Académie des sciences (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Académie des sciences.

L’Académie des sciences, nommée l’Académie royale des sciences lors de sa création en 1666, est l’une des cinq académies regroupées au sein de l’Institut de France. Elle encourage et protège l’esprit de recherche, et contribue aux progrès des sciences et de leurs applications.

Colbert présente à Louis XIV les membres de l'Académie royale des sciences en 1667.

Historique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

L’Académie des sciences, racontant elle-même son histoire, écrit[1] :

« L'Académie des sciences doit son origine à la fois aux cercles de savants qui dès le début du XVIIe siècle se réunissent autour d'un mécène ou d'une personnalité érudite, et aux sociétés scientifiques permanentes qui se constituent à la même époque, telles l'Accademia dei Lincei à Rome (1603), la Royal Society à Londres (1645)… En 1666, Colbert crée une Académie qui se consacre au développement des sciences et conseille le pouvoir en ce domaine. Il choisit des savants, mathématiciens (astronomes, mathématiciens et physiciens) et des physiciens (anatomistes, botanistes, zoologistes et chimistes) qui tiennent leur première séance le 22 décembre 1666 dans la bibliothèque du Roi, à Paris. Pendant ses trente premières années, l'Académie fonctionne sans statuts. »

« Le 20 janvier 1699, Louis XIV donne à l'Académie son premier règlement et la place sous sa protection. L'Académie royale des sciences siège au Louvre. Ses membres sont nommés par le roi, après présentation par l'Académie. Ils sont au nombre de 70 auxquels s'ajoutent 85 correspondants. Au cours du XVIIIe siècle, l'organisation de l'Académie royale des sciences se modifie plusieurs fois. En 1785, une classe de physique générale et une classe d'histoire naturelle et de minéralogie s'ajoutent aux 6 existantes (géométrie, astronomie, mécanique ; anatomie, chimie, botanique). Par ses travaux et ses publications, l'Académie contribue de façon essentielle à l'expansion de l'activité scientifique. »

La Description des arts et métiers, faite ou approuvée par l'Académie royale des sciences est une collection d'ouvrages sur les métiers artisanaux, publiée à l'instigation de Colbert. Cette entreprise est mise en œuvre à la fin du XVIIe siècle sous la coordination de Gilles Filleau des Billettes, Sébastien Truchet, Jacques Jaugeon et l’abbé Jean-Paul Bignon.

Sous la Révolution[modifier | modifier le code]

La Révolution mit à rude épreuve l’Académie des sciences. Malgré la tentative de rester à distance du débat politique, l’institution fut entraînée à communiquer fréquemment avec l’Assemblée nationale, puis avec la Convention nationale[2]. Lorsqu’elle fut chargée de préparer les éléments de la réforme générale des poids et mesures, elle nomma aussitôt cinq commissions pour la réaliser : Cassini, Méchain et Legendre s’occupent des mesures astronomiques ; Meusnier et Monge furent chargés de mesurer les bases terrestres avec une rigoureuse précision ; Borda et Coulomb étudièrent la longueur du pendule battant la seconde ; Lavoisier et Haüy déterminèrent le poids de l’eau distillée ; Tillet, Brisson et Vandermonde, dressèrent l’inextricable réseau des mesures anciennes.

Sur beaucoup de questions secondaires, l’Académie chercha à éluder les embarras résultant pour elle des consultations qu’on lui demandait, émettant le désir de n’avoir plus à donner son avis sur les indemnités que les particuliers ou les villes réclament au gouvernement[2]. Consultée sur des données relatives à la question brûlante des subsistances[2] en ces temps de révolte, elle se retrancha derrière des résultats antérieurement acquis[2]. Consultée sur des engins de guerre, elle argua de sa mission de paix[2].

Durant cette période de prudence politique elle évitait de donner prise aux déclamations des clubs. Cependant, le 11 août 1792, le lendemain de la prise des Tuileries, le chimiste Antoine-François Fourcroy se leva et demanda qu’on lise la liste des académiciens pour y effectuer des radiations[3]. La proposition fut repoussée ; mais, huit jours après, il la réitéra, faisant remarquer que la Société de médecine avait rayé plusieurs de ses membres émigrés ou notoirement convaincus d’incivisme et demandant le même traitement[3]. Il lui fut répondu que « l’Académie ne doit pas prendre connaissance des principes de ses membres ni de leurs opinions politiques, le progrès des sciences étant son unique occupation » Fourcroy demanda alors la mise en application du règlement permettant d’exclure les membres absents plus de deux mois sans congé. La décision fut ajournée à huit jours après discussion. À la séance suivante, le géomètre Cousin fit remarquer que l’Académie avait pour tradition de s’en remettre au ministre de toutes les mesures qui ne concernent pas l’avancement des sciences pour « s’étonne[r] que dans un moment où le ministre de l’intérieur, appelé par le vœu de la nation (c’était Roland, revenu au ministère après l’insurrection du 10 août), mérite plus que jamais la confiance de l’Académie, elle n’en use pas envers lui comme elle faisait autrefois envers ses prédécesseurs, et il propose de charger les officiers de l’Académie de conférer avec le ministre sur l’objet proposé, tandis qu’elle se livrera à des occupations plus intéressantes. » On s’empressa d’adopter cette solution comme un moyen de traîner l’affaire en longueur et de la faire avorter.

Le 5 septembre 1792, Fourcroy interpella le secrétaire perpétuel pour savoir s’il avait reçu réponse du ministre au sujet de la radiation qui devait être faite des membres hostiles à la Révolution : « Le secrétaire ayant répondu qu’il n’avait reçu aucune lettre du ministre, l’Académie arrête que, le ministre n’ayant pas répondu, le secrétaire ne pourra délivrer aucune liste des membres, ni en faire imprimer aucune jusqu’à ce que celte réponse soit parvenue. »Le zèle opiniâtre de Fourcroy fut ainsi paralysé par l’énergique et unanime réprobation de ses collègues[4].

Cette position dilatoire de l'Académie était aussi celle des autres académies, l’Académie française, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, des Académies de peinture et de musique, qui toutes étaient menacées. Un premier décret de la Convention suspendit la nomination aux places vacantes dans les Académies le 18 novembre 1792. Lakanal, qui défendait dans le comité de l’instruction publique les intérêts de l’Académie, espéra-t-il qu’il pourrait en prévenir la ruine. Sur sa proposition[5], le 17 mai 1793, un nouveau décret permit de pourvoir provisoirement aux places d’académiciens vacantes ; mais bientôt la dissolution fut définitivement prononcée le 8 août 1793.

Lakanal essaya d’atténuer les effets de cette mesure en faisant décider que ses membres auraient le droit de s’assembler sans titre officiel dans le lieu ordinaire de leurs séances pour traiter des différents objets qui leur seraient déférés par la Convention[6]. Les académiciens ne jugèrent néanmoins pas prudent de profiter de cette espèce de tolérance et se dispersèrent pour chercher, pour la plupart, à se faire oublier[6]. Tous n’y réussirent pas et plus d’un fut atteint dans sa retraite par les tribunaux révolutionnaires, mais quelques-uns, dont Berthollet, restèrent en relation avec le Comité de salut public, pour y maintenir les droits de la science.

Deux ans plus tard, le 22 août 1795, est mis en place un Institut national des sciences et des arts correspondant aux anciennes académies scientifiques, littéraires et artistiques. La première classe de l’Institut (Sciences physiques et mathématiques) était la plus nombreuse (66 membres sur 144). En 1805, l’Institut national des sciences et des arts déménage dans l’ancien Collège des Quatre-Nations, maintenant connu sous le nom de Palais de l’Institut.

