Juliette Benzoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benzoni.

Juliette Benzoni

Nom de naissance Andrée-Marguerite-Juliette Mangin
Naissance 30 octobre 1920 (94 ans)
Drapeau de la France France - Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Juliette Benzoni, née le 30 octobre 1920[1] à Paris, avenue de La Bourdonnais, est un écrivain de romans historiques à succès et une scénariste française. Depuis l'âge de 15 ans, elle habite Saint-Mandé, dans le Val-de-Marne, commune de banlieue jouxtant Paris. Certains de ses romans ont été adaptés pour la télévision.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1920 à Paris, Juliette Benzoni a grandi à Saint-Germain-des-Prés, dans la maison où vécurent Prosper Mérimée, Jean-Baptiste Corot et André-Marie Ampère[2].

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié au Cours Desir, Juliette Benzoni se retrouve au lycée Fénelon, que ses parents lui font quitter après l'affaire Violette Nozière. Elle fréquente alors le collège d'Hulst, où elle obtient son baccalauréat.

Elle entame ses études supérieures à l'Institut catholique de Paris, bientôt interrompues par la Seconde Guerre mondiale. C'est à cette période qu'elle épouse Maurice Gallois, et part s'installer avec lui à Dijon. Elle y étudie l'histoire de la Bourgogne, et découvre l'ordre de la Toison d'or. Cette découverte donnera quelques années plus tard naissance à la série des Catherine.

Son mari meurt d'une angine de poitrine quelques années après la Libération.

En 1950, elle quitte la France pour le Maroc, où elle a décroché un emploi dans une régie publicitaire. Elle y rencontre son deuxième mari, le capitaine Benzoni, qu'elle épouse en 1953, quelques semaines avant son départ pour l'Indochine. Alors que son mari part pour Hué, elle rentre en France[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Une fois en France, Juliette Benzoni travaille alors comme journaliste. Elle travaille alors pour Histoire pour tous, pour le Journal du dimanche, qui était le septième jour de France soir, et pour Confidences.

Une émission télévisée la fait remarquer, et l'agence de presse Opera Mundi lui propose d'écrire un roman historique, en lui promettant un succès digne des Angélique d'Anne et Serge Golon. Arrivée au tiers du premier volume des Catherine, France-Soir lui propose d'acheter son roman, à condition qu'il soit fini deux mois plus tard. Ce qui fut fait. À peine Il suffit d'un amour fut-il achevé que France Soir le lançait. Dix éditeurs étrangers en avaient par ailleurs déjà acquis les droits[2].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]