Diabète sucré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diabète.
Diabète sucré
Classification et ressources externes
Blue circle for diabetes.svg
Le cercle universel bleu, symbole du diabète[1]
CIM-10 E10E14
CIM-9 250
MedlinePlus 001214
eMedicine med/546  emerg/134
MeSH C18.452.394.750
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le diabète sucré (ou diabète par abus de langage) est une maladie liée à une défaillance des mécanismes biologiques de régulation de la glycémie (concentration de glucose dans le sang) menant à une hyperglycémie.

Cette maladie se manifeste par des symptômes propres au diabète (syndrome polyuro-polydipsique) et par des lésions d'organes tels la rétine, les reins, les artères coronaires, etc., dues à la toxicité du glucose.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme latin diabetes mellitus est utilisé par le CIM-10[2], et dans divers pays.

Le mot diabète vient du grec διαβαίνω, passer au travers. Les médecins grecs anciens avaient observé ce syndrome diabétique : les malades semblaient uriner aussitôt ce qu'ils venaient de boire, comme s'ils étaient « traversés par l'eau » sans pouvoir la retenir. Puis ils maigrissaient, malgré une nourriture abondante, et mouraient en quelques semaines ou mois. L'adjectif latin mellitus renvoie à la notion de « sucré comme le miel »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les médecins égyptiens avaient déjà découvert cette maladie à l'époque d'Amenhotep III entre le XVe siècle et le XVIe siècle avant notre ère (date variable selon les égyptologues)[4],[5]. La maladie est décrite à la section vases d'eau du corps, dans le Papyrus Ebers conservé à Leipzig, rédigé sous le règne d'Amenhotep III (ou Aménophis III en grec), où se trouvent toutes les sources de la médecine égyptienne[6]. Les médecins grecs de l'école d'Hippocrate de Cos, qui ont donné son nom à la maladie (dia baïno, en grec ancien : δια μπαïvo, ou διαβαïυω qui signifie « qui passe au travers »), ont ensuite observé vers le IIIe siècle av. J.-C. ou le IIe siècle av. J.-C. (selon les sources) « que les malades étaient frappés d'une soif continuelle, et qu'ils semblaient uriner aussitôt ce qu'ils venaient de boire, comme s'ils étaient « traversés par l'eau » sans pouvoir la retenir[7]. » C'est Praxagoras de Cos 384-322 av.J.C. disciple d'Hippocrate, qui évoqua pour la première fois la nocivité des humeurs sucrées[8]. Dans certains cas les urines n'avaient pas de goût (diabète insipide) dans d'autres les urines étaient sucrées (diabète sucré ou hyperglycémie)[9],[10]. Au VIIe siècle ap. J-C, les Chinois faisaient part de leurs observations et de leurs interprétations concernant les urines sucrées et proposaient un traitement proche des méthodes modernes qui recommandent aux diabétiques de s'abstenir de consommer de l'alcool et de l'amidon[11].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Régulation de la glycémie.

La régulation de la glycémie par l'organisme est en grande partie liée à la capacité des cellules à absorber le glucose, faisant ainsi baisser sa concentration dans le sang. L'insuline est une hormone sécrétée par le pancréas, dont la fonction est d'augmenter l'entrée de glucose dans les cellules en cas d'hyperglycémie (d'où son action hypoglycémiante).

La polyurie-polydipsie (littéralement : « beaucoup uriner et beaucoup boire ») est une conséquence de l'hyperglycémie (augmentation du taux de sucre sanguin). Les reins ne peuvent récupérer tout le glucose filtré, qui passe dans les urines et par osmose appelle l'eau de l'urine primaire et provoque une perte d'eau importante dans les urines, ce qui entraîne une déshydratation et une soif permanente. Les malades boivent donc parce qu'ils urinent trop et non l'inverse.

Diabète et hérédité[modifier | modifier le code]

Le risque de transmission du diabète n'est pas le même dans le type 1 ou le type 2. Il est généralement considéré comme un risque assez important: il est de 5 % dans le diabète insulino-dépendant (type 1). Dans le diabète insulino-résistant (type 2), ce risque s'élève à 30 % si un seul parent est atteint, et à 50 % si les deux parents sont diabétiques.

Présentation commune[modifier | modifier le code]

Le diabète se caractérise par :

  • une émission d'urine excessive (polyurie) entraînant une soif intense (polydipsie), soit un diabète proprement dit ;
  • un appétit anormalement augmenté (polyphagie). Il a aussi pour conséquence un amaigrissement malgré une prise de nourriture abondante ;
  • parfois une acido-cétose diabétique avec dyspnée de Kussmaul

D'autres symptômes peuvent apparaître, tels qu'une perte de poids, une fatigue et des troubles de la vision, ou encore une irritabilité.

Les analyses de sang et d'urine montrent :

  • une glycémie (taux de sucre dans le sang) supérieure à 1,26 g/l à jeun ou 7 mmol (la valeur normale étant comprise de 0,8 et 1,10 g/l, de 1,10 à 1,25, il est question d'intolérance au glucose) ;
  • parfois une acétonurie (présence d'acétone dans les urines, le seuil de passage de l'acétone dans les urines est une glycémie de 2,5 g/l) accompagnée d'une haleine de « pomme reinette » caractéristique ;
  • une présence de sucre dans les urines (glycosurie, le seuil du passage de sucre dans les urines est de 1,8 gramme) ;

Classification[modifier | modifier le code]

Plusieurs défaillances existent et caractérisent des formes de diabète différents. Les symptômes et les complications peuvent être variables selon le ou les mécanismes défaillants (Tima et Aissal, A).

Diabète de type 1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diabète de type 1.

Autrefois appelé diabète insulino-dépendant (ou encore diabète juvénile), ce diabète apparaît le plus souvent de manière brutale. C'est la cause la plus fréquente de diabète chez l'enfant, mais il peut survenir à tous les âges.

Sa forme la plus fréquente est la conséquence d'une maladie auto-immune, c'est-à-dire la destruction de Cellule bêta des îlots de Langerhans du pancréas (qui synthétisent l'insuline) par le système immunitaire, ce dont témoigne la présence d'anticorps dans le sang. Leur destruction a pour conséquence une absence d'insuline dans le sang. Le diabète de type 1 est le plus souvent un diabète insulinodépendant.

Les diabétiques de type 1 doivent s'injecter de l'insuline plusieurs fois par jour tout au long de leur vie et manger de manière équilibrée. Cet équilibre glycémique étant précaire, traitement et alimentation varient au jour le jour en fonction des circonstances (activités, émotions, horaires, maladies, etc.). Le diabétique se doit donc d'être autonome dans la gestion de sa maladie.

Diabète de type 2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diabète de type 2.

Cette forme de diabète représente près de 90 % des cas de diabète[12]. Autrefois appelé diabète non insulinodépendant (ou diabète de l'âge mûr), ce diabète survient classiquement chez l'adulte de plus de 40 ans présentant, dans 80 % des cas, une obésité ou du moins un excès pondéral, et avec souvent des antécédents familiaux de diabète de type 2. Chez la femme, cela a parfois été précédé de diabète gestationnel (diabète transitoire pendant les grossesses), ou plus souvent de gros bébés.

Au début de la maladie, la production d'insuline par le pancréas est normale (voire excessive). Mais, les cellules de l'organisme chargées de capter et d'utiliser le glucose deviennent insensibles à l'insuline, d'où une augmentation de la glycémie. Le diabète de type 2 est le plus souvent non-insulinodépendant, mais un traitement par insuline peut être nécessaire pour la maîtrise de l'équilibre glycémique.