Académie moderne[modifier | modifier le code]

Par l'ordonnance royale du 21 mars 1816, l’Académie des sciences retrouve son autonomie au sein de l’Institut de France réformé ; le chef de l'État reste son protecteur. L'Académie des sciences est organisée en deux grandes divisions comportant chacune des sections, la division des « sciences mathématiques » (géométrie, mécanique, astronomie, géographie et navigation, physique générale) et la division des « sciences physiques » (chimie, minéralogie, botanique, économie rurale et art vétérinaire, anatomie et zoologie, médecine et chirurgie). S'y adjoignent deux secrétaires perpétuels, un pour chacune des divisions, qui ne sont rattachés à aucune section. Par ailleurs (tout comme au sein de l'Académie royale des Belles-Lettres), une classe dite d'« académiciens libres » est créée, celle-ci comporte dix membres qui tout en bénéficiant d'un droit de présence ne touche pas d'indemnité ; ils sont élus comme les autres académiciens.

Une évolution importante intervient en 1835 : sous l’influence de François Arago, paraissent les premiers numéros des Comptes rendus de l’Académie des sciences qui deviennent un instrument de première importance pour diffuser les travaux des scientifiques français et étrangers.

Au début du XXe siècle, l’Académie connaît un relatif déclin d’activité et d’influence, déjà amorcé pour des raisons démographiques. Face au développement accéléré de la recherche scientifique en France, l’Académie, pour rester fidèle à sa vocation, a dû adapter ses structures et ses missions. Une profonde réforme de ses statuts a été engagée, concernant ses membres et ses missions. Le premier volet de cette réforme, approuvé par décret du 2 mai 2002[7], a permis l’élection de 26 nouveaux membres. Le deuxième volet de la réforme a été approuvé par le décret du 31 janvier 2003[8].

La loi de programme pour la recherche no 2006-450 du 18 avril 2006 fait de l’Académie des sciences une personne morale de droit public à statut particulier.

Les missions de l'Académie des sciences (extrait des statuts)[modifier | modifier le code]

L'Académie des sciences, indépendante et pérenne, exerce par l'intermédiaire de ses instances statutaires, services, comités et fondations, les diverses missions qui lui ont été confiées :

Article 1[modifier | modifier le code]

L'Académie des sciences de l'Institut de France rassemble des savants français et s'associe des savants étrangers choisis les uns et les autres parmi les plus éminents.

Article 2[modifier | modifier le code]

  • Elle encourage et protège l'esprit de recherche, et contribue au progrès des sciences et de leurs applications ;
  • Elle veille à la qualité de l'enseignement et œuvre pour que les acquis du développement scientifique soient intégrés dans la culture des hommes de notre temps ;
  • Elle est attentive au maintien du rôle et de la qualité du langage scientifique français.

Article 3[modifier | modifier le code]

L'Académie des sciences participe à la vie scientifique et lui apporte son soutien,

  • par la publication rapide, dans les séries scientifiques de ses Comptes rendus, de courtes notes sélectionnées et contrôlées annonçant pour la première fois un résultat significatif ;
  • par la présentation, notamment lors de ses séances publiques, de ses travaux originaux ou d'exposés de synthèse ;
  • par l'attribution de prix et de subventions aux chercheurs et auteurs qu'elle juge opportun d'encourager ou de récompenser ;
  • par la mise au concours de recherches sur des sujets donnés ;
  • par l'organisation de colloques, de préférence sur des thèmes pluridisciplinaires, en coopération ou non avec d'autres classes de l'Institut ou d'autres académies des sciences ;
  • par la conservation dans les archives, de documents éclairant l'histoire et les progrès de la pensée scientifique et de plis cachetés pouvant servir à établir l'antériorité d'une découverte[9], l'Académie s'engageant à ne pas les ouvrir avant 100 ans, sauf si le déposant ou ses légataires ayants droit en faisaient la demande. Le dépôt depuis 1735 de ces plis, appelés « paquets » à l'époque, était en général accepté. Face à l'afflux de plis (16 000 entre 1735 et 1983, 18 000 en 2013, une cinquantaine étant déposés par an depuis 1991), une « Commission des plis cachetés » est créée en 1976, sous l'impulsion du secrétaire perpétuel Paul Germain[10].

Article 4[modifier | modifier le code]

L'Académie des sciences concourt au développement des relations scientifiques internationales et à la représentation de la science française,

  • en maintenant des liens constants avec les autres communautés scientifiques grâce à des Associés étrangers ;
  • en établissant avec les académies des sciences étrangères des relations pouvant se traduire par des accords de coopération et d'échange ;
  • en assurant la représentation de la France dans les Unions scientifiques internationales au sein du Conseil international des unions scientifiques, et plus généralement dans d'autres organismes internationaux, gouvernementaux, et en s'efforçant d'obtenir à cet effet des pouvoirs publics, des moyens dignes du pays.

Article 5[modifier | modifier le code]

L'Académie des sciences entretient une réflexion et une vigilance constantes sur l'organisation de la recherche, de la formation à la recherche et de l'enseignement scientifique, sur les applications des sciences, sur les grandes orientations des programmes, et plus généralement sur toutes questions intéressant la vie scientifique,

  • par la désignation, lorsqu'elle y est invitée, de certains de ses membres chargés de la représenter dans les conseils ou dans des comités ;
  • par des avis qu'elle donne à la demande d'un ministre sur des nominations dans des grands établissements ;
  • par les études qu'elle entreprend de sa propre initiative ou à la demande des pouvoirs publics nationaux ou régionaux, études donnant lieu à la publication de rapports éventuellement destinés à une large diffusion ;
  • par la présentation de recommandations, de vœux et de suggestions concernant des problèmes d'intérêt national, assortie éventuellement des démarches nécessaires pour en faire valoir le bien-fondé.

Publication de l'Académie des sciences[modifier | modifier le code]

Depuis 1835 et sous l’impulsion de l’astronome François Arago, l’Académie des sciences édite une revue scientifique longtemps rédigée en langue française (les articles rédigés en anglais sont désormais acceptés), les Comptes rendus de l'Académie des sciences ou CRAS. Les textes publiés sont généralement relativement courts, sous forme de communications à l'institution. Contrairement à son homologue américaine, la National Academy of Sciences, qui publie une revue de très haut niveau international, Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), les CRAS n'ont actuellement qu'une très faible reconnaissance scientifique internationale et visibilité[11], en raison en partie de leur publication en français. Des communications sont faites dans la revue La Nature.

Archives de l'Académie[modifier | modifier le code]

L'Académie des sciences a toujours eu le souci de préserver sa mémoire. Mais il a fallu attendre les années 1880 pour voir se constituer – et, pour les périodes les plus anciennes, se reconstituer – les collections dont elle peut s'enorgueillir. Des fonds datant, pour certains d'entre eux, de la création de l'Académie sont conservés au service des archives :

  • procès-verbaux des séances, dont les plus anciens datent de 1666 et dont la longue suite continue jusqu'à notre époque ;
  • nombreux mémoires, rapports, lettres, manuscrits de toutes sortes, lus ou présentés au cours des séances et rassemblés en dossiers, dits pochettes des séances, classés chronologiquement ;
  • dossiers biographiques qui concernent tous les savants ayant appartenu à l'Académie depuis sa création. Ils comportent des pièces manuscrites, des documents iconographiques et de la documentation ;
  • dossiers des prix. La mission de décerner des prix est apparue en 1720. Des prix ont par la suite été créés par de nombreux donateurs ;
  • dépôts cachetés, procédure remontant au XVIIIe siècle qui permet aux auteurs de garantir leurs droits quant à l'antériorité d'une découverte ;
  • papiers des Comités et Commissions, créés à l'Académie pour étudier des questions scientifiques ou pour assurer des responsabilités administrative ;
  • un fonds important d'archives personnelles. L'un des fonds les plus remarquables est celui d'Antoine Laurent Lavoisier dont les papiers constituent une source de première importance pour les historiens de la chimie et pour les historiens de la vie politique et économique du XVIIIe siècle. D'autres fonds sont tout aussi prestigieux : Pierre Louis Maupertuis, René-Antoine Ferchault de Réaumur, André-Marie Ampère, Gilles Personne de Roberval, Jean-Baptiste Dumas. Sont venus s'y adjoindre des archives de scientifiques contemporains comme Pierre Duhem, Louis de Broglie, Elie Cartan, Henry Le Chatelier, Émile Borel, André Weil, Louis Néel.

Les Archives de l'Académie conservent aussi des sources imprimées, comme les divers recueils de l'Académie royale des Sciences, la collection des Comptes rendus de l'Académie des sciences, créés en 1835, numérisés par la Bibliothèque nationale de France, ainsi qu'une importante collection de portraits, de bustes, de médailles et de médaillons, souvent signés de grands artistes.

Le Comité Lavoisier, créé en 1948 et réorganisé en 1980, est chargé de publier la correspondance de Lavoisier pour faire suite à l'édition des œuvres de Lavoisier réalisée de 1862 à 1896. Le volume VI (1789-1791) a été publié en 1997. Une base de données informatisée, Panopticon, présente le catalogue général des papiers de Lavoisier.

Les membres de l'Académie des sciences[modifier | modifier le code]

Philippe Taquet, président de l'Académie des sciences

L'Académie des sciences se compose de Membres, d'Associés étrangers et de Correspondants. Les membres sont répartis en section, mais il existe deux divisions (première division : sciences mathématiques, physiques et leurs applications ; deuxième division : sciences chimiques, naturelles, biologiques et médicales et leurs applications), chacune d'elles ayant son propre secrétaire perpétuel. Il existe de plus une intersection des applications des sciences.

Le 11 décembre 2012, Philippe Taquet est élu à la présidence de l'Académie pour 2013-2014. Bernard Meunier est élu Vice-Président. Liste actuelle des membres titulaires et associés étrangers en février 2012 :

A : Serge Abiteboul ~ Yves Agid ~ Claude Allègre ~ Christian Amatore ~ Sebastian Amigorena ~ Roy M. Anderson (en) ~ Duilio Arigoni (en) ~ Alain Aspect ~ Sir Michael Atiyah ~ Jean Aubouin ~ Pierre Auger

B : François Baccelli ~ Jean-François Bach ~ George Backus (en) ~ Roger Balian ~ John M. Ball ~ David Baltimore ~ Beatriz Barbuy (es) ~ Édouard Bard ~ Françoise Barré-Sinoussi ~ Jean-Marie Basset (en) ~ Étienne-Émile Baulieu ~ Pierre Baux ~ Klaus Bechgaard (en) ~ Jean-Paul Behr ~ Alim-Louis Benabid ~ Alain Bensoussan ~ Paul Berg ~ André Berger ~ Claude Berrou ~ Gérard Berry ~ Alain Berthoz ~ Guy Bertrand (en) ~ Mustapha Besbes ~ Giovanni Bignami (it) ~ Jean-Michel Bismut ~ Jacques Blamont ~ René Blanchet ~ Nicolaas Bloembergen ~ Joël Bockaert ~ Enrico Bombieri ~ Jean-Louis Bonnemain ~ Jean-Michel Bony ~ Armand Borel ~ Christian Bordé ~ Hélène Bouchiat ~ Marie-Anne Bouchiat (de) ~ Jean Bourgain ~ Pierre Braunstein (en) ~ Yves Bréchet ~ Catherine Bréchignac ~ Sydney Brenner ~ Édouard Brézin ~ Haïm Brezis ~ Margaret Buckingham ~ Huy Duong Bui ~ Pierre Buser

C : Henri Cabannes ~ Michel Caboche ~ André Capron ~ Lennart Carleson ~ Curtis Callan (en) ~ Edgardo D. Carosella ~ Alain Carpentier ~ Bernard Castaing ~ Luigi Luca Cavalli-Sforza ~ Anny Cazenave ~ Catherine Cesarsky ~ William Chaloner (en) ~ Pierre Chambon ~ Jean-Pierre Changeux ~ Patrick Charnay ~ Bruno Chaudret ~ Yves Chauvin ~ Chen Zhu (en) ~ Daniel Choquet ~ Yvonne Choquet-Bruhat ~ Joanne Chory ~ Umberto Cordani ~ Philippe Ciarlet ~ Claude Cohen-Tannoudji ~ Claude Combes ~ Françoise Combes ~ Alain Connes ~ Yves Coppens ~ Robert Corriu ~ Riccardo Cortese ~ Pierre Corvol ~ Suzanne Cory (en) ~ Pascale Cossart ~ Georges Courtès ~ Vincent Courtillot ~ François Cuzin

D : Jean Dalibard ~ Thibault Damour ~ Ingrid Daubechies ~ Robert Dautray ~ Michel Davier ~ Henri Décamps ~ Stanislas Dehaene ~ Paul Deheuvels ~ Anne Dejean-Assémat ~ Pierre Deligne ~ Jean-Pierre Demailly ~ Jean Dénarié ~ Jean-François Denisse ~ Derek Denton (en) ~ Jean-Michel Dercourt ~ Bernard Derrida ~ Peter Dervan (en) ~ Pierre Deslongchamps ~ Michel Devoret ~ David Donoho (en) ~ Simon Donaldson ~ Roland Douce ~ Ann Dowling (en) ~ Vladimir Drinfeld~ Denis Duboule ~ Bernard Dujon ~ Catherine Dulac (en) ~ Christian Dumas ~ Henri Duranton ~ Christian de Duve ~ Freeman Dyson

E : Thomas Ebbesen ~ Gerald Edelman ~ Stuart Edelstein ~ Samuel Edwards (de) ~ Jean-Marc Egly ~ Manfred Eigen ~ Pierre Encrenaz ~ Anne Ephrussi ~ Daniel Esteve

F : Ludwig Faddeev (de) ~ Anne Fagot-Largeault ~ Olivier Faugeras ~ Gérard Férey ~ Albert Fert ~ Mathias Fink ~ Alain Fischer ~ Philippe Flajolet ~ Patrick Flandrin ~ Jean-Marc Fontaine (de) ~ Maurice Fontaine ~ Marc Fontecave ~ Jacques Friedel ~ Uriel Frisch

G : Antonio García-Bellido (es) ~ Susan Gasser ~ Walter Gehring (de) ~ Reinhard Genzel ~ Étienne Ghys ~ Jacques Glowinski ~ Roland Glowinski ~ André Goffeau ~ Marcel Golay ~ Maurice Goldman ~ John Goodenough (en) ~ Howard Green ~ Norman Greenwood (en) ~ Mikhaïl Gromov ~ François Gros ~ Marianne Grunberg-Manago ~ Jean-Pierre Grünfeld ~ Leonard Guarente (en) ~ Robert Guillaumont ~ Roger Guillemin ~ John Gurdon

H : Erwin Hahn (de) ~ Michel Haïssaguerre ~ Theodor Hansch ~ Serge Haroche ~ Heisuke Hironaka ~ Friedrich Hirzebruch ~ Jules Hoffmann ~ Gerard 't Hooft ~ Patrick Huerre ~ Gérard Huet

I : Jean Iliopoulos ~ Alain Israël ~ Masao Ito

J : François Jacob ~ André Jaumotte ~ Claude Jaupart ~ Marc Jeannerod ~ Denis Jérome ~ Pierre Joliot ~ Michel Jouvet

K : Fótis Kafátos ~ Henri Kagan ~ Jean-Pierre Kahane ~ Rudolf Kalman ~ Eric Kandel ~ Daniel Kaplan ~ Pierre Karli ~ Richard Karp ~ Masaki Kashiwara (en) ~ Sergiu Klainerman (de) ~ Wilfrid Kilian ~ Mary-Claire King (en) ~ Daniel Kleppner (de) ~ Aaron Klug ~ Paul Knochel (de) ~ Donald Knuth ~ Maxime Kontsevitch ~ Henri Korn ~ Vladimir Kotlyakov ~ Philippe Kourilsky ~ Jean Kovalevsky

L : Antoine Labeyrie ~ Laurent Lafforgue ~ Anne-Marie Lagrange ~ Jean-Yves Lallemand ~ Kurt Lambeck (en) ~ Yves Laporte ~ Jacques Laskar ~ Gérard Laumon ~ Guy Laval ~ Peter Lax ~ Michel Lazdunski ~ Guy Lazorthes ~ Gilles Lebeau ~ Denis Le Bihan ~ Jean-Baptiste Leblond ~ Jean-Dominique Lebreton ~ Nicole Le Douarin ~ Gérard Le Fur ~ Jean-Marie Lehn ~ Pierre Lelong ~ Yvon Le Maho ~ Michel Le Moal ~ Jean-Louis Le Mouël ~ Pierre Léna ~ Jean-Bernard Le Pecq ~ Xavier Le Pichon ~ Henri Léridon ~ Marcel Lesieur ~ Hervé Le Treut ~ Claude Lévi ~ Rita Levi-Montalcini ~ Ta-Tsien Li ~ Albert Libchaber (en) ~ Amable Liñán (es) ~ Pierre-Louis Lions ~ Jacques Livage ~ Rodolfo Llinas ~ Claude Lorius ~ Daniel Louvard ~ Jacques Lucas ~ William Lucas ~ Henry de Lumley-Woodyear

M : Odile Macchi ~ Bernard Mach ~ Bernard Malgrange ~ Bernard Malissen ~ Jean-Louis Mandel ~ Yuri Manin ~ Daniel Mansuy ~ André Maréchal ~ Ghislain de Marsily ~ Goury Martchouk ~ François Mathey ~ Michel Mayor ~ Marcel Méchali ~ Matthew Meselson (en) ~ Bernard Meunier ~ Dominique Meyer ~ Yves Meyer ~ Elliot Meyerowitz (en) ~ Jan Michalski ~ Keith Moffatt ~ Luc Montagnier ~ Dino Moras ~ René Moreau ~ William Morgan ~ Leonard Mortenson ~ Vernon Mountcastle (en) ~ Teruaki Mukaiyama ~ Arnold Munnich ~ James Murray (en)

N : Miguel Nicolelis (pt) ~ Louis Nirenberg ~ Jean Normant ~ Gustav Nossal (en) ~ Philippe Nozières ~ Christiane Nüsslein-Volhard

O : Satoshi Omura ~ Luis Antonio Oro ~ Gérard Orth (de) ~ Ernst Otten (de) ~ Paul Ozenda

P : Jacob Palis (en) ~ Giorgio Parisi ~ Lucio Paternò ~ Eva Pebay-Peyroula ~ Jean-Claude Pecker ~ Georges Pelletier ~ Christine Petit ~ Richard Peto (en) ~ Emilio Picasso (de) ~ Charles Pilet ~ Olivier Pironneau ~ Gilles Pisier ~ Jean-Paul Poirier ~ Alexander Polyakov (en) ~ Yves Pomeau (de) ~ Michel Pouchard ~ Robert Pound (de) ~ Jacques Pouysségur ~ Frank Press (en) ~ Alain Prochiantz ~ Jacques Prost ~ Jean-Loup Puget

Q : Yves Quéré

R : Michael Rabin ~ Miroslav Radman ~ Tiruppatur Ramakrishnan ~ Jean-Pierre Ramis ~ Norman Ramsey ~ Chintamani Rao (en) ~ André Rassat ~ Auguste Rateau ~ Bernard Raveau ~ Félix Rey ~ James Rice ~ Alexander Rich ~ Rex Richards (en) ~ Daniel Ricquier ~ Giacomo Rizzolatti ~ Herbert Roesky (de) ~ Michel Rohmer ~ Bernard Roques ~ Jean Rosa ~ Maurice Roseau ~ Jean Rossier ~ Daniel Rouan ~ Didier Roux ~ David Ruelle

