Félix Éboué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éboué.
Félix Éboué
Charles de Gaulle et le gouverneur-général Félix Éboué au Tchad vers octobre 1940.
Charles de Gaulle et le gouverneur-général Félix Éboué au Tchad vers octobre 1940.
Fonctions
Gouverneur de la Martinique
Gouverneur de Guadeloupe
19361938
Gouverneur du Tchad
19381940
Gouverneur général de l'Afrique-Équatoriale française
Prédécesseur Edgard de Larminat
Biographie
Nom de naissance Adolphe Sylvestre Félix Eboué
Date de naissance
Lieu de naissance Cayenne, Guyane
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Le Caire, Royaume d'Égypte
Nationalité Française
Conjoint Eugénie Tell (1891-1972)
Diplômé de Lycée Michel-Montaigne
École coloniale
Profession Administrateur colonial

Adolphe Sylvestre Félix Éboué (, Cayenne, Guyane - , Le Caire, Égypte) est un administrateur colonial, résistant et homme politique français. Il fut en son temps un grand humaniste, membre de la SFIO jusqu'en et franc-maçon.

Enfance[modifier | modifier le code]

Félix Éboué est né le , rue Christophe Colomb à Cayenne, d'une famille originaire de Roura, issue de « nouveaux libres » (esclaves émancipés par l'abolition de 1848)[1]. Il est le quatrième d'une famille de cinq enfants, dont quatre frères : Yves, Edgard, Max, Félix le cadet et une sœur, Cornélie, mariée plus tard à Félix Gratien et qui eut cinq enfants : Clérence, Yves (neveu et filleul de Félix Éboué qui eut deux filles : Florence et Isabelle Gratien), Aurélia, Élie (qui eut deux enfants Évelyne et Raymond Gratien), et Solange Gratien. Les trois frères de Félix Éboué n'étaient pas mariés et moururent jeunes par noyade ou ayant contracté des maladies comme chercheurs d'or. Son père, Yves Urbain Éboué, était orpailleur, d'abord sur le placer « Enfin » (Haute Mana), puis directeur-adjoint du placer « Dieu Merci ».

Études[modifier | modifier le code]

Après de brillantes études[évasif] à Cayenne, il obtient en 1898 une bourse d'étude pour la métropole et part pour Bordeaux, inscrit au lycée Montaigne. Dans la capitale girondine, en complément de ses études, Félix Éboué s'adonne au sport et particulièrement au football et devient capitaine de l'équipe du lycée, les « Muguets ». Avec celle-ci, il se rend à Strasbourg, en Belgique et en Angleterre. Ces déplacements lui permettent d'étudier sur le vif le tempérament des joueurs et des habitants des régions visitées. Les comptes rendus des journaux régionaux (Le Phare de la Loire, Le Populaire) enregistraient les succès de l'équipe bordelaise et rendaient avec détails, l'entrain et l'adresse d'un joueur noir de cette équipe auquel était due en grande partie la victoire. Sous les couleurs du Stade bordelais UC (SBUC) et du Sporting club universitaire de France (SCUF)[2], il connaît les joies du stade. Il obtient à Bordeaux son baccalauréat de lettres, puis va s'installer à Paris où il suit des études de droit tout en suivant l'enseignement de l'École coloniale (où sont formés les administrateurs de la France d'Outre-Mer). Il obtient en 1908 sa licence à la faculté de droit.

Carrière d'administrateur en Afrique-Équatoriale française (AEF)[modifier | modifier le code]

Élève administrateur des colonies, puis administrateur-adjoint Félix Éboué est affecté en 1910 en Afrique-Équatoriale française à Madagascar, puis en Oubangui-Chari. Il s'efforce d'apprendre les usages et coutumes de ses administrés, ce qui lui permet de mieux asseoir son administration. Ainsi, il fait publier en 1918 une étude sur les langues Sango, Banda et Mandjia.

Son approche de l'administration tenant compte de l'épanouissement des valeurs humaines et sociales dans la concertation et le respect des traditions africaines est très appréciée et il est nommé en 1927 chevalier de la Légion d'honneur sur la proposition du ministre de l'Instruction Publique.

Il a passé vingt années de service en Afrique équatoriale française, qui lui ont permis de donner sa mesure et de révéler ses qualités d'administrateur.

Congés en Guyane[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guyane française.

Durant trois congés successifs, Félix Éboué revint en Guyane retrouvant avec plaisir sa famille et ses amis et partageant avec eux souvenirs et expériences africaines. C'est ainsi qu'il fit découvrir l'écrivain René Maran, guyanais comme lui, adjoint des Affaires civiles en AEF, qui en 1921 reçut le prix Goncourt pour son roman Batouala.

Sa mère meurt en 1926, rejoignant son père disparu des années auparavant.

Aux Antilles françaises[modifier | modifier le code]

Buste de Félix Éboué sur la place de la Victoire à Pointe-à-Pitre.
Article connexe : Antilles françaises.

Félix Éboué est nommé secrétaire général en Martinique, de à pour remplacer le gouverneur titulaire parti en congé pour deux ans.

Après un passage au Soudan français, il est élevé au rang de gouverneur et nommé en Guadeloupe en 1936. C'est le premier noir à accéder à un grade aussi élevé. En Guadeloupe, il met en pratique son esprit de conciliation dans un contexte social troublé. À l'occasion de la remise solennelle des prix le au lycée Carnot de Pointe-à-Pitre, il adresse à la jeunesse d'Outre-Mer son célèbre discours « Jouer le jeu » dont voici quelques extraits :

« Jouer le jeu, c'est être désintéressé
Jouer le jeu, c'est piétiner les préjugés, tous les préjugés et apprendre à baser l'échelle des valeurs sur les critères de l'esprit.
Jouer le jeu, c'est mépriser les intrigues et les cabales, ne jamais abdiquer, malgré les clameurs ou menaces, c'est poursuivre la route droite qu'on s'est tracée.
Jouer le jeu, c'est savoir tirer son chapeau devant les authentiques valeurs qui s'imposent et faire un pied-de-nez aux pédants et aux attardés.
Jouer le jeu, c'est aimer les hommes, tous les hommes et se dire qu'ils sont tous bâtis sur une commune mesure humaine qui est faite de qualités et de défauts.
Jouer le jeu, c'est mériter notre libération et signifier la sainteté, la pureté de notre esprit... »

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Devant la menace d'un futur conflit, il est nommé en 1938 gouverneur du Tchad, avec mission d'assurer la protection de la voie stratégique vers le Congo français ; il fait construire les routes qui devaient permettre en à la colonne Leclerc de remonter rapidement à travers le Tibesti vers l'Afrique du Nord.

Dès le , Félix Éboué se déclare partisan du général de Gaulle, dont il a entendu l'appel à la radio. Le 26 août, à la mairie de Fort-Lamy, il proclame, avec le colonel Marchand, commandant militaire du territoire, le ralliement officiel du Tchad au général de Gaulle, donnant ainsi « le signal de redressement de l'empire tout entier » et une légitimité politique à la France libre, jusqu'alors dépourvue de tout territoire. René Pleven, envoyé du général de Gaulle assistait à cette proclamation. Le 15 octobre Félix Éboué reçoit de Gaulle à Fort-Lamy, qui va le nommer, le 12 novembre, gouverneur général de l'Afrique-Équatoriale française. Le , il figure parmi les cinq premières personnes à recevoir du général de Gaulle la croix de l’ordre de la Libération. Il transforme l'AEF en une véritable plaque tournante géostratégique d'où partent les premières forces armées de la France libre, conduites par les généraux de Larminat, Kœnig et Leclerc.

Résidant à Brazzaville, il organise une armée de 40 000 hommes et accélère la production de guerre où il peut enfin appliquer la « politique indigène » qu'il a eu le temps de mûrir au cours de sa longue carrière.

Sa politique indigène [modifier | modifier le code]

À l'exemple de Lyautey, il souhaitait que les autochtones pussent conserver leurs traditions et pensait que l'appui des chefs coutumiers était indispensable. Il combattit pour l'insertion de la bourgeoisie indigène dans la gestion locale. Il a consigné toutes ses idées dans son étude intitulée La Nouvelle Politique indigène pour l'Afrique équatoriale française.

La conférence des hauts dirigeants administratifs des territoires africains tenue à Brazzaville le retient la thèse d'Éboué sur l'assimilation. Il ne voit pas les réalisations issues de cette conférence. Fatigué, il part se reposer en Égypte, après avoir séjourné en Syrie. Il meurt d'une congestion cérébrale au Caire le entouré de sa femme, de sa fille et de son fils cadet.

Famille[modifier | modifier le code]

Le , au cours d'un de ses congés en Guyane, Félix Éboué s'est marié à Saint-Laurent-du-Maroni avec Charlotte Andrée Eugénie Tell (1891-1972), notamment conseillère de la République — sénatrice — sous la IVe République, institutrice de sept ans sa cadette et amie de sa sœur[3] Cornélie (devenue Madame Félix Albert Gratien et qui repose actuellement au cimetière de Thiais près de Paris avec ses enfants Aurélia et Yves Gratien). Le couple a eu deux enfants :

  1. Ginette, née le à Paris et décédée en 1992, qui a été mariée de 1946 à 1956 au président sénégalais et poète Léopold Senghor ;
  2. Charles Yves Joseph, né le à Bangassou, en Oubangui-Chari (Afrique-Équatoriale française, actuelle République centrafricaine), décédé le à Reims, était pilote d'avion en Égypte, en Indochine et en Nouvelle-Calédonie.

Félix Éboué a eu deux autres fils de précédentes unions :

  1. Henry, né le à Bouka en Oubangui-Chari (actuelle République centrafricaine), décédé le à Paris ;
  2. Robert, né le à Bambari en Oubangui-Chari[4], décédé le à l'âge de 91 ans, dont le corps repose au cimetière des Clayes-sous-Bois, près de l'église Saint-Martin des Clayes-sous-Bois (Yvelines). Il a eu de son premier mariage une fille Caroline et de son deuxième mariage une autre fille Sylvie et deux fils, Christian et Bertin.

Tous ses enfants ont combattu dans les Forces françaises libres, Henry et Robert dans la 1re DFL à partir de 1942, Charles dans les Forces aériennes françaises libres, Ginette dans les volontaires féminines. Henry Éboué s'est évadé d'un camp de prisonniers allemand, probablement en 1942.

Hommages rendus à Félix Éboué[modifier | modifier le code]

À Paris[modifier | modifier le code]

Tombe de Félix Éboué au Panthéon.

Léopold Sédar Senghor, qui a épousé sa fille, lui a dédié un poème de son recueil Hosties Noires, qu'il écrit à Paris en 1942.

En 1946, Jacques Soustelle, ministre de la France d'Outre-Mer, en présence de Madame Éboué, de Gaston Monnerville, de Gaston Palewski représentant le général de Gaulle, inaugura, dans la cour d'honneur du ministère de la France d'Outre-Mer, une plaque commémorative en l'honneur de Félix Éboué.

Sur l'initiative du Gouvernement, la promotion 1947 de l'École de la France d'outre-mer fut solennellement baptisée : « Promotion du Gouverneur Félix Éboué ».

En 1947, le Conseil Municipal de la mairie de Paris décida de donner le nom de place Félix-Éboué à l'ancienne place Daumesnil. Et en 1977 le Conseil de Paris a aussi donné le nom de rue Eugénie-Éboué à une voie nouvelle, pour honorer son épouse.

La France, par la loi du ordonna que soient inhumés au Temple de l'Immortalité (Panthéon de Paris) les restes du Premier Résistant de la France d'Outre-Mer. La dépouille mortelle de Félix Éboué fut débarquée le à Marseille qui lui fit un émouvant accueil. Le vendredi , il a été inhumé au Panthéon en compagnie de Victor Schœlcher et de Jean Jaurès.

Gaston Monnerville président du Conseil de la République rappellera à cet instant que "c'est (un) message d'humanité qui a guidé Félix Éboué, et nous tous, Résistants d'outre-mer, à l'heure où le fanatisme bestial menaçait d'éteindre les lumières de l'esprit et où, avec la France, risquait de sombrer la liberté"[5]. Cela a fait de lui la première personne noire à y reposer.

Il a de plus été décoré du titre de Compagnon de la Libération. De Gaulle l'a décrit comme « un de ces noirs ardemment français ».

Pour perpétuer, à l'intérieur de l'École de la France d'outre-mer le souvenir de l'élève-administrateur de 1908, le samedi en présence notamment de Gaston Monnerville, de Madame Éboué et de Madame Pavie (veuve du fondateur de l'École Coloniale en 1889), un marbre fut dévoilé où l'on lit cette inscription :

« À LA MÉMOIRE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL FÉLIX ÉBOUÉ
PREMIER RÉSISTANT DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
NÉ À CAYENNE LE 26 DÉCEMBRE 1884 BREVETÉ DE L'ÉCOLE COLONIALE (1908)
DÉCÉDÉ AU CAIRE LE 17 MAI 1944
TRANSFÉRÉ A L'ÉCOLE, PUIS AU PANTHÉON LE 20 MAI 1949 »

À Cayenne[modifier | modifier le code]

Statue de Félix Éboué à Cayenne.

