Bataille du Val de Saire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Val de Saire
Informations générales
Date 1001
Lieu Val de Saire
Commandants
Néel Ier de Saint-Sauveur Æthelred

La bataille du Val-de-Saire, en 1001, voit la victoire de Néel Ier de Saint-Sauveur, vicomte du Cotentin, sur l'armée anglo-saxonne du roi Æthelred.

Introduction[modifier | modifier le code]

Au début du XIe siècle, les Vikings lancent de nombreux raids de pillage en Angleterre, tuent, brûlent et ramassent d'immenses butins. Sachant que les Normands de France ouvrent leurs ports pour permettre aux « drakkars » scandinaves de préparer plus facilement des raids en terre anglo-saxonne, le roi d'Angleterre Æthelred veut se débarrasser des complices (plus faciles à atteindre) en lançant une grande expédition militaire en Normandie. La campagne militaire anglaise vise deux objectifs. En premier lieu, afin de punir les Normands de l'aide apportée aux raids vikings, les troupes anglo-saxonnes projette de piller et de massacrer le maximum de villageois normands. En second lieu, le roi Æthelred souhaite prendre Rouen, capitale de la Normandie, capturer le jeune duc Richard et, enfin, rattacher le duché de Normandie à sa couronne. Æthelred sait que le duc de Normandie, Richard II très jeune et sans doute incapable d'organiser la résistance. Il croit la Normandie à portée d'invasion.

Afin de mener campagne, Æthelred fait appel à tous les plus grands guerriers d'Angleterre. Les gens d'armes Anglo-Saxons forment une armée très importante et puissante. Le Val de Saire est alors probablement la partie côtière normande la moins protégée par la flotte normande. C'est en ce lieu que les Anglais opèrent le débarquement de leurs troupes. Arrivant donc en Cotentin normand (dans l'actuelle Basse-Normandie), les soldats anglais réalisent le premier objectif qui leur a été assigné, à savoir le massacrer et piller en rétorsion de l'aide apportée aux Vikings. Les Anglais se montrent à la hauteur. Ce premier objectif atteint, les Anglais se portent vers Rouen, pour capturer le jeune duc de Normandie et offrir le duché au roi Æthelred.

Alors que la situation se présente bien pour les Anglais, un personnage quasiment oublié aujourd'hui intervient de façon énergique et décisive : le vicomte du Cotentin, Néel de Saint-Sauveur. À l'origine, ce dernier ne dispose que d'une assez maigre troupe de chevaliers normands, pas assez du moins pour affronter l'armée anglaise. Cependant, la colère des paysans normands du Cotentin est grande suite aux pillages et violences. Néel recrute largement ces villageois dans son armée. En faisant appel à des combattants sans doute furieux mais mal équipés et inexpérimentés, face à une troupe aguerrie, Néel paie d'audace. Mais ne s'agit-il pas de sa seule chance de vaincre ?

Déroulement[modifier | modifier le code]

Possédant donc au sein de son armée une majorité de paysans peu militarisés, le vicomte Néel préfère à une bataille rangée, logiquement, une attaque des Anglo-Saxons avec effet de surprise. À l'aube, les chevaliers et paysans normands attaquent donc par surprise le camp anglais. Même s'ils n'ont pas le temps de se former en « bataille », les hommes d'armes anglais peuvent tout de même prendre leurs armes et se défendre. Cependant, désirant nettement se venger des atrocités qu'ils ont subies, les paysans normands abordent les Anglais avec tant de furie qu'ils procèdent à un massacre pratiquement complet. La défaite du corps expéditionnaire anglais est totale. Peu d'Anglais réussissent à rembarquer. Bientôt mis au courant du désastre de son armée dans le Cotentin, le roi anglais Æthelred en est complètement dépité et couvert de honte. Voulant connaître les raisons de ce cruel échec, Æthelred fait venir un des rares survivants et l'interroge. Faisant preuve de bonne foi, le guerrier anglais avoue à son monarque « qu'il avait rencontré en Normandie des guerriers belliqueux et forts, mais qu'il fut plus surpris encore lorsqu'il vit des femmes normandes abattre violemment les Anglais à coups de cruches sur la tête ».

Conséquences[modifier | modifier le code]

Par sa victoire dans le Val de Saire, Néel, vicomte du Cotentin, a brisé une invasion anglaise en Normandie pourtant bien proche de réussir.

Les rivalités anglo-normandes n'ont pas été soldées pour autant. En 1066, dans un autre lieu (Hastings) c'est le duc de Normandie qui mènera l'attaque et gagnera cette fois, une place dans l'Histoire.