Le diabète de type 2 s'associe souvent à d'autres facteurs de risque cardiovasculaire, comme l'hypertension artérielle, la répartition androïde des graisses, l'hypertriglycéridémie et la baisse du taux du cholestérol-HDL, le syndrome métabolique. Son incidence augmente, en conséquence des modifications du mode de vie (sédentarité, alimentation hypercalorique, hyperlipidique). Jusqu'à récemment, ce diabète touchait essentiellement des adultes, à partir de la trentaine. En raison de l'augmentation du taux d'obésité juvénile, il touche maintenant de plus en plus d'adolescents voire d'enfants.

Le diabète de type 2, ou diabète de la maturité, s'observe le plus souvent chez des individus en surpoids ou obèses, aussi appelé « syndrome dysmétabolique » avec risque de stéatose hépatique (surcharge graisseuse du foie). On dit plus souvent que ce diabète est un diabète âgé.

Diabète gestationnel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diabète gestationnel.

Le diabète gestationnel est un diabète qui apparaît pour la première fois chez certaines femmes au cours de la grossesse. Il est caractérisé par une intolérance au glucose due à la production d'hormones placentaires, provoquant une insulinorésistance qui entraîne une hyperglycémie. Le diabète gestationnel peut être isolé (il ne survient que pendant les grossesses) ; plus fréquemment, il annonce la possibilité d'un diabète de type 2 ou peut être la première manifestation d'un diabète de type 1.

Autres types spécifiques[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses autres causes de diabète sucré, relativement rares. On peut citer[13] :

D'autres causes sont parfois citées : les antipsychotiques[réf. nécessaire] et les immunosuppresseurs de la famille des inhibiteurs de la calcineurine[réf. nécessaire], la cirrhose[réf. nécessaire] (quelle qu'en soit la cause, mais plus particulièrement dans le contexte de l'infection par le virus de l'hépatite C).

Complications[modifier | modifier le code]

Un taux de sucre sanguin (glycémie) en dehors d'une certaine norme provoque très rapidement des symptômes:

Les atteintes des gros vaisseaux (macroangiopathie) sont dues à l'athérosclérose. On[Qui ?] retrouve souvent de l'angine de poitrine, voire des infarctus du myocarde passant parfois inaperçus, des accidents vasculaires cérébraux comme des accidents ischémiques et de l'artériopathie oblitérante des membres inférieurs. Il est conseillé aux diabétiques de faire un électrocardiogramme une fois par an.

Les complications des petits vaisseaux (microangiopathie) touchent :

  • Les yeux par la rétinopathie diabétique ischémique (sans formation de néo-vaisseaux) ou hémorragique (avec formation de néo-vaisseaux) pouvant entraîner cécité, microanévrisme, œdème maculaire. Il est conseillé aux diabétiques de faire un fond d'œil une fois par an.
  • La neuropathie diabétique est un trouble de la sensibilité épicritique et profonde parfois accompagné de douleurs neuropathiques principalement au niveau des membres inférieurs, ces troubles de la sensibilité peuvent entraîner un retard de prise en charge de plaies du pied. Le diabétique ne se rend pas compte qu'il a une blessure par l'absence de stimuli douloureux, il laisse évoluer une blessure pouvant entraîner un escarre, voire un authentique mal perforant plantaire. Les diabétiques testent annuellement leur sensibilité distale avec le test appelé monofilaments.

Sur le plan cutanéo-muqueux, des difficultés de cicatrisation des plaies sous forme d'ulcères sont perçues, ces derniers sont courants chez les diabétiques atteints d'artériopathie oblitérante des membres inférieurs (mal perforant plantaire).

Sur le plan immunitaire, le milieu sucré profite à beaucoup d'agents infectieux telles les candidoses par une atteinte de l'immunité cellulaire. Il est associé à la maladie parodontale[14],[15].

