Fernand Nicolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fernand Nicolas
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
MâconVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Fernand Nicolas, né le 5 juillet 1919 à Marseille et mort le 22 juin 2014 à Mâcon, est un naturaliste et ornithologue érudit qui fut un actif promoteur de la Saône-et-Loire, parallèlement à son activité de professeur de sciences naturelles au lycée Lamartine de Mâcon[1].

Écologiste, Fernand Nicolas constata dès les années 1960 la lente dégradation de l’environnement, ce qui le conduisit à s’investir dans une société : la Société d’études du milieu naturel (Sémina) et sa revue, qu’il a créée : Terre vive ; il en fut le président pendant cinquante ans. Menant une action résolue, il interpella les pouvoirs publics, organisa quantité de réunions et mena de nombreuses actions de sensibilisation de l'opinion publique. Membre de nombreuses commissions spécialisées, il fut amené à exercer diverses responsabilités, notamment celles de conseiller biologiste auprès de la préfecture de Saône-et-Loire et d'expert écologie auprès du préfet de la région Bourgogne.

Dans le domaine du patrimoine historique, il fonda en 1969 (avec Jean Chougny[Note 1], le docteur Rancien, André Bourgeois, Albert Barthèlemy…) le Groupe 71 (devenu, depuis, le Groupe Patrimoines 71), association départementale ayant pour vocation « la connaissance, la protection et la mise en valeur du patrimoine humain et naturel en Saône et Loire », dont il fut président (après Paul Champion[Note 2], qui en fut le premier président). Cette association se dota aussitôt d'une publication : la revue Images de Saône-et-Loire, diffusée au rythme d'un numéro par trimestre.

Fernand Nicolas était membre de l’Académie de Mâcon, société savante dont il fut, successivement, secrétaire général adjoint, vice-président, président (en 1987, puis de 1994 à 1999), secrétaire perpétuel (de 1989 à 1993) et émérite à compter de 2012[2].

Fernand Nicolas, officier de l'ordre national du Mérite[3], avait été promu en 2003 commandeur des palmes académiques.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richesses en Mâconnais : Nature, Sites, Villages, Mâcon, Ed. Académie de Mâcon, 2008 (176 p.).
  • Histoire de l'Académie de Mâcon : Deux cents ans de réflexion et d'activités, Mâcon, Éd. Académie de Mâcon, 2006 (192 p.).
  • Brancion, au cœur d'un pays âpre et charmeur, Mâcon, éditions du Groupe 71, 2001 (96 p.).
  • Les Peintures murales à la Chapelle des Moines de Berzé-la-Ville, Mâcon, Ed. Académie de Mâcon, 1998 (31 p.).
  • Saône-et-Loire en 600 questions, Paris, Archives & culture, 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chevalier de l'ordre national du Mérite, professeur de mathématiques à Mâcon, conseiller scientifique et conférencier attaché à la Protection civile.
  2. Officier de l'ordre national du Mérite, président-fondateur de la Fédération nationale des villes organisatrices de carnavals, président du syndicat régional d'initiative de Chalon (à partir de 1949), président de l'Union départementale des syndicats d'initiatives (à partir de 1968), vice-président de la Fédération régionale des syndicats d'initiative, vice-président de Saône-et-Loire Tourisme et membre du comité régional du tourisme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Établissement dans lequel il débuta sa carrière d'enseignant en 1948, trois ans après y avoir été affecté en tant qu'adjoint d'enseignement, le temps de terminer ses études et de passer son concours (octobre 1945).
  2. Page du site internet de l'Académie de Mâcon consacrée à Fernand Nicolas, accessible à l'adresse : http://academiedemacon.fr/details/?num=3636.
  3. Après être entré dans cet ordre national en 1975 (la décoration lui fut remise le 12 novembre 1975 par Jean Périer, préfet de Saône-et-Loire). Source : revue « Images de Saône-et-Loire » n° 28 (décembre 1975).