une nouvelle fois les divisions administratives du département de l’Aube. Celui-ci fut partagé en 5 arrondissements et 26 cantons. Suite aux élections départementales de 2015, Lusigny-sur-Barse est rattachée au canton de Vendeuvre-sur-Barse.

En ce qui concerne les circonscriptions judiciaires, Lusigny, relevait du Baillage1 de Troyes. Lusigny fut Mairie Royale.

Depuis l’union du Comté de Champagne à la Couronne de France, sous le règne de Philippe LE BEL, en 1285, tout individu qui était domicilié sur la terre d’un seigneur était soumis à sa justice, à moins qu’il ne fût « Bourgeois du Roi ».

Dans ce cas, il n’avait pas d’autres juges que les officiers royaux. Pour obtenir cette franchise et donc être exempt de servitude seigneuriale, il fallait remplir, outre l’affranchissement d’une taxe, certaines conditions concernant le domicile.

Lorsque dans une seigneurie, il existait un certain nombre de Bourgeois du Roi, le souverain y établissait une Mairie Royale. Dans le Bailliage de TROYES, onze Mairies Royales furent créées, dont une à LUSIGNY.

Elle étendait sa juridiction à des territoires compris entre VILLY-EN-TRODES, MESNIL-SAINT-PERE, MONTIERAMEY, RUVIGNY, MONTAULIN et MONTREUIL. Extraits du livre de l’Abbé SIMONNET « Du côté de Lusigny, trois villages et un lac »

1 Tribunal jugeant sous la présidence d’un bailli (Agent du roi chargé des fonctions administratives et judiciaires).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Lusigny-sur-Barse.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de gueules au cheval effrayé d’argent, au chef parti : au 1) d’azur à la croix ancrées d’or, au 2) aussi d’azur à la bande d’argent, accostée de deux cotices potencées et contre potencées d’or, à la crosse abbatiale d’argent brochante.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le 27 Pluviôse An III, Beaumont-Larrivour est fondu dans Lusigny sauf quelques fermes qui vont à Géraudot, Mesnils-Saint-Pierre ou Courteranges.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1972 Maurice Jacquinot    
1972 1995 Bernard Hussenet    
1998 en cours Christian Branle UMP-LR Fonctionnaire, ancien conseiller général (2001-2015)
Conseiller départemental depuis 2015
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 2 115 habitants[Note 1], en augmentation de 20,51 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8611 0809539711 0681 0691 1051 0871 104
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0901 1461 1561 1711 1651 0681 1151 1081 092
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0461 1059939611 1201 0479469431 040
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0091 0129901 0731 2811 4491 6241 7552 115
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La gare[modifier | modifier le code]

Le monument le plus connu de Lusigny est sa gare ferroviaire, car elle a été reproduite à des milliers d'exemplaires à l'échelle HO par la firme de trains-jouets électriques Jouef.

Cette gare n'est plus desservie par la SNCF depuis les années 1990.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Noms de lieux, no 227.
  2. Charles Lalore, Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, vol. 1, E. Thorin (Paris), (lire en ligne), « 32-1161 », p. 58
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :