Tyran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tyran (homonymie).

Un tyran (du grec ancien τύραννος / túrannos, mot d'origine lydienne appliqué pour la première fois au VIIIe siècle av. J.-C. au roi lydien Gygès par le sophiste Hippias d'Élis [1]) désigne dans l'Antiquité grecque un individu disposant d’un pouvoir absolu, après s'en être emparé de façon illégitime. Le terme prit ensuite un sens péjoratif, impliquant que le tyran abuse de son pouvoir et ne recherche pas le bien commun. Le sens plus large du terme se rapproche de la notion d'autocratie ou de dictature.

Durant l'Antiquité grecque[modifier | modifier le code]

Théophraste, dans son Traité Sur la Royauté dit qu'autrefois il existait des magistrats que les Grecs appelaient « Ésymnètes », espèce de tyrans électifs élus par les villes dans les besoins pressants : ils n'avaient pas cette dignité pour toute leur vie, elle ne durait qu'autant de temps que l'utilité ou le besoin de l'état le demandait. Le mot tyran venu de Lydie signifiait à l'origine maître, roi, et il convenait à certains dieux comme son équivalent basileus, « roi ». Mais le titre a pris une connotation péjorative dès son apparition, en raison de son origine, car il désignait les despotes orientaux, et il fut appliqué à ceux qui prenaient le pouvoir absolu à la suite d'une insurrection[2].
Étymologiquement, il y a une différence entre « tyrannie » et « despotisme » : dans la Grèce antique, un tyran était un homme qui disposait d’un pouvoir acquis de manière illégitime : un esclave qui prenait le pouvoir, un dictateur arrivé au pouvoir après un coup d'État, ou l'un de ses héritiers. Selon Platon d'ailleurs, le tyran est une des quatre catégories d'hommes coupables[3]. Les tyrans ne prirent jamais officiellement le titre de tyran, et il n'y eut pas de titre général et officiel pour les désigner, c'est pourquoi on leur donne le nom dont leurs ennemis les stigmatisaient.

Origines de la tyrannie[modifier | modifier le code]

La tyrannie constitue un phénomène historique capital du fait de la chute de l'aristocratie et de l'accession au pouvoir de la bourgeoisie. Son avènement au VIe siècle av. J.-C. marque en effet un bouleversement économique et social. Il nous est connu par les œuvres de Solon et de Théognis[4].
L'historien Thucydide voit avec raison dans l'accroissement de la richesse la cause déterminante de la tyrannie[5], et c'est bien à mesure que les villes prospéraient que se propageait la tyrannie[6]. À partir de la diffusion de la monnaie comme moyen d'échanges, à la place du troc, le commerce et l'industrie ont été facilités grandement, et des richesses nouvelles ont ainsi été amassées. Ce fut le cas pour les Alcméonides en Attique, dont la puissance devint écrasante tandis que les travailleurs agricoles et les tenanciers devenaient les serfs des grands propriétaires. Le tyran a d'abord été un démagogue, celui qui s'est fait le champion des classes inférieures : il a mené les pauvres contre les riches, ou les roturiers contre les nobles, et la multitude le suivait aveuglément pourvu qu'il travaillât pour elle. Cet antagonisme social organisé sous la direction des tyrans est un élément déterminant à la fois pour les situer géographiquement et pour comprendre leur politique.
Excepté en Sicile, où ils ont mis fin aux querelles intestines, les tyrans se trouvent en effet dans les cités où le régime industriel et commercial prévalait sur l'économie rurale. La liste des tyrans grecs coïncide pour ainsi dire avec la carte des grands ports, depuis l'Asie Mineure jusqu'aux rives du golfe de Corinthe, à la seule exception d'Égine : Athènes est acquise à la tyrannie en 560 av. J.-C. quand les réformes de Solon eurent donné à cette cité, jusque-là agricole, un autre destin. C'est au moment où le commerce international de la céramique fleurit à Milet qu'y règne Thrasyboulos, Corinthe la supplante sous les tyrans Cypsélos et Périandre, enfin Athènes s'impose sur le marché des poteries sous les Pisistratides. À ces facteurs économiques s'ajoutaient parfois les haines de race : ainsi à Milet les Gergithes attisaient de vieilles rancunes contre le parti de la Kheiromakha[7].