Enfin, la grossesse d'une femme diabétique doit faire l'objet d'un suivi médical particulier, de façon à limiter les risques de malformations fœtales.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Prévalence (mesure de l'état de santé d'une population à un moment donné)[modifier | modifier le code]

Le diabète, sans être véritablement classé dans les maladies émergentes, est une maladie chronique et invalidante qui se développe de manière épidémique depuis quelques décennies, et dont la prévalence augmente fortement et rapidement dans tous les pays, surtout avec le mode de vie, l'urbanisation et ses conséquences[16], laissant supposer qu'outre une composante génétique, cette maladie ait un ou plusieurs facteurs environnementaux.

La maladie s'est d'abord développée dans les pays riches ou dits « développés en rapport avec la sédentarité et l'alimentation », mais de nombreux indices indiquent qu'elle se développe rapidement dans les pays pauvres (la malnutrition, l'ignorance, les infections).

La prévalence était en 2003 la plus élevée en Amérique du Nord (7,9 % de la population nord-américaine) et en Europe (7,8 % de la région Europe), au Maroc environ 5 %. La prévalence est croissante en Asie du Sud-Est, elle pourrait d'ici vingt ans devenir la zone où le risque de diabète serait le plus élevé (13,2 % de la population y est déjà victime d'intolérance au glucose (IGT)).

En 2012, le taux de diabète estimé chez les jeunes Chinois de 7 à 18 ans est 4 fois supérieur à celui observé chez les jeunes Américains. Ainsi, 1/3 des enfants chinois de moins de 17 ans présente au moins un facteur de risque cardiovasculaire. Ceci s'explique par les changements nutritionnels qui ont accompagné l’essor économique du pays et ont entraîné une véritable épidémie d’obésité. À signaler que la quasi-totalité des cas sont des diabètes de type 2, le type 1 étant une forme de diabète quasiment inexistante en Chine[17],[18].

L'Organisation mondiale de la santé évoque une véritable épidémie avec un nombre de cas estimé passé de 30 millions en 1985 à 135 millions en 1995, 10 ans plus tard et 177 millions en 2000, puis 194 millions en 2003[19]. L'OMS s'attend à un nombre de diabétiques d'environ 300 millions d'ici à 2025 (330 selon la fédération mondiale du diabète qui estime qu'en 2003, il y a 194 millions de diabétiques dans le monde, c'est-à-dire 5,1 % des adultes en moyenne, et qu'ils seront 6,3 %, d’ici 2025).

En France, la prévalence du diabète est mieux suivie depuis 1998 grâce à des enquêtes spécifiques : 2,5 millions de personnes en 2008 y seraient atteintes de diabète de type 2 (prévalence de 3,5 %). La prévalence est passée de 2,7 à 3,6 % de 2000 à 2005 (augmentation moyenne annuelle de 5,7 %). 500 000 à 800 000 Français vivraient sans savoir encore qu'ils sont diabétiques. Les disparités d'âge et géographique sont fortes : la maladie est diagnostiquée à l'âge moyen de 64,8 ans. Les "75 ans et plus" sont les plus touchés (13,4 %) juste devant les 65-74 ans (13,3 %). Un cinquième de la population âgée de plus de 75 ans est diabétique. Les régions d'outre-mer sont les plus touchées avec 7,8 % des Réunionnais, 7,3 % des Guadeloupéens 6,8 % des Martiniquais. En métropole, les diabétiques sont plus nombreux dans le quart nord-est du pays et notamment en Seine-Saint-Denis (5,1 % de la population), l'ouest étant moins touché [14]. C'est en Alsace, peut-être à cause de l'alimentation, que le nombre de diabétiques est le plus élevé (avec une prévalence de 6,5 %[20]).

La Fédération internationale du diabète estime que, en Belgique, une personne sur 12 est atteinte de diabète (7,8 %) (statistiques de 2007). Dans vingt ans, ce chiffre devrait atteindre 1 sur 10.

Incidence[modifier | modifier le code]

Le diabète est devenu la quatrième ou cinquième cause de mortalité dans la plupart des pays développés. Il a d'abord touché essentiellement des pays riches ou développés, mais s'étend maintenant dans les pays pauvres ou nouvellement industrialisés. Son incidence est difficile à mesurer, notamment dans les pays pauvres et ce par manque d'études spécifiques. L'OMS estime[16] que vers l'an 2000, quatre millions de personnes en mouraient par an dans le monde, ce qui correspond à un taux de létalité de 9 % environ.

