Jean Guilaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Guilaine, né le à Carcassonne (Aude)[1], est un archéologue français, spécialiste de la Préhistoire récente et de la Protohistoire[2]. Il est professeur émérite au Collège de France et membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Directeur d'études au CNRS puis directeur d’études à l'EHESS, Jean Guilaine, après avoir dirigé un grand programme pluridisciplinaire du CNRS sur les Pyrénées (1973-1978), a fondé en 1978 à Toulouse, avec l'ethnologue Daniel Fabre le Centre d'anthropologie des sociétés rurales (plus tard Centre d'anthropologie). Spécialiste des premières sociétés paysannes, il plaide en faveur d’études paléoenvironnementales, donnant naissance à l’archéologie agraire[3]. Ses travaux de terrain ont pour cadre l’ensemble du bassin méditerranéen : Chypre (où son équipe met au jour en 2004 le plus ancien cas connu d'apprivoisement du chat sur le site de Shillourokambos dans un niveau d’environ 9500 ans[4]), Grèce, Italie, France, Andorre, Espagne. Il a, parallèlement, abordé des thématiques plus théoriques sur le concept d’arythmie et de changement culturel , la violence préhistorique et la genèse du guerrier, le mégalithisme et l’hypogeisme, la montée des inégalités sociales et leur traduction matérielle, l’iconographie néolithique et le genre, les rythmes de la protohistoire méditerranéenne, les réseaux de circulation en Gaule et en Méditerranée au cours du premier âge du fer. Il a dirigé la revue Gallia Préhistoire de 1986 à 1994 et fondé à Toulouse la série Archives d’Ecologie Préhistorique[5],[6]

De 1994 à 2007 Jean Guilaine a été professeur au Collège de France où il était titulaire de la chaire de « Civilisations de l’Europe au Néolithique et à l'âge du bronze », période qu’il qualifie de « seconde naissance de l’homme »[7].

En 2007, il assure avec Yves Coppens la codirection scientifique du film Le Sacre de l'Homme réalisé par Jacques Malaterre. Ce docu-fiction retrace l'aventure humaine et les grands moments qui ont donné naissance au monde historique[8].

En 2011, il est élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres[9] au fauteuil de Bernard Guenée[10]. Il est membre correspondant de l'Académie royale d'histoire (Madrid) et de l'Istituto italiano di preistoria e protostoria (Florence). Il est docteur honoris causa de l’université de Barcelone.

Prix scientifiques[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La civilisation du vase campaniforme dans les Pyrénées françaises, Gabelle, Carcassonne, 1967, 240 p.
  • L’Âge du bronze en Languedoc occidental, Roussillon, Ariège, Klincksieck, Paris, 1972, 460 p.
  • Premiers bergers et paysans de l’Occident méditerranéen, Mouton et École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris-La Haye, 1976[11], 286 p. ; deuxième édition, Paris-La Haye-New-York (1981) (avec post-face).
  • La France d’avant la France, Hachette, Paris, 1980, 296 p. Édition poche, collection « Pluriel », Hachette, 1985, 350 p.
  • La mer partagée. La Méditerranée avant l’écriture : 7000-2000 avant J.-C., Hachette, Paris, 1994, 454 p. Édition poche, collection « Pluriel », Hachette, 2005, 910 p.
  • Au temps des dolmens,  Privat, 1998, 166 p. Édition poche : collection « Pages Grand Sud », 2000.
  • La plus belle histoire de l’Homme (en collaboration avec A. Langaney, J. Clottes, D. Simonnet), Le Seuil, 1998, 183 p. Editions portugaise, catalanes (2), sud-américaine, espagnole, allemandes (2), chinoises (2), arabes (2), grecque, turque, polonaise, brésilienne, japonaise, vietnamienne, coréenne. Republié dans Col. Points, 2000.
  • Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique (avec J. Zammit), Le Seuil, Paris, 2001, 380p. Édition espagnole, Ariel, Barcelone, 2002 ; édition anglaise/américaine/australienne, Blackwell, 2005.
  • De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée (8000-2000 avant notre ère), Le Seuil, Paris, 2003, 380 p.
  • Les racines de la Méditerranée et de l’Europe, Fayard, 2008, 95 p. Édition italienne, Jaca Book, 2009.
  • La Sicile et l’Europe campaniforme, Archives d’écologie préhistorique, Toulouse, 2009, 216 p. (avec S. Tusa et P. Veneroso).
  • Un Désir d’Histoire. L’enfance d’un archéologue, Garae/Hésiode, Carcassonne, 276 p.
  • Caïn, Abel, Ötzi. L’héritage néolithique, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, 2011, 284 p.
  • Méditerranée mégalithique. Dolmens, hypogées, sanctuaires, Col. Archéologie Vivante, Éditions Archéologie Nouvelle, Lacapelle-Marival, 2011, 157 p.
  • Archéologie, science humaine, Entretiens avec Anne Lehoërff, Actes-Sud/Errance, Paris, 2011, 240 p.
  • La Seconde naissance de l’Homme. Le Néolithique, Odile Jacob, Paris, 2015, 200 p.
  • Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée. Arles et Fontvieille, Errance / Actes Sud, Arles, 2015, 336 p.
  • Paul Tournal, fondateur de la Préhistoire, Odile Jacob, Paris, 2016 (avec Ch. Alibert), 314 p.
  • Launac et le Launacien. Dépôts de bronzes protohistoriques du Sud de la Gaule, Presses Universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2017,  384 p. (avec L.Carozza, Dominique Garcia , J.Gasco, Th. Janin , B.Mille)
  • Les Chemins de la Protohistoire. Quand l’Occident s’éveillait (7000-2000 avant notre ère), Odile Jacob , Paris, 2017, 252 p.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Pourquoi j’ai construit une maison carrée, Actes Sud, 2006, 336p. Babel, 2013.
  • L’Ermite du paradis, Totem, Poullaouen, 2016, 320 p.

Monographies de sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Histoire et Civilisation occitanes (pour mémoire)[modifier | modifier le code]

  • Récits et contes populaires. Languedoc 2 (vallée du Lauquet),  Gallimard, Paris, 1978,190 p.
  • Histoire de Carcassonne, Privat, Toulouse, 1984 (dir. avec D.Fabre), 2e ed.2001, 324 p.
  • Aude des Origines, Archéologie en Terre d’Aude, Carcassonne, 1994, 216 p. (avec D. Sacchi et J. Vaquer)
  • La fête à Ladern, Festejaires dal Lauquet, Garae/Hésiode, Carcassonne, 2004, 120 p. (avec D. Fabre et Mans de Breish).
  • Contes populaires  des Corbières, J.-M. Desbois,  Les Baux-de-Provence, 2017 (avec C.  Guilaine), 270 p.

CD / DVD[modifier | modifier le code]

  • Civilisations de l’Europe au Néolithique et à l’Âge du bronze, Leçon inaugurale, Collège de France, 1995
  • Ötzi, l’homme des glaces et son temps, Gallimard / Collège de France, 2008
  • Jean Guilaine raconte l’origine du Sacré, Col. Les Essentiels, Les Cahiers de Science et Vie, Film de P. Bousquet, propos recueillis par I. Bourdial, Mondadori-France, 2012.

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de Jean Guilaine sur le site de la BNF
  2. « Passion archéologie avec Jean Guilaine, archéologue et protohistorien », sur www.franceinter.fr (consulté le 5 février 2020)
  3. V. Carpentier et C. Marcigny : Des hommes aux champs, 2012, p. 19 ; J. Burnouf, ibidem, p. 436 ; S. Thiébault : De Méditerranée et d’ailleurs…, 2009,  p. 711.
  4. Un chat apprivoisé à Chypre, plus de 7000 ans avant J.C. communiqué de presse du CNRS le 9 avril 2004.
  5. « GUILAINE Jean, Joseph, Victor », sur http://www.aibl.fr, (consulté le 5 février 2020)
  6. « Biographie », sur www.college-de-france.fr (consulté le 5 février 2020)
  7. « Jean Guilaine », sur Babelio (consulté le 5 février 2020)
  8. Livres Ouverts : Le sacre de l'homme, la naissance des civilisations expliquée aux enfants (lire en ligne)
  9. Il est l'unique académicien à porter une épée en bronze, copie de l'« épée de Jugnes » (1500 ans av. J.-C.), réalisée par Jean Dubos, membre correspondant de l'Institut.
  10. Fiche sur Jean Guilaine, site de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.
  11. Gabriel Wackermann, Jean Guilaine, Premiers bergers et paysans de l'Occident méditerranéen. note bibliographique, Études rurales, Année 1979, 75, p. 145

Liens externes[modifier | modifier le code]