Villecresnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villecresnes
L'église Notre-Dame,inscrite aux monuments historiques.
L'église Notre-Dame,
inscrite aux monuments historiques.
Blason de Villecresnes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Créteil
Canton Villecresnes
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Briard
Maire
Mandat
Gérard Guille
2014-2020
Code postal 94440
Code commune 94075
Démographie
Gentilé Villecresnois
Population
municipale
9 712 hab. (2011)
Densité 1 728 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 17″ N 2° 32′ 03″ E / 48.7213888889, 2.5341666666748° 43′ 17″ Nord 2° 32′ 03″ Est / 48.7213888889, 2.53416666667  
Altitude Min. 50 m – Max. 111 m
Superficie 5,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Villecresnes

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Villecresnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villecresnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villecresnes
Liens
Site web villecresnes.fr

Villecresnes est une commune française située dans le sud-est du département du Val-de-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Villecresnois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Villecresnes dans le Val-de-Marne

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe au sud-est du Val-de-Marne. Elle fait partie de plateau briard qui est une section de la plaine de Brie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Situé au sud du Val-de-Marne, la ville est cernée par les communes de Limeil-Brévannes et Boissy-Saint-Léger au nord, Marolles-en-Brie et Santeny à l'est, Mandres-les-Roses au sud et Brunoy et Yerres à l'ouest.

Rose des vents Limeil-Brévannes Boissy-Saint-Léger Boissy-Saint-Léger Rose des vents
Yerres N Marolles-en-Brie
O    Villecresnes    E
S
Brunoy Mandres-les-Roses Santeny

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

L'altitude maximale de la commune est de 111 mètres elle se situe au centre de l'étoile de Bellevue située dans le bois Prie-Dieu. Son altitude minimale est de 50 mètres qui se situe à la sortie du Réveillon au niveau de la commune d'Yerres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par le ruisseau du Réveillon, affluent de l'Yerres.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Val-de-Marne.
Données climatiques à Villecresnes.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1,3 3 5,3 8,8 11,9 13,8 13,4 11,2 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 3,3 4,4 6,8 9,8 13,5 16,7 18,9 18,6 16 11,9 6,8 4,1 10,9
Température maximale moyenne (°C) 5,8 7,5 10,7 14,2 18,1 21,5 24 23,8 20,9 15,9 9,8 6,6 14,9
Précipitations (mm) 51,9 44,8 50,8 46,6 57,8 50,5 50,1 46,5 52 53,2 58,1 53,1 615,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Orly de 1961 à 1990[1].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 21 km du centre de Paris, le long de la RN 19 et près de la N 104 Francilienne.

Voies routières[modifier | modifier le code]

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Cette commune est traversée par une grande piste cyclable, appelée « Coulée verte ».

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune ne possède aucune station sur son propre territoire, en revanche voici les 3 stations les plus proches du centre-ville de Villecresnes :

La ville est traversée par huit lignes de bus exploitées par les réseaux SETRA et STRAV :

Nom de la ligne Parcours de la ligne
12 Santeny - Marolles-en-Brie - Villecresnes - Limeil-Brévannes - Boissy-Saint-Léger (RER)(A) - Bonneuil-sur-Marne - Créteil (M)(8)
21 Guignes - Soignolles-en-Brie - Solers - Coubert - Grisy-Suisnes - Brie-Comte-Robert - Servon - Santeny – Villecresnes - Limeil-Brévannes - Boissy-Saint-Léger (RER)(A)
23 Brie-Comte-Robert - Périgny-sur-Yerres - Mandres-les-Roses - Villecresnes - Limeil-Brévannes - Boissy-Saint-Léger (RER)(A) - Bonneuil-sur-Marne - Créteil (M)(8)
C1 et C2 Brunoy (RER)(D) - Epinay-sous-Sénart - Boussy-Saint-Antoine (RER)(D) - Quincy-sous-Sénart - Mandres-les-Roses - Villecresnes
I Yerres (RER)(D) - Villecresnes
M Brunoy (RER)(D) - Villecresnes - Mandres-les-Roses
U Villecresnes CES La Guinette - Villecresnes

Les lignes 23 et I traversent une grande partie de la commune. La ligne U est une ligne scolaire.

