Marat (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marat.
Marat (МараT)
Image illustrative de l'article Marat (cuirassé)

Autres noms Petropavlovsk (ПеTропавловск), Volkov (Волхов)
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie, flotte de la Baltique, Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Quille posée juin 1909
Lancement septembre 1911
Armé janvier 1914
Statut Détruit en 1952
Caractéristiques techniques
Type Navire de ligne
Longueur 180 mètres
Maître-bau 27 m
Tirant d'eau 920 m
Déplacement 24 000 tonnes normal
27 000 à 28 000 tonnes à pleine charge
Propulsion 4 turbines à engrenage Parsons, 25 chaudières Yarrow, 4 hélices
Puissance 42 000 ch
Vitesse 23 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture : 230 à 254 mm

ponts 25 à 38 mm tourelles : 105 mm, barbettes : 203 mm, casemates : 127 mm

Armement 12 canons de 305 mm
10 canons de 120 mm
6 canons de 76 AA
8 de 37 mm
8 ML 12,7
4TLT 533 mm SM
Rayon d'action 4 000 milles à 16 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 30 officiers et 1 100 hommes
Chantier naval Chantiers de la Baltique de Saint-Pétersbourg
Port d'attache Helsinki Kronstadt

Le Petropavlovsk (en russe : ПеTропавловск) ou le Marat (en russe : МараT) est un navire de ligne de la Marine impériale de Russie de 1911 à 1917, puis de la Marine soviétique de 1917 à 1952. Mis en service en 1914, gravement endommagé lors de l'offensive allemande en 1941, par le pilote de Stuka Hans Rudel, il est renfloué en 1943 ; il est détruit en 1952.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Petropavlovsk (en 1921 le Marat) est à l'origine un dreadnought créé avant la Première Guerre mondiale, en même temps que ses trois sister-ships de classe Gangut, le Sebastopol, le Gangut et le Poltava.

Carrière dans la Marine impériale de Russie[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of Russia.svg

Le Petropavlovsk fut spécialement conçu pour le combat en mer Baltique. Sur un plan positif, ce bâtiment de guerre fut similaire au cuirassé italien Dante Alighieri, mais posséda des qualités inhérentes au croiseur de bataille, il posséda une vitesse relativement élevée pour un cuirassé[1].

Le Petropalovsk prit part à la Première Guerre mondiale.

Carrière du Marat dans la Marine soviétique[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of the Soviet Union.svg Suite à la signature du traité de Brest-Litovsk le 3 mars 1918, le Sebastopol et d'autres navires de la flotte de la Baltique prirent part à la croisière de glace de la flotte de la Baltique. Le 12 mars 1918, escortée par les brise-glaces Yermak et Volynets, la 1re escadre quitta le port d'Helsinki pour accoster dans le port de Kronstadt le 17 mars 1918. Stepan Maximovitch Petrichenko (1892-1947), mécanicien à bord du Petropavlovsk, dirigea de décembre 1917 au 26 février 1918 la République soviétique de Naissaar (petite île située au large de l'Estonie). En 1918, les membres d'équipage du Petropavlovsk prirent part à la rébellion anti-bolchevique de Kronstadt. À Brasov, le 17 août 1919, lors de l'intervention des alliés en Russie, le Petropavlovsk fut touché par trois torpilles lancées par la vedette lance-torpille britannique MB-88.

Le Petropavlovsk fut renfloué et réparé. Le 31 mai 1921, il fut réaffecté dans la Marine soviétique. Lors de sa remise en service (en même temps que deux de ses sister-ships), le cuirassé reçut le nom de Marat, en l'honneur du révolutionnaire français Jean-Paul Marat. À cette occasion, le Sebastopol devint Parizhkaia Kommuna (Commune de Paris, une autre référence à la France), et le Gangut devint Oktyabrskaya Revoluciya (Révolution d'Octobre). Le quatrième modèle (la Poltava, renommé Frounze), très endommagé pendant les révolutions russes, servit de magasin à pièces de rechange pour les trois autres cuirassés. Cette reconstruction d'anciens dreadnoughts était à l'époque courante, et permettait de rallonger la durée de vie de grands bâtiments, tout en faisant de substantielles économies.

Du 10 mai au 5 juin 1937, le Marat se rendit au Royaume-Uni, il participa à une revue navale donnée à l'occasion du couronnement de Georges VI du Royaume-Uni. Sur le chemin du retour, il accosta dans les ports de Memel, Libava et Tallinn[1].

Au cours de la Grande Guerre patriotique, le Marat prit une part active dans la défense de Leningrad.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, ces navires vieillissants furent utilisés comme artillerie et DCA flottante côtière. Lors de l'offensive allemande de 1941, le Marat, ancré à Kronstadt, fut touché par une seule bombe de 1 000 kg[2] sur, semble-t-il, sa soute à munitions. Sur le cuirassé, on déplora la mort de 324 personnes. Il commença à couler mais, étant amarré sur des hauts fonds, resta émergé. Son épave continua donc de servir de plate-forme de tir contre la Wehrmacht. Il fut renfloué après le conflit, et le 31 mai 1943, il reprit son nom de Petropavlovsk[2]. Le 28 novembre 1950, il reçut le nom de Volkhov (Волхов) et, réduit à l'état de ponton, fut utilisé en tant qu'école d'artillerie. Le cuirassé fut détruit en 1952[2].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b dic.academic.ru
  2. a, b et c informations et d'images