Antoine-Vincent Arnault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnault.
Antoine-Vincent Arnault au XIXe siècle.

Antoine Vincent Arnault, né le à Paris et mort le à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

Ayant entrepris des études de droit, il se passionne pour la poésie. Il compose des héroïdes, des élégies et des romances qui font parler de lui. Il devient secrétaire du cabinet de Madame en 1786. Puis il entame une carrière dramatique avec deux succès[1], Marius à Minturnes et Lucrèce en 1791 et 1792. Émigré en Angleterre pendant la Terreur, il est arrêté à son retour en France, puis rapidement libéré.

Il épouse en 1801 Jeanne-Catherine (dite Sophie) Guesnon de Bonneuil, fille de Jean-Cyrille Guesnon de Bonneuil et de Michelle Sentuary, devenant le beau-frère de Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély et le cousin par alliance du baron Jean de Batz.

Dès avant le Consulat, Arnault se lie d'amitié avec Napoléon, qui le charge en 1797 de l'organisation administrative des Îles ioniennes, occupées par la France. Il accompagne Napoléon dans l'expédition d'Égypte, mais doit interrompre son voyage à Malte. En 1799, Napoléon le fait nommer membre de l'Institut et lui procure un poste au ministère de l'Intérieur où il est chef de la 4e division : Instruction publique, beaux-arts et sciences. Ayant été ministre de l'Instruction publique par intérim pendant les Cent-Jours, il est condamné à l'exil lors de la seconde Restauration et radié de l'Académie en 1816. Il est rappelé en France en 1819 et, en 1829, il est réélu à l'Académie, dont il deviendra le secrétaire perpétuel en 1833. De 1831 à 1834 il est professeur de littérature et de composition française à l'École polytechnique[2].

Il avait été fait chevalier de l'Empire le [3].

Parmi ses tragédies, la plus appréciée de ses contemporains est Blanche et Montcassin, ou Les Vénitiens, représentée pour la première fois en 1798. Talma, lui aussi ami de Napoléon, tient le premier rôle dans la plupart de ses pièces. En 1817, son Germanicus provoque de violents affrontements entre royalistes et bonapartistes. Villemain a dit de son théâtre : « Auteur tragique de l'école de Ducis, Arnault a dans ses ouvrages mêlé aux anciennes formes un nouveau degré de terreur et quelquefois de simplicité[4] ». Arnault s'est fait apprécier aussi pour ses Fables, dont le ton est fréquemment satirique, ce qui fera dire à Scribe, son successeur à l'Académie : « C'est Juvénal qui s'est fait fabuliste... On a reproché à Florian d'avoir dans ses bergeries mis trop de moutons ; peut-être dans les fables de M. Arnault y a-t-il trop de loups[5] ». Arnault a été par ailleurs l'auteur d'une Vie politique et militaire de Napoléon et de chants et de cantates à la gloire de l'Empereur. Ses Souvenirs d'un sexagénaire, parus en 1833, ont été prisés par Sainte-Beuve.

Un poème d'Arnault[modifier | modifier le code]

La feuille au vent
De ta tige détachée,
Pauvre feuille desséchée,
Où vas-tu ? - Je n'en sais rien.
L'orage a brisé le chêne
Qui seul était mon soutien.
De son inconstante haleine
Le zéphyr ou l'aquilon
Depuis ce jour me promène
De la forêt à la plaine,
De la montagne au vallon.
Je vais où le vent me mène,
Sans me plaindre ou m'effrayer :
Je vais où va toute chose,
Où va la feuille de rose
Et la feuille de laurier[6].

Ce poème a été librement traduit en italien par Giacomo Leopardi et publié sous le titre "Imitazione" dans les "Canti", dont il constitue le trente-cinquième poème.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre
  • Les Frayeurs d'Arlequin, comédie en un acte (1787)
  • Robinson Cruzoe dans son île, comédie en un acte (1787)
  • Marius à Minturnes, tragédie en 3 actes, Paris, Théâtre-Français, 19 mai 1791
  • Lucrèce, tragédie en 5 actes, en vers, Paris, Comédiens français ordinaires du roi, 4 mai 1792 Texte en ligne
  • Mélidore et Phrosine, drame lyrique en 3 actes, Paris, théâtre lyrique de la rue Favart, 17 germinal an II (1793)
  • Quintius Cincinnatus, tragédie en 3 actes, Paris, théâtre de la République, 11 nivôse an III (1794) Texte en ligne
  • Horatius Coclès, acte lyrique, Paris, théâtre national de l'Opéra, ler décadi 30 pluviôse l'an deuxième (1794) Texte en ligne
  • Oscar, fils d'Ossian, tragédie en 5 actes, Paris, théâtre de la République, 14 prairial an IV (1795) Texte en ligne
  • Blanche et Montcassin, ou Les Vénitiens, tragédie en 5 actes, Paris, Théâtre-Français, 25 vendémiaire an VII (1798) Texte en ligne
  • Don Pèdre ou Le roi et le laboureur, tragédie en cinq actes, en vers, Paris, Théâtre-Français, 1802
  • Scipion consul, drame héroïque en un acte et en vers (1804)
  • Cadet-Roussel esturgeon, folie-parade en 2 actes, mêlée de vaudevilles, avec Marc-Antoine Désaugiers (1813)
  • La Rançon de Duguesclin, ou Les Mœurs du XIVe siècle (1814)
  • Germanicus, tragédie en 5 actes et en vers, Paris, Comédiens français ordinaires du roi, 22 mars 1817
  • Œuvres complètes. Théâtre (4 volumes, 1817-19)
  • Guillaume de Nassau, tragédie en 5 actes (1825)
  • Le Proscrit, ou Les Guelfes et les Gibelins, tragédie en 5 actes et en vers, dédiée au souffleur de la Comédie-Française, Paris, Théâtre-Français, 9 juillet 1827
Divers
  • Fables (1802)
  • Œuvres complètes de Jacques Delille (5 volumes, 1817-19)
  • Biographie nouvelle des contemporains ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers ; précédée d'un tableau par ordre chronologique des époques célèbres et des évènements remarquables, tant en France qu'à l'étranger, depuis 1787 jusqu'à ce jour, et d'une table alphabétique des assemblées législatives, à partir de l'assemblée constituante jusqu'aux dernières chambres des pairs et des députés (20 volumes en collaboration, 1820-25)

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Vie politique et militaire de Napoléon (2 volumes, 1822-26)
  • Œuvres (8 volumes, 1824-27)
  • Œuvres. Philosophie (3 volumes, 1827)
  • Souvenirs d'un sexagénaire (1833). Réédition : Champion, Paris, 2003.
  • Fables nouvelles (1834) Texte en ligne

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armes de chevalier de l'Empire 
D'or, à la gerbe de blé de sinople, au comble d'azur chargé de deux étoiles en fasce d'argent; chevron de gueules du tiers de l'écu, chargé du signe des chevaliers légionnaires, brochant sur le tout.[7]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Fouché dans son livre sur Percier et Fontaine, Paris, s.d. (1904 ?), écrit cependant que Lucrèce n'eut aucun succès, page 31, ceci à propos de la collaboration de Charles Percier pour les décors.
  2. Léon Halévy, Histoire résumée de la littérature française, vol. 1, D. Eymery,‎ 1838 (lire en ligne), p. 12
  3. Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), 1889.
  4. Cité par Tyrtée Tastet, Histoire des quarante fauteuils de l'Académie française depuis la fondation jusqu'à nos jours, 1635-1855, volume III, p. 90 (1855)
  5. Cité par Tyrtée Tastet, op. cit. p. 91 (1855)
  6. Antoine-Vincent Arnault, poèmes (1802)
  7. Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques,‎ 1870 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Antoine-Vincent Arnault Suivi par
Anne-Pierre de Montesquiou-Fézensac
Fauteuil 16 de l’Académie française
1803-1816
Duc de Richelieu
Précédé par Antoine-Vincent Arnault Suivi par
Louis-Benoît Picard
Fauteuil 13 de l’Académie française
1829-1834
Eugène Scribe