Charolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charolles
Image illustrative de l'article Charolles
Blason de Charolles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire (sous-préfecture)
Arrondissement Charolles (chef-lieu)
Canton Charolles (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Charolais
Maire
Mandat
Pierre Berthier
2014-2020
Code postal 71120
Code commune 71106
Démographie
Gentilé Charolais
Population
municipale
2 757 hab. (2014 en diminution de 1,78 % par rapport à 2009)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 04″ nord, 4° 16′ 31″ est
Altitude Min. 272 m
Max. 355 m
Superficie 19,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Charolles

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Charolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charolles
Liens
Site web ville-charolles.fr
SL380108.jpg

Charolles (Tsarolles en charolais) est une commune française , située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

La ville a donné son nom au pays du Charolais, elle est ainsi emblématique de la race bovine charolaise. Charolles est également connue pour ses faïences. Située au confluent de deux rivières, la ville est parsemée de nombreux canaux, à l'origine de son surnom de Venise du Charolais.

Capitale du comté de Charolais au XIIIe siècle, Charolles a appartenu aux ducs de Bourgogne, notamment Charles le Téméraire. Au XVe siècle, la ville est passée aux rois d'Espagne, et ne fut intégrée au domaine royal français qu'au XVIIIe siècle. Bien que Charolles ait été désignée sous-préfecture de Saône-et-Loire, elle n'a pas connu au XIXe siècle, l'essor industriel de ses proches voisines Paray-le-Monial et Digoin, et a conservé son charme de petite ville rurale.

La commune de Charolles est labellisée Village étape depuis 2006.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Charolles est située dans le sud-ouest du département de Saône-et-Loire. Positionnée à la même latitude que Mâcon, elle est une des villes les plus méridionales de la région Bourgogne-Franche-Comté. À vol d'oiseau, elle se trouve à 90 km au nord-ouest de Lyon, et 120 km au nord-est de Clermont-Ferrand.

Charolles est la capitale historique du Charolais, et fait partie de l'actuel Pays Charolais Brionnais. La ville est placée sur l'une des principales rivières du Charolais, l'Arconce.

Communes limitrophes de Charolles
Champlecy Baron, Fontenay Viry
Champlecy
Changy
Charolles Vendenesse-lès-Charolles
Changy Marcilly-la-Gueurce Vaudebarrier

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Située au cœur du pays Charollais, la commune en présente les caractéristiques paysagères principales : des collines couvertes d'un bocage dédié principalement à l'élevage bovin (notamment de vaches charolaises), alternant avec des forêts.

Avec une superficie de 1 998 hectares, la commune est plus étendue que la moyenne des communes françaises (1 448 hectares[1]). Si dans sa partie méridionale elle est quasiment réduite à la ville de Charolles, la commune s'étend surtout au nord. Elle englobe une partie de la forêt domaniale de Charolles, au nord-ouest de la ville.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le confluent entre le premier bras de la Semence (à gauche) et l'Arconce (à droite), vu depuis le pont de la rue de Champagny.

Charolles est située au confluent de l'Arconce et de la Semence, petite rivière prenant sa source près de Verosvres.

Au niveau de la place de la Balance, la Semence se divise en deux bras. Le premier bras effectue une boucle derrière l'église, avant de se jeter dans l'Arconce au niveau du pont de la rue de Champagny. Le second bras passe entre l'avenue de la Libération et la rue des Marais, et se jette dans l'Arconce à l'extrémité sud du Pré Saint-Nicolas.

L'Arconce et le premier bras de la Semence délimitent une presqu'île, sur laquelle s'est installée la ville : on y trouve en hauteur le château de Charolles, l'ancien couvent des Clarisses, et dans la partie basse l'église.
Dans la partie sud de la ville, les deux bras de la Semence et l'Arconce délimitent une île, où s'étend notamment le Pré Saint-Nicolas.

Ce réseau de cours d'eau dans la ville entraîne la présence de nombreux ponts routiers (trois sur l'Arconce, cinq sur la Semence), et de nombreuses passerelles piétonnes (les unes ouvertes au public, les autres permettant d'accéder aux habitations). De là vient le surnom de Venise du Charolais.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Climat tempéré à légère tendance continentale. Les tableaux climatiques sont ceux de Mâcon et Roanne, car Charolles est située entre ces deux villes.

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990[Passage à actualiser] :

Relevés Mâcon 1961-1990[Passage à actualiser]
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[2]


Pour la ville de Roanne[Quand ?] :

Relevés Roanne
Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales) °C 3,1 4,6 6,9 9,7 13,7 17,1 19,6 18,9 16,2 12,0 6,7 3,6 11,0
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 42 40 42 55 88 74 73 73 69 63 51 48 718
Source: Météo France et Météociel[3]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Charolles est située sur la RN 79, axe international appartenant à la RCEA (Route Centre-Europe Atlantique). Depuis 1987[4], la RN 79 contourne Charolles grâce au viaduc de Maupré.

La RCEA, progressivement aménagée en 2×2 voies, permet de rejoindre aisément l'autoroute A6 à Mâcon (60 km), ou Chalon-sur-Saône (80 km). À l'ouest, elle rejoint la RN 7 à Moulins (80 km), puis l'autoroute A71 (115 km).

Charolles est également traversée par la RD 985 nommée Route Buissonnière, qui forme l'artère principale du centre-ville (rue de Champagny et avenue de la Libération). Cette route se dirige au nord vers Génelard (où elle rejoint la branche nord de la RCEA), et au sud vers La Clayette, Chauffailles, et Lyon par la vallée d'Azergues.

Distance et temps de parcours par la route entre Charolles et les principales villes avoisinantes[5]
Paris Lyon Dijon Clermont-Ferrand Moulins Roanne Chalon-sur-Saône Mâcon Montceau-les-Mines Paray-le-Monial
Distance 390 km 120 km 150 km 170 km 80 km 60 km 80 km 60 km 35 km 12 km
Temps de parcours 4 h 1 h 15 1 h 45 2 h 15 1 h 1 h 1 h 45 min 35 min 15 min

Charolles est desservie par des autocars TER, en direction de Paray-le-Monial et Digoin d'un côté, Lozanne et Lyon de l'autre. La gare ferroviaire la plus proche est celle de Paray-le-Monial, à 12 km, elle-même reliée à la gare du Creusot TGV. La gare de Charolles, aujourd'hui désaffectée, était située sur la ligne Moulins - Mâcon.

Un service départemental d'autocar (« Buscéphale »), permet également de rejoindre Mâcon.

L'aéroport du Charolais est situé à une vingtaine de kilomètres, à Saint-Yan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Charolles (forme dialectale : Tsarolles[6]) est attesté sous sa forme romane à partir de 1277 : Chastiau de Charroles. Auparavant, et cela jusqu'à la fin du XIIIe siècle, on relève les formes latinisées Kadrela vico en 924, in agro Cadredelense en 950, Apud Carellae Monasterium en 1096-1106, castrum Quadrile, castrum Quadrilense, Cadrella au XIe siècle, Quadrella en 1232, Kadrellum en 1264, Kadrellis en 1270, Charellam en 1280/1281, Quadrellis en 1284, Kadrelas en 1293[7].

L'étymologie de ce toponyme divise les spécialistes; mais la plupart d'entre eux y voient un dérivé du latin quadrum « carré », avec des acceptions diverses.

Selon Albert Dauzat et Charles Rostaing, il s'agit d'un type toponymique roman basé sur les éléments quadrum « carré », pris au sens de « motte » ayant subi l'attraction tardive du mot char, et du suffixe diminutif -ella[8], d'où le sens global déduit de « petite motte féodale ». Il est également possible qu'il s'agisse du latin quadra « bloc de pierre » ou du bas latin quadrus (lapis) « pierre de taille », proprement « (pierre) carrée », suivi du suffixe -olas localisant au pluriel (qui explique parfaitement la finale -olles), avec pour sens global « lieu où il y a des blocs de pierre » ou « carrière »[9].

Pour Ernest Nègre, Charolles repose sur le latin quadrella « domaine agricole de forme carrée », avec changement postérieur de suffixe, -olles s'étant substitué à -elle(s) à l'époque romane[10]. Cette vision des choses est proche de la dernière analyse en date, celle de Pierre-Henri Billy[11]. Ce dernier postule lui aussi un étymon gallo-roman °QUADRELLA, de création suffisamment tardive (époque impériale) pour qu'il se fixe sous la forme °CADRELLA, permettant ainsi la palatalisation de [k] devant [a]. Le type régulier Carrelles < °QUADRELLAS est fréquent en Bourgogne, où il désigne de petits champs, sens retenu par l'auteur pour Charolles. Enfin, il note également l'évolution °-ELLA > -ole dans certaines zones du domaine linguistique bourguignon, expliquant la forme -olles de la finale, plutôt que la substitution de suffixe suggérée par Ernest Nègre.

Mario Rossi avance l'idée que ce nom désigne plutôt un carrefour : le bas latin quadrellas, qui génère la forme gallo-romane *CADROLLAS après délabialisation et évolution locale du suffixe. Ce carrefour serait celui de la voie d'Autun à Lyon, et celle de la Loire à Saint-Bonnet-de-Joux et Chalon[12].

Seul Gérard Taverdet voit dans Charolles un toponyme reposant sur le type *pons carratus, « pont permettant le charroi », qui a abouti à Pont-Charas à Saint-Léger-sous-la-Bussière. La forme Charas, affectée d'un suffixe diminutif, aurait pu donner Charolles[13],[12]. L'auteur modifie partiellement la formulation de cette analyse quelques années plus tard, en envisageant simplement un dérivé de l'appellatif français char[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

À l'époque carolingienne, le site est le siège d'une vicomté dépendant d'Autun. Au Xe siècle, le lieu est rattaché au comté de Chalon. En 1166, le comte rend hommage au roi Louis VII, tout en se reconnaissant vassal du duc de Bourgogne-Franche-Comté. En 1237, la forteresse entre dans le domaine ducal lors de l'achat du comté de Chalon par Hugues IV, avec établissement d'un bailli. En 1277, Charolles devient la capitale et le siège des états particuliers du comté de Charolais ; le comté regroupe six châtellenies et est inféodé à Béatrice de Bourgogne, nièce de Robert II de Bourgogne.

En 1301, la ville reçoit sa charte de Robert de Clermont, époux de Béatrice de Bourgogne[15]. En 1316, le lieu est érigé en Comté[15]. En 1327, par mariage, la ville et le comté passent à la maison d'Armagnac, en la personne de Jean Ier d'Armagnac. En 1391, Bernard VII d'Armagnac, petit-fils du précédent, ayant de pressants besoins d'argent, vend le comté à Philippe II de Bourgogne, et la ville devient à nouveau le chef-lieu d'un bailliage.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, le comté est rattaché au royaume de France[15]. La ville comme le comté, extrêmement fidèles à la maison de Bourgogne, sont gravement malmenés par les troupes de Louis XI, qui sont obligées de faire le siège de toutes les places fortes du Charolais et d'en tuer les habitants. Enfants, femmes, vieillards et hommes périssent défenestrés, incendiés dans leur château, jetés dans les puits, ou écorchés vifs. Louis XI n'en peut rien faire et décide de le rendre à Marie de Bourgogne, femme de Maximilien Ier du Saint-Empire. Non sans l'avoir parfaitement ravagé, afin qu'il ne puisse servir de base militaire à l'Empereur. De 1493 à 1684, Charolles est restitué à la maison d'Autriche[15], et les rois d'Espagne de cette maison.

En 1684, le prince Louis II de Bourbon-Condé se voit attribuer le comté, en paiement des dettes contractées par les Habsbourg. En 1751, la ville est rattaché aux États de Bourgogne. À la mort de Charles de Bourbon (1700-1760), ce comte de Charolais qui s'était rendu odieux par ses frasques et demeurait, un temps, à Charolles, son fief, la ville retiendra qu'il s'amusait à tirer sur les couvreurs qui réparaient les toits. À la suite d'un meurtre commis sans raison apparente, au pistolet, Louis XV de France, par son tuteur Le Régent, lui accorda sa grace en ces termes:"Mon cousin je vous accorde votre grâce, en même temps que je signe celle, de celui qui vous tuera." À sa mort, le comté passe à sa sœur, fille de Louis III de Bourbon-Condé. En 1771, Louis XV achète le comté à Mlle de Charolais, et le réunit définitivement à la couronne[15].

Charolles était, à la veille de la Révolution, la 14e ville de la grande roue des États de Bourgogne. Siège du bailliage royal de Charolles, de la maréchaussée et prévôté, du grenier à sel et de la subdélégation de Charolles. Elle comprenait en outre une église collégiale (Saint-Nizier, composée théoriquement d’un Primicier-curé, d’un sacristain et de dix chanoines -- en fait, trois), le prieuré de la Madeleine, un couvent de Picpus, de Clarisses et de Visitandines, un collège et un hôpital général.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la ville connaît une grande prospérité (forges, faïencerie, commerce de vins, de bois et de bestiaux). En 1896, Charolles fusionne avec la commune de Saint-Symphorien-lès-Charolles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

Charolles est une sous-préfecture de Saône-et-Loire et le bureau centralisateur du canton de Charolles.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de 23 membres, conformément à l’article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[16].

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1925 Paul Gerbe gauche démocratique Sénateur
1925 1942 Charles Bouissoud AD Député
mars 1971 mars 2014 Jean Drevon UMP  
mars 2014 en cours Pierre Berthier    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Elle fait partie de la communauté de communes Le Grand Charolais.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, la commune dépend aussi de Mâcon, qui possède un tribunal d'instance et de grande instance, d'un tribunal de commerce et d'un conseil des prud'hommes. Pour le deuxième degré de juridiction, elle dépend de la cour d'appel de Dijon et la Cour administrative d'appel de Lyon[17].

Services administratifs[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2014, la commune comptait 2 757 habitants[Note 1], en diminution de 1,78 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : +0,19 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 534 2 407 2 558 2 988 3 410 3 631 3 757 3 630 3 909
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 255 3 284 3 295 3 361 3 286 3 354 3 311 3 246 3 705
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 718 3 808 3 740 3 397 3 399 3 238 3 278 3 308 3 326
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
3 204 3 813 3 858 3 392 3 048 3 027 2 864 2 781 2 757
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population de 15 à 64 ans par type d'activité[modifier | modifier le code]

1 528 personnes ont, en 2014[22],  de 15 à 64 ans. Parmi elles 61,0 % sont des actifs ayant un emploi , 8,3 % sont chômeurs, 9,8% sont élèves, étudiants ou stagiaires non rémunérés,, 8,4 % retraités et 12,5 % sont d'autres inactifs.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Charolles possède une école maternelle, une école primaire et une école maternelle-primaire (privé)[23]. Cette commune possède un collège[24] et deux lycées (un LEGTP et un lycée agricole)[25]. Elle possède également un collège privé[24].

Le centre hospitalier.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède un centre hospitalier[26]. Il y a quatre médecins généralistes[27], trois kinésithérapeutes [28], quatre infirmières[29], quatre dentistes[30] et deux pharmacies[31] sur la commune. Il y a également une résidence pour personnes âgées (Les prés fleuris)[32].

Logement[modifier | modifier le code]

La commune comprend, en 2014,   1 669 logements[22], dont 1 310 résidences principales, 79 résidences secondaires et logements occasionnels et 280 logements vacants.956 logements sont des maisons et 710 des appartements.

Sur les 1 310 occupants des résidences principales 190 le sont depuis moins de 2 ans, 2256 de 2 à 4 ans, 207 de 5 à 9 ans et 647 depuis 10 ans ou plus. 620 personnes son propriétaires de leurs résidences principales et 639 sont locataires.

Population de 15 à 64 ans par type d'activité

1 528 personnes ont, en 2014,  de 15 à 64 ans. Parmi elles 61,0 % sont des actifs ayant un emploi , 8,3 % sont chômeurs, 9,8% sont élèves, étudiants ou stagiaires non rémunérés,, 8,4 % retraités et 12,5 % sont d'autres inactifs.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique dans l'église de la commune.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède dix associations sportives (football, basket-ball, tennis, judo, badminton...)[33].

Associations et manifestations[modifier | modifier le code]

La fête patronale de la sainte Madeleine est le 22 juillet. La Fête du Tir à l'Oiseau, d'origine ancienne, avait lieu le lundi après la sainte Madeleine, en juillet jusqu'en 2005. Depuis cette année-là, cette fête se déroule le dimanche en lieu et place du lundi. L'Été musical, festival de musique de chambre, a lieu en juillet. Une biennale de folklore international est organisée le 1er dimanche d'août, les années impaires. Le Concours hippique national a lieu en juillet.

La ville est le siège d'une station de monte des haras nationaux, d'un camping, de sociétés sportives (le club de football a fêté son centenaire en 2008) et musicales (Harmonie de Charolles, chorale Vocalise, groupe folklorique Les gars du Tsarollais, groupe de pirate métal Hades); du Groupement archéologique du Charolais et de la Confrérie des chevaliers du Papegault.

Économie[modifier | modifier le code]

Vache charolaise.

L'agriculture avec la race charolaise et sa viande en AOC (Bœuf de Charolles).

Il y a plusieurs manifestations par rapport à ce secteur :

  • Les foires et marchés à Charolles
    • Le marché forain a lieu le mercredi matin, en ville.
    • Un marché ovin tous les mercredis matins au Parc des Expositions (RN 79).
    • Le marché aux bovins a lieu le 2e mercredi de chaque mois (transactions à 9 h), de janvier à mai au Parc des expositions.
    • Importante foire aux reproducteurs, 4e jeudi d'octobre et le mercredi qui précède, et le mercredi qui suit la semaine du 11 novembre (transactions à 5 h).
  • Concours reproducteurs en principe, vendredi et samedi de la semaine du 11 novembre - 800 bovins.
  • Festival du bœuf : concours bovins boucherie (600 bovins) et animations, le 1er week-end de décembre.

Elle compte, comme activité économique, une société coopérative agricole régionale (l'AC2B), une faïencerie artistique traditionnelle (la faïencerie Molin), des scieries (le groupe Ducerf). Elle a aussi un bureau de la Chambre de commerce et d'industrie de Saône-et-Loire, et de la Chambre d'agriculture de Saône-et-Loire.

La commune compte 33 commerces (supermarchés, boulangerie-pâtisserie, bureaux de tabac, salons de coiffure, boucherie-charcuterie-traiteur...), 12 services (banques, assureurs...), et 10 catégories d'artisans (électricien, carreleur, menuisier...)[34]. En hébergement et restauration il y a des hôtels, restaurants, bars-cafés et gîtes[35].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une station paléolithique est localisée à Brèche et aux Tyrs.
  • Les vestiges de l'ancien château-fort des comtes de Charolais, avec notamment la tour circulaire de Charles le Téméraire du XIVe siècle, la tour des Diamants du XIVe siècle, la porte fortifiée et les restes des murs d'enceinte, aujourd'hui aménagés en jardin public, sont visibles.
  • Dans les salons de l'Hôtel de ville, un panneau de faïence représentant l'entrée du duc de Bourgogne dans la ville.
  • La demeure des sires de La Magdeleine : façade XVe siècle, fenêtres à meneaux, inscription médiévale. Cette demeure a abrité une faïencerie au XIXe siècle.
  • Sous-préfecture, demeure XVIIIe siècle de Claude Fricaud, député du bailliage de Charolles en 1789.
  • Lycée, Palais de Justice : ancien couvent des Visitandines XVIIe siècle, avec galerie à arcades.
  • Centre hospitalier, construit entre 1843 et 1845[36].
  • Ancien couvent des Clarisses XVIe siècle, où vécut sainte Marguerite-Marie Alacoque, rue Baudinot : façade à fenêtres à meneaux, escalier à vis, chemin de ronde ; charpente en carène de bateau ; cloîtres, galerie en bois de la cour intérieure.
  • Ancien couvent des Ursulines, place des Halles.
  • Ancien prieuré bénédictin de La Madeleine, XVe siècle[37] : tour octogonale XVe siècle, façade avec fenêtres à meneaux, salle capitulaire ; grande salle du rez-de-chaussée ; collection de chapiteaux XIIe siècle de l'ancienne chapelle du prieuré.
  • Cadran solaire XIXe siècle, vers l'ancien couvent des visitandines.
  • Pont XIXe siècle sur l'Arconce : traces de deux tours d'accès.
  • Moulin restauré.
  • Ancienne maison forte de Corcelles XIVe siècle/XVIIe siècle, remaniée XVIIIe siècle : 2 tours carrées et portail d'entrée.
  • Anciennes fermes fortifiées dans les environs.
  • Chapelle Saint-Roch, 1600.
  • La Faïencerie de Charolles fondée en 1844 par Hippolyte Prost, est toujours en activité.
  • Chapelle du Gros Bon-Dieu XVIIIe siècle, vieil escalier d'accès de 38 marches.
  • De nombreuses belles maisons anciennes, des ponts et passerelles sont encore à découvrir.
  • Pont de Maupré : pont à tablier mixte acier-béton réalisé, en 1987, par l'entreprise Campenon-Bernard pour le contournement de Charolles par la RCEA/RN79. La particularité de cet ouvrage, vient de la réalisation des âmes en panneaux de tôles plissées. Le tablier a été mis en place par lançage[38]. Longueur : 325 m - Portées : 53 m.

Église du Sacré-Cœur néo-romane, XIXe siècle et son orgue[modifier | modifier le code]

L'Église du Sacré-Coeur est une église construite de 1863 à 1868[39]. Elle succède à une ancienne collégiale Saint-Nizier, qui existait sur le même emplacement et qui dépendait de l’ordre de Cluny. Au XIXe siècle l’église étant devenu trop petite la décision est prise de sa démolition et de la construction d’une nouvelle. L’adjudication est passé le 20 mai 1862 au profit d’une entreprise de Charolles. La réception des travaux eut lieu en 1866 et l’église est ouverte au culte en 1867. L’église est d’un style proche de celui de l’église Saint-Pierre de Mâcon. La nef a cinq travées, l'église comporte des tribunes au dessus des collatéraux.

L’orgue de l’église[modifier | modifier le code]

Livré le 5 octobre 2015 le nouvel orgue est installé dans l’église, le concert d'inauguration est donné le 3 juillet 2016 par François Ménissier[40]. Il existait un orgue dans l’église Saint-Nizier, il fut démonté en 1867 et réinstallé dans la nouvelle église mais, peu entretenu il fut démonté en 1924. L’Associaiton des Amis de l’orgue de Charolles est à l’initiative de l’achat du nouvel instrument[41]. L'orgue de Charolles a été fabriqué par la manufacture Blumenroeder situé à Haguenau(Bas-Rhin). L’orgue comprend 27 jeux réels, 4 claviers et un pédalier. Sa composition a été pensée par François Menissier.

Autour de Charolles, à visiter[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La Semence à Charolles, en 1904.
  • Musée du Prieuré, dans l'ancien prieuré bénédictin Sainte-Madeleine, qui présente :
    • Une collection de faïences de Charolles (de 1844 à nos jours) ;
    • La salle capitulaire de l'ancien prieuré (XVe siècle), restaurée en 2003 et classée Monument Historique ;
    • Les œuvres de Jean Laronze, peintre charolais du XIXe siècle ;
    • Les œuvres de Paul-Louis Nigaud, peintre de l'avallonnais du XXe siècle ;
    • Les œuvres du sculpteur charollais René Davoine, du XXe siècle ;
    • Une zone archéologique sur l'architecture de l'ancien Prieuré, chapiteaux clunisiens du XIIe siècle classés Monuments historiques ;
    • Tous les étés, une exposition temporaire de céramique design ou contemporaine.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Charolles est une ville fleurie (trois fleurs). La ville, agrémentée de jardins publics tel le square Bouissoud ou la promenade Saint-Nicolas (avec ses marronniers séculaires), est au cœur des pâturages du Charolais, berceau des races bovine et ovine éponymes.

Elle est aussi une « Station Verte », un « Site remarquable du goût » et, depuis peu, un « village étape » animé par son Office du tourisme.

Des promenades sont possibles le long des canaux, dans la forêt domaniale de Charolles, au bois de Boulay, dans la vallée de l'Arconce ou encore à son confluent avec la Semence. Mais également au site du Tir à l'Oiseau, une clairière à l'entrée de la forêt de Charolles.

On peut pratiquer à Charolles les activités suivantes : pêche, chasse, cyclotourisme, équitation, randonnées pédestres.

Personnalités liées à la commune (ordre chronologique)[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Charolles

Blasonnement :

De gueules, au lion à la tête contournée d'or, armé et lampassé d'azur.

Un chef cousu d'azur, chargé d'une fleur de lis d'or aurait été ajouté tardivement[42] (image de droite). S'il apparaît dans certains armoriaux[43], il semble peu usité[44].

