Roman épistolaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Épistolaire
Aphra Behn, Love Letters Between a Noble Man and His Sister

Le roman épistolaire (ou parfois une nouvelle épistolaire) est un genre littéraire dans lequel le récit se compose de la correspondance fictive ou non d’un ou plusieurs personnages[1]. Les chapitres de ces romans sont généralement organisés par les lettres écrites entre les personnages (chaque lettre séparée des autres et portant un chiffre, une date, le nom du destinataire ou une combinaison de ces éléments).

Ce genre est né au XVIIe siècle et resta très prisé au XVIIIe siècle. Au début du XXIe siècle est apparue une variante, formellement similaire, le roman par courrier électronique. Le ressort principal du genre épistolaire, qui le rapproche ainsi du genre théâtral, est de renforcer l’effet de réel en donnant au lecteur le sentiment de s’introduire dans l’intimité des personnages à leur insu.

Histoire et structure[modifier | modifier le code]

Le roman épistolaire est un genre autonome de communication indirecte différée : il relie un émetteur et un ou plusieurs récepteurs en dehors de l’espace spatio-temporel. Dans sa variante récente de roman par courriel, si elle reste indirecte, le caractère différé de la communication joue moins.

D’un point de vue formel, il se rapproche du genre épistolaire, attesté dès l’antiquité gréco-latine. Dès ces époques et plus tard, existent des fictions épistolaires où les auteurs supposés sont fictifs (Lettres d’Alciphron, Héroïdes d’Ovide) ou réels mais leur correspondance fictive (Lettres de Chion d'Héraclée[2], lettres d’Abélard et d’Héloïse[3]). Cependant, à la différence du roman, ces auteurs antiques ou anciens maintiennent la fiction extra-textuelle de rédacteurs réels d’une correspondance réelle, même si leurs lecteurs ne s’y trompent probablement pas.

Le roman épistolaire est aussi ancien que le genre roman tel qu’on l’entend, de « récit de fiction en prose présentant plusieurs épisodes » (même si cette définition s’applique moins strictement, à partir de la fin du XIXe siècle, à certains ouvrages classés comme romans). Bien que dès 1492 l’Espagnol Diego de San Pedro ait publié Cárcel de amor, qui se compose pour partie des correspondances de ses personnages, le premier roman épistolaire attesté est Processo de cartas de amores que entre dos amantes pasaron de l’Espagnol Juan de Segura, paru en 1548; en 1563, l’Italien Luigi Pasqualigo publiait Lettere amorose; en 1602, l’Anglais Nicolas Breton publie à son tour un roman épistolaire, A Post with a Packet of Mad letters.

L’expansion du genre au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle n’est pas sans rapports avec l’usage courant à l’époque des procédés de la mise en abyme et du récit enchâssé dans le roman et le théâtre, où à l’intérieur d’un récit-cadre prend place un autre récit, reproduction ou représentation du récit principal dans le cas de la mise en abyme, récit dans le récit dans le cas de l’enchâssement. Si on le trouve partout en Europe voire dans d’autres parties du monde[4], les trois pays où il fut le plus souvent utilisé aux XVIIe et XVIIIe siècles furent l’Angleterre, l’Allemagne et la France.

Le roman épistolaire n’est que l’un des nombreux procédés que, dès l’origine, les auteurs de romans employèrent pour obtenir un effet de réel, le plus courant étant celui du « texte trouvé », une variante du récit enchâssé, que Cervantès lui-même, considéré comme le fondateur du roman moderne, utilise dans son Don Quichotte, censé être la reprise de textes existants, procédé utilisé très régulièrement depuis (Parmi bien d’autres, Le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki, Les Aventures d'Arthur Gordon Pym d’Edgar Allan Poe…).

Nombre de romanciers du XVIIe siècle suivirent l’exemple de Diego de San Pedro, et inclurent la correspondance supposée des personnages du roman ou de personnages extérieurs à l’action dans le cours du récit, tels Honoré d'Urfé dans l'Astrée (1607-1627), Madeleine de Scudéry dans Artamène ou le Grand Cyrus (1649-1653), Madame de La Fayette dans La Princesse de Clèves (1678).

Si la structure générale du roman épistolaire est généralement la même, avec un avant-propos, les intentions (en général édifiantes) de l’éditeur de la supposée correspondance, le corps du récit composé de cette correspondance, parfois accompagnée de notes, et assez souvent une postface de l’éditeur ou d’un commentateur, la structure du corps du récit est très variable: nombre de correspondants, d’un seul (les Lettres portugaises, La Vie de Marianne de Marivaux, Les Souffrances du jeune Werther de Goethe) à deux (Les Pauvres Gens de Fiodor Dostoïevski, Julie ou la Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau) ou plusieurs (Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, l'Expédition de Humphry Clinker de Tobias Smollett); moment de la correspondance, contemporaine de l’action décrite (Lettres portugaises, Souffrances du jeune Werther, Les Liaisons dangereuses) ou postérieure à elle (Vie de Marianne); romans d’action (Liaisons dangereuses, Expédition de Humphry Clinker), psychologique (Souffrances du jeune Werther, Clarisse Harlowe de Samuel Richardson) ou mêlant les deux (Lettres portugaises, Julie ou la Nouvelle Héloïse).

