Carsac-Aillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Dordogne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Dordogne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Carsac-Aillac
L'église Saint-Caprais de Carsac.
L'église Saint-Caprais de Carsac.
Blason de Carsac-Aillac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Terrasson-Lavilledieu
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Fénelon
Maire
Mandat
Patrick Bonnefon
2014-2020
Code postal 24200
Code commune 24082
Démographie
Population
municipale
1 578 hab. (2014)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 27″ nord, 1° 16′ 37″ est
Altitude Min. 60 m – Max. 269 m
Superficie 17,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Carsac-Aillac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Carsac-Aillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carsac-Aillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carsac-Aillac
Liens
Site web carsac-aillac.fr

Carsac-Aillac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Dordogne à Carsac-Aillac.

Comprise dans l'aire urbaine de Sarlat-la-Canéda, la commune de Carsac-Aillac est implantée au confluent de la Dordogne et de l'Énéa à 10 kilomètres au sud-est de Sarlat-la-Canéda.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Carsac-Aillac
Sarlat-la-Canéda Saint-Vincent-le-Paluel Calviac-en-Périgord
Vitrac Carsac-Aillac
Domme Groléjac Veyrignac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Carsac e Alhac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En juin 1944, la commune subit la répression du 4e régiment SS « Der Führer », appartenant à la division Das Reich, en route vers la Normandie[2].

En 1961, les communes de Carsac-de-Carlux et Aillac fusionnent sous le nom de Carsac-Aillac.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1977 2001 Jean Artus    
mars 2001[3] (réélu en mars 2014) en cours Patrick Bonnefon DVG Architecte
Président de la CC du Pays de Fénelon (depuis 2014)

Au 1er janvier 2011, la commune quitte la communauté de communes du Périgord noir pour rejoindre la communauté de communes du Carluxais Terre de Fénelon[4]. Cette dernière disparaît le 31 décembre 2013 et laisse la place à la communauté de communes du Pays de Fénelon au 1er janvier 2014.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage de Carsac-Aillac.

Drapeau de la France Artolsheim (France) (Bas-Rhin)

Démographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1960, les communes de Carsac-de-Carlux et d'Aillac étaient indépendantes.

Démographie d'Aillac[modifier | modifier le code]

Article connexe : Aillac.

Démographie de Carsac, puis Carsac-de-Carlux, puis Carsac-Aillac[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués depuis 1793 à Carsac, puis Carsac-de-Carlux, puis Carsac-Aillac. En 1961, Aillac fusionne avec Carsac-de-Carlux, qui devient la commune de Carsac-Aillac.

À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Carsac-Aillac[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Carsac-Aillac comptait 1 578 habitants.

           Évolution de la population de Carsac, puis Carsac-de-Carlux, puis Carsac-Aillac  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
880 288 701 903 971 999 1 053 1 151 1 123
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 121 1 126 775 801 765 1 076 868 801 811
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
727 667 660 603 576 570 582 587 645
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
795 770 782 950 1 219 1 217 1 410 1 479 1 578
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique de Carsac, puis Carsac-de-Carlux, puis Carsac-Aillac

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 670 personnes, soit 43,5 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (76) a augmenté par rapport à 2007 (69) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,4 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 157 établissements[9], dont 91 au niveau des commerces, transports ou services, 22 dans la construction, 19 dans l'industrie, 15 relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et 10 dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[10].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les entreprises dont le siège social est à Carsac-Aillac, deux se classent dans leur secteur économique parmi les cinquante premières entreprises de Dordogne en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013 :

  • dans les services, les « Établissements Bouscasse froid climatisation cuisine » (installation de machines et équipements mécaniques), 31e, avec 5 491 k€[11] ;
  • dans l'industrie, Suturex et Renodex (fabrication de matériel médico-chirurgical et dentaire), se classe 17e avec 15 549 k€[12].

Tous secteurs confondus, en termes de chiffre d'affaires hors taxes à l'exportation en 2012-2013, deux sociétés implantées à Carsac-Aillac se classent parmi les meilleures entreprises ayant leur siège social dans le département[13] :

  • Suturex et Renodex, en quatrième position avec 14 832 k€ ;
  • la société De Lama SA (fabrication de textiles), 38e avec 1 359 k€.

Suturex, implantée sur la ZAE Sarlat-Carsac et dépendant du groupe allemand B. Braun, emploie 170 personnes ; elle est une des principales entreprises mondiales dans le domaine des aiguilles chirurgicales, avec une production annuelle de cent millions d'aiguilles[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Carsac-Aillac Blason Écartelé au 1) et au 4) de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d’or, au 2) de gueules au lion d’or, au 3) de gueules au coq hardi d’argent[23].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 13 février 2014.
  2. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074) , p 43
  3. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 15 août 2014.
  4. Recueil des actes administratifs de la Dordogne - Décembre 2010 - Arrêté n° 10/197 (pages 27-28), consulté le 7 janvier 2011
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 27 avril 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 20 octobre 2015.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 20 octobre 2015).
  10. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 20 octobre 2015.
  11. « Services : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 28.
  12. « Industrie : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 24.
  13. « Export : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 18.
  14. Franck Delage, « Suturex, petites aiguilles et grandes ambitions », Sud Ouest édition Périgueux, 9 octobre 2015, p. 25.
  15. « Gisement préhistorique du Pech de la Boissière », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 13 septembre 2010.
  16. « Gisement préhistorique du Pech de l'Azé », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 13 septembre 2010.
  17. « Château de Lascours », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 13 septembre 2010.
  18. « Manoir de la Gazaille », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 13 septembre 2010.
  19. « Cabane en pierre sèche de Peyremole », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 13 septembre 2010.
  20. Dorothée Jacoub, Carsac de Carlux, pp. 314-334, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Périgord Noir. 1979, Société Française d'Archéologie, Paris, 1982
  21. « Église Saint-Caprais de Carsac », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 13 septembre 2010.
  22. « Église Notre-Dame de l'Assomption d'Aillac », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 13 septembre 2010.
  23. OLDJP la banque du blason 2 consultée le 21 janvier 2013.