Qui étaient les tyrans ?[modifier | modifier le code]

Le titre de tyran a été donné pour la première fois, semble-t-il, à Phidon d'Argos et à Cypsélos de Corinthe. L’un des plus célèbres tyrans fut Pisistrate, à Athènes en 560 av. J.-C., bien qu'on ne l'ait jamais nommé tyran de son vivant. Le mot n'a pas de sens péjoratif ; il ne l'acquerra que plus tard et sous l'influence de Platon[8]. Dans les Définitions[9], le pseudo-Platon définit ainsi le tyran : Celui qui, dans la cité, exerce son autorité selon ses propres vues.
Tout en se faisant les champions des classes inférieures, les tyrans étaient le plus souvent issus du camp adverse, et ils occupaient une haute magistrature ; l'insurrection de leurs partisans armés au bon moment leur permettait de s'emparer du pouvoir : Thrasyboulos, tyran de Milet, avait été prytane ; Cypsélos, tyran de Corinthe, avait été basileus, Orthagoras, tyran de Sicyone, avait été polémarque, et les tyrans de Sicile, stratèges. Ils s'assuraient quelquefois l'appui de l'étranger. Durant le VIe siècle av. J.-C., de nombreux tyrans prirent le pouvoir un peu partout en Grèce, en renversant les gouvernements établis. C'est à cette époque que la Perse commençait ses incursions en Grèce, avec le soutien de tyrans cherchant des appuis pour conserver leur pouvoir. Ainsi Cylon tenta-t-il d'imposer la tyrannie à Athènes avec l'appui des Mégariens ; Pisistrate devint tyran avec l'aide des mercenaires amenés par Lygdamis, et Lygdamis à son tour rentra à Naxos en vainqueur grâce aux secours demandés à Pisistrate. En Asie Mineure, les tyrans étaient désignés par le Grand Roi, leur maître[10].

Méthode de gouvernement des tyrans[modifier | modifier le code]

Arrivés au pouvoir, les tyrans s'établissaient sur l'acropole de leur cité, s'entouraient d'une garde armée, bannissaient les oligarques les plus dangereux, et tenaient les autres grâce à des otages[10]. La constitution de la cité était conservée ainsi que les lois civiles, et les lois politiques étaient rarement suspendues. Si l'assemblée était amenée à voter, c'était sous la surveillance de porte-gourdins. Ainsi, les apparences étaient sauves. Mais la réalité de l'exercice du pouvoir était brutale. Le gouvernement de la cité était entre les mains du tyran, de son fils et de sa famille qui se répartissaient les magistratures : la tyrannie, système de pouvoir à vie, tendait ainsi à devenir un régime dynastique. Le principe général de la tyrannie consistait à abaisser l'aristocratie et à relever les humbles, en vertu du célèbre conseil donné par Thrasyboulos à Périandre : « Il faut couper les épis qui dépassent »[11]. On procédait donc par exécutions, sentences d'exil, confiscations et espionnage. Certains tyrans excitèrent la défiance entre les citoyens, étouffèrent l'initiative individuelle, la liberté de penser et le talent. Clisthène, le tyran de Sicyone, remplaça les tribus gentilices par des tribus territoriales, et son petit-fils, le réformateur démocratique d'Athènes qui portait le même nom, fit la même chose[12]. Les tyrans privaient la noblesse des sacerdoces religieux et les assumaient eux-mêmes, afin d'ôter à cette noblesse le prestige qu'ils lui conféraient, comme l'explique Aristote :

« Ils font bien d'afficher une exemplaire piété, parce qu'on redoute moins l'injustice de la part d'un maître qu'on croit plein de la crainte des dieux, et parce qu'on est moins porté à conspirer contre qui a les dieux pour alliés »

— Aristote, Politique, VIII (ou V), 9, 15.

Cette piété des tyrans s'exerçait cependant avec un calcul politique : elle visait à asseoir leur pouvoir et à garantir leur vie même, et ne s'adressait qu'aux divinités panhelléniques et poliades, aux dieux populaires et aux héros agrestes, à l'exclusion des divinités à caractère aristocratique. Ainsi, Clisthène expulsa-t-il de Sicyone Adraste, cher à la noblesse dorienne, et Pisistrate installa Artémis Brauronia sur l'Acropole[13]. La vogue que connut le culte de Dionysos, dieu de la vigne et de la joie, date des tyrans.

Politique économique et sociale des tyrans[modifier | modifier le code]

Dans les campagnes, la question agraire semble avoir été résolue en Attique après le gouvernement de Pisistrate, de même en Mégaride, où Théagène distribua des terres à ses partisans. Pour retenir ces nouveaux propriétaires sur leur sol et les empêcher de venir grossir la plèbe urbaine, Pisistrate leur envoya des juges itinérants[14], tandis que Périandre faisait siéger des conseils locaux jusqu'aux extémités du territoire corinthien[15].
Dans les villes, comme l'esclavage pesait lourdement sur les salaires, en particulier dans un centre industriel comme Corinthe, Périandre interdit d'introduire de nouveaux esclaves[16], et il porta une loi contre l'oisiveté[17].
Grands bâtisseurs, les tyrans ont aussi voulu enrichir les artisans et gens de métier pour leur ôter le désir de faire de l'opposition. Par des travaux d'utilité publique et d'embellissement, non seulement ils favorisèrent l'industrie et le commerce maritime mais encore ils inspirèrent au peuple une grande fierté civique : la fontaine Pirène fit la gloire de Périandre, la Fontaine Ennéacrounos et le temple Hécatompédon, celle de Pisistrate, et les travaux de Polycrate furent célèbres et admirés en Grèce[18].
Pour ajouter encore à leur prestige, les tyrans menaient une vie de cour brillante au milieu d'une domesticité nombreuse, attirant à l'envi architectes, sculpteurs et poètes ; ils donnaient au peuple des fêtes magnifiques[13], et d'une façon générale, préféraient la paix à la guerre (à l'exception des tyrans de Sicile), car la moindre défaite leur aurait coûté le pouvoir et la vie.
Certains tyrans étaient plutôt populaires au moins au début de leur règne, puisque leur ascension se faisait avec l'aide du peuple ; ainsi Cypsélos était réputé n'avoir pas besoin d'une garde pour se promener dans sa cité ; sa popularité vient du fait qu'il redistribua de façon plus égalitaire les terres aux mains de puissantes familles, élargissant ainsi le pouvoir politique à une fraction bien plus importante du peuple. Le tyran Périandre de Corinthe, fils de Cypsélos, est même classé parmi les Sept sages de la Grèce antique.

Alliances politiques et matrimoniales des tyrans[modifier | modifier le code]

Solidaires face à leur ennemi commun, l'aristocratie, les tyrans développèrent une politique de soutien mutuel : on vit Lygdamis se faire le geôlier des otages confiés à sa charge par Pisistrate, son protégé et son protecteur. Cette solidarité alla jusqu'à des mariages, et il fut fréquent que les tyrans épousent les filles les uns des autres : Proclès, tyran d'Épidaure, donna sa fille à Périandre ; Théagène, tyran de Mégare, prit pour gendre Cylon. Le cas le plus remarquable de ces alliances entre maisons de tyrans est celui des tyrans de Sicile : Gélon, tyran de Syracuse, épousa une fille de Théron, tyran d'Agrigente ; après la mort de Gélon, son frère Polyzalos l'épousa à son tour ; Hiéron, autre frère de Gélon, épousa la nièce de Théron (fille du frère) ; Théron de son côté épousa la fille de Polyzalos[19].
Mais c'est le cas du tyran d'Athènes, Pisistrate, qui a le plus intrigué les historiens[20]. Il a été marié trois fois, d'abord avec une Athénienne dont le nom n'est pas connu, puis avec l'Argienne Timonassa, femme de haut rang, et enfin avec la fille de Mégaclès, son adversaire. Il est probable que dans le cas de ces deux derniers mariages, Pisistrate a été bigame[21]: la pratique de deux mariages simultanés, l'un avec une Athénienne, l'autre avec une étrangère demeurée dans son pays d'origine, permettait une alliance politique et militaire[22]. Les fils de Pisistrate et de Timonissa sont restés à Argos, et l'un d'eux a amené une troupe de mille hommes qui combattirent à Pallène pour la cause de Pisistrate. Par la suite, un des fils de Pisistrate, Hippias, donna sa fille au fils du tyran de Lampsaque et il y gagna ainsi d'être introduit auprès de Grand Roi[23].

La fin des tyrans au VIe siècle et leur renouveau au IVe[modifier | modifier le code]

À l'exception de la dynastie des Orthagorides qui réussit à se maintenir pendant un siècle à Sicyone, le régime des tyrans ne dura nulle part, bien qu'il ait puissamment contribué à la prospérité matérielle et au développement de la démocratie[24]. Il a persisté seulement tant qu'il a eu l'appui du peuple, qui l'a utilisé comme une machine de guerre pour abattre le pouvoir des oligarques. Lorsque les cités eurent trouvé leur équilibre constitutionnel par la prépondérance du régime démocratique, la tyrannie disparut en Grèce. Aristote note que le régime des tyrans était incompatible avec la liberté civique : « Il n'y a pas d'homme libre qui supporte volontairement pareil pouvoir[25] ». Au tyran porté d'abord au pinacle par la foule, succédait un épigone plus dur et moins capable, car au fur et à mesure qu'elle devenait moins utile, la tyrannie se faisait oppressive[24]. Ainsi s'explique la fin sanglante de certains tyrans : aucun des fils de Pisistrate ne se maintint au pouvoir, Hipparque fut assassiné par les tyrannoctones, puis Hippias fut déposé.

On doit cependant noter qu'un renouveau du régime des tyrans s'est produit dès le IVe siècle av. J.-C. quand une morale à la Nietzsche eut suscité l'idée d' « hommes supérieurs » comme Alcibiade, Lysandre ou Agésilas II. L'État s'absorba alors en de fortes personnalités qui mettaient la violence et la ruse au service de la volonté de puissance. On vit alors surgir les tyrans Denys de Syracuse, Évagoras de Chypre, Hermias d'Atarnée, Lycophron de Phères, Jason de Phères, Cléarque d'Héraclée, Timophane de Corinthe, Euphron de Sicyone ou Chéron de Pellène, et beaucoup d'autres[26].

« C'est désormais une habitude prise dans les cités de ne plus vouloir l'égalité, mais de se pousser au pouvoir, ou, quand on a le dessous, de se résigner à l'obéissance. »

— Aristote, Politique, VI (ou IV), 9, 12.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Actuellement, le terme « tyran » désigne un dictateur régnant par la terreur, comme se comportaient d'ailleurs certains « tyrans » grecs. Par extension, il peut être utilisé pour toute personne disposant d’une autorité et qui en abuse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Kaplan, Nicolas Richer, Le monde grec, Bréal,‎ 1995 (lire en ligne), p. 57
  2. Gustave Glotz, La cité grecque, coll. L'évolution de l'humanité, Albin Michel, 1970, p. 118.
  3. Les hommes coupables se divisent en quatre catégories : les premiers sont ceux qui briguent les honneurs, les deuxièmes ceux qui désirent les richesses, les troisièmes sont les démagogues, les derniers sont les tyrans. Apulée, De la doctrine de Platon, livre II.
  4. Jaeger 1988, p. 269-270.
  5. Thucydide, Guerre du Péloponnèse, I, 13.
  6. Gustave Glotz, op. cit., p. 119.
  7. Héraclide du Pont, apud Athénée, XII, 26, p. 524a.
  8. La République, 562-580.
  9. 415c
  10. a et b Gustave Glotz, p. 120.
  11. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], V, 92, 6.
  12. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], V, 92, 68.
  13. a et b Gustave Glotz, op. cit., p. 123.
  14. Julius Pollux, VII, 68 ; Denys d'Halicarnasse, VII, 9.
  15. Aristote, Constitution d'Athènes, 16, 5 ; Héraclide du Pont, V, 2.
  16. Héraclide du Pont, loc. cit. ; Nicolas de Damas, fragment 59.
  17. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], II, 167 ; Nicolas de Damas, loc. cit.
  18. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], III, 60 ; Aristote, Politique, VIII (ou V), 9, 4.
  19. Gernet 1982, p. 237.
  20. F. Cornelius, Die Tyrannis in Athen, p. 41, 45, et 78 ; Schachermeyer, Peisistratiden, in Pauly-Wissowa, col. 151 et suiv.
  21. Gernet 1982, p. 233-234.
  22. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], I, 61 et V, 94 ; Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne], VI, 55, 1 ; Aristote, Constitution d'Athènes, 17, 3.
  23. Gernet 1982, p. 248.
  24. a et b Gustave Glotz, op. cit., p. 124-125.
  25. Aristote, Politique, VI (ou IV), 8, 5.
  26. Gustave Glotz, op. cit., p. 392-393.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Mossé, La Tyrannie dans la Grèce antique (1969), PUF, coll. « Quadrige », Paris, 2004.
  • Louis Gernet, Droit et institutions en Grèce antique, Flammarion, coll. « Champs »,‎ 1982, p. 229 et suiv. : Mariages de tyrans.
  • Werner Jaeger, Paideia : La formation de l'homme grec, Gallimard, coll. « Tel »,‎ 1988 (ISBN 978-2070712311), p. 267 à 278 : La politique culturelle des tyrans

Articles connexes[modifier | modifier le code]