En prenant exemple sur la XLVIII des Liaisons Dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos, les lettres peuvent avoir plusieurs destinataires (ici, Valmont a fait lire sa lettre à Émilie, qui lui a servi de pupitre, puis à Mme de Merteuil, pour enfin la faire envoyer à Mme de Tourvel). Les lettres, s’adressant au personnage, s’adressent toutefois également au lecteur : c’est une forme – comme au théâtre – de double énonciation.

Chez Honoré de Balzac, le roman épistolaire adopte plusieurs formes : le roman entièrement épistolaire Mémoires de deux jeunes mariées que Jean Rousset cite à titre d'exemple pour la technique[5], le roman partiellement épistolaire Modeste Mignon, et le roman où l'on apprend dans les toutes dernières pages que le récit entier était le contenu d'une lettre : Le Lys dans la valléeFélix de Vandenesse raconte sa grande histoire d'amour à Natalie de Manerville.

De même, pour Dracula, Bram Stoker alterne les échanges épistolaires avec les extraits de journaux intimes.

Formes utilisant les modes de communication modernes[modifier | modifier le code]

Au XXIe siècle, des auteurs écrivent des romans de forme épistolaire remplaçant les courriers classiques par des outils de communication modernes. En particulier, on trouve des romans épistolaires par SMS[6]. Cela impose des contraintes de mise en forme encore plus importantes que dans le roman épistolaire classique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie recense des ouvrages évoquant le roman épistolaire, notamment de façon universitaire. Il ne s'agit aucunement d'une liste de romans épistolaires.
  • Arbi Dhifaoui, Julie ou la Nouvelle Héloïse, roman par lettres / roman de la lettre, Préface de Henri Coulet, Centre de Publication Universitaire, Tunis, 2000.
  • Arbi Dhifaoui, Le Roman épistolaire et son prétexte, Préface de Jan Hermane, Centre de Publication Universitaire, Tunis, 2008.
  • François Jost, « Le Roman épistolaire et la technique narrative au XVIIIe siècle », Comparative Literature Studies, III.4, 1966. (Article fondamental qui propose une histoire et une typologie des différentes formes du roman épistolaire.)
  • Jean Rousset, Forme et signification, Édition José Corti, 1966,(ISBN 2-7143-0105-3).
    L'ouvrage contient notamment dans le chapitre IV l'étude d'une forme littéraire : le roman par lettres, et l'étude de trois œuvres : La Nouvelle Héloïse de Rousseau, Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, Mémoires de deux jeunes mariées de Balzac.
  • Lionel Souquet, « Les Liens dangereux : réactualisation du roman épistolaire libertin » dans Boquitas pintadas de Manuel Puig et Historia calamitatum de Diego Vecchio, suivi d’un entretien avec Diego Vecchio, Le texte et ses liens II, Université Paris-Sorbonne, Les Ateliers du Séminaire Amérique Latine, sous la direction de Milagros Ezquerro, réalisation Julien Roger, 2007, texte pdf ou publication électronique
  • Laurent Versini, Le Roman épistolaire, Paris : PUF, 1979. (Ouvrage de référence, notamment pour l’histoire du roman épistolaire jusqu’à la fin du dix-huitième siècle.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Épistolaire, de épître, « lettre », « missive », « signifie qui “a rapport à la correspondance par lettres” d’où, dans le domaine littéraire, “genre épistolaire” (1839) et “roman épistolaire” ». (A. Rey)
  2. On pourrait parler à ce propos déjà de roman, dans la mesure où les lettres sont organisées de manière à raconter une histoire, celle de leur auteur supposé.
  3. Ici le cas est indéterminé, car ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que l’authenticité de la correspondance fut mise en doute même si, pour la plupart des critiques, l’auteur est probablement Abélard ou Héloïse et le texte s’inspire d’éléments d’une correspondance réelle.
  4. Au Japon par exemple, où le récit du XIe siècle « Yochinachigoto » (in Tsoutsoumi Chunagon Monogatari) se rapproche du genre épistolaire
  5. « c'est la technique même et la structure de ce qui demeure un chef-d'œuvre du roman épistolaire qui retient le plus régulièrement l'attention. Jean Rousset, José Corti, 1969, p.167 »
  6. http://livre.fnac.com/a1967662/Catherine-Briat-SMS-story

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :