Port de Cherbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Cherbourg-en-Cotentin
Cet article est une ébauche concernant Cherbourg-en-Cotentin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Port de Cherbourg-Octeville
CherbourgCitéMer4.JPG

Le port de plaisance Chantereyne et l'Arsenal vus de la Cité de la mer

Présentation
Tirant d'eau
port en eau profonde (13 m mini)
Tonnage
215 266 (2008)
Activités
pêche, passagers ...
Équipement
5 passerelles dont deux à double-pont
Géographie
Coordonnées
Pays
Région
Département
Commune
Localisation sur la carte de la Manche
voir sur la carte de la Manche
Legenda port.svg
Localisation sur la carte de Basse-Normandie
voir sur la carte de Basse-Normandie
Legenda port.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Legenda port.svg

Le port de Cherbourg-en-Cotentin est un port de commerce, de pêche, de plaisance et de croisière français sur la mer de la Manche en Basse-Normandie. Il est aussi un port militaire et la ville est la préfecture maritime de la Manche et la mer du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990 est né le projet Fastship, qui consistait en un service transatlantique maritime entre le seul port américain de Philadelphie et le port du Cotentin assuré par des navires porte-conteneurs rapides. Après de multiples reports[1], ce projet a disparu au profit d’autoroutes de la mer en partenariat au sein de l'Ena (Eurocoast Network Association), avec les ports européens de Cuxhaven (Allemagne), Ostende (Belgique), Rosslare (Irlande) et Ferrol (Espagne) – sans plus de retombées pour le moment[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Le port de pêche[modifier | modifier le code]

Statistiques du centre de marée[3]
Année Tonnage (en kg) Valeur (en €) Prix moyen (en €)
2007 8 141 611 18 996 819 2,33
2006 8 576 748 21 479 174 2,50
2005 8 282 222 19 374 573 2,34
2004 8 830 713 18 820 243 2,13
2003 7 996 305 16 988 490 2,12
2002 8 653 208 18 089 292 2,09

La flotte cherbourgeoise est composée de 8 navires hauturiers et 80 bateaux de pêche côtière[4].
Elle est fortement touchée par la crise qui affecte l’ensemble du secteur, et voit le nombre de ses navires et de ses ventes diminuer.

Le centre de marée, géré par la Chambre de commerce, emploie 42 salariés, essentiellement pour le tri[4].

Le port de commerce[modifier | modifier le code]

Trafic 2006 et 2007 [3]
Activités 2007 2006 Évolution 2006-2007
Escales 2 053 2 056 - 0,15 %
Trafic passagers 781 349 805 115 - 2,95 %
Trafic véhicules car-ferries
- voitures 207 363 204 676 + 1,31 %
- véhicules utilitaires 93 451 97 756 - 4,40 %
Tonnage fret 2 949 800 2 923 095 + 0,91 %

Depuis 2007, le port de Cherbourg est la propriété avec le port de Caen-Ouistreham du syndicat mixte Ports normands Associés, créé par le conseil régional de Basse-Normandie avec les conseils généraux de la Manche et du Calvados. Gérée jusqu'alors par la Chambre de commerce et d'industrie de Cherbourg-Cotentin, la concession est assurée depuis le 1er janvier 2009 par une société par actions simplifiée alliant la chambre de commerce à Louis Dreyfus Armateurs, pour douze ans concernant les trafics ferries et trois ans pour les autres activités maritimes. L'implantation d'un terminal affecté au trafic de charbon en provenance d'Amérique du Sud et à destination du Royaume-Uni doit mettre fin à l'hémorragie de l'activité du port[5].

Le port de marchandise[modifier | modifier le code]

La perte des livraisons de Toyota, à l’ouverture de l’usine de Valenciennes, a sérieusement affaibli le port de commerce qui voit transiter 110 000 camions en provenance ou en direction de l’Irlande et de Grande-Bretagne. Convoité depuis quinze ans, le projet Fastship de transport de conteneurs depuis Philadelphie (États-Unis) par navires ultrarapides est oublié au profit des autoroutes de la mer dans le cadre de l’Ena (Eurocoast Network Association), avec Cuxhaven (Allemagne), Ostende (Belgique), Rosslare (Irlande) et Ferrol (Espagne), sans plus d'effet pour le moment[2].

Le transport de passagers[modifier | modifier le code]

Liaisons avec les îles britanniques[modifier | modifier le code]

Ces dernières années, le trafic transmanche passagers a décliné, concurrencé par le Caen-Ouistreham et le Pas-de-Calais. Le retrait de la compagnie P&O, qui desservait Poole et Southampton, a laissé à deux compagnies les liaisons transmanche : Brittany Ferries vers Portsmouth et Poole et Irish Ferries vers Rosslare (Irlande). Une nouvelle compagnie, Celtic Link Ferries, a repris le marché de P&O et réactivé la liaison vers Rosslare en février 2005, et la compagnie HD ferries a desservi entre août 2007 et le printemps 2008 Cherbourg à Jersey et Guernesey par navire rapide.

Sur les onze premiers mois de 2007, par rapport à la même période de 2006, le trafic passagers a baissé de 3,84 % à 750 000 unités, tandis que le fret a perdu 4,43 % points avec 87 000 camions débarqués, alors qu'en 1995, le port comptait 1,7 million de passagers et 138 000 camions[6].

Depuis le début de l’année 2008, et pour la première fois depuis plusieurs années, le trafic transmanche au départ de Cherbourg opère un net redressement : fin février, Cherbourg affiche, par rapport aux deux premiers mois de 2007, une progression de 17 % pour les passagers à 24 463 et de 39 % pour les voitures de tourisme avec 10 586 unités. Cette hausse provient de la mise en place de nouvelles rotations, principalement avec l’Irlande.

Le port d'escales de croisières[modifier | modifier le code]

Port Chantereyne[modifier | modifier le code]

Labellisé Pavillon Bleu, Cherbourg est le premier port de plaisance français en nombre de visiteurs, dédiant 245 anneaux des 1 500 disponibles aux escales. Cela représente en 2007, avec 10 117 bateaux pour 28 713 nuitées en 2007, 400 000 euros. Au total, avec une dépense moyenne de 150 € par plaisancier, les retombées de la plaisance sont évaluées à 4 millions d'euros de chiffre d'affaires pour toute l'agglomération cherbourgeoise. Ces plaisanciers de passage sont à 65 % britanniques, à 19 % français, à 11 % néerlandais, et à 4 % belges et allemands[7],[8].

Le port de Cherbourg-Octeville au cinéma[modifier | modifier le code]

Le port militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : port militaire de Cherbourg.

Évolution de l'activité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mikaël Guedj, « Fastship, l’Arlésienne », L'Express, 4 octobre 2004.
  2. a et b « Comment redynamiser l'économie de la ville centre ? », Ouest-France, 5 mars 2008
  3. a et b Mémento économique du Cotentin 2008, CCI de Cherbourg-Cotentin, 2008
  4. a et b « Repères », Ouest France, 5 février 2009
  5. « LD Armateurs s'installe avec la CCI à la tête du port de Cherbourg », DrakkarOnLine, 14 novembre 2008
  6. Frédéric Patard, « Deux bouées de sauvetage pour le port »La Presse de la Manche, 3 janvier 2008.
  7. « Les Anglais de Cherbourg »,Ouest-France, 5 décembre 2008
  8. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Manche 2016/2017 Petit Futé, 336 p. (lire en ligne)