Château de Saint-Sauveur-le-Vicomte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Saint-Sauveur-le-Vicomte
Normandie Manche Vicomte tango7174.jpg
Présentation
Type
Fondation
Entre Xe siècle et XIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Style
Commanditaire
Propriétaire
Patrimonialité
État de conservation
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte est un ancien château fort, du XIVe et XVe siècles, bâti sur un édifice antérieur de la fin du Xe ou du début du XIe siècle sur motte, aujourd'hui propriété de la commune, dont les vestiges se dressent sur la commune française de Saint-Sauveur-le-Vicomte dans le département de la Manche, en région Normandie. La forteresse fut l'une des grandes places anglaises de la guerre de Cent Ans.

Les ruines du château sont classées aux monuments historiques.

Localisation[modifier | modifier le code]

Les ruines du château de Saint-Sauveur occupent le sommet d'un escarpement rocheux naturel aménagé par l'homme, à l'entrée du bourg de Saint-Sauveur-le-Vicomte, au bord de la rivière Douve, dans un creux, dans le département français de la Manche. Il permettait de contrôler les routes de Valognes à Portbail et celle menant à Coutances ainsi que le trafic sur la rivière Douve, et aux XIVe et XVe siècles, il commandait le Seuil du Cotentin[1].

La forteresse contrôlait un important nœud de routes, avec, en gué ou sur pont, le passage de l'Ouve : au sud, la grande route gallo-romaine de Coutances par Lessay ; à l'ouest, la route de Portbail ; au nord-ouest, la route de Bricquebec, Les Pieux, La Hague, et Brix ; au nord, la route de Valognes ; à l'est, la route de rocade qui longe les marais jusqu'à Sainte-Mère-Église. Il interdisait également toute possibilité de pénétration en Cotentin en venant du sud par la voie occidentale[note 1][2].

Historique[modifier | modifier le code]

Il y eut probablement une première forteresse bâtie par les Vikings comme le pense Julien Deshayes[note 2], construite au bord du fleuve qu'ils venaient de remonter[3].

Le premier propriétaire du château, un fortin de bois sur motte, qui ne devait occuper qu'une petite partie de la plateforme actuelle, établi auprès du gué de l'Ouve, est probablement le baron normand Néel de Saint-Sauveur, seigneur de Saint-Sauveur et vicomte du Cotentin sous le règne du duc Richard II de Normandie (996-1026) ou son ancêtre Roger de Saint-Sauveur[4].

C'est probablement Néel II de Saint-Sauveur, fils de Néel Ier, qui pendant la minorité de Guillaume le Bâtard, édifia sans doute un donjon. En 1046, il fit partie du complot visant à assassiner Guillaume[5], mais après la défaite, du , des barons révoltés à la bataille du Val-ès-Dunes, le donjon est rasé, et Néel II condamné à sept années d'exil[6]. Lui succède son neveu, Roger II ( 1138)[7].

Au XIIe siècle, la seigneurie passe aux Taisson, puis après 1204[7] à la famille d'Harcourt[6].

Au début de la guerre de Cent Ans, le château est entre les mains de Geoffroy d'Harcourt, un cadet de la famille. Banni du royaume par un arrêt définitif du Parlement le , tous ses biens sont confisqués et son château de Saint-Sauveur-le-Vicomte remis à Jehan de Bresne[8]. Exilé d'abord sur ses terres de Flandres, il passe ensuite en Angleterre et fait hommage au roi d'Angleterre Édouard III[9], qu'il convainc de débarquer en Normandie. Geoffroy d'Harcourt sera, côté Anglais, de toutes les batailles des années 1346-1356. Il finira par rejoindre le camp français après avoir fait annuler la sentence de bannissement à son encontre. Philippe VI de Valois lui rend alors ses terres et Geoffroy d'Harcourt se retire dans son château complètement ruiné[10] dont il entreprend la restauration. Ce dernier, par une charge scellée, lègue, à sa mort ( au passage de la baie des Veys en combattant les français), l'ensemble de ses possessions dont la baronnie de Saint-Sauveur au roi d'Angleterre Édouard III qui profite de l'occasion de cet héritage pour s'emparer du Cotentin[10].

Le château occupé depuis 1356, le traité de Brétigny conclu en 1360 le laisse aux Anglais, qui y installent en , l'un des leurs, probablement le meilleur soldat anglais du moment, Jean Chandos[9], qui sera la même année fait lieutenant général de toutes les possessions anglaises dans le royaume de France et connétable d'Aquitaine. Il renforce encore la place forte et la dote notamment de son grand donjon carré[11]. Quartier général des troupes anglaises, ceux-ci établissent aux alentours des postes fortifiés tel que Garnetot[10], et la place, principal point d'appui anglais en basse-Normandie leur sert de base de départ de chevauchées dévastatrices.

En 1374, Charles V veut chasser les Anglais du dernier château qu'ils occupent encore en Normandie. Les préparations du siège durèrent deux ans et il en confie le commandement à Du Guesclin à la tête de 3 000 hommes d'armes et 600 arbalétriers. En , l'amiral Jean de Vienne commence par isolé la place et construit des bastides à Pierrepont, Pont-l'Abbé, et Beuzeville[note 3]. Le siège s'éternisant on envoie en renfort des machines de siège fabriquées à Caen et Saint-Lô, d'une grosse bombarde forgé à Caen[12],[note 4], et enfin des canons venant de Paris[11]. Froissart, le chroniqueur royal, nous raconte que c'est grâce à ses canons[note 5] que l'amiral de France, Jean de Vienne, s'empara de la place[13],[14], au bout de dix mois, le . Les Anglais, qui avaient mis en œuvre 32 bouches à feux, monnayent leur reddition 50 000 francs d'or[15], peuvent rentrer en Angleterre avec armes et bagages, honneur et fortune[11]. Charles V répare la place qu'il donne à son chambellan, le sire Bureau de La Rivière, puis à Charles d'Ivry, chambellan de Charles VI.

Le duc de Gloucester, Humphrey de Lancastre, reprend la place le sans combat. Jehan de Robessart, un baron de Hainaut, puis son fils, Thierry de Robessart en prenne possession au nom du roi Henri V. En 1450[9], Dunois reprend la place après un bref assaut. La victoire française de Formigny ayant sonné le retrait définitif des Anglais en Normandie. Jean de Robessard, alors capitaine de la place, à la tête de deux cents hommes fait sa soumission[10]. Charles VII donne la baronnie de Saint-Sauveur à son chambellan, André de Villequier. Se succèdent, Baptiste de Villequier, puis après 1559, son fils René de Villequier, premier gentilhomme de la chambre du roi, mignon d'Henri III, hérite de la seigneurie[16].

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, la place échoit entre les mains d'Henri III, Marie de Médicis, Louis XIV qui en 1691, y fonde un hôpital-hospice, puis Louis-Alexandre de Bourbon dont les descendants la conserveront jusqu'à la révolution française[1].

Le château, défendu par une garnison de trente hommes, joua encore un rôle lors des guerres de Religion. En 1574, la forteresse se rend à des troupes protestantes, sous les ordres du comte de Montgommery, qui est rapidement reprise par le pouvoir royal. Elle est encore une fois prise, en , par des ligueurs hostiles au roi Henri IV, qui s'y maintiendront plusieurs mois[17]. Vers 1590, le château a pour commandant, Guillaume de Pierrepont[18]. Puis après ces dernières et quelques escarmouches, le château, avec les progrès de l'artillerie, rendant ses défenses obsolètes et ayant perdu tout intérêt stratégique, tombera en désuétude. En 1685, le père Chaudran, jésuite, y fonde un hôpital puis un orphelinat[9].

De 1712 à 1789, le château sert de prison[1].

En 1944, le château est gravement endommagé par les bombardements alliés. Après avoir abrité le musée Barbey-d'Aurevilly (1956)[note 6] et une maison de retraite, le château a retrouvé depuis le début des années 2000 son cachet original.

La restauration du château fait partie des projets retenus du Loto du patrimoine 2020, avec notamment des réfections sur la tour des prisons et la consolidation et restauration des parements, ainsi que la reprise de l'étanchéité des arases des murs des courtines[19].

Description[modifier | modifier le code]

Le donjon, avec le logis Robessart et au fond la tour des prisons.

Les vestiges du plus grand château médiéval du Cotentin datent, pour l'essentiel, des XIVe et XVe siècles, bien qu'il existe sans doute au moins dès le XIe siècle[20].

Enceinte, haute et basse-cour[modifier | modifier le code]

Le château se présente sous la forme d'une haute cour, vaste enceinte polygonale de 50 × 60 mètres, flanquée de huit tours, cinq tours rondes en plus des deux tours flanquant le châtelet et dans l'angle sud-est le donjon carré avec ses contreforts massifs, reprenant le plan des donjons romans et défendue par de solides murailles.

Le logis Robessart (châtelet d'entrée).

On accède à la haute cour par un pavillon d'entrée, la porte Robessart, passage voûté entre deux tours tronquées, qui a été surmonté au XVIe siècle d'une construction rectangulaire ; le logis Robessart, faisant communiquer la basse cour et la haute cour.

La basse-cour dont la courtine est fort endommagée ne subsiste plus que dans sa partie sud-ouest, et n'a conservé que les vestiges, au sud, de deux tours et son châtelet d'entrée réduit à son rez-de-chaussée. Ses profonds fossés, qui entouraient l'énorme butte, ont été comblés et servent de nos jours d'esplanade.

Donjon[modifier | modifier le code]

Le donjon.

Dans l'angle sud-est, à 30 mètres au-dessus de la vallée de la Douve qu'il domine, se dresse le donjon carré (1346-1370)[21], intégré au rempart du XIIIe siècle, haut de 25 mètres[note 7], avec des murs épais de 1,80 à 2,30 mètres, dressé en 1346, sur la motte originelle, par Geoffroy d'Harcourt, puis par John Chandos, est renforcé par des contreforts plats à la mode romane[22]. On y accédait à la hauteur de son premier niveau par un pont jeté sur la courtine. Au rez-de-chaussée, sa salle voûtée d'arêtes, donnant de plain pied avec la haute cour, repose sur un pilier médian octogonal et s'éclaire par de larges fenêtres. On accède aux salles supérieures planchéiées, qui ont perdu leurs plafonds, par un escalier. Au sommet, la terrasse qui a perdu son parapet et ses créneaux a été couverte au XVIe siècle d'une maisonnette[23].

Tour des prisons[modifier | modifier le code]

La tour des prisons.

Au sud-ouest de l'enceinte se dresse la tour des prisons, au XIVe siècle nommée « tour d'Aillet », de 11 mètres de diamètre. Tour-prison au XVIIe siècle, au XVIIIe siècle[24], ce bastion servait encore de prison, et ses murs sont couverts de graffitis et dessins réalisés par ceux qui y étaient enfermés. Elle s'éclaire notamment par une baie à remplages trilobés caractéristique du XIVe siècle[25].

Graffiti de la tour des prisons[modifier | modifier le code]

On peut notamment voir des dessins tels que crucifix, potences, menottes, etc. et lire un cantique formé de quatre vers que l'on chante encore au grand Pardon de la mer à Granville.

S'il est en ton cœur gardé le sainct nom de Jésus et Marie
en passant ne t'oublie de dire un pater et un ave
Loué et adoré soit à jamais le saint S[acre]ment de lautel.
[Qui] fera a Jesu[s] reverence gaingnera indulgenge[1].

Tour de la Batterie[modifier | modifier le code]

La tour de la Batterie, du début du XIIIe siècle, avec ses trois étages voûtés en coupole, aussi nommée « Vieux Donjon », se dresse dans l'angle nord-est de l'enceinte[26]. Cette tour a la particularité d'avoir une gaine de tir ménagée dans l'épaisseur du mur, allant d'une courtine à l'autre sans communiquer avec la tour[27]. À partir de cette tour, la courtine a été « raccourci » à la suite d'un siège, délimitant une plate-forme extérieure.

Tour Houlande et tour des Cigognes[modifier | modifier le code]

La tour Houlande, sur le rempart ouest, a été construite lors de l'occupation anglaise du château et est baptisée du nom du gouverneur anglais Thomas Holand, mort en 1360.

Dans l'angle nord-ouest, la tour des Cigognes peut vraisemblablement évoquer John of Storkes, capitaine de la garnison en 1367, stork signifiant cigogne en anglais. La présence anglaise est également visible dans le style de fenêtres et de cheminées.

Protection aux monuments historiques[modifier | modifier le code]

Les ruines du château font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[28].

Visite[modifier | modifier le code]

Le château se visite du au , et le reste de l'année sur réservation auprès de l'office de tourisme de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Honneur de Saint-Sauveur[modifier | modifier le code]

L'honneur (fief) de Saint-Sauveur, avec son château, et qui en comptait deux autres, occupait géographiquement le centre du Cotentin. Sur les dix-sept fiefs qui ont pu être répertoriés, tenues par treize familles différentes, dont trois d'entre elles possédaient des fiefs dans plusieurs paroisses, la répartition était la suivante : entourant l'honneur, un petit noyau de fief placé sous sa dépendance et qui sont à peu près tous sur des paroisses mitoyennes (Taillepied, Neuville, Saint-Sauveur-de-Pierrepont, Rauville-la-Place, Fierville-les-Mines et Saint-Rémy-des-Landes) ; un autre noyau, situé au nord-ouest près de la côte groupées de part et d'autre des Pieux, qui comprenait le finage de sept paroisses (les Pieux, Pierreville, Saint-Germain-le-Gaillard, Grosville, Bricqueboscq, Saint-Christophe-du-Foc, puis quelques fiefs à l'est de Saint-Sauveur (Fresville, Joganville et Vaudreville) et un seul au sud-est (Auvers)[29]. À noter que l'honneur de Saint-Sauveur fut au milieu du Xe siècle démembré en faveur de l'honneur de Néhou, qui lui resta attaché jusqu'en 1046.[30].

Seigneurie de Saint-Sauveur-le-Vicomte[modifier | modifier le code]

À la Renaissance, la seigneurie s'étend sur plus d'une trentaine de villages, avec au centre de la juridiction, le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Les seigneurs de Saint-Sauveur disposaient du droit de haute justice applicable en « toutes matières criminelles et civiles », qui impose la présence de nombreux officiers : juges, procureurs, avocats, greffiers et autres gens de robes (robins). Les forêts de la baronnie sont administrées par un officier des Eaux et Forêts (verdier) assisté de lieutenants et de sergents. Les impôts et les rentes sont perçus par le prévôt assisté par plusieurs hommes. Le bailli au sommet de la hiérarchie a la charge de faire appliquer la justice et de superviser touts ses petits notables placés sous ses ordres.

Pour Saint-Sauveur nous trouvons notamment les personnages suivants :

  • Jean Desmaires, sieur de Vaupépin, greffier, qui construira le manoir des Maires (c. 1553) ;
  • maître Jean Jourdan, sieur de Launey, lieutenant civil au bailliage de Saint-Sauveur-le-Vicomte (1638) ;
  • Robert le Rossignol, lieutenant civil et criminel au bailliage de Saint-Sauveur-le-Vicomte (c. 1720) ;
  • Marin Laronche, sergent royal au bailliage de Saint-Sauveur-le-Vicomte (c. 1720) ;
  • Charles Le Verrier, lieutenant général au bailliage de Saint-Sauveur-le-Vicomte (c. 1750).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'autre voie était celle qui passait à Sainte-Mère-Église.
  2. Julien Deshayes est l'animateur du Pays d'Art et d'Histoire du Clos du Cotentin.
  3. La bastide est encore visible dans les marais.
  4. Elle permettait de tirer des gros boulets de pierre de 100 livres.
  5. C'est l'une des toutes première fois qu'on utilise de l'artillerie.
  6. Jules Barbey d'Aurevilly repose au pied de la forteresse, dans le petit cimetière situé sous les murs de la tour nord.
  7. Dominant les fossés de plus de 30 mètres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 129.
  2. Georges Bernage, « La presqu'île du Cotentin - Saint-Sauveur-le-Vicomte », dans La Normandie médiévale : 10 itinéraires, Éditions Heimdal, coll. « La France Médiévale », , 174 p. (ISBN 2-902171-18-8), p. 31-32.
  3. « Secrets de châteaux et manoirs - Cotentin - Saint-Lô - Coutances », La Presse de la Manche, no Hors-série,‎ , p. 82 (ISBN 979-1-0937-0115-8).
  4. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-913920-38-5), p. 12.
  5. Stéphane William Gondoin, « Les châteaux forts au temps de Guillaume le Conquérant », Patrimoine normand, no 94,‎ juillet-août-septembre 2015, p. 39 (ISSN 1271-6006).
  6. a et b Beck 1986, p. 138.
  7. a et b Bernage 1980, p. 32.
  8. André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-91454-196-1), p. 157.
  9. a b c et d Hébert et Gervaise 2003, p. 44.
  10. a b c et d Girard et Lecœur 2005, p. 14.
  11. a b et c Secrets de châteaux et manoirs, 2008, p. 83.
  12. Guy Le Hallé, Châteaux forts de Basse-Normandie, t. II, Louviers, Ysec Éditions, , 160 p. (ISBN 978-284673-215-4), p. 109.
  13. Hébert et Gervaise 2003, p. 31.
  14. Beck 1986, p. 75.
  15. Beck 1986, p. 88.
  16. Comité Gille de Gouberville et al. (préf. Annick Perrot, ill. Kévin Bazot, sous la direction de Julien Deshayes), Voyage en Cotentin avec Gilles de Gouberville, Éditions Heimdal, , 95 p., 30 cm, illustrations couleur (ISBN 978-2-84048-581-0, EAN 9782840485810, BNF 46897276), p. 68.
  17. Voyage en Cotentin avec Gilles de Gouberville, p. 71.
  18. Le château de Flottemanville - L'histoire de ses propriétaires : Édition salon du livre 17/18 novembre 2012 Valognes, Réal. Joseph Montreuil - Bibliothèque de Caen, , 31 p., p. 3.
  19. « On restaure dans la Manche », Manchemag, no 73,‎ , p. 19 (lire en ligne, consulté le ).
  20. Stéphane William Gondoin, 2015, p. 38.
  21. Beck 1986, p. 55.
  22. André Châtelain, Châteaux forts : Images de pierre des guerres médiévales, Paris, Rempart, (ISBN 2-904-365-001), p. 44.
  23. Beck 1986, p. 139.
  24. Girard et Lecœur 2005, p. 76.
  25. Beck 1986, p. 158.
  26. Maurice Lecœur, Le Moyen Âge dans le Cotentin : Histoire & Vestiges, Isoète, , 141 p. (ISBN 978-2-9139-2072-9), p. 30.
  27. Bernage 1980, p. 32 et 34.
  28. « Ruines du château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe – XIIe siècle) : Étude historique et topographique », dans Archéologie médiévale, t. 12, (lire en ligne sur Persée.), p. 181-182
  30. Delacampagne 1982, p. 183.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]