Les complications oculaires et cardiovasculaires de cette maladie qui surviennent souvent chez des gens jeunes ou encore en activité poussent les services de santé et organismes de sécurité sociale à dépenser de plus en plus pour lutter contre le diabète dont les causes restent incomprises. Le nombre de cas continue néanmoins d'augmenter.

Prévention et traitement[modifier | modifier le code]

Outre un dépistage permettant un traitement plus précoce, un régime alimentaire adapté, une augmentation de l'activité physique (baisse de poids), avec une sensibilisation et un programme d'éducation continu peuvent fortement diminuer la prévalence du diabète. C'est ce qu'a notamment montré, selon l'OMS, une expérience chinoise conduite sur six ans au sein d'une population sensible, qui a réduit de près des deux tiers l'apparition de cas de diabète.

De telles mesures sont lourdes mais très rentables à long et moyen termes si appliquées à toute une population. Des conséquences secondaires positives concerneront de plus l’obésité, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers d'origine socio-environnementale.

Chez les patients ayant déjà développé un diabète, divers moyens existent d'en diminuer les impacts :

  • le traitement précoce de l’hypertension artérielle et de l’hyperlipémie, le contrôle de la glycémie (antidiabétiques oraux pour le diabète de type II et insuline pour le diabète de type I) réduisent les complications et freinent l'évolution vers les formes graves de diabète. La détection et le traitement précoces de la protéinurie limitent ou freinent l'évolution vers l'insuffisance rénale ;
  • la prévention de l'ulcération des pieds par une éducation et des soins appropriés divise par deux l’incidence des amputations (source OMS) ;
  • le dépistage et le traitement précoces des rétinopathies évitent nombre de cécités et diminuent les coûts globaux (dont indirects et immatériels) du diabète ;
  • une lutte plus efficace contre le tabagisme et l'alcoolisme, facteurs d'aggravation du diabète (hypertension et cardiopathie) est également recommandée par l'OMS.

De nouvelles expériences sont menées à travers les jeux vidéo (tel que l'Affaire Birman et Time-out) pour aider les diabétiques à gérer leur maladie et à développer de bons réflexes.

De plus la société Google a lié un partenariat avec le groupe Novartis afin d'accélérer le développement de lentilles de contact connectées. Celles-ci permettront, à l'aide de microprocesseurs miniaturisés, de suivre en temps réel l'évolution de la glycémie du porteur et de l'alerter en cas de besoin.[21]

Une bonne hygiène de vie et quelques précautions permettent aux adultes et enfants diabétiques de mener une vie normale[réf. souhaitée] :

Références dans les fictions[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (avril 2014)

Les problématiques du diabète, et en particulier du diabète insulino-dépendant, ont été évoquées dans diverses fictions, notamment policières comme clef de l'intrigue.

Littérature[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Dans Cent mille dollars au soleil (1964), film d'Henri Verneuil, le surnom du directeur de la compagnie de transport est « La Betterave » pour son diabète insulino-dépendant.
  • Memento (2000) de Christopher Nolan. L'intrigue se noue notamment autour du héro qui n'a quasi pas de mémoire à court terme, et l'injection d'insuline qu'il doit faire à sa compagne.
  • Michael Corleone souffre d'hypoglycémies dans Le Parrain 3.
  • Dans Panic Room, une des occupantes retranchées est diabétique en hypoglycémie, ce qui introduit un compte à rebours dans l'intrigue. Une injection de glucagon est réalisée pour remédier à l'hypoglycémie. Elle se défend par ailleurs d'un de ses agresseurs en lui injectant de l'insuline, susceptible de causer un coma hypoglycémique.
  • Dans John Rabe, le juste de Nankin, John Rabe, souffrant de diabète insulino-dépendant, évite de peu le coma diabétique du fait de n'avoir pu s'injecter d'insuline pendant plusieurs semaines.
  • Dans Black Book de Paul Verhoeven, l'héroïne reçoit une injection massive et mortelle d'insuline à son insu. Elle se sauve en mangeant du chocolat.

Télévision[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Diabetes Blue Circle Symbol », sur International Diabetes Federation,‎ 17 mars 2006
  2. http://apps.who.int/classifications/icd10/browse/2010/en#/E10-E14 ICD-10 Version:2010 Diabetes mellitus (E10-E14)
  3. http://catholic.archives.nd.edu/cgi-bin/lookup.pl?stem=mellitus&ending=
  4. entre1500 av. J.-C. et 1600 av. J.-C. selon Claire Lalouette, Thèbes ou la naissance d'un empire, Champs Flammarion, 1995 (ISBN 2080813285), p. 419.
  5. 1390 selon Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, Le Livre de poche Références-Arthème Fayard, 1988 (ISBN 2253065471), p. 265.
  6. Claire Lalouette, Thèbes ou la naissance d'un empire, p. 419-20.
  7. Jean-Charles Sournia, Histoire de la médecine et des médecins, Larousse, 1997 (ISBN 2035232007), p. 78.
  8. J.C. Sournia, p. 65
  9. Professeur Jean-Louis Portos, Larousse médical, 1991 (ISBN 2035101297[à vérifier : isbn invalide]), p. 315.
  10. Sabatino Moscati, La Médecine grecque, dans l'antiquité, Fernand Nathan, 1975, p. 71.
  11. Temple 2007, p. 146-147.
  12. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs312/fr/
  13. American Diabetes Association, « Diagnosis and classification of diabetes mellitus », Diabetes Care, 2013, vol. 36, supplément 1, p. S67–74, DOI:10.2337/dc13-S067
  14. « Diabète et état parodontal (1re partie) » Le courrier du dentiste, décembre 2001
  15. « Diabète et état parodontal (2e partie) » Le courrier du dentiste, janvier 2002
  16. a et b Fiche OMS
  17. Article magazine Bien Sûr Santé du 10 juillet 2012
  18. (en) S Yan, J Li, S Li, B Zhang, S Du, P Gordon-Larsen, L Adair, B Popkin, « The expanding burden of cardiometabolic risk in China: the China Health and Nutrition Survey », Obesity reviews: an official journal of the International Association for the Study of Obesity,‎ 28 juin 2012 (ISSN 1467-789X, PMID 22738663, DOI 10.1111/j.1467-789X.2012.01016.x, lire en ligne)
  19. Atlas mondial 2003,page 8/58.
  20. Source Alfediam et Atlas mondial
  21. « Google et les Lentilles pour Diabétiques », sur Clin d'Oeil,‎ 16/07/2014 (consulté le 16/07/2014)

Robert Temple, Le génie de la Chine: 3 000 ans de découvertes et d'inventions,‎ 2007 (ISBN 9782877309479)[Quoi ?]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Claire LaLouette, Thèbes ou la naissance d'un empire, Champs Flammarion, 1995 (ISBN 2080813285).
  • Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, Le Livre de poche Références-Arthème Fayard, 1988 (ISBN 2253065471).
  • Jean-Charles Sournia, Histoire de la médecine et des médecins, Larousse, 1997 (ISBN 2035232007).
  • Professeur Jean-Louis Portos, Larousse médical, 1991 (ISBN 2035101297[à vérifier : isbn invalide]).
  • Sabatino Moscati, La Médecine grecque, dans l'antiquité, Fernand Nathan, 1975.
  • Le Gourmet Diabétique, Yves de Saint Jean, Dr Valérie Gouze, Aqualyne, 2012 (ISBN 2954182902[à vérifier : isbn invalide]).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Catégorie Diabète de l’annuaire dmoz