Blason Charolles (avec chef).svg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Denizeau, Histoire de Charolles - Charolles en vingt-quatre heures; 1900; réédité en 1992 par 'Le Livre d'histoire' [Monographies des villes et villages de France (collection dirigée par M.-G. Micberth)].
  • La Saône-et-Loire. Les 573 communes, éditions Delattre, Granvilliers, 2006, 255 pages, (ISBN 2-915907-23-4).
  • Fernand Laurent, L'aventure européenne du Charolais; Charolles, Arconce Éditions, 2014; 224 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Commune française#Superficie.
  2. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990).
  3. Base de données météo et observations temps réelle parMéteociel et Météo France.
  4. http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?ID=s0002973 .
  5. Données d'après Viamichelin.fr, de centre-ville à centre-ville, en novembre 2009
  6. Lexique de patois Charolais par Émile Bonnot[précision nécessaire].
  7. Dictionnaire topographique de la France, CTHS, Paris 2009.
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 175b.
  9. Marie-Thérèse Morlet, in Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., réédition Guénégaud, s.d., Supplément, p. Va.
  10. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, p. 386, § 5982.
  11. Pierre-Henri Billy, Dictionnaire des noms de lieux de la France, Errance, Paris, 2011, p. 176.
  12. a et b Mario Rossi, Les Noms de lieux du Brionnais-Charolais : témoins de l'histoire du peuplement et du paysage, EPU, 2009, p. 272-273.
  13. Gérard Taverdet, Les Patois de Saône-et-Loire : géographie phonétique de la Bourgogne du Sud, Association Bourguignonne de Dialectologie et d'Onomastique, 1980.
  14. Gérard Taverdet, Les noms de lieux de la Bourgogne, Bonneton, Paris, 1994, p. 205.
  15. a, b, c, d et e La Saône-et-Loire ; les 573 communes, Charolles, p. 55.
  16. « nombre des membres du conseil municipal des communes », sur Legifrance (consulté le 4 septembre 2011).
  17. « Annuaire des juridictions », sur le site du ministère de la justice (consulté le 25 octobre 2011).
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  22. a et b « Dossier complet, commune de Charolles (71106) », sur insee.fr, (consulté le 17 juillet 2017)
  23. Site de la commune de Charolles, page sur les écoles maternelles et primaires, consulté le 28 mars 2012.
  24. a et b Site de la commune de Charolles, page sur les collèges, consulté le 28 mars 2012.
  25. Site de la commune de Charolles, page sur les lycées, consulté le 28 mars 2012.
  26. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Hôpitaux, p.  334.
  27. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Médecin : médecine générale, p.  428.
  28. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Kinésithérapeutes, p.  370.
  29. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Infirmiers, p.  348.
  30. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Dentistes, p.  237.
  31. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Pharmacies, p.  494.
  32. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Maisons de retraites, foyers logement : établissements publics, p.  406.
  33. Site de la commune de Charolles, page sur les associations sportives, consulté le 28 mars 2012.
  34. Site de la commune de Charolles, page sur les commerces, services et artisans, consulté le 28 mars 2012.
  35. Site de la commune de Charolles, page sur l'hébergement et la restauration, consulté le 28 mars 2012.
  36. Base Mérimée : hôpital, actuellement centre hospitalier.
  37. Fédération des sites clunisiens : Charolles - prieuré Sainte-Marie-Madeleine.
  38. Jacques Combault - Viaduc du vallon de Maupré, à Charolles (Saône-et-Loire), dans la revue Travaux, octobre 1988, no 636.
  39. « Archives départementales 71, fiche de repérage, église paroissiale su sacré-Coeur de Jésus. » (consulté le 28 mars 2017)
  40. Romy Ho-A-Chuck avec B.L., « Feuilleton : la naissance de l’orgue de Charolles », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 28 mars 2017)
  41. Le coût de l’orgue a été d’environ 400 000 euros, financé par la ville de Charolles, le ministère de la culture, la région, la communauté du charollais, la fondation du patrimoine et l’association des Amis de l’orgue de Charolles. Le nom des 236 donateurs est inscrit sur les tuyaux et sculptures de l’orgue.
  42. Site de Brian Timms.
  43. Louis, R. : Armoiries des villes de France. Blasons des préfectures et des sous-préfectures. Paris, 1949, 92 p. (cité sur International Civic Heraldy).
  44. Voir l'écusson de la ville.