Luy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 39′ 36″ N 1° 08′ 24″ O / 43.66, -1.14

Wiktionnaire Pour une définition du mot « luy », voir l’article luy du Wiktionnaire.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luy.
le Luy
Illustration
Caractéristiques
Longueur 154,5 km
Bassin 1 150 km2
Bassin collecteur l' Adour
Débit moyen 17,8 m3/s (Saint-Pandelon)
Régime pluvio-nival
Cours
Se jette dans l' Adour
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

Le Luy (prononcé [lœj]) est un affluent gauche de l'Adour, entre Louts et Gaves réunis, dans le département français des Landes.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom vient vraisemblablement d'un mot aquitanien analogue au basque lohi « limon, boue », peut-être à rapprocher du celtique luto-, « marais », présent de l’Espagne à la Belgique[1]. Il est documenté dans les textes anciens sous les formes Lui (1170), lo Hui (1286)… D'après Pierre de Marca[2], le cartulaire de Lescar (1101) le mentionnait sous la forme latine Lunius[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Luy (69,5 km) est constitué de la confluence du Luy de Béarn (77 km) au sud et du Luy de France (85 km) au nord. Les deux prennent leur source en Béarn, au nord-est de Pau, le premier à Andoins et le second à Limendous. Mais pour le SANDRE, Le Luy de Béarn est un affluent du Luy France (cours principal) dont la longueur totale est alors de 154,5 km[4].


Luy de Béarn et Luy de France traversent d'est en ouest la Chalosse où ils se rassemblent au pied du château de Gaujacq, pour confluer dans l'Adour en aval de Tercis-les-Bains (au sud de Dax).

Départements et communes traversés[modifier | modifier le code]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2001, s.v. luto-, luteuo-, luteno-.
  2. Histoire de Béarn, 1640.
  3. noter (si cette graphie est étymologiquement fondée) que le « -n- » intervocalique devient muet en gascon et donne -h- en basque. Toutefois les noms aquitaniens Lohitton et Lohixsus rappellent que le -h- basque est étymologique. Un -n- dans le radical pourrait être suggéré par l'occitan lòna « lagune, terrain marécageux », du latin laguna.
  4. SANDRE, « Fiche rivière le luy (Q3--0250) » (consulté le 27 juin 2008)
  5. Arriguaud sur la carte de Cassini