Le eut lieu, l'attribution du nom de Félix Éboué à la rue Richelieu qui passe devant sa maison natale. La Guyane lui a dédié un lycée à Cayenne inauguré le dans le bâtiment même ou Éboué a commencé ses études au collège, une salle de la préfecture et lui a dédié un musée situé dans sa maison natale.

En fut inauguré sur la place des Palmistes à Cayenne une statue à son effigie réalisée par le sculpteur Maurice Gardon. Les inscriptions qui figurent sous la statue de Félix Éboué sont d'André Malraux (d'après l'épitaphe de Simonide la bataille des Thermopyles (-480)) :

« Étranger, va dire à Lacédémone que ceux qui sont morts ici sont tombés sous sa loi. Passant, va dire aux Enfants de notre Pays :
De ce qui fut le visage désespéré de la France, les yeux de l'homme qui repose ici, n'ont jamais reflété que les traits du courage et de la liberté. »

Le , l'Assemblée générale de la Chambre de commerce et d'industrie de la Guyane vote le changement de nom de l'Aéroport international de Rochambeau. L'aéroport est renommé Aéroport de Cayenne-Félix Éboué en janvier 2012[6] en présence du président de la République Nicolas Sarkozy.

À Brazzaville[modifier | modifier le code]

La capitale du Congo et ancienne capitale de l'AEF conserve le souvenir de l'ancien Gouverneur Général:

  • Statue de Félix Éboué par le sculpteur Jonchère, posée en 1957 devant le stade qui porte son nom.
  • L'ancienne Avenue Félix Faure est devenue après la Guerre l'Avenue Félix Éboué (quartier de la Plaine).
  • Le stade au rond point du quartier de Poto-Poto porte son nom.
  • Au Palais du Peuple, ancien palais du Gouvernement Général et actuelle Présidence, a été reconstitué son bureau.
  • Statue de Félix Éboué par le sculpteur Albert Fage, inaugurée le à l'entrée de la ville de Sainte-Rose (site de La Boucan) en présence de Lucette Michaux-Chevry, alors présidente du conseil régional de la Guadeloupe.

À Ndjamena (l'ancienne Fort-Lamy)[modifier | modifier le code]

  • Lycée Félix Éboué (public)
  • Monument Éboué-Leclerc

À Petit-bourg (Guadeloupe)[modifier | modifier le code]

  • Collège Félix Éboué (public)

À Créteil[modifier | modifier le code]

  • Écoles maternelle et élémentaire Félix Éboué (publiques)

Au Pecq[modifier | modifier le code]

  • École élémentaire Félix Éboué (publique)

Numismatique[modifier | modifier le code]

Felix Éboué figure sur une pièce de 10 € en argent éditée en 2012 par la Monnaie de Paris pour représenter sa région natale, la Guyane.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Officier de l'Ordre de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de l'Ordre de la Libération (3e récipiendaire)
  • Grand Officier de l'Ordre du Nichan Iftikar (Tunisie)
  • Officier de l'Ordre de l'Étoile Noire
  • Officier de l'Ordre Impérial du Dragon d'Annam
  • Chevalier de l'Ordre du Mérite Agricole
  • Chevalier de l'Ordre des Palmes Académiques
  • Médaille de l'Éducation Physique et des Sports

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élie Castor, Raymond Tarcy, Félix Éboué, gouverneur et philosophe, L'Harmattan, 194, p. 9.
  2. http://www.scuf.org/histoire-eboue.htm
  3. Georges Renauld, Félix Éboué & Eugénie Éboué-Tell: défenseurs des peuples noirs, Détrad-aVs, 2007, 189 pages, p. 38.
  4. Élie Castor, Raymond Tarcy, Félix Éboué, L'Harmattan, 1984, p. 10.
  5. http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichegh.php?idGH=225&idLang=nl
  6. Arrêté du 4 janvier 2012, J.O. 8 janvier 2012, NOR TRAA1200009A, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025114748

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]