La ville était desservie jusqu’en 1953 par la gare de Villecresnes. Elle fut fermée en même temps que le tronçon Boissy-Saint-Léger - Brie-Compte-Robert de la ligne de Paris-Bastille à Marles-en-Brie (dite « de Vincennes »), avant d’être détruite en 1984 en prévision de la construction du raccordement d’interconnexion nord-sud des LGV sur l’emprise de la ligne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 35,00 % 196,77
Espace urbain non construit 16,80 % 94,63
Espace rural 48,11 % 270,22
Source : Iaurif[2]

Lieux-dits, quartiers et écarts[modifier | modifier le code]

Il existe deux lieux-dits, Cerçay et Bois d'Auteuil. Depuis les années 2000, la ville s'est dotée de quartiers distincts : Justice, Cerçay, Gros Bois, Réveillon et Gare et Centre.

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

La commune va se doter d'un écoquartier : le quartier du Bois d'Auteuil, du nom du bois adjacent. La Poste était propriétaire d'un vaste terrain de 24 hectares, que la ville a souhaité racheter entre 2006 et 2012 suite au désengagement du groupe postal français. Les structures sportives (stade, terrains de football, piscine, tennis) ont été conservées. Les courts de tennis ont fait l'objet d'un réaménagement qui ont amené le club de tennis à venir s'installer sur le site. Le centre de loisirs a également été racheté par la commune en septembre 2012 et en partie rénové.

Les travaux vont permettre de détruire les bâtiments inutilisés, de construire 350 nouveaux logements (dont 100 logements sociaux), une zone d'activités, ainsi qu'un groupe scolaire de 17 classes destiné à remplacer l'école d'Atilly. Ce dernier sera construit juste à côté du stade, derrière la tribune, sur l'actuel terrain de football en gazon.

Le nouveau quartier devrait accueillir ses premiers habitants en 2016. A l'issue du concours organisé par le Centrale de Création Urbaine, les promoteurs immobiliers retenus sont Vinci Immobiler, le Groupe Pichet et Perspective Habitat.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est dans une donation faite, en 1097, à Corbeil, en faveur de l'Abbaye de Saint-Martin-des-Champs, qu'il est, pour la première fois, question d'un certain Waldricus, habitant de la Villa Crana, étymologiquement Le village aux huttes faites de branchages ; il n'y a pas de doute que les premières habitations de Villecresnes aient été construites dans les bois ou leur lisière. Des armes en silex poli trouvées en 1894 par un cultivateur dans son champ, attestent que les hommes préhistoriques ont foulé le sol de Villecresnes.

Avant et pendant la guerre de Cent Ans, son histoire est liée à celle de l'abbaye d'Yerres et à celle de Brunoy. À la suite du traité de Troyes qui livrait la France aux Anglais, le silence tombe sur cette région.

Jusqu'en 1640, l'église de Villecresnes était commune à Marolles et à Mandres ; à partir de cette date, elle devient uniquement consacrée à Villecresnes ; seul son clocher du XIIIe siècle reste comme témoin du passé. Le territoire de Villecresnes comprenait huit fiefs. Le plus ancien était celui de l'Hôtel des Jardins, propriété des seigneurs de Villecresnes.

C'est, en 1777, que Monsieur, Comte de Provence, frère du Roi Louis XVI, rassembla ces fiefs en devenant Seigneur de Villecresnes, de Cerçay et du Bois d'Auteuil. Pendant la Révolution le pouvoir de Maire ne durait même pas un an. Ce n'est qu'en 1848 que Villecresnes et Cercay eurent leur Arbre de la Liberté.

La coulée verte en dessous de laquelle passe la ligne à grande vitesse.

Selon la Physiologie du goût, c’est ici que Brillat Savarin inventa la cuisson à la vapeur[3].

La commune a commencé à s'agrandir avec l'arrivée du chemin de fer de la ligne de Vincennes en 1875 ce qui entraîne l'ouverture de la première école publique les Merles durant l'année 1907. Après la Seconde Guerre mondiale, elle a subi la forte demande logements qu'a engendré le baby-boom et la ville s'est urbanisée en lieu et place des zones agricoles d'avant-guerre. En 1953, la gare de Villecresnes fut fermée (et détruite en 1994).

Durant les années 1980, une grande bataille eut lieu entre la municipalité et l'État au sujet de la création de la ligne TGV sur le tracé de l'ancienne ligne de Vincennes. La municipalité vit ses revendications suivies et un tunnel de 2 500 mètres, au lieu de des 200 mètres prévus à l'origine, fut construit car à Villecresnes le train passait dans une vallée encaissée (comme actuellement à Vincennes) sauf au niveau de l'ancienne gare, ce qui permit de créer une coulée verte entre le bois de la Grange et le mont Ézard.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Le 18 septembre 2008, le tribunal administratif de Melun annule le vote des 9 et 16 mars 2008 : de nombreuses enveloppes électorales envoyées aux votants avant l'élection ne contenaient ni la profession de foi, ni le bulletin de vote de l'un des candidats. Le 25 janvier et le 1er février 2009 eurent lieu des élections cantonales partielles pour élire le conseiller général du canton de Villecresnes.

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Élections référendaires :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

L'Insee attribue à la commune le code 94 1 26 075[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Bâtiment de la mairie
Article détaillé : Liste des maires de Villecresnes.

Sept maires se sont succédé depuis 1946 :

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1971 Jean-Phillippe Bertrand    
1971 1977 Léon Constantin SE  
1977 2001 Pierre Gravelle UDF Directeur du service après-vente à la SFENA, conseiller général, conseiller régional
2001 2003 Xavier Pozzo di Borgo DL  
2003 2008 Pierre-Jean Gravelle UMP Commercial, conseiller général
2008 2014 Daniel Wappler SE  
2014 en cours Gérard Guille UMP  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La ville bénéficie d'une fleur au concours des villes et villages fleuris.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dépend du commissariat de Boissy-Saint-Léger. Depuis avril 2012, elle dispose d'une police municipale [17].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Villecresnes a développé deux associations de jumelage :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 712 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 599 618 628 702 700 681 736 704
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
677 706 745 642 673 730 779 833 884
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
886 892 881 908 1 266 1 580 1 803 1 805 2 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 031 3 875 6 053 6 472 7 921 8 361 8 867 9 190 9 507
2011 - - - - - - - -
9 712 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2004[19].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Villecresnes en 2007 en pourcentage[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,1 
4,6 
75 à 89 ans
7,3 
13,6 
60 à 74 ans
13,7 
22,8 
45 à 59 ans
22,3 
20,1 
30 à 44 ans
20,2 
18,2 
15 à 29 ans
16,8 
20,4 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges en Val-de-Marne en 2007 en pourcentage[21].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,9 
4,5 
75 à 89 ans
7,4 
10,4 
60 à 74 ans
11,2 
19,7 
45 à 59 ans
19,7 
23,3 
30 à 44 ans
22,4 
21,1 
15 à 29 ans
20,3 
20,7 
0 à 14 ans
18,2 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Villecresnes sont rattachés à l'académie de Créteil. La commune possède une halte-garderie, trois maternelles (Château, Fleurs et Réveillon), deux écoles primaires (Merles et Atilly) et un collège (La Guinette). Une école élémentaire de 15 classes sera construite au Bois d'Auteuil dans le cadre de l'aménagement du nouveau quartier, en remplacement de l'école d'Atilly.

Le collège Simone-Veil à Mandres-les-Roses accueille les élèves du quartier de Cerçay, le temps que la Guinette soit refait.

Il n'y a pas de lycée à Villecresnes. Il faut donc aller dans les communes limitrophes : d'après la carte scolaire, Guillaume-Budé à Limeil-Brévannes et Christophe-Colomb[22] à Sucy-en-Brie suivant les options choisies à l'entrée au lycée.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La Fête du sport de la CCPB (1er samedi de juin)
  • La Fête de Villecresnes (dernier week-end de juin)
  • Le forum des associations (1er samedi de septembre)
  • La brocante - Le vide grenier (2e dimanche de septembre en général, 24 juin pour l'année 2012)
  • Le Salon d'Automne de Villecresnes avec plus de 90 exposants : artisans, artistes créateurs, peintres, sculpteurs, gastronomie (dernier week-end de novembre)

Santé[modifier | modifier le code]

Une clinique spécialisée dans le traitement des pathologies liées au surpoids se trouve dans la ville.

Sports[modifier | modifier le code]

Trois centres sportifs sont ancrés dans la ville : l'ancien complexe ASPTT (stade avec piste d'athlétisme, 3 terrains de football, piscine, 8 courts de tennis), le stade Gilbert Vandar (2 terrains de football), et le gymnase Didier-Pironi (gymnase, dojo, terrain de rugby).