S : David Sabatini (es) ~ José-Alain Sahel ~ Jean Salençon ~ Bengt Samuelsson ~ Évariste Sanchez-Palencia ~ Frederick Sanger ~ Philippe Sansonetti ~ Philippe Sautet ~ Jean-Pierre Sauvage ~ Jean-Michel Savéant ~ Jean-Charles Schwartz (en) ~ Eugen Seibold (de) ~ Michaël Sela (en) ~ André Sentenac ~ Jean-Pierre Serre ~ Arndt Simon (de) ~ Pierre Sinaÿ ~ Ionel Solomon ~ Susan Solomon ~ Christophe Soulé ~ Nils Stenseth (en) ~ Gilbert Stork ~ Pierre Suquet

T : Michel Talagrand ~ Paul Tapponnier ~ Philippe Taquet ~ Jean-Marie Tarascon ~ Andrzej Tarkowski ~ John Tate ~ Valentine Telegdi (en) ~ Roger Temam (en) ~ Michel Thellier ~ Pierre Tiollais ~ Bernard Tissot ~ Jacques Tits ~ Maurice Tubiana

V : Alain-Jacques Valleron ~ Gabriele Veneziano ~ Michèle Vergne (de) ~ Jacques Villain ~ Jean-Didier Vincent ~ Claire Voisin

W : Zhen-Yi Wang (en) ~ Michael Waterman (en) ~ Robert Weinberg ~ Jean Weissenbach ~ Wendelin Werner ~ Andrew Wiles ~ John Willis ~ George Whitesides ~ Edward Witten ~ Lodewijk Woltjer ~ Kurt Wüthrich

Y : Magdi Yacoub (en) ~ Moshe Yaniv ~ Jean-Christophe Yoccoz ~ Marc Yor

Z : André Zaoui ~ Anton Zeilinger ~ Meinhardt Zenk ~ Ahmed Zewail

Place des femmes[modifier | modifier le code]

La première correspondante de l'Académie des sciences fut Marguerite Perey en 1962 ; la première membre élue fut Yvonne Choquet-Bruhat en 1979. L'Académie refusa en particulier Émilie du Châtelet (morte en 1749) et Marie Curie (malgré son prix Nobel de physique en 1903).

Prix et médailles[modifier | modifier le code]

L'Académie des sciences établit au début chaque année académique la liste des prix et médailles qui seront délivrés[12]. Environ 80 prix sont attribués chaque année[13].

Les prix thématiques de
  • Mathématiques
  • Physique
  • Sciences mécaniques et informatiques
  • Sciences de l'univers
  • Chimie
  • Biologie moléculaire et cellulaire, génomique
  • Biologie intégrative
  • Biologie humaine et sciences médicales
  • Applications des sciences à l'industrie
  • Histoire des sciences et épistémologie
  • Généraux
Les prix internationaux
Prix soutenus par l'Académie 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acad. des sciences
  2. a, b, c, d et e Émile Saigey, Les Sciences au XVIIIe siècle, Paris, Germer Baillière, 1873, p. 211.
  3. a et b Émile Saigey, Op. cit., p. 212.
  4. Émile Saigey, Op. cit., p. 213.
  5. Émile Saigey, Op. cit., p. 214.
  6. a et b Émile Saigey, Op. cit., p. 215.
  7. Journal officiel no 104 du 4 mai 2002
  8. Journal officiel no 28 du 2 février 2003.
  9. Protection contre la contrefaçon et propriété intellectuelle, le roi conférait par une lettre patente à l'époque les privilèges d'exploitation de cette découverte.
  10. Edgardo D. Carosella (président de la Commission des plis cachetés) et P. Buser, « Innovations et secrets, les "plis cachetés" de l'Académie des sciences », Pour la Science, no 432,‎ octobre 2013
  11. À titre indicatif, le facteur d'impact des CRAS est de l'ordre de 1, lorsque celui de PNAS est de 10.
  12. Statuts et règlement intérieur de l'Académie des sciences, article 54
  13. « Prix de l'Académie des sciences », Académie des sciences (consulté le 17 janvier 2013)
  14. http://www.academie-sciences.fr/activite/prix/gp_natixis.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]