  • Ancien complexe ASPTT Paris :
    • Football
    • Natation
    • Tennis
    • Athlétisme
    • Fitness
  • Rugby Club du Plateau Briard
  • Football
  • Volley-ball
  • Handball
  • Basket
  • Pétanque
  • Équitation
  • Dressage de chiens
  • Bridge
  • Tarot
  • Tir à l'arc
  • Foulée villecrenoise :
    • Marche à pied
    • Course à pied
  • Tennis de Table
  • Gymnastique
  • Danse
  • Judo, jujitsu, lutte, remise en forme, yoga
  • Vélo sportif villecresnois
  • Badminton

Un centre naturiste, le club gymnique de France (CGF), est implanté depuis 1930 sur la commune dans un espace boisé clôturé.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'Église Notre-Dame fut construite au XIe siècle, en partie refaite au XVIIIe siècle et le clocher fut refait en 2004.

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Parisien relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre et IDF1.

Le journal mensuel de la commune s'appelle Villecresnes magazine.

Économie[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge au début du XVIIIe siècle, l'activité principale fut l'agriculture pour alimenter Paris en produits frais. Au cours du XIXe siècle, l'activité principale fut le vignoble mais déclina avant l'arrivée du train à cause du phylloxéra. Les deux activités qui ont remplacé le vin sont la production de bois de chauffage pour Paris et la production de roses qui donna une importance à la commune et aujourd'hui les communes limitrophes et Villecresnes sont le troisième producteur de roses en France. Avec le baby-boom, la forte demande en logements a fait reculer l'activité agricole (il ne reste plus que 20 ha de culture sur les 300 ha d'avant guerre) et au XXe siècle l'économie principale est le tertiaire comme le centre de la Poste entre Villecresnes et Mandres-les-Roses ou les ateliers Beaumont près d'Yerres.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2007.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers Retraités Sans activité professionnelle
Villecresnes 0,1 % 4,0 % 12,6 % 18,6 % 18,3 % 7,8 % 24,2 % 14,4 %
Val-de-Marne 0,0 % 2,9 % 13,8 % 16,8 % 19,3 % 9,9 % 19,8 % 17,6 %
Moyenne nationale 1,1 % 3,2 % 8,3 % 13,6 % 16,7 % 13,8 % 25,3 % 17,9 %
Sources : Insee[23],[24],[25]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les espaces verts autour et dans Villecresnes ainsi que les passages des anciennes grandes propriétés permettent une visite de la commune dans son ensemble.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Les lieux touristiques sont la mairie (XVIIIe siècle), l'auvent de l'école des Merles (1907), les Châteaux de Villecresnes (XVIIe et XVIIIe siècle) qui accueille le Club Arc en Ciel et les Ateliers du Réveillon, du Fief (1880) qui accueille le conservatoire de musique et Gaillard (XVIIIe siècle) qui accueille la bibliothèque. Il ne reste plus que le pigeonnier de l'ancien château de Cerçay (XVIIIe et XIXe siècle) ainsi que les écuries. Le tombeau de Gustave Larroumet et les halles du marché (jeudi et dimanche matin) sont les autres lieux touristiques.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La ville est équipée d'une bibliothèque, située dans le Château Gaillard. Le conservatoire de Villecresnes enseigne musique et théâtre.

Le centre culturel Le Fief ainsi que l'Orangerie du Château accueillent des expositions, des spectacles et des concerts. La mairie dispose également d'une salle polyvalente dans laquelle sont organisés divers événements.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Villecresnes :

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Villecresnes

Le blason de Villecresnes est : de gueules aux trois huttes de gaulois d'argent, chaussé de sinople semé, à dextre, d'abeilles d'or et, à senestre, de roses du même. Les huttes parce que l'emplacement était occupé par des Gaulois, les abeilles pour le maréchal d'Empire Berthier (qui a possédé le domaine de Grosbois), les roses qui étaient la principale culture du village.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Climatologie mensuelle à Orly », sur infoclimat.fr (consulté le 3 octobre 2010)
  2. Fiche communale d'occupation des sols sur le site de l'Iaurif. Consulté le 3/10/2010.
  3. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  4. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  5. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  6. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  7. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  8. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  9. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  10. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  11. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  12. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  13. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du Parisien. Consulté le 09/04/2011.
  14. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 03/10/2010.
  15. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/10/2010.
  16. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 3 octobre 2010.
  17. « Création d’une police municipale à Villecresnes », sur villecresnes.fr,‎ 3 avril 2012 (consulté le 12 avril 2012)
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  20. Pyramide des âges à Villecresnes en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 03/10/2010.
  21. Pyramide des âges du Val-de-Marne en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 03/10/2010.
  22. Christophe Colomb
  23. Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 03/10/2010.
  24. Rapport statistique du Val-de-Marne sur le site de l'Insee. Consulté le 03/10/2010.
  25. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